mercredi 1 août 2012

N'est pas Sarkozy qui veut !


Parce que je fouille,  lis,  regarde et écoute, je suis chaque jour un peu plus étonné de l'engouement grandissant que suscite Sarkozy. A droite, faute de successeur, il manque, on en redemande. A gauche, il est encore celui sur lequel on tape, comme si il était encore là, aux affaires. Comme si son spectre  participait à la légitimation, deux mois après et comme si besoin était, de la curieuse victoire d'hollande, comme si l'on voulait ainsi escamoter les insuffisances hollandaises. Les branquignols qui nous gouvernent semblent avoir fait du détricotage des réformes sarkoziennes une politique, un programme. Quelle ambition ! Ils s'en gaussent. Je suis atterré. Les blogueurs de gauche, un brin désœuvrés, tentent encore de faire de Sarko le carburant essentiel de leurs feuilles grasses ou poisseuses.

Mais revenons à notre Sarkozy, tant haï, tant aimé.

C'est une évidence, il a laissé un grand vide. Personne à droite pour reprendre le flambeau. Nulle figure emblématique pour mener le combat contre la gauche. L'opposition parlementaire, malgré les enjeux et les catastrophiques décisions gouvernementales, est presque atone alors qu'elle devrait monter continuellement et avec intelligence au créneau. L'UMP se livre à une guerre des chefs ( normale selon moi ) qui accouchera en novembre d'un nouveau boss. Ce sera Copé ou Fillon. Le gagnant sera chargé de faire gagner la droite en 2014 puis en 2017. La reconquête. Le problème étant que ni l'un, ni l'autre n'ont le charisme et la puissance d'un Sarkozy. Aucun des deux n'a l'assurance et le culot suffisant pour aborder pleinement certains problèmes ( L'immigration par ex.) ou certaines situations ( La Libye, la Géorgie, par ex.). Ni l'un, ni l'autre ne feront recette à La Concorde ou au Trocadéro.

Là est l'embuche nouvelle pour la droite, sans leader, point de reconquête. Telle est à mon sens la véritable raison de cet engouement pour Sarkozy. Faire-valoir pour hollande et la gauche; prise de conscience du vide qu'il a laissé pour la droite. Certains l'ont bien compris qui organisent le 24 août, à Nice, le premier grand rassemblement de l'Association des Amis de Nicolas Sarkozy.

Copé, Fillon ? N'est pas Sarko qui veut. Et pour un peu, je me demande si ces deux-là ne l'ont pas bien compris aussi. 

En tout cas, moi, j'en suis persuadé. Nul, à droite, aujourd'hui et à moyen terme, n'a les capacités suffisantes pour bouter le gauchiste hors des palais nationaux. Ça me perturbe... A moins...

Folie passagère 1282.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

10 commentaires:

  1. A moi aussi il me manque, même si il m'agaçait parfois et même si il n'a pas fait fait tout ce qu'il aurait du faire...
    Je suis atterrée de voir ceux qui se disent "de droite" et qui ne font que reprendre le discours ambiant humaniste, solidaire et anti- raciste.
    Aucun leader ne se dégage et, plus grave aucune idée alternative à la guimauve que nous propose la gauche.
    Il va falloir qu'ils se bougent les neurones et vite !sans quoi, la gauche fera toutes les conneries qu'elle veut,pas par une large adhésion mais par la lâcheté du camp d'en face.
    Je sais bien qu'ils ont tous les pouvoirs, mais si l'opposition était crédible, l'opinion publique finirait peut-être par empêcher certaines choses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: Pour qu une opposition soit crédible, il fait qu'elle puisse s'incarner en quelqu un de rassembleur et tout le pb est là. Aucun(e) à droite n'est capable de jouer ce rôle. Alors oui, faute de Sarko, qu'ils se bougent mais j ai comme ds l'idée que ça na va pas être aussi simple que cela.

      Supprimer
  2. Ça y est, mon cher Corto, j'ai enfin une souris fonctionnelle !
    Je comprends très bien l'état d'esprit qui vous animai lorsque vous avez écrit ce billet.
    Pourtant je fais une analyse tout autre.
    Cette "guerre des chefs", alors que Sarkozy vient de partir est prématurée, en tous cas dans la forme. D'habitude les politiques savent dissimuler leurs ambitions pour leur donner un aspect présentable.
    Je crois que le temps n'est pas encore venu où les Français seront capables de rendre justice à la politique menée par Sarkozy, mais il viendra.
    Il faut donc, ainsi que le lui conseillent certains de ses amis, qu'il reste tranquille. Qu'il laisse la politique de son successeur se dérouler et l'opposition jouer à plein, son rôle d'opposition, si elle en est capable.
    S'il presse trop les choses, il risque de les gâcher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "animait" bien sûr !

      Supprimer
    2. @marianne: me serai-je mal exprimé ? même si le souhaite,faute de mieux, le retour de Sarko n'est absolument pas souhaitable pour le moment.
      Qu'il laisse la politique de son successeur ( qui ? ) se faire, possible, qu il laisse surtout la gauche accomplir la sienne, ce sera son meilleur argument pour revenir.
      Effectivement, qu'il cultive son "aura " pour l instant.
      Non ce qui m'attriste c'est, comparativement, la petitesse des prétendants à sa succession.

      Supprimer
    3. Donc, mon cher Corto, nous sommes d'accord !
      Je dois être d'un naturel plus optimiste que vous, car je suis moins triste que vous.
      J'ai remarqué dans l'histoire de la France que les grandes catastrophes ont toujours su susciter des hommes et même une femme, qui ont su prendre le destin du pays sur eux et montrer la voie à suivre au peuple.
      Je crois que lorsque nous aurons touché le fond, il en sera encore ainsi.
      Et ce ne sera pas forcément Sarkozy, même si je pense qu'il a joué son rôle du mieux qu'il a pu, compte tenu de son caractère .

      Supprimer
    4. @marianne: comme dirait l'autre, je ne suis pas pessimiste, juste réaliste.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP