dimanche 12 février 2012

La guerre des valeurs, la société de demain.



Ils sont bien embêtés nos candidats à la présidentielle ( les candidats sérieux ) parce qu'ils ont un gros problème: ils n'ont pas grand chose à nous mettre dans la gamelle pour séduire. Et un électeur, il faut le séduire. En matière d'économie, ils sont tous coincés et n'ont pas le choix. In fine, il n'y a que deux choses qui intéressent les Français: l'emploi et le pouvoir d'achat. Nos zozios ne pourront pas, pour une fois, nous promettre n'importe quoi, coincés qu'ils sont par la dette et la réduction des déficits. La seule marge de manœuvre disponible pour eux sera la façon astucieuse avec laquelle ils emballeront le cadeau: l'indispensable rigueur. La démagogie pourra éventuellement faire office de bolduc, pas bien longtemps cependant.

Il y a fort à parier donc que le débat se déplacera intentionnellement sur les valeurs. Les valeurs qui comptent, celles qui font cliver et celles qui séduisent. Et sur ce volet des différents programmes, les valeurs, la démagogie pourra s'exprimer à plein.

Hollande se prononce pour le " mariage " gay, Sarko, se prononce contre. Egalité pour l'un, défense de la famille traditionnelle pour l'autre. Légaliser l'euthanasie chez les degauches, préserver la loi Léonetti et la vie pour la droite. Droit de vote pour les étrangers hors UE aux élections locales pour nos modernoeuds, niet pour la droite, acquisition de la nationalité comme préalable. Etc, etc...

Mais ne soyons pas dupes, ce qui se cache derrière ce type de propositions, ce sont avant tout deux conceptions et deux visions totalement opposées de la société française de demain.

L'une qui prône la diversité, le modernisme à tout crin, le multiculturalisme; bref, un progressisme qui se construirait sur le brassage d'un hier connu et d'un devenir "escompté" rose et festif; la diversité érigée en identité nationale. Bref, le bonheur pour tous !

L'autre qui repose sur les bases solides d'une histoire française millénaire, ses traditions, ses richesses culturelles, ses racines chrétiennes,... En clair, une société qui construirait son histoire future en s'appuyant sur des fondamentaux. Les traditions et une certaine homogénéité pour identité nationale. Le bonheur pour chacun !

Deux conceptions tellement opposées que nous allons assister dans les mois qui viennent à tous les dérapages car c'est sur le seul terrain des valeurs que les candidats pourront réellement séduire et faire preuve de toute la démagogie indispensable pour réussir en politique.

Folie passagère 1044.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

19 commentaires:

  1. Je ne suis pas tout à fait sûre que votre prédiction soit la bonne.
    Je vois mal les Français s'étriper sur le mariage homosexuel ou l'euthanasie. Bien sûr il y a les "pour" et il y a les "contre", mais il n'y a que des députés pour s'étriper sur ce genre de sujet.

    RépondreSupprimer
  2. @marianne: alors sans doute me suis je mal exprimé. Bien sur que ce ne sont pas les Français qui vont s'étriper la dessus, ce sont nos politiques, nos éditocrates, les médias etc... Au bout du compte, l'un des deux camps s'imposera médiatiquement sur les valeurs ( puisque sur l'économie, c'est kif-kif et pas de marges de manoeuvres) et ce camp puisqu'il se sera imposé médiatiquement influera sur le vote des électeurs.

    Ce que je veux dire c'est que comme les politiques ne peuvent plus faire de promesses économiques dispendieuses, ils ne reste plus que le terrain des valeurs qui peut faire pencher la balance. Nous avons donc bien une nouveauté tt de même ce coup-ci, plus que des choix eco. les Français feront un choix sur des valeurs, sur un projet de société.
    Compris ous suis je encore confus ? ( ce qui est fort possible avc le gros rhume que j ai )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'êtes pas confus du tout, mon cher Corto, et je vous avais très bien compris la première fois, mais je persiste à penser que vous avez tort. Le choix des Français se fera sur les programmes, quisont très différents.
      Je vais aller me faire un café et je développerai si vous voulez.

      Supprimer
  3. Pour moi le schéma comme l'article sont manichéens. Si la tolérance est de gauche, l'intolérance est de droite ? Et si je comprends bien, il n'y a rien de vraiment important pour la droite à part le travail puisque le mérite, l'innovation et la nation sont sous l'axe horizontal. Quant à la diversité, c'est à droite qu'on parle (ou qu'on parlait) de discrimination positive.
    Et pour prendre l'exemple du mariage gay, il y a des gens à droite pour, Sarko ne serait pas contre, mais sa majorité et son électorat sont plutôt contre et comme c'est gars pragmatique...

    Mais c'est vrai que les sujets de société sont les derniers moyens d'action des politiques. Mais personne n'est dupe : chacun voit midi à sa porte et veut voir son pouvoir d'achat préserver (à défaut d'être augmenté)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jérémie: quoi de manichéen ? Il y a des valeurs et pour chacune d'entre elles, la "gauche" a sa traduction, la droite la sienne.
      Je dis juste que vu que economiquement, les candidats ne pourront que difficilement nous faire prendre des vessies pour des lanternes, il leur reste le terrain des valeurs pour séduire. Et qui dit choix d'une traduction des dites valeurs dit choix de société

      Je suis gay, suis pro "mariage" gay, de droite et pourtant je m en tape que Sarko le refuse car je sais qu un jour ou l autre, nous y viendrons. par contre, pour l euthanasie, je n'en veux pas: tant qu il y a de la vie,n y a de l espoir. Pour le vote des étrangers, la gauche plus par souci electoraliste qu'humaniste le souhaite, pas moi car je considère que ce serait la porte ouverte sur une dilution de notre identité, un "permis" de diversifier dont je ne veux pas.
      etc...

      "les sujets de société sont les derniers moyens d'action des politiques", c'est vrai mais on n aurait bien tort de ne pas les étudier de près.

      Supprimer
  4. Corto, Non, ce n'est pas kif-kif et les Français vont être très attentifs aux mesures proposées. Certes, les 2 candidats principaux ont un souci commun,
    ou trouver l'argent pour combler les déficits. Mais, comment va se répartir
    l'effort, là les Français vont être attentifs.
    Les questions sociétales en revanche... Oui, que les parlementaires s'étripent,
    ça distrait les idiots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec vous, et vous seriez Olive que ça ne m'étonnerait pas !
      Les candidats seront obligés de nous dérouler toutes les mesures qu'ils prendront tout au long du quinquennat. Et plus moyen de faire rêver qui que ce soit. Les mesures d'économies devront être équilibrées par des mesures de relance dans la mesure du possible, sinon c'est le sort de la Grèce qui nous attend, à terme. Pas de quoi rigoler.
      Cette TVA dite "sociale" est de ce point de vue une excellente mesure. A souhaiter que 1,6% d'augmentation suffise pour regagner un peu de notre compétitivité. Hollande a eu tort de balayer cette mesure qui était au départ une idée socialiste.
      Il ne nous a toujours pas dit combien cela coûterait aux Français sa fusion de l'impôt sur le revenu et la CSG. Sachant que, contrairement à ce qu'il dit, cela ne coûtera rien aux plus riches qui sont, soit déjà partis de France, soit en train de partir.

      Supprimer
  5. Il n'y aurait que les parlementaires pour s'étriper sur les sujets sociétaux, peut-être est-ce vrai et si c'est le cas c'est dramatique et montre à quel point le peuple français a été formaté, abruti à force d'hédonisme consumériste et de panem et circenses télévisuels et sportifs.

    De nos jours il n'y en a que pour l'économique, comme si ces questions étaient centrales. D'une certaine façon ça l'est puisque la démocratie libérale a réduit l'homme à sa dimension d'agent économique. Cependant, il serait bien dangereux de considérer que les questions sociétales sont accessoires. Bien au contraire, ce sont elles qui font sens, qui structurent notre vie quotidienne, notre univers mental de citoyen français. On a vu les dégâts causés par la déchristianisation forcée, on a vu les dégâts de l'idéologie soixante-huitarde, on a vu les dégâts causés par le multiculturalisme. Ils ont pu avoir lieu parce que les français ont baissé la garde sur les questions de société.

    Ceci dit, parler de la droite française, concept ô combien comique au vu de la politique conduite par cet ectoplasme politique depuis 30 ans, comme porte-voix de la tradition, fallait oser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchack/ mais j ose tout ! Puisque nous sommes ds une société d'opposition ( les gros face aux maigres, les riches/les pauvres ...) il y a aussi la droite et la gauche. Alors si il est évident que la droite d aujourd'hui ( représentée par Sarko pr faire vite ) n a rien de la droite que tu souhaiterai, il n empêche que je préfère cette droite à la gauche incarnée pâr Hollande et autres.

      Et pour défendre certaines traditions, certaines habitudes etc... ne souhaitant pas de cette irréaliste de Le Pen et encore moins de tous ces doux rêveurs royalistes, je prend la droite Sarko.

      Pour le reste, ns sommes d'accord , un vote c'est ausi un choix de société. Et ce que nous promet la gauche...

      Supprimer
    2. Le problème c'est que ce n'est pas avec cette droite Canada Dry que vous verrez les traditions défendues. Entre eux et les socialistes la différence se mesure au micron.

      Ne rêvez pas, la renaissance ne viendra pas des urnes. Le personnel politique est corrompu jusqu'au trognon et la population prête à se jeter aux pieds du premier beau parleur venu. Vous en doutez ? Regardez 2007, Sarko a cocufié ceux qui ont voté pour lui comme Chirac l'avait fait avant lui, et Mitterrand, et Giscard. Il nous faut un Franco pour remettre de l'ordre et mettre au pas ceux qui doivent l'être. Sans haine mais sans pitié.

      Quant à l'idée royale, elle fait son chemin. Ils étaient anecdotiques en 1981 lorsque j'ai reçu ma première carte d'électeur. Aujourd'hui les blogs et sites sont nombreux, et les commémorations du 21 janvier se sont multipliées. Il y a 30 ans on en comptait deux ou trois pour toute la France, aujourd'hui on dépasse les 60. En y regardant bien, ce sont les seuls véritables conservateurs en France.

      Supprimer
  6. @ Marianne, je crois en effet que la TVA sociale sera moins douloureuse pour les
    Français, qu'une fusion CSG IR imposée aux classes moyennes qui n'ont en tout état
    de cause aucun moyen d'y échapper contrairement à d'autres. Le réflexe hostile
    en la matière est la peur de l'inflation.
    Ceci dit, on ne peut que constater que cette TVA sociale fait pousser des cris
    d'orffraie à tous les partis de gauche, ce que je regrette. Olive

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'on peut regretter, ma chère Olive, c'est que cette "TVA sociale" n'ait pas été appliquée dès le début du quinquennat de Sarkozy. Dommage !
      Quant aux "cris d'orfraie de la gauche", ils ne s'expliquent que parce que c'est Sarkozy qui veut mettre cette mesure en place.
      Ceci dit toute la pédagogie sur cette mesure reste à faire tant tout le monde dit n'importe quoi sur le sujet.
      Il faut expliquer que, contrairement à ce qu'on fait croire, cet impôt vise l'importateur et non le consommateur. C'est une mesure qui peut s'apparenter à du protectionnisme, que tous les pays emploient, pour rendre les produits importés plus chers et donc les produits nationaux moins chers.
      C'est sûr que c'est plus facile d'être pour ou contre le mariage homosexuel, que cette semaine une mairesse s'est encore octroyé le droit de célébrer dans sa mairie, en toute illégalité.
      Ces deux hommes d'un certain âge, s'embrassant sur la bouche devant cette femme ceinte de tricolore avait quelque chose de pathétique.
      Pour ma part, j'en veux beaucoup à ces associations, qui poussent de pauvres types à se prêter à ce genre de mascarades.

      Supprimer
    2. @marianne: "Ces deux hommes d'un certain âge, s'embrassant sur la bouche devant cette femme ceinte de tricolore avait quelque chose de pathétique" c'était "sale " hein, "grotesque" en somme... je sais c'est ce que j ai entendu ici aussi.

      Pour le reste, Olive et vous discutez sur les aspects economiques qui ont leur importance, certes, moi je ne fait que dire ds ce billet qu il ne faut pas négliger l'aspect " valeurs" tel que defendu par les candidats car là aussi ce sont des choix de société, notre devenir en somme et celui de "nos" enfants.

      Supprimer
    3. Pourquoi voulez-vous, mon cher Corto, me faire dire ce que je n'ai pas dit ?
      J'ai dit pathétique et je le maintiens !
      Vous, vous dites sale, grotesque : c'est votre affaire.

      Supprimer
    4. @marianne: j écris : sale et grotesque, c'est ce que j ai entendu au vu des images du mariage en question. Mais ce que vous jugez pathétique, d'autres trouvent cela très bine, romantique, sympa ou que sais-je encore

      Je vous demande donc de vous expliquer :) sur votre "pathétique " :)

      Supprimer
  7. Je croyais avoir été suffisamment explicite auparavant, mon cher Corto.
    Ce que je trouve pathétique c'est qu'une représentante publique, en l'occurrence, le Maire, sans doute poussée en cela par des associations, attire deux braves types qui ont l'air d'une sincérité absolue, dans ce genre de mascarade ridicule puisque le mariage homosexuel est illégal.
    Je ne crois pas que les électeurs de cette femme l'ont élue pour qu'elle ridiculise ainsi sa fonction, et le vilain tour joué à ces "mariés" est tout simplement abject.
    Je reconnais que je ne suis pas dans le politiquement correct, qui veut que dès qu'il est question de mariage homosexuel on n'entende que des bêlements d'approbation en retour.

    RépondreSupprimer
  8. Je rejoins Kolchak dans son analyse. Sarkozy comme tous ses prédécesseurs ont les yeux rivés sur les sondages. C'est inhérent au système.
    Les candidats ne peuvent que faire du clientélisme.
    Je le rejoins aussi lorsqu'il dit que les royalistes sont les seuls conservateurs, voir les seuls représentants de la droite. Même "la Marine" s'est ralliée comme son père à Valmy et au jacobinisme. Rien à attendre de ce côté-là.
    On dit aussi que les ruisseaux font les grandes rivières.
    Je sais que je vais faire sourire Corto, mais le royalisme est une idée d'avenir. C'est même la seule issue si la France veut survivre en tant que nation, sinon elle sera balayée aux vents de l'Histoire. Elle ne s’appellera plus que "république islamique du Frankistan".

    RépondreSupprimer
  9. @koltchack et jeff: je ne me fais pas d illusion, je sais bien que la "renaissance" ne viendra pas de la droite actuelle. Et peut-etre que vous avez raison pour dire que les royalistes sont les garants de nos traditions et toussa. Mais je suis pragmatique, je fais avec ce que j'ai; et entre le socialisme a la Française ( beni oui oui de la diversité et du multiculturalisme ) et la droite actuelle, mon choix est vite fait pour dfendre le reste de valeurs auxquelles je tiens

    RépondreSupprimer
  10. @Olive, la TVA sociale vient d'être rejetée en commission, les députés UMP étant moins nombreux que ceux de l'opposition :) Mais où étaient-ils ????? lol

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique