jeudi 23 février 2012

Laïcité à géométrie variable avec la LICRA ?


Vous savez comme j'aime les associations anti-racistes qui prônent l'intégration, la non-discrimination, la diversité, l'égalité et le bonheur pour tous. Elles sont nombreuses et comptent bien profiter de la campagne présidentielle pour faire entendre leurs voix.

La Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme fait partie de ces organisations influentes protectrices du bien-penser et du politiquement correct. C'est comme cela qu'on l'aime ! La LICRA a donc bien bossé puisqu'elle a  rendu public ses 50 propositions pour une France plus juste, plus uniforme. Quelques unes m'ont paru... intéressantes.

Proposition n°13 / Sport:  Introduire de manière systématique dans les formations qualifiantes des acteurs du sport des séances d’éducation civique. ( La proposition n°1 prévoit l'instauration d'une épreuve " Education Civique " au baccalauréat.)

Proposition n°30 / Immigration:  Dépénaliser le séjour irrégulier des étrangers.

Proposition n°33 / Laïcité:  Développer l’enseignement du fait religieux dans les programmes scolaires.

Proposition n°35 / Laïcité: Prévoir des repas de substitution dans les espaces de restauration scolaire afin de mettre un terme aux revendications de menus à caractère religieux.

Proposition n°36 / Laïcité:  Abroger le concordat en Alsace-Moselle, ou, à défaut, reconnaître à l’Islam le statut des religions concordataires.

Et en marge de ces propositions, cette petite insertion: " La Licra demande que soit inscrit dans les programmes [ scolaires ] un enseignement spécifique de la laïcité. Il s’agit dans ce cadre de  montrer qu’il y a un avant et un après 1789, une rupture entre une société théiste où la croyance est obligatoire et une société qui, si elle reste incidemment déiste, n’oblige plus à pratiquer une religion ou à croire en Dieu. Cet enseignement doit également permettre aux professeurs de mieux répondre aux revendications communautaristes basées sur des concepts politicoreligieux ou ethnocentristes qui s’expriment régulièrement à l’école et, plus largement, dans notre société. "

Tout cela me paraît assez curieux, étrange. J'ai l'impression que cette démarche fonctionne à sens unique: au nom de la laïcité, gommer certaines de nos racines chrétiennes, mettre en France sur un plan d'égalité toutes les religions, se servir de l'éducation civique comme vecteur d'une laïcité à imposer coûte que coûte, une laïcité à géométrie variable...

Une impression bizarre... Pas vous ?

Folie passagère 1060.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

9 commentaires:

  1. Quand les gens de la LICRA se mêlent de politique, mon cher Corto, on ne peut pas dire qu'ils soient très bons, qu'ils savent prendre la mesure du ressenti de nos compatriotes.
    En 2001, la LICRA a lancé une campagne : "Stoppons l'apartheid en France".
    En 2002, Le Pen était au second tour de la présidentielle.

    RépondreSupprimer
  2. @marianne: le pb de gens comme la LIcra c'est qu ils ont une certaine influence alors qd je les lis et écrire par exemple: dépénaliser le séjour irrégulier des étrangers , je m interroge sérieusement sur les capacités mentales de ceux, en particulier a gauche, qui écoutent et prennent en compte les "avis " de la LICRA

    RépondreSupprimer
  3. Je remercie vivement la LICRA de m'avoir ouvert les mirettes. Jusqu'à maintenant, je pensais qu'un état laïc permettait à qui le voulait de pratiquer sa religion ou sa non religion dans la sphère privée et uniquement privée. Je vois que je me trompais...
    Ce qui est préoccupant, c'est la référence au milieu scolaire. Les enfants et les adolescents seraient-ils, par hasard, plus (influençables) ouverts que les autres?

    Cela étant, l'enseignement du fait religieux comme fait historique, je ne suis pas contre. Impossible de rien comprendre à l'histoire de France et d'Europe sans avoir une idée, même vague, de ce qu'est le christianisme le judaïsme et l'islam. Là, point de parti pris: la neutralité est de mise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Io: non seulement, la LIcra sous entend de réintroduire la religion ds l espace public, propose de mettre un coin "bouffe" special ( halal ? ) ds les écoles sous couvert grossier d'éviter les demandes "spéciales" ( propo. n°35), propose de rendre légal quelque chose qui est illégal ( N°30) sans doute pour stimuler l'immigration...etc... Non franchement, ils sont vraiment "space" ces gens là.

      Quant à l'enseignement du fait religieux, si j avais l assurance d une stricte neutralité...

      Supprimer
  4. Vous avez dit bizarre ? moi je ne trouve pas... c'est la LICRA et son mouvement à gauche sensible depuis quelque temps
    En tout cas moi demain, en réaction, je ferai mes courses à auchan, il y a une promotion sur le porc !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Francis: c est dôle, moi j ai prévu pour demain, une rouelle de porc aux deux pommes, c'est boooooon !

      Supprimer
  5. Rien de vraiment étonnant là-dedans. La laïcité telle qu'elle est travestie en France n'est rien d'autre qu'une religion séculaire qui en tant que religion d'Etat ne souffre pas la concurrence. D'une certaine manière, la façon de voir de ces gens me rappelle furieusement l'épisode du sac d'Alexandrie :

    " En l’an 640, an 22 de l’Hégire, l’émir Amr ibn Al-’As conquiert Alexandrie. La ville n’a pas trop souffert. Il s’empresse d’écrire au calife Omar ibn al-Khattab qu’il a trouvé 4.000 palais, 4.000 bains publics, 400 théâtres et autres lieux de divertissements, 12.000 commerces et 40.000 hébreux dans la ville. Il interdit à ses hommes de se livrer au pillage et entame la construction de la mosquée de la Clémence.

    L’émir est un lettré, aussi il demande à rencontrer le conservateur Philarète, qui lui narre par le détail l’histoire de la bibliothèque. Mais comme il est aux ordres du commandeur des croyants, il envoie une lettre au calife dans laquelle il lui demande ce qu’il doit faire, entre autres, de cette somme de connaissance. Doit-elle rester sur place ou lui être envoyée ? Au bout d’un mois la réponse arrive :

    “… quant aux livres : si leur contenu est conforme au livre d’Allah, nous pouvons nous en passer, du fait que, dans ce cas, le livre d’Allah est plus que suffisant.

    Si, en revanche, ils contiennent quelque chose de non conforme au préceptes du livre d’Allah, il n’est aucunement nécessaire de les conserver. Procède donc à leur destruction.“

    Les livres furent donc répartis dans les divers établissements de bains où ils servirent de combustible pour les poêles et autres hypocaustes. Six mois furent nécessaire pour tout brûler.
    "

    Tout ce qui n'est pas conforme à la manière dont l'Etat comprend la religion doit nécessairement être combattu.

    @ Io : La laïcité est très vivante dans de nombreux pays qui pourtant font référence à Dieu dans leur devise, ou leur constitution, etc. C'est un principe simple en fait. L'Etat se veut neutre sur la question religieuse car il estime ne pas être compétent et que cela est en dehors de son champ d'action. Il ne prend donc partie pour aucun culte que ce soit sans pour autant interdire aux religions de faire valoir leur avis sur tel ou tel point du débat public. Ce qui est pratiqué chez nous est très différent car le laïcardisme est le fruit incestueux de l'union des républicains et des frères trois points.

    RépondreSupprimer
  6. pas de viande un vendredi de Careme ^^ ok je sors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Parisien Libéral: C'est Carême ? Ben zut, je n ai pas vu un reportage àla TV pour nous le rappeler. Pour la peine, un bon Gigondas avec la rouelle, ça devrait le faire

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP