samedi 25 août 2012

Je suis raciste: je déteste les abrutis, surtout s'ils sont de gauche

J'aime tout le monde.  Absolument tout le monde. Les verts, les jaunes, les grands, les petits, les beaux, les moches, les gentils, les noirs aussi; j'ai même applaudi des deux mains quand mes parents décidèrent d'adopter une black de chez black made in Bénin. Tenez, même les blancs, je les aime. C'est dire.


Ça, c'était en préambule. Parce qu'en fait, il y a des que j'aime pas, mais alors pas du tout, du tout. Il y a les cons mais on pourra me rétorquer que l'on est toujours le con de quelqu'un, je préciserai donc. Je n'aime pas les gauchistes limités de la carafe, de la même façon que je n'aime pas les noirs ( ou les jaunes, ou les blancs, faut préciser pour éviter d'être taxé de Dieu sait quoi )... pareillement limités. Pire encore, je ne supporte plus les abrutis qui voient du racisme partout, même là où il n'y en a pas.

Tenez, voyez la photo ci-dessus. Je l'avais mis en illustration d'un billet qui évoquait les conneries de Valls. Mal m'en a pris, je n'avais pas vu que le flic était noir, seul le regard de Valls avait retenu mon attention. Horreur, malheur, il y avait forcément du racisme de ma part. Le gauchiste bas du front, noir de surcroît, Bembelly, a su me le faire savoir: " J'aime bien le message caché de la "folie passagère": un policier noir saluant Manuel Valls. Ça te pose un quelconque problème? Sur ce blog, la folie n'est pas que passagère " Un commentaire à mourir de rire ou à pleurer tant il prouve que la bêtise est monnaie courante... et pas que chez les blanc-blancs. J'en viens à me demander si, en lieu et place, j'avais mis une photo d'un flic blanc saluant Valls, n'aurais-je point commis une quelconque discrimination... Voilà où nous en sommes avec pareils abrutis...

Le monsieur est, lui ai-je écrit, victime du syndrome Audrey Pulvar. A savoir, on ne touche pas à la négritude, on ne touche pas à la couleur de peau, on ne dit rien. Sinon, pan pan cul-cul, les foudres de " la négresse qui t'emmerde ", du " nègre " en l’occurrence, s'abattent aussitôt. Si une personne de couleur fait ou dit une connerie, on se la ferme. Silence, sinon... toi y en a être vilain wouaciste. C'est ici qu'apparaît, et promis à un avenir des plus glorieux, le Point Pulvar ! Cousin du désormais célèbre Point Godwin.  Tu peux dire ce que tu veux des gens, en général, mais dès que cela  frise ce qui pourrait être ressenti comme ne serait-ce qu'une allusion à une quelconque discrimination ou atteinte à la beauté de la diversité, Paf !, Point Pulvar, temps mort et vindicte populaire, catalogué méchant dans la catégorie reine: Raciste ! Esclavagiste, colonialiste, sale blanc pour faire bonne mesure. J'en passe et des pires.

Alors, oui disons-le franchement, je suis raciste: je déteste les abrutis ! Je déteste le degauche abruti ! Et j'emmerde les bien-pensants.

Suis-je assez clair ?

Folie passagère 1314.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

47 commentaires:

  1. Le point Pulvar, pardon, Pulvaw, très bon! j'adopte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans Astérix, le numide aurait prononcé Pulva'. Mais tout bien réfléchi, c'est également waciste.

      Supprimer
    2. @aristide: tu peux adopter, c'est dégagé de tout copyright

      Supprimer
    3. @koltchack: hé ho, c'est moi qui fait les réponses ici, okay , => @aristide: " Dans Astérix, le numide aurait prononcé Pulva'. Mais tout bien réfléchi, c'est également waciste."

      Supprimer
    4. Euh, 'aciste ou waciste? Faudrait un peu de cohérence dans tout ça sinon on s'en sortira jamais.

      Supprimer
  2. Quand j'étais au lycée il m'arrivait de prendre le RER, c'était les années touche pas à mon pote. Et bien, dans le RER bondé je prenais garde de ne pas laisser mon regard se poser sur un noir de peur qu'il m'imagine louche, raciste ou que sais-je. Du coup, j'avais le regard fuyant et "douteux" et je provoquais ce que je voulais éviter par endoctrinement imbécile. Et oui, j'étais le blanc donc forcément présumé coupable... Je partais avec un handicap mental. Dingue ce que certaines associations peuvent nous marteler dans la tête.
    Sinon, je te rassure, je me suis émancipé de ce lavage de cerveau assez vite en tentant de me cultiver une liberté de pensée comme dirait l'autre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @vlad: " j'étais le blanc donc forcément présumé coupable " tout est dit ! le pire c'est qd tu veux t'émanciper de ce bourrage de crâne, tu encours la condamnation sans appel: raciste !

      Supprimer
  3. Le point Pulvar ?
    Moi y en a pas connaître, mon cher Corto !
    Dans la rue, dans le métro, je parle à tout le monde, les jeunes, les vieux, les blancs, les noirs, les jaunes et les Arabes.
    Et le plus fort c'est qu'ils sont toujours, je dis bien toujours, enchantés de la conversation.
    Peut-être que je suis un peu con, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, dans la rue, je ne parle à personne. D'ailleurs, je ne vais même plus dans la rue.

      Supprimer
    2. @marianne: certes mais vous avez l'avantage de l'âge peut être, une dame d'un âge certain ne saurait être " méchante "

      @didier goux: moi, j'ose encore sortir mais je surveille mes abatis, on ne sait jamais: blanc, pas moche, cheveux assez court, je prends quelques risques

      Supprimer
    3. @marianne, corto : J'ai moi-aussi la même manie que marianne et personne ne m'a vraiment fait de remarque négative ni je n'ai ressenti le moindre point Pulvar jusqu'à présent. Ça agace parfois les gens qui m'accompagnent mais c'est tout.

      Supprimer
  4. Et vous avez OSE mettre la photo d'un yabon Banania... Vous savez que le MRAP porte plainte dès qu'il la voit quelque part ? Un juge les avait déboutés pour une demande de dommages et intérêts concernant une publication de cette image ancienne, non sans humour, d'ailleurs. ( http://www.cabinetnuss.fr/cabinet_uk/actu_banania.html).

    Votre cas aurait pu être pire. Imaginez que le policier noir, en plus, soit une FEMME. Je n'ose même pas y penser.
    Bembelly est... comment dire, un peu chatouilleux sur le sujet ? Il avait fait un billet sur son blog concernant l'adjectif "négroïde" (dans "type négroïde") qu'il trouvait raciste. "Type caucasien", "type asiatique" rien à en redire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @suzanne: je suis au courant pour banania, j en avait même fait un billet ds mon ancienne cambuse; C'est par provocation que je l ai remis ici. Soyez tranquille pour moi, j'ai des biscuits en reserve si d'aventure un péteux du Mrap ou de je ne sais quel assoc' venait a son tour me provoquer en duel judiciaire.

      Bembelly n'est pas chatouilleux, il est juste totalement névrosé par sa " négritude ", un peu comme le handicapé qui n'arrive pas à se remettre de son malheur. Il est black et alors ? qu'il nous gonfle pas avec cela, y a pire comme situation !

      Quant à sa bien pensance made in SOS Racisme, ça vaut pas un clou si ce n'est le plaisir de faire chier les autres ou de viovre au quotidien le complexe victimaire...façon Pulvar

      Supprimer
  5. Vous êtes "reviendu", c'était bien les vacances ?
    J'adhère à votre coup de colère.
    On en est là, traiter un noir de con devient du racisme,il faut que ça rentre dans nos petites cervelles , un noir ne peut pas être aussi un con. Et comme critiquer un degôche devient aussi risqué, imaginez qu'en plus il soit noir et musulman...on est foutus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: bien reviendu et bien reposé , dommage de tomber sur des coms aussi cons que celui du bembelly. ça gache un peu.

      Et je refuse totalement de me sentir " foutu " !
      Biz a toi

      Supprimer
  6. Et qu'est-ce qu'il dira, Machin, quand un flic blanc saluera un ministre noir? Une juste revanche?
    Pour la folie passagère, moi, j'en fous, je suis à l'abri du MRAP: je préfère l'Ovomaltine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: mùais c'est exactement cela, il dira c'est un juste retour des choses ! le con !

      Supprimer
  7. tu as remarqué que les cons se reproduisent par génération spontanée ? j'ai l'impression qu'ils sont encore plus nombreux depuis le mois de mai...c'est peut-être une idée !
    Coluche et Desproges seraient sans arrêt devant la 17 eme chambre de nos jours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: tu oublies Le Luron qui serait lui aussi, avec Coluche et Desproges, peids et mains liées dans les geôles de la gaucholalie d'aujourd'hui !

      Supprimer
    2. A propos de Desproges, tiré de son Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis : " Quand un Blanc dit qu'un Noir est un con, on dit que le Blanc est raciste. Quand un Noir dit qu'un Blanc est con, on dit que le Blanc est un con. Ce en quoi l'on a tort. On peut très bien être noir et con ".

      Supprimer
  8. Bonjour au Maître des Clés,
    Bonjour à toutes et à tous,

    Cet épisode navrant qui vous touche aujourd’hui, cher Maître des clés, ne m’autorise pas à me taire, dussé-je devenir paria.

    Car il faut traquer le racisme qui ne se voit pas, qui se cache sournoisement derrière un verbe, un mot, une idée ou même une image. Il est profond, terrible et ancré si fort dans les esprits qu’on ne peut l’extirper qu’avec violence.

    C’est ce racisme qui fait croire à quelques donneurs de leçons qu’une personne qui ne peut s’assumer, s’imposer sur un sol étranger trouve dans sa couleur de peau une excuse, une raison automatique à sa situation. C’est ce racisme qui leur fait croire qu’il faut alors la choyer, la couver comme un enfant parce que cette personne de couleur, dans leur esprit, n’a pas les mêmes atouts qu’eux, intellectuels bien-pensants. C’est ce racisme qui leur fait mettre en avant le parcours d’une personne surdiplômée uniquement parce qu’elle a le teint jaune de steppes lointaines et non parce qu’elle est simplement aussi compétente qu’eux, sans doute par crainte qu’on puisse les assimiler.

    Mais ce racisme là, ils n’en ont pas conscience. Ils le cultivent dans un jardin de roses faisant croire à leur humanisme déplacé si blessant, oui, croyez-moi, si terriblement blessant. Ils sont les chantres de la tolérance. Ce mot que l’on devrait rayer de la langue française quand il dit à quel point ils ne font finalement que supporter l’existence, qu’accepter de cohabiter mais avec la condition d’assimiler leur philosophie forcément parfaite, puisque de gauche.

    Bien sur, il existe ces cranes rasés, bas du front, avec leur racisme ordinaire, écœurant. Mais ils sont si faciles à dépister, à combattre qu’on les écrase du talon en deux lignes, en deux verbes comme les étrons qu’ils ont à la place des idées.

    Mais il y a ce racisme sournois, bourgeois, qui se répand à chaque reportage larmoyant sur l’intégration, à chaque magazine dithyrambique sur les concours de grandes écoles. Celui-là est difficile à débusquer et presqu’impossible à dénoncer car sinon, vous êtes dans le camp du mal.

    Vous y voilà confronté, cher Maître des Clés. Un homme parfait par
    vient à voir dans le détail d’une photo un policier noir saluant un blanc et vous voilà honni du simple fait de ce regard si particulier qu’il a sur ce monde.

    Pardonnez-moi, pardonnez-moi mille fois, mais ce regard là, il fait mal, horriblement mal. Et le pire est qu’il ne s’en rend même pas compte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Loc: je te retrouve dans ce merveilleux commentaire. Puissent les abrutis du genre le lire, le comprendre, et s'en servir pour éviter à l'avenir d'écrire autant de conneries. je doute cependant que ton raisonnement leur soit acceptable? Hélas !

      " Un homme parfait parvient à voir dans le détail d’une photo un policier noir saluant un blanc et vous voilà honni du simple fait de ce regard si particulier qu’il a sur ce monde." J'adore , merci !

      Supprimer
  9. N'empêche qu'il a un regard dédaigneux l'espingouin.

    Coach Berny

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P'tain Coach, on frise la correctionnelle, là. l'espingouin qui nous sert de ministre de l intérieur n'a plus rien d espingouin, il est naturalisé frenchy depuis une 30taine d'années le bougre. Un modèle d'intégration réussi, burps!

      Supprimer
    2. D'autant que l'ibère est rude, les roms peuvent en attester.

      Supprimer
    3. Il est gnol, également. Mais cela, on l'oublie trop souvent.

      Supprimer
  10. J'ai vu la photo, j'ai bien vu Valls mais moi non plus je n'ai pas fait gaffe à la couleur du flic. Amusant je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @fred camino: amusant ? navrant plutot ! Promets moi, toi qui est val d'oisien, qui aime les voitures et les pin-up mais qui est de gauche: ne deviens pas aussi con que bembelly. promis ?

      Supprimer
    2. D'autant qu'il est dans l'ombre. Faut vraiment le chercher, pour trouver un noir dans l'ombre !

      Ok, je sors :)

      Supprimer
    3. @al west: mefi, toui aussi tu frise la correctionnelle des fois que le bembelly ou sosracisme trainent ds le coin

      Supprimer
  11. Ce qui est fascinant chez les "antiracistes" de tous poils, c'est justement de constater à quel point TOUT chez eux passe par la grille de lecture "raciale".
    Le Bembelly en question essentialise le flic et ne voit que la couleur de sa peau.
    Cet homme n'est plus un homme, un mari, un fils, un con (qui sait ?), un mec qui a des joies, des peines, ...
    Non.
    Ce n'est qu'un noir, et rien d'autre.

    Dans un autre registre, qui na rien à voir, la prochaine fois que vous entendrez quelqu'un se lamenter sur le laxisme américain concernant le permis de port d'arme, et comment "s'il-y-a-tant-de-morts-c'est-parce-que-les-armes-sont-en-vente-libre", vous pouvez le rediriger vers ce lien
    http://www.youtube.com/watch?v=hVZvyiIAjBg

    Ce ne se passe pas aux US, mais chez moi, et j'attends avec impatience que la mode arrive sous vos latitudes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la vache ! impresionnant !

      Supprimer
    2. @waa: t'as tout compris. tout passe par la grille de lecture " raciale " c'est tout a fait cela . Ils en viennent donc à hierarchiser en quelques sortes la vie, les gens en fonction de leur couleur de peau. Un comble pour des anti-racistes ... de pacotille.

      Pour ta video impressionnant oui. Tu vis donc en Israel si j ai bien compris ? ça doit pas etre simple tous les jours.
      bon dimanche

      Supprimer
    3. Waa, je suis comme vous, j'espère, on peut toujours rêver, la libéralisation du port d'arme en France. J'ai bien dit "port d'arme" et non pas "détention". Pour ce qui est des Etats-Unis, la majeure partie des morts par balle vient des règlements de compte entre gangs. Mis à part quelques victimes collatérales comme on dit, on ne va pas se lamenter sur l'auto-élimination des parasites. Quant aux massacres façon Columbine ou Virginia Tech, on observera qu'ils ont eu lieu dans des endroits privés où le port d'arme est prohibé. Les renards étaient donc libres dans le poulailler, un peu comme en France où la racaille n'a pas de soucis pour s'armer correctement à peu de frais, alors que le citoyen est d'emblée considéré comme suspect s'il désire détenir une arme. C'est à dire l'avoir à son domicile, enfermée dans un coffre, culasse démontée, chargeur vide.

      Quant à la vidéo, j'ai toujours été persuadé que seuls les israéliens savent s'y prendre avec les arabes. Mais ici cela fait de moi un immonde fasciste.

      Supprimer
    4. @corto
      Je voyage beaucoup (boulot), surtout en France.
      Mais le port d'attache est à Tel-Aviv.

      @koltchak
      En France, l'idée dominante est que le citoyen lambda, s'il devait s'armer, ferait des cartons tous les matins.
      Or, vivant dans un pays où presque tous les gens sont armés, soit avec leur arme personnelle, soit avec l'arme de guerre qu'ils portent(service militaire ou période de réserve), je suis aux premières loges pour voir qu'il n'en est rien.
      L'homme de la vidéo n'est même pas armé, il demande l'arme de son passager avant de sortir de la voiture, et il gère la situation avec un calme olympien.
      Pourquoi ?
      Parce qu'il a l'habitude du maniement des armes, comme tout israélien.
      Il ne défouraille pas, ne gueule pas, il pointe l'arme, et dans la quasi totalité des cas, ça suffit amplement

      Supprimer
    5. Rien n'est plus faux effectivement. Plus près de l'hexagone, la Suisse démontre que la possession d'armes ne débouche pas sur des massacres à la chaîne. Etant dotée d'une armée de milice, chaque citoyen de 18 à 35 ans se doit de posséder chez lui son ou ses armes de service avec les munitions. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir des types se rendre à la caserne avec leur fusil d'assaut à l'épaule. Sans oublier que le soi-disant far-west où l'on défouraillait pour un oui ou pour un non, est une pure légende. De nombreux ouvrages historiques ont montré que l'usage des armes était inversement proportionnel au fait que tout le monde, ou presque, en possédait une. D'ailleurs, les célèbres pistoleros à la mode Billy the Kid et autres voyous du genre abattaient généralement leurs victimes dans le dos ou dans des embuscades.

      Ce que les gens refusent de comprendre, c'est qu'une arme ce n'est qu'un outil comme un autre. A une différence près néanmoins, la possession de cet outil permettrait, si elle devait être largement autorisée, de renverser le rapport, pour tout agresseur, entre le risque encouru et le gain potentiel.

      Supprimer
  12. Moi ce qui me fait marrer c'est qu'il n'y a vraiment qu'en France qu'on s'offusque de tout et qu'on met le racisme à toutes les sauces. La France n'assume pas son passé de colonisateur alors elle a besoin de se flageller à longueur de temps pour se repentir...

    Pourtant il me semble que la connerie est universelle, qu'on soit blanc, noir, jaune ou même vert... Si la bêtise n'était liée qu'à une couleur de peau, ça se saurait... Et ces pauvres malheureux seraient alors en passe de devenir une espèce protégée par ces chères associations...

    Titi

    RépondreSupprimer
  13. @titi: " La France n'assume pas son passé " Seule, Une certaine catégorie de Français n'assument pas. Generalement à peu près les mêmes que ceux qui vivent, telles les assoc' genre Mrap ou SOS, de cet anti-racisme à deux balles. Tels les degauches qui instrumentalisent ainsi l histoire. Enfin, bref, la bétise est universelle !
    bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que si ces abrutis portent autre chose qu'une djellaba, s'ils ont pu faire des études, s'ils ne sont pas morts avant leur troisième anniversaire, c'est justement parce que leurs bleds d'origine ont été colonisés, qu'on y a construit des routes, des écoles, des hôpitaux, que de vraies administrations ont été créées pour gérer et régler les problèmes de cadastre qui se réglaient avant à coup de surin sur des générations, de lignage via un véritable état-civil, etc.

      Supprimer
  14. Oh, tu sais je suis raciste et en plus je dois être masochiste.Certains ne savent vraiment pas ce qu'est le racisme avec un R.

    Un type comme Noah l' apprit à ses dépends du temps de l' apartheid où malgré son aura de Héros de la nation française, on lui fit comprendre qu'il était un noir comme les autres dans ce pays.

    Que ce Bembelly aille dans un pays du Golfe et qu'il ouvre sa bouche, il n'aura pas terminé sa phrase qu'il sera déjà dans l' avion et là c'est la version soft.

    Mais il est vrai que lorsqu'on lit la prose d'un certain Marchenoir, on peut comprendre sa méfiance mais ce dernier est vraiment un cas d' école.

    RépondreSupprimer
  15. " J'aime bien le message caché de la "folie passagère": un policier noir saluant Manuel Valls. Ça te pose un quelconque problème? Sur ce blog, la folie n'est pas que passagère "

    Ce à quoi je répondrais : Manquerait plus qu'il ne salue pas le ministre. Et puis quoi encore ? A chacun sa place. S'il veut être salué, il n'a qu'a faire ce qu'il faut pour.

    Sur le fond, je laisse les pleurnichards victimaires prendre connaissance de ce discours de Bill Cosby, à qui nul ne saurait faire de mauvais procès en racisme, qui remet les pendules à l'heure : http://koltchak91120.wordpress.com/2011/08/12/a-propos-de-la-victimisation-des-minorites/
    Résumé : ARRÊTEZ DE CHOUINER. ARRÊTEZ DE RENDRE LES AUTRES RESPONSABLES DE LA MERDE DANS LAQUELLE VOUS ÊTES. VOUS VOUS Y COMPLAISEZ ET RENDEZ LES AUTRES RESPONSABLES DE VOTRE ETAT !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchack: il est a craindre que Bill Cosby ne devienne suspect aux yeux des anti-racistes a 2 balles. ben oui, s'il se met à les engueuler, y en aura bine un pour dire qu il s'est vendu à la cause des blancs :)

      Supprimer
    2. Ils ont une expression pour ça : "Bounty". Noir à l'extérieur, blanc à l'intérieur.

      La connerie n'a pas de limite avec eux. Ce sont des défricheurs, des "repousseurs" de limites.

      Supprimer
  16. Raciste dans ce sens, je le suis aussi !... :)

    Quant à la photo, probablement un peu simple d'esprit, je n'avais moi aussi vu que le regard (et le visage éminemment "sympathique" ! ) de Valls. Il m'a fallu les explications pour comprendre où se situait le wacisme évoqué. MDR.

    Cela me fait irrésistiblement penser à un célèbre proverbe chinois : "Quand le sage montre la lune, l'imbécile ne voit que le doigt".
    Mais chut !!! Cela aussi est probablement considéré comme du racisme... ;)

    Franzi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: j adore ce proverbe, tellement vrai et pas seulement ds le cas présent
      bon dimanche

      Supprimer
  17. Votre abruti vient de se faire traiter de Bounty par la géniale Rosa L chez Jegoun

    http://www.jegoun.net/2013/01/les-maliens-nous-attendaient.html#comment-form commentaire de 20h 12

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP