mercredi 29 août 2012

Vieilles pierres et pont neuf...

Alors que certains, non sans talent, s' intéressent au multiculturalisme, j'ai préféré pendant mes dernières courtes vacances, au fin fond de l'Aveyron, faire pèlerinage sur des terres ancestrales. Retrouver grâce à une  vieille cousine mordue de généalogie les racines familiales. La terre, les vignes en terrasse ou du moins ce qu'il en reste, la tache était rude, le Tarn...

Selon notre chercheuse, et au plus loin qu'elle ait pu remonter, c'est dans cette petite maison, à gauche, qu'en 1590 l'on retrouve trace du père du père du père du père... de mon père. De cette même maison, par ce qui fût fenêtre sur le monde, on voit aujourd'hui ce viaduc. Outrage à la nature et au paysage disent les anciens, mise en valeur d'un site, joindre le beau à l'utile, disent les Modernes.


Faire en 3 heures de voiture, un voyage dans le temps de 1590 aux années 2000, étonnamment, c'est fort dépaysant, agréable. Juste un brin déprimant si l'on songe à ce que Nous sommes devenus.

Folie passagère 1320.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

31 commentaires:

  1. Si le viaduc est une merveille technologique, il est vrai qu'esthétiquement c'est une horreur qui défigure ce paysage. C'est le signe des temps, il faut pouvoir aller partout le plus rapidement possible. On a perdu cette idée que le voyage, surtout s'il est long et malaisé, permet ensuite de goûter à sa juste valeur les merveilles que l'on va découvrir. Aujourd'hui, les paysages ne se méritent plus, ils sont devenus un dû.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchack: devenus un dû, c'est assez bien vu en effet.

      Supprimer
  2. L'Aveyron, toujours l'Aveyron... et le Cantal bordel de merde !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip ! D'autant que les rouergats sont des sous-êtres :-D

      Et puis comme le dit le dicton : "La France, c'est l'Auvergne avec quelque chose autour"

      Supprimer
    2. @skandal: Pfff ! le Cantal c'est une terre à vaches, l'Aveyron une terre de brebis et d'agneau. Chez nous , on dit que le cantal n a aucun interêt, z'ont même pas été foutus d inventer le roquefort

      Supprimer
    3. @koltchack: dicton adaptable à tous departements en ce cas. tiens, lis donc: " La France, c'est le 9-3 avec quelque chose autour " ça devrait plaire aussi :)

      Supprimer
    4. On n'a peut être pas le roquefort (on a le bleu, c'est meilleur), mais à coté de la truffade, l'aligot fait vraiment nourriture pour touristes...

      Supprimer
    5. Et puis "chez vous", Brebis et agneau, ça ressemble vachement à une fin de ramadan... ;)

      Supprimer
    6. @skandal: dire que le bleu est meilleur que le roquefort est une honte, une injure, pis, un blasphème.Oui,monsieur!

      Supprimer
    7. De toute façon, le roquefort à côté du Cantal vieux, c'est de la gnognotte.

      Supprimer
  3. Le Cantal et l'Aveyron sont issus des découpages administratifs de la Révolution dans le but de gommer les provinces de la carte de France et de l'esprit des Français.
    A moi, Auvergne, voilà l'ennemi!, ça vous a quand même une autre gueule.
    Pourquoi ne vous envoyez-vous pas vos codes postaux à la tête tant que vous y êtes?

    RépondreSupprimer
  4. Auvergne et Rouergue. C'est bien pour cela que je n'ai pas parlé de départements mais de régions.

    RépondreSupprimer
  5. ça me rapelle mes dernières vacances, c'était pile poil là.....

    bon, les gars du Rouerge, de l'Aveyron , du Cantal et des environs, rien ne vaut tout de même la Bretagne.....bon, ok, je sors !

    RépondreSupprimer
  6. Voila, et tandisse ( sse ) que je parle de racines, d'origine, de vieilles pierres, presque de traditions et d'histoires familiales, voila qu'ils disserent sur découpage administratif, de régions et toussa, exactement ce dont mes anciens n avaient rien à faire: fallait travailler pour manger et manger pour travailler a c't' époque. le reste ...

    Imagine chère Boutfil, que ds la maison d'après, celle que mes pères habitèrent bien plus tard, vers 1810, le patriarche recevait assis à même un coin de la cheminée. Une cheminée énorme. le vieux a gauche, la vieille à droite, l'âtre au milieu. Autre époque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai connu ça dans la ferme de mon grand-père. On aurait presque pu y griller un boeuf entier. Pour attiser le feu on n'utilisait pas de soufflet mais une sorte de grand tube en acier dont on plantait l’extrémité au coeur des braises puis on soufflait.

      Supprimer
  7. A croire que toute la cortosphère a passé ses vacances dans la même région, mon cher Corto.
    Mais à votre différence, comme je n'avais aucun ancêtre à faire revivre au coin d'une cheminée, j'ai pu m'intéresser aux gens du hameau et du village de 800 habitants duquel ce hameau de dix personnes, au maximum, dépend.
    J'ai été bluffée par la solidarité qui les tient unis les uns aux autres et même s'ils sont loin d'être ce qu'on peut appeler des amis.
    Il fallait entendre L... expliquer comment - à l'occasion où un des gars du hameau s'était fait mettre la main dessus par la gendarmerie et emmener à la prison de la ville, pour avoir fait Dieu sait quelle bêtise - : "Toutes les plus hautes autorités de V...(le village de 800 habitants) s'étaient déplacées à C... pour l'arracher à sa prison."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: c'est ça la France profonde. qu est ce qu on ne ferait pas pour venir au secours d'un souchien du coin ! :) Pas sur que la solidarité fut la même avec une pièce rapportée quand bien même elle fut souchien de France. parce qu avant d'être accepté ds ces contrées...

      Supprimer
    2. Eh bien, mon cher Corto, je pense que vous n'avez qu'en partie raison ! Après notre séjour de 15 jours au hameau, la voisine - née dans le hameau, qui vient de décider de vendre sa maison en ville, pour finir ses jours dans la maison de ses ancêtres qu'elle n'a pas eu le coeur de vendre - avait réuni les habitants au grand complet pour une soirée dans son jardin, pour nous dire au revoir.
      Même s'ils savent très bien que nous ne sommes pas de chez eux, je crois qu'ils apprécient les gens qui aiment leur région, leur village, leur hameau.

      Supprimer
    3. @marianne: ah mais je ne dis pas sauf que par expérience, je dirais qu' il y a un viaduc entre apprécier les gens et les considérer comme " pays ".

      Supprimer
    4. Mais pourquoi voudriez-vous, mon cher Corto, qu'ils considèrent comme "pays" ceux qui ne le sont objectivement pas ?
      Chacun doit savoir qui il est et se tenir à sa place, c'est tout ce qui lui est demandé.

      Supprimer
    5. @marianne: "Chacun doit savoir qui il est et se tenir à sa place " si seulement ...

      Supprimer
  8. Beau sujet, et bonnes réactions pour nous parler du Pays de nos ancêtres. Moi je vis dans un vieux moulin à eau ,dans le Lot, datant de 1800 environ. Où mes aiieux ont trimés, pas loin de ces régions que j'adore, pour faire de la farine et du pain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JPL: bienvenue ici ! Un vieux moulin a eau ! quel charme, quelle chance !

      Supprimer
    2. @JPL: sais-tuque Bruxelles a les moulins a eau dans le collimateur ? les propriétaires se verraient sous peu obligés de les aménager, à leur frais, pour faciliter le passage des poissons.

      Supprimer
  9. Qu'est-ce que c'est que cette clique d'Auvergnats fichtre de fouchtra! On n'est plus chez nous!
    :)
    Au contraire corto! Ça va devenir très multiculturel d'être Rourguat, Cantalais, Aveyronnais ou Normand, de nos jours. L'espèce se fait rare.

    1590? Jolie remontée. Je t'envie d'être allé aussi loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lo: mais sans la vieille cousine qui a mis 10 ans a remonter le truc, je ny serais jamais allé !

      Et tu na pas tout a fait tort , les regionalismes se develloppent il me semble au fur et a mesure que Bruxelles prend du pouvoir sur les Etats

      Supprimer
  10. Houhou ! je suis là...et auvergnate je suis!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacqueline: oui bien les auvergnats, quand y en a un ça va, c'est qd y en a plusieurs... :)
      Biz

      Supprimer
    2. il me semble que j'ai entendu ça quelque part, un auvergnat peut-être ?? mais le sujet n'était pas le même me trompe-je ? ;))

      Supprimer
  11. j'ose espèrer que les 3h de voiture cen'est pas de chez toi jusque l'aveyron... et j'ai souvenir qu'on a parlé de perdre des kilos...tu as bien tenu ta promesse ???

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique