mercredi 29 février 2012

Allo ? Vous êtes le12ème Monsieur X


Pour faire un bon billet ( sous-entendu qui soit énormément lu, relayé et agréable à lire ) aujourd'hui, il fallait parler de l'agression dont ont été victimes Pulvar et Montebourg par de supposés militants du FN. Cette agression est dégueulasse, certes, mais lorsque Dupont et Martin se font agresser, on en fait pas tout un plat. Donc, je vais vous parler d'autre chose; par exemple,de ce curieux coup de fil reçu à midi. Succès nettement moins garanti.

Nous sommes donc à table avec père et mère lorsque le téléphone sonne. Je décroche et une voix me dit:

- Bonjour, mon nom ne vous dira rien, je cherche à joindre M. X. Vous êtes le 12ème que je fais. M. X. était en 1964 à Mont de Marsan, il était commandant; en fait mon supérieur hiérarchique d'alors et je cherche à le joindre depuis un moment.

Assez surpris, je lui dis qu'il est au bon endroit et lui passe donc mon père, le M. X. en question. ( non sans brancher le haut-parleur ).

Mon père, tout aussi surpris par l'époque citée, 1964, prend donc l'appel et confirme être bien le M. X. recherché. Le monsieur explique donc que depuis quelques mois, il cherche à entrer en contact et qu'à l'âge qu'il a, 67 ans, il était temps que sa quête aboutisse. Visiblement, il semble content et nous tout étonnés. Mon père, après les politesses d'usage, demande tout de même les raisons et de cette recherche et de cet appel. Le monsieur répond:

- Vous ne pouvez pas vous souvenir de moi. je n'étais qu'un parmi les quelques centaines de vos subordonnés. Un simple sous-officier mécanicien. Vous étiez en ces lieux, place et époque, l'Autorité. Mais j'avais un truc important à vous dire qui me tenait à cœur...

( Nous nous regardons, un brin amusés, un brin médusés. Père n'a effectivement aucun souvenir de ce monsieur; un parmi 6 ou 700 gugusses qu'il avait sous ses ordres. Le monsieur est-il sérieux ? )

- Oui, Monsieur X., Je voulais vous dire qu'à l'époque, simple sergent, j'avais été fort impressionné par votre personne, votre comportement, votre façon de commander et de faire partager votre passion pour votre métier. Vous fûtes pour le reste de ma vie, un modèle, un exemple à suivre. Exemple que j'ai suivi puisque par la suite je suis devenu officier puis pilote d'avion, d'abord dans l'armée, puis dans le civil...

( Lorsque l'on sait la difficulté qu'il y a pour un sous-officier à devenir officier, pour un mécanicien à devenir pilote, la performance est louable. Mon père lui demande tout de même de clarifier - militaire un jour, militaire toujours -  les motifs de son appel. Le monsieur poursuit donc... )

- Au fait donc. Oui, M. X., mon appel n'a d'autre but que de vous remercier pour l'exemple que vous fûtes. J'ai toujours eu tout au long de ma carrière le souvenir de l'homme que vous étiez, de l'officier juste et compétent auquel il nous fallait obéir et faire confiance. Vous l'aurez compris, à l'heure de mettre mes affaires en ordre ( il nous glisse au passage qu'il est maintenant à la retraite et atteint d'un cancer ), il me fallait vous joindre, juste pour vous remercier pour le modèle que vous avez été. Merci donc...

Les politesses d'usage. Bis. La conversation s'achève et ni mon père, ni moi, avons eu le temps de noter le nom du monsieur; un monsieur qui aura attendu 48 ans pour dire merci.

Il fallait que la chose soit faite.

Rarement j'ai vu mon père aussi ému qu'aujourd'hui. A l'heure qu'il est, il se demande encore qui est exemplaire: lui pour le modèle qu'il aurait été ou ce monsieur qui, sans jamais oublier, attendit 48 ans pour dire merci.

Folie passagère 1071.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

24 commentaires:

  1. et ben ! il y a encore des gens rudement bien dans notre monde de cons !! remercier de cette façon, c'est remarquable et aussi pour ton papa , avoir succité un tel exemple ! bravo m'sieur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @boutfil: c'est étonnant tout de meme comme anecdote. 48 ans pour dire merci! Chapeau a ce gars là dont on entendra sans doute plus parler.

      Supprimer
  2. Et puis, tu crois pas que ça a des relents " d'attentat de l'observatoire " la fumeuse agression de la reine du pare-brise panoramique et du baron de la parole-d'or ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @boutfil: ah non alors, pas l 'observatoire tt de meme. Ni l un , ni l autre n'ont l'envergure et la perfidie d un mitterrand. ceci dit, je trouve qd même curieux que comme par hasard une meute de nazillons se soit trouvé là où passaient justement les 2 tourterreaux. A vrai dire je m en fous. nettement moins que du foin qui est fait autour de cela.
      Je ne suis pas sur que si les memes affreux t'avaient coursé toi et ton Dom, la presse en ait parlé

      Supprimer
    2. Mais ils ne nous auraient pas coursés nous, l'homoanarchoréac aurait calmé le jeux et il les aurait invités à aller prendre une binouze , les 2 autres ont dû prendre ça du haut de leur importance et ils se sont fait rentrer dedans, si ça se trouve c'était pas plus des nazillons que des cailleras ordinaires...y'avait des témoins ?

      Supprimer
  3. Ben mon colon !
    Je parlais avec la générale qui vit au-dessous de chez moi, hier, de tous ces officiers qui ont été tout à fait remarquables, sur tous les territoires où ils ont servi, et qui ont été des modèles pour leurs hommes.
    Le mari de ma générale, était capitaine de la Légion, à l'époque dont vous parlez !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne : ça nous rajeunit pas, j'avais tout juste 1 an, j ouvrai a peine les yeux. Des fois je me dis que j aurai pas du les ouvrir :)

      Supprimer
  4. Bon, tu n'as pas lu mon billet, ou juste le premier paragraphe. Je suppose qu'à part le gentil lien que tu m'as fait, ça ne vaut pas la peine que je te réponde ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @falcon: comment ça , j ai pas lu ton billet ? Fais pas ton Jegoun , tu mérites nettement mieux. Ton billet est très bien. Tu es quelqu un de très surprenant.

      Supprimer
  5. Laisse mon ami Nicolas en dehors de la discussion.

    Comme je te l'ai dit plus haut, ça ne vaut en effet pas la peine que je te réponde.
    C'est dommage, ton billet est beau. Ton entame par contre est aussi nulle que malhonnête. Mais c'est ton problème : si c'est comme ça que tu veux battre la gauche, je suis très inquiet pour mon pays...

    (mais c'est ton problème après tout : c'est toi la "vraie droite"...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @falconhill: mais t as fumé la moquette ce soir ou quoi ? en quoi mon entame est nulle et malhonnête ?

      Supprimer
  6. 1/ ton père est sûrement un monsieur bien et fut certainement un bon exemple, un bon éducateur, quelqu'un qui marque
    2/ son interlocuteur téléphonique est un monsieur qui avait besoin de phare et qui en plus est reconnaissant
    3/ les agresseurs de Dupont, Martin, Corto, Méoule, Pulvar, Montebourg, Sarkozy, Hollande, sont des petits (ou gros) cons qui n'ont pas eu la chance de croiser ton père.
    Ce n'est donc pas en supprimant des postes de "pères de Corto", dans l'armée, dans l'éducation nationale, dans la police, dans la gendarmerie, dans les crèches, etc, qu'on résoudra le problème.
    Avec toute mon amitié et mon profond respect à ton père.
    NB : je suis, dans ma commune, élu aux anciens combattants. Nous faisons ensemble un travail de mémoire formidable... et ils adorent "leur gauchiste" d'élu !!!

    RépondreSupprimer
  7. @philippe méoule:

    1/ ok
    2/ la vraie "vedette" de ce billet
    3/ pour une fois que je ne mets pas de politique ds mon billet ... faut que t'en rajoute :)

    cordialement a toi

    RépondreSupprimer
  8. Salut Corto,

    Ton père et ce monsieur font partis d'une époque ou les gens avaient encore le sens de l’honneur.

    Bravo à ces des messieurs.

    RépondreSupprimer
  9. @grandpas: le sens de l honneur , le respect, la reconnaissance. C'est apparemment beaucoup trop demander aujourd'hui

    RépondreSupprimer
  10. Ah tu es un fils de militaire ;-) Je me dis qu'entre ton milieu et ton éducation catho ça n'a pas du toujours être facile de t'afficher avec honnêteté (au sens fidélité à toi-même), alors bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @bombay: a qui le dis tu ! A l époque, j avais trouvé a solution, je suis parti et suis revenu 10 ans après ! :)

      Supprimer
  11. C'est marrant cette envie de tout aseptiser. Comme si la politique n'était pas un combat, comme si la politique pouvait être honorable, comme si certaines personnes (Montebourg et Pulvar par exemple) devaient nécessairement être au dessus des contingences vécues par le militant lambda.

    Et oui, la castagne ça fait partie du jeu, tout comme les insultes d'ailleurs. Certes, ce n'est pas reluisant mais c'est la réalité du jeu républicain. Des factions s'opposent, s'affrontent, parfois en viennent aux mains. On ne peut pas créer des partis, donc de fait diviser le peuple en factions puis s'étonner qu'il y ait des clashes. Et puis par la magie républicaine, une fois le président élu il deviendrait le sage neutre, au dessus des contingences partisanes, le grand réconciliateur uniquement préoccupé par le Bien Commun. Quelle blague !

    Les gens semblent oublier ce qui a été le quotidien politique de notre pays jusqu'à une époque très récente. L'Assemblée était régulièrement secouée par des invectives, des insultes, on en venait parfois aux mains, on se balançait des encriers au visage. Et puis après une brève période d'émasculation, lorsqu'on ressert la soupe les bobos font la moue "beurk, quelle vulgarité, quelle indignité" pour ensuite en faire des tonnes sur le peuple de gauche. Je cherche encore la logique dans tout cela.

    Ceci dit, moi je m'en fiche, n'étant pas républicain, je ne vote pas.

    RépondreSupprimer
  12. @koltchak: tu t en fiche tellement que tu écumes les blogs pour donner ta façon de voir :)
    Et sans vouloir lancer le débat, je pense que les gens qui ne votent pas sont assez mal placé pour juger ou donner leur avis sur ce qui se passe. La moindre des choses est d'au moins exprimer son opinion ds les urnes, ne serait-ce que par un bulletin nul ( nul ou blanc ) mais au moins la demarche est-elle faite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vote pas en raison de mes convictions qui ne sont pas républicaines. Pour autant je ne m'interdis pas de donner mon avis sur le cirque démocratique. Je ne peux m'empêcher, en lisant les indignations de ceux qui récusent la violence politique, de penser à Bossuet.

      Supprimer
  13. "il se demande encore qui est exemplaire: lui pour le modèle qu'il aurait été ou ce monsieur qui, sans jamais oublier, attendit 48 ans pour dire merci."

    Les deux, mon commandant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @xerbias: le temps a passé , les 2 mon général aujourd'hui :)

      Supprimer
    2. Ah, quand même !

      Amicalement.
      Al.

      Supprimer
    3. @al west: oui, tout de même ! :)

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP