vendredi 17 février 2012

Blessures et cicatrices


Oui, je sais, on peut rire de tout, se moquer de n'importe qui et de n'importe quoi. Oui, je sais, la liberté d'expression est fondamentale, c'est d'ailleurs à ce titre que l'on autorise ce même " tout et n'importe quoi ". Oui, je sais, tous les avis se valent; le tien, plus que le mien ? Oui, je sais, j'ai tort puisque tu as raison, et vice et versa.

Mais que vous le vouliez ou non, il y a des sujets qui chatouillent plus que d'autres.

J'ai eu la chance de naître dans un milieu plutôt favorisé question nèfles et oseille; je n'ai pas eu de bol, je suis né dans un milieu où prévalaient en vrac: le bon Dieu et ses saints, le droit de faire l'amour pour procréer, non pour s'amuser... Vous l'aurez compris, un milieu où il est de bon ton de fonder famille. Maldonne, je suis né homo. Certains vous diront que c'est acquis, d'autres que c'est inné; sur le fond, je m'en tape, d'aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours été ainsi: pédé, homo, tafiole, inverti, contre nature, pervers ou simplement différent. Au choix en fonction de vos capacités à accepter l'autre.

Chez moi, dans mon milieu, dans mon environnement, la pression était forte, très forte. Il y avait le bien et le mal. Le bien, c'était la norme telle qu'admise par la famille, les parents, les potes de lycée et d'après, l'environnement sociétal et le qu'en dira-t-on. J'étais coincé, cerné, d'aucuns diront faible, d'autres " c'est ainsi ".  Peu importe. Coincé... alors pendant longtemps, très longtemps, j'ai fait comme si ... J'ai joué. Oui, j'ai joué parfaitement le rôle du parfait homme en devenir.  " Tu seras un homme mon fils ", m'a-t-on dit le jour où je partais à l'armée. Un vrai; un du genre travail-famille-patrie, aurai-je envie de dire si l'expression n'était pas si mal venue. Je draguais les gonzesses, je les baisais aussi, c'est ainsi que l'on disait entre potes. Et ça marchait plutôt bien.  Ils y ont cru, longtemps. Pas moi.

Il n'y avait pas de bonheur pour moi dans cette vie là. La souffrance était terrible. Peut-on bien vivre en n'étant pas soi. Impossible. Il faut dire que les homos, les pédés, ce n'était pas bien vu hier, aujourd'hui pas totalement non plus, quoiqu'en dise les ravis et les béats. Le pédé était source de toutes les railleries, de toutes les moqueries. Le pédé était un faible, le mignon, une anomalie. Alors, j'ai encaissé et encaissé encore. Je crois même que parfois, et pour donner le change, j'ai du casser du pédé, c'était bon pour la testostérone et pour la réputation. Se disculper. Comme si cela était impératif, imposé. L'homophobie était monnaie courante. Chaque insulte en ce sens, et quand bien même ne m'était-elle pas adressée, était pour moi une véritable souffrance, une blessure. Ça l'est encore. Ça le sera toujours.

J'ai du attendre longtemps le bon moment, non pour dire qui j'étais mais pour être enfin ce que je suis. Les blessures d'une homosexualité refoulée pendant longtemps, mal assumée par la suite demeuraient cependant. Alors, comme les rhumatismes par grand froid, les cicatrices démangent fortement dès que je suis confronté à des propos, des mots et des sous-entendus homophobes.

N'en déplaise aux gentils, l'homophobie,  seuls les homos peuvent véritablement en parler parce que tous, à un moment ou à un autre, en auront souffert. J'ai toujours vécu l'homophobie comme une profonde injustice. Elle est fréquente, bien plus qu'on ne le croit. Y compris chez les âmes bienveillantes qui vous jureront la main sur le coeur, croix de bois , croix de fer...: " Moi, les homos, je n'ai rien contre " ou bien encore " la preuve, j'ai des amis, un oncle ou un cousin homos ". Seul, l’oreille attentive de celui qui a souffert de l'homophobie saura déceler la sincérité du propos.

Hier, j'ai fait un billet sur cet affreux Vanneste. Sans doute était-il mal argumenté, possible. Certains commentateurs, sur ce blog ou ailleurs, n'ont pas vu d'homophobie dans les propos du gusse. D'autres ont pris sa défense, mettant en avant les faits historiques au détriment du discours homophobe et récurrent du bonhomme. Le suivre depuis quelques années, à la différence de beaucoup, me permet de juger du personnage.  Sous couvert de défendre la famille traditionnelle ( ce qui en soi est parfaitement légitime ), son homophobie est incroyablement présente dans la quasi totalité de ses discours. Je ne suis pas historien, ça c'est une certitude, ça en est une autre que de vous dire que question détection homophobique, je suis un véritable pro. Mes cicatrices me donnent quitus.

Alors, j'ai lu ici ou ailleurs beaucoup de commentaires sur cette saillie vannestienne, disculpame, ce mec est une ordure, et grand fut mon désarroi devant votre aveuglement. Un regret, celui de constater qu'aujourd'hui, mes vieilles blessures font encore souffrir, certaines plaies ont du mal à se refermer.

Quelques uns, peut-être sans le savoir, ont su les raviver.

Folie passagère 1052.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr
 

40 commentaires:

  1. rooolala comme c'est touchant!!:)
    Si tu savais comme on "vit bien" quand on a réussi à dépasser "tout ça"!!A 25 ans,je ne savais même pas que l'homosexualité existait!
    Bon je ne suis pas ici pour raconter ma vie....
    Gros câlin degauche (je ne peux pas m'empêcher!!:))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nigloo: de droite ou de gauche, les calins je prends

      Supprimer
  2. t'as fini dès le matin de me mettre la larme à l'oeil ?

    tu sais les blessures graves, on s'en remets, toujours, et je sais de quoi je parles crois moi, mais en même temps, ça te blinde...peut-être te manque-t-il encore quelques petites années pour que le blindage soit efficace , ça va venir, le seul ennui, c'est qu'on devient tellement dur au mal que tout te devient indifférent et que les autres te croient sans coeur, ils ne peuvent pas savoir que c'est une protection comme les envahisseurs, les créateurs de chagrins,
    je te fait pleins de gros bisous

    RépondreSupprimer
  3. Billet d'une grande sensibilité, c'est comme le racisme de tous les jours pas voyant mais blessant par de petites blessures comme me le dit ma tendre épouse:" Tu n'es pas noir, tu ne peux pas comprendre"; et encore moins me mettre à sa place.

    Certains jours , je me demande si je ne suis pas un brin xénophobe, pourtant!

    Mais où commence le rejet de l'autre sur un simple regard, sur un geste, sur une prise de position (pas d'idée malsaine); je ne sais pas.

    Comme l'écrit Boutfil, je crois qu'au bout d'un moment, on ne se retourne plus, pas que l'on s'en moque mais parce que l'on a plus de temps à perdre avec les indigents de la pensée.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: tu as sans doute raison. A la longue... et ne pas perdre son temps avec ceux que tu appelles les indigents de la pensée. ça peut marcher . A voir
      bonne journée a toi

      Supprimer
  4. Mon très cher Corto,
    J'ai bien compris que je suis celle qui a dû le plus "raviver" vos plaies que je suis loin de vouloir minimiser.
    Cependant dans les commentaires que j'ai écrits sur votre billet sur Vanneste, je m'adressais à l'homme que vous êtes et non à l'homosexuel. Ce faisant je n'ignorais pas qu'il y avait le risque de vous blesser.
    En même temps, il me semblait que vous deviez être capable d'encaisser, car vous ne pouvez pas écrire : "Je ne veux plus voir les communautarismes altérer notre identité nationale" et ne pas être heurté, comme je l'ai été ce matin, en entendant François Fillon justifier l'exclusion de Vanneste pour ne pas blesser une "communauté".
    Pour moi il est aussi incongru d'accepter le concept de "communauté homosexuelle" que celui d'accepter celui de "communauté de Noirs" ou de "communauté de Musulmans".
    Il ne peut y avoir deux poids et deux mesures.
    Dénoncer et combattre l'homophobie partout où on la constate, c'est bien.
    Essayer de fonder une lutte communautariste sur un mensonge historique, c'est mal.
    C'est en tous les cas mon avis.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: mensonge historique... Alors ds cette "affaire Vanneste", il y a eu ds 1 premier temps, l'indignation pour ses propos.
      Ds un deuxième, l'Histoire mise e avant pour dédouaner le gusse: il n y a pas eu d'homos français déportés hormis ceux d"Alsace Lorraine ( on notera que pour 1 fois ça arrange tt le monde que cette région ne fut plus française à l'époque )
      Il semblerait que le 3ème temps ait démarré ce matin, sur certains journaux ( Le Figaro l'express...), on rédécouvre 210 homos français déportés, chiffre ramené à 62 puis relevé à une centaine puis diminué à 6 ou 7 pour s'arrêter à "un minimum de 13 ". Ainsi semble-t-on dire que Vanneste avait raison mais tort aussi. Ah, L'histoire...
      Il n'y en aurait qu 1 que cela srait tout de même de trop.

      Supprimer
    2. C'est dommage que vous sembliez ne pas comprendre ce dont je vous parle, mon cher Corto.
      Si vous admettez le communautarisme homosexuel que visiblement certains essaient d'asseoir dans notre pays, parce qu'il y a eu des déportation d'homosexuels, vous serez obligé d'admettre le communautarisme des Noirs à cause de l'esclavage et le communautarisme des Musulmans à cause de la colonisation de l'Algérie.

      Supprimer
    3. @marianne: Mais où avez vous vu une quelconque volonté de ma part d'admettre le communautarisme gay ? Ce serait un scoop.

      Supprimer
    4. J'aime mieux ça, mon cher Corto !
      Mais je peux vous dire que quand vous partez bille en tête pour demander l'exclusion d'un député qui est demandée par ces associations d'homosexuels qui fonctionnent comme des lobbies politiques, je vous assure que vous semez le doute.

      Supprimer
    5. @marianne: bille en tête, absolument mais en mon nom uniquement !

      Supprimer
  5. Bonjour,

    C'est la première fois que je poste ici même si j'ai souvent été tentée auparavant (sans jamais oser).
    Je suis touchée par ce que vous avez écrit, tout simplement parce que je suis moi-même lesbienne (restée dans l'ombre pendant très longtemps) et que votre texte me rappelle des souvenirs.

    Cependant, s'agissant du texte qui a fait beaucoup commenter, je ne suis pas totalement d'accord avec vous. Justement, la veille des propos de Vanneste, je parlais de lui à mon amie (qui ne le connaissait pas), le décrivant comme homophobe d'après ses anciens propos. Là-dessus, je n'ai aucun doute.
    Mais pour ses derniers propos, dans la mesure où ils ont une réalité historique, je ne vois pas quelle raison nous permet de soulever un tel tollé. C'est lors de ses précédentes déclarations qu'il aurait fallu se manifester aussi fortement.
    J'ai lu les commentaires sur le billet et je pense que c'est ce que cherchaient à vous expliquer la plupart des intervenants.

    Dans votre blog, il vous est arrivé de regretter que l'on agite le drapeau du racisme à tout bout de champs dans notre société. Ça m'énerve aussi profondément que l'on ne puisse plus rien dire sans être ostracisé. C'est pour cela que dans ce cas précis, j'adopte la même position et que je pense que les propos de Vanneste (mais seulement les derniers) relèvent simplement de la liberté d'expression.
    Si l'on suit votre raisonnement actuel, il est normal que la phrase "toutes les civilisations ne se valent pas" (que vous approuvez et que j'approuve également) ait provoqué une telle levée de bouclier. Il est normal aussi que l'on condamne quelqu'un qui se plaint "je suis le seul blanc à Chatelet à 18h" ? Et bien non, ces propos doivent, dans la limite du raisonnable, provoquer un débat et non une censure.
    De même, les derniers propos de Vanneste doivent être discuté pour ce qu'ils sont et non au regard de ses anciens propos.
    Il aurait dû être condamné avant. Pourquoi ne l'a t'il pas été ? Pourquoi maintenant ?

    J'espère n'avoir pas été trop abrupte (si c'est la cas je m'en excuse). J'ai souvent tendance à m'emporter sur de tels sujets.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Magalilf: bienvenue ici !
      Allons bon , ne pas oser commenter ici :)
      Pourquoi un tel tollé? Parce que nous sommes en période électorale et que l UMp ne peut pas se permettre d'avoir une image dégradée par les propos de Vanneste. l'UMP ne veut pas apparaitre comme anti-gay surtout après l'annonce de Sarko de dire non au mariage gay. Vanneste étant coutumier du fait question homophobie, l'occasion était trop belle avec sa dernière sortie pour enfin le virer.

      Pour la vérité historique, les choses sembleraient évoluer. Vois mon commentaire c-dessus à Marianne. A suivre.

      Abrupte, point du tout et bonne journée à toi aussi

      Supprimer
  6. Corto, à vous lire, il me semble que mes propos ont pu vous choquer. Je vais donc m'expliquer clairement :

    Vanneste est homophobe, c'est un fait. Il pense ce qu'il veut, je m'en fous. Mais en plus ces "explications" de l'homosexualité sont totalement absurdes et ridicules, ce qui me fait dire qu'en plus d'être homophobe c'est un con.

    Mais mon commentaire ne concernait que ses propos sur la déportation des homos, et rien de plus.

    Bref, sans être homophobe (comme vous l'avez dit, moi aussi j'ai des amis gay et ce n'est pas une preuve de non-homophobie) je ne suis pas non plus pro-gays (si ce terme veut dire quelque chose…).

    Etant libéral, j'estime que chacun fait ce qu'il veut de son cul, je m'en tape complètement. Etre gay ne définie finalement pas grand-chose, pas plus et pas moins qu'être hétéro.

    Maintenant, je me dois d'être totalement honnête, il y a une chose qui m'agace chez les homos, c'est la folle genre Vincent McDoom ou je ne sais quel idiot dans le même genre.

    Pour le reste, chacun fait ce qu'il veut.

    La liberté des uns s'arrête la ou commence la propriété privée des autres.

    Continuer d'écrire !

    RépondreSupprimer
  7. Je rajouterai qu'étant un fan absolue de Queen, il me serait quand même très difficile d'être homophobe tant est grande la considération que j'ai pour l'homme et l'artiste qu'était Freddie Mercury...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @skandal: "j'estime que chacun fait ce qu'il veut de son cul" oui moi aussi et si seulement c'était aussi simple..;

      Mac doom, c'est la caricature du gay. Une extrème. Il/elle peut choquer, moi il me dérange nettement moins que le macho bien viril et bien beauf qui roule des mecaniques. :)

      Et pi de tte façon, à partir du moment où tu es fan de Queen et de Mercury, tu ne peux pas être totalement mauvais :)

      Aucun souci pour ce qui est de continuer a écrire

      Supprimer
    2. "Et pi de tte façon, à partir du moment où tu es fan de Queen et de Mercury, tu ne peux pas être totalement mauvais :)"

      C'est très certainement vrai !!

      Supprimer
  8. Sur le sujet de vérité historique, justement, ça amène le débat. Ça permet d'approfondir le sujet.
    Sur certains sujets, on essaye de nous faire croire qu'une seule version est la bonne en nous empêchant d'en discuter. Je sais que vous avez déjà essayé ici et j'en ai moi-même fait l'expérience dans la vie, remettre en cause certains faits établis par la pensée dominante sur la guerre d'Algérie vous vaudra d'être mis au pilori. Pensez-vous que l'on ne doive pas discuter de tels sujets pour autant ? Essayer d'éclaircir les faits, de démêler le faut du vrai, de se faire sa propre idée ? Je suis pour le débat dans le respect de l'autre évidemment. Mon amie a des idées diamétralement opposées aux miennes. Je ne compte plus le nombre de prises de becs que l'on a dès qu'on aborde les sujets qui fâchent (politique, immigration, colonisation, islam...). Mais je lui suis reconnaissante de respecter mes idées et de me laisser les lui exprimer sans me cataloguer comme je pourrais l'être en société (à savoir raciste, intolérante, xénophobe, fasciste...).

    Pour ce qui est des motifs d'exclusion de Vanneste, mes questions étaient rhétoriques. C'était justement pour montrer qu'il n'était pas exclu parce qu'il est homophobe mais parce qu'il dérange à cette période de l'année.
    Comme Marianne, je suis contre ces groupes de pression qui braillent pour un oui ou pour un non, qu'ils soient noirs, musulmans ou Homo (et même les féministes dont certains combats me mettent hors de moi).
    Je combats bien évidemment le racisme ou l'homophobie avérés mais je refuse de prendre part à des chasses aux sorcières qui ne visent qu'à assoir une pensée dominante qui, si nous la laissons faire, finira par nous museler tous.

    RépondreSupprimer
  9. Cher Corto votre billet m'a beaucoup touché. Nous avons chacun ses blessures et je crois maintenant avec l'âge qu'il faille vivre avec. Ca n'empêche pas que ça fait mal, mais c'est ainsi.

    Je suis de l'avis de Marianne Arnaud, on ne peut combattre certains communautarismes et en accepter d'autres, sous prétexte que nous en faisons partie.

    Vanneste est ainsi mais il a le mérite avec d'autres et pas seulement sur la question homosexuelle de poser les vraies questions. Nous vivons trop dans notre société uniformisée une auto-censure que le terrorisme de gauche nous a inculqué.

    Moi aussi j'aime bien Queen...Et Cocteau et Jean Marais et Michel-Ange....
    Bonne journée et au plaisir de vous lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jeff: Je n accepte aucun communautarisme et me fout royalement de ce que pensent les assoc" à 2 balles. encore une fois, lorsque je demande l expulsion de Vanneste, c'est en mon nom propre. Ce mec tient depuis des années des propos hmophobes . Point barre.

      Pour le présent billet, je vis très bien avec mes blessures, heureusement, juste du mal à supporter que des abrutis les réveillent.

      Et Dave ? :)

      Supprimer
  10. @ Jeff C (©), "Vanneste est ainsi mais il a le mérite [...] de poser les vraies questions" : dans le cas présent, j'ai plus l'impression qu'il édicte ses vérités comme absolues, ce qui est abject puisque jetant le discrédit sur une catégorie d'individus dont... la plupart ? une partie ? qu'en sais-je, n'aspire à rien d'autre que l'indifférence. Je vous épargne le panégyrique de ses saillies, qui me semble davantage inspirées par ses propres démons que par l'Esprit Saint -qui souffle ou Il veut, Lui !

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  11. Je connais le problème dont tu parles, car dans ma famille nous avons nous-mêmes été confrontés à ce genre de rejet (dans un registre un tout petit peu différent). Notre solidarité nous a permis de supporter beaucoup de regards et de sous-entendus, et même si la vie continue à peu près normalement, aujourd'hui on hésite encore à parler de certaines choses à des personnes qui font mine d'être ouvertes et tolérantes, il reste toujours ce blocage.

    Je pense que les gens sont bien souvent indifférents, chacun vit avec ses problèmes, il ne s'agit pas dans la plupart des cas d'homophobie ou autre. Par contre, j'estime que tu as raison de t'emporter contre certaines personnes visiblement très limitées et qui ont le droit de penser ce qu'elles veulent mais n'ont pas, en fonction de leur métier, le droit d'insulter ou heurter certains sous prétexte de se "faire de l'audience".

    C'est un peu pour cette raison que je n'ai pas fait de commentaires sur Vanneste, ce monsieur ne méritant pas autant "d'honneur". Le fait qu'on veuille l'éjecter d'un parti politique ne me choque pas, le tout étant de savoir où poser les limites de la liberté d'expression de la part d'élus.

    Bises à toi, en attendant des billets un peu plus joyeux :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mary: t inquiètes d'autres billets suivront :)

      Supprimer
  12. bon, tu le fait ce tag ? ça donneras del'air dans ce débat et en plus, on pourra de nouveau rigoler.....

    RépondreSupprimer
  13. Avis ! Absent pour l après midi. Réponses a vos commentaires plus tard...donc !

    RépondreSupprimer
  14. J'en reste coi...je crois que c'est le meilleur billet que tu es publié à ce jour. C'est poignant, une véritable claque !
    Et ce qui blesse evidemment c'est cet aveuglement naif d'un bon nombre de nos compatriotes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Poussin: merci ! meilleur je ne sais pas mais sincère surement.
      Aveuglement oui, pire encore, les ceusses qui jurent coeur sur la main... mais quand tu les pousses un peu...
      Biz à toi

      et ces vacances ? v aller voir ton billet

      Supprimer
  15. Bon aller moi aussi je trouve ce billet bien touchant. De la passion comme a chaque fois, de la raison aussi et puis là pour une fois une blessure mais de celle qui ne fait saigner que le coeur.

    Alors a moi aussi il m'arrive d'avoir peur de leur réactions mais je me dit qu'au fond ce n'est plus très grave enfin moi ca ne changera rien a ma vie qu'ils soient parfois comme ils sont

    Putain que j'ai bien aimé ce billet ! ( Comme les autres...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @stephan: merci ! Ca ne changera rien a ma vie... Sans doute aussi, mais tout cela est bien grave tout de même

      Supprimer
  16. Non ce mec n'est pas une ordure ! Les ordures, on peut les recycler, lui il est irrécupérable. Tout son discours dans la vidéo que j'ai vu est de l'homophobie pure, en col blanc certes mais un summum de vulgarité. Mais ce mec est trop prétentieux et narcissique pour me toucher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jérémie: nous sommes d'accord. Le truc, c'est que ce mec est réélu depuis 1993 je crois, preuve que son discours, y compris homophobie inside, séduit encore, hélas !

      Supprimer
  17. Vous avez trouvez la raison imparable pour laquelle selon vos dires on ne vous aimerait pas. Heureux homme ! surtout n'en démordez pas, ça risquerait de chambouler vos certitudes. Ce n'est pas moi qui vous jetterait la pierre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: je ne sais trop comment prendre ce commentaire. te traiter de pauvre con(ne) ? le supprimer ? A moins que quelque chose ne m'ait échappé

      Supprimer
    2. Salut Corto, je tombe à l'instant sur le commentaire, ci-dessus, d'Anonyme, et me suis posé, comme toi, la question. Et finalement, Anonyme, ci-dessus, peut aussi bien s'adresser à Vanneste, ce qui, dans ce cas...

      B-à-t.
      Al.

      Supprimer
    3. @al west: je ne sais pas pkoi mais je doute que l anonyme parle de vanneste

      Supprimer
  18. Vanneste est un politique qui ne peut pas ne pas savoir que les homosexuels était persécutés et/ou déportés. Donc:

    - Il est ignard et à ce degré-là, il dégage.
    - Il s'assied sur tous ces gars qui ont été massacrés parce qu'ils avaient le malheur de ne pas marcher dans les rangs tout tracés, sans pourtant faire de mal à quiconque. Dans ce cas, c'est une ordure et il dégage aussi.

    Qu'il lise donc Primo Levi, si toutefois, il en est capable.
    Qu'il aille visiter Auschwitz et qu'il voie.

    Manifester une telle haine, un tel mépris pour ses frères humains, c'est immonde.

    Ses propos me font vibrer de colère et pourtant, je n'ai pas de blessures. Qu'est-ce que ça doit être quand on en a.

    Corto, ne fais pas comme moi. Ne vibre pas. Ce Vanneste n'existe pas. Ce n'est pas un homme.

    Je t'envoie mon amitié et des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Io: mais non Io, là est le pire ce mec existe bien, il est élu de la République ce qui veut dire que des tas de gens partagent son point de vue puisqu'il est réélu depuis 93.
      bises a toi

      Supprimer
  19. et malheureusement des blessures tu en auras d'autres, même si ta carapace est un peu plus solide je pense et aussi car tu te fais moins d'illusions sur le genre humain !!
    mais à force de ménager la chèvre et le chou, lUMP commenaçit à me gonfler avec cette m...e de vanneste !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @francis: ah mon pauvre si tu savais ce que je pense, globalement, du genre humain... :)
      Et puis rassures toi je ne me fais pas d illusions sur les mauvais coups que la vie ns réserve, au fur et a mesure qu on y est confronté , on se blinde

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen