samedi 11 août 2012

L'heure de la retraite a sonné... Pas de quoi être fier !


Aujourd'hui, interrompant ses vacances ( Quel esprit de sacrifice ! ) ), notre bon François a été rendre un hommage national au major Bouzet, mort au combat en Afghanistan. C'est bien. Tenez, histoire d'être mauvaise langue, rappelons tout de même que l'hollande, n'avait pas jugé bon de faire le déplacement pour honorer les deux gendarmettes froidement abattues à Collobrières. Mais passons.

C'est bien un pays qui, par la voix de son président, rend hommage aux soldats qui sont morts, ici ou ailleurs, simplement " parce qu'ils étaient animés de l'âme française ". Oui, c'est beau ce qu'il a dit Moi-Je-Président: " Ce qui nous réunit ce matin encore, c'est la douleur, c'est la peine, c'est la solidarité. Mais ce qui nous rassemble aussi c'est la fierté, c'est la gratitude, c'est l'admiration. En Afghanistan, comme dans d'autres régions du monde, nos soldats se battent pour la paix, se battent pour la stabilité, se battent pour les droits de l'Homme."

La solidarité ? Pas avec les autres nations occidentales qui se battront encore lorsque tous les soldats Français seront partis. De nos soldats et de nos morts, on peut être fier. Mais, peut-on être fier lorsqu'un président, pour des raisons purement électoralistes et démagogiques, décide unilatéralement de retirer ses troupes malgré les engagements pris vis à vis de la communauté internationale par son prédécesseur ? Peut-on être fier de ce retrait alors que le boulot est loin d'être fini ?

Oui, on peut exprimer notre gratitude pour les soldats qui sont morts simplement parce qu'éclairés par la mission qu'on leur avait confié, ils ont fait leur boulot. D'ailleurs, pourquoi sont-ils morts si au nom d'une promesse électorale on " abandonne " leur sacrifice en terre étrangère ? Tout ça - 88 morts - pour ça... Les soldats que nous avons envoyé là-bas se sont battus pour la paix. Elle n'est pas gagnée, 88 hommes sont morts. Ils se sont battus pour la stabilité de la région, 88 morts, elle est toujours instable. Ils se sont battus - 88 morts -  pour les droits de l'homme, ils continuent d'être bafoués tous les jours à Kaboul. Mais peu importe, d'autres finiront le boulot. L'heure de la retraite, vécue comme un abandon ou une lâcheté par beaucoup de militaires, a sonné pour l'armée française. Encore une fois, le politique aura rendu les armes, pas nos militaires.

Et hollande, se mettant le doigt dans l’œil, de conclure: " Nous avions un but, un seul : permettre aux Afghans de prendre souverainement en charge leur propre destinée. Cette mission est aujourd'hui terminée ". Ah bon ? J'aimerai le croire. Hélas, en trois mois, j'ai appris à ne plus croire un traître mot de ce que peut dire notre président.

En parfait accord avec les gens avec qui j'avais brièvement échangé, il y a peu, sur un pont de Paris, je suis fier de nos soldats et de nos morts, reconnaissant. Fier d'être Français, en ce moment, c'est une autre histoire...

Folie passagère 1300.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

28 commentaires:

  1. "Nos soldats se battent pour la paix, se battent pour la stabilité, se battent pour les droits de l'Homme".

    Waouh ! Ça c'est du lourd, ça va être difficile de faire plus con.

    Un soldat ne se bat pas pour la paix. Il se bat pour défendre son pays contre un agresseur, il se bat pour défendre les engagements pris par la France à travers des traités d'alliance, il se bat pour défendre une population avec laquelle la France entretient des liens particuliers, il se bat parce qu'il a décidé de faire le don de sa personne à la patrie et va où elle lui demande d'aller. Mais non, la paix ce n'est pas son affaire. Je ne dis pas qu'il n'est pas capable de l'apprécier, bien au contraire, il est certainement de nous tous le premier à la goûter à sa juste valeur sachant qu'à tout moment il peut être amené à faire le sacrifice suprême. Non, il se bat pour gagner et comme le disait si justement Patton, il fait tout pour que ce soient les fils de pute d'en face qui crèvent pour leur pays.

    Et c'est bien là le malheur, on ne les a pas envoyés là-bas pour éliminer physiquement les armées talibanes, rompant de fait avec le modèle occidental de la guerre, au nom de la guerre propre. Encore une belle connerie inventée par les américains. Aucun pays de la coalition n'a envoyé les effectifs qu'il fallait pour gagner. Partant de là, il était inévitable que nous ne pouvions pas gagner, puisque dans le fond nos politiques n'en n'avaient pas envie.

    88 morts pour 11 ans de conflit, c'est peu, c'est très peu, c'est même dramatiquement mince. Surtout si on compare avec la guerre d'Algérie qui fut aussi un conflit asymétrique, gagné sur le terrain mais perdu politiquement parce qu'il ne s'est trouvé aucun politique prêt à pousser son avantage pour dicter nos conditions, ne serait-ce que pour honorer nos hommes tombés au combat.

    Mais dans ce conflit, 88 hommes sont morts parce qu'aucun politique n'avait vraiment de convictions. Nos hommes ont été envoyés pour complaire à nos supposés alliés, pas pour vaincre. Sur place, ils ont souvent dû se débrouiller et faire avec le manque occasionnel de munitions, de ravitaillement. Preuves s'il en était besoin du souci que l'on avait d'eux dans les hautes sphères. 88 hommes sont morts pour rien, la plupart du temps dans l'indifférence générale. A peine quelques lignes dans les médias, un air contrit de quelque ministre ou président de passage devant une caméra. Les hommages sur le pont des Invalides sont très récents. 88 morts de trop, morts pour de mauvaises raisons, celles justement énoncées par Molle Glande dans son discours à la noix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, contrairement à ce que voudrais nous faire croire les cérémoniaux républicains à chaque décès de soldats, 88 morts c'est peu. On ne fait pas la guerre sans pertes humaines. Reste à savoir après pourquoi on la fait.
      Nos hommes ont été envoyés pour complaire à nos alliées , sans doute, mais aussi pour complaire aux citoyens Français, un peu genre, nous avons participé, nous y étions etc...

      Pour de mauvaises raisons, pas entièrement d'accord: particper à ce conflit par respect des engagements pris au niveau international, combattre le terrorisme et les talibans, tenter de stabiliser la région, faire " pratiquer " nos troupes, etc... sont quelques raisons de notre participation

      Reste a savoir si la coalition s'est vraiment donné les moyens... pas sur

      Supprimer
    2. Bien sûr que les raisons étaient mauvaises, c'est d'ailleurs pour cela que notre participation n'a pas été au niveau de celles d'autres pays de la coalition. Seuls les Etats-Unis ont été frappés et que je sache nous ne sommes pas liés par des traités de défense mutuelle. Nos politiciens ont marché dans la coalition parce qu'ils sont les valets du gouvernement américain. A ceci près qu'ils ne quittent plus leurs palais a contrario de nos rois qui allaient sur le terrain, je pense entre autres à Louis XV qui a bien failli passer à la bataille de Fontenoy en 1745.

      Combattre le terrorisme est certes une nécessité, mais c'est moins l'affaire d'armées en ordre de marche que de recherche de renseignements et d'éliminations ciblées. Le Mossad fait ça très bien depuis des décennies.

      Supprimer
    3. n'oublions pas que c'est chirac ( avant dernier roi fainéant) et lionnel ( lihaunnel ) jospin qui , unanimement , avec la représentation nationale , y ont envoyé la troupe

      pas sarko

      sarko n'était pas aux affaires à ce moment là

      alors , bien sûr, on peut penser qu'il a eu tort de pas rappatrier nos hommes , on peut aussi penser qu'il aurait dû pousser à la roue pour en envoyer plus et régler le problème ( mais quel genre de règlement ? ce sont - les talebs- des arriérés médiévaux , et je suis méchants avec les médiévaux en disant ça , des arriérés médiévaux , obtus et infréquentables, mieux vaut leur donner un pays , une capitale , des bâtiments et leur faire tomber des bombes du haut du ciel sur le coin de la tronche lorsqu'ils font trop les cons, comme ghattafi )

      mais , dans ce cas comme dans bien d'autres, c'est une situation héritée du rad-soc chirac , de ce crypto-socialiste , qui a baisé tout le monde en cannard , une fois de plus

      Supprimer
    4. @Kobus: tu as un pb avec Chirac ? Moi aussi !

      Supprimer
  2. La honte c'est pour la FRANCE devant tous les pays du monde, notre MOI-JE a oublié l'histoire de notre pays où l'armée anglaise , américaine pour ne citer qu'eux avaient pris l'engagements de nous libérer tout en ayant des miliers de mort .De tous les engagements pris pour être élu c'est le seul qu'il n'aurait pas dû appliquer , il a l'espoir qu'on le prenne pour un grand général alors que c'est un Jeanfoutre de la pire espèce , j'ai la rage d'avoir un Mouducerveau à la tête de l'état , 1789 où es-tu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'imaginez pas à quel point il peut justement être le digne héritier de 1789.

      Supprimer
    2. @claude henri: moi aussi j'enrage d'avoir assisté à ce renoncement du hollande uniquement pour des raisons politiciennes et démagogiques. Les engagements de la France étaient , il me semble, jusqu'à fin 2014, rien n'obligeait, aucune urgence, l'hollande à enclencher ce retrait si ce n'est 1 élection à gagner.

      Supprimer
  3. Avis ! je répondrai plus tard , j'ai du monde à diner et en + pas un gauchiste pr nous pourrir la soirée ! enjoy !

    RépondreSupprimer
  4. Je commence à en avoir un peu marre, mon cher Corto, de toutes ces guéguerres que les Américains font partout dans le monde et dans lesquelles ils nous entrainent histoire d'asseoir leur suprématie.
    En Afghanistan ils voulaient démontrer qu'ils seraient meilleurs que les Russes.
    Résultat : la mise en place d'un état corrompu, qui dès le départ des troupes occidentales (car elle finiront par partir), tombera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: les ricains nous y ont entrainés , peut-être bien en vertu des accords librement consentis par nos dirigeants d'alors.
      Quant à l'état afghan, il me semble qu'il était déjà pourri jusqu à la moelle avant l intervention, il le restera après

      Supprimer
    2. Un gouvernement ? Quel gouvernement ? Même les padshahs afghans n'ont jamais réellement régné sur ce pays au delà des limites de la province de Kaboul. Alors une république... quand on sait la capacité de ce type de régime à générer de la corruption, cela ne peut que donner le tournis lorsqu'il est appliqué à un tel pays.

      Supprimer
  5. Koltchak a entièrement raison.
    J'ajouterai que ceux qui font le guerre en notre nom ne font pas un "boulot" (les Américains "do the job" et c'est pour ça qu'ils perdent les guerres), non! Ils remplissent une mission.
    La guerre ne consiste pas à donner des bonbons aux enfants, à aider les femmes à porter leurs seaux, à distribuer du pognon aux hommes et à se défendre proprement et avec modération contre ceux qui nous tirent dessus, la guerre consiste à tuer des gens qu'on considère comme des ennemis et qui se considèrent eux-mêmes comme nos ennemis, les tuer avant qu'ils ne nous tuent jusqu'à ce qu'ils n'y en ait plus ou que les survivants demandent grâce.
    En acceptant que ceux d'en face puisse gagner.
    C'est comme ça: la guerre ne peut pas être propre. C'est une véritable saloperie et le seul moyen de bien la faire est de la faire salement.
    Ou alors on n'y va pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: Parfaitement d'accord sur ce point.

      Supprimer
    2. C'est ce que j'entendais par modèle occidental de la guerre. De la Grèce antique en passant par Rome, le Moyen-Âge, l'époque moderne et ce jusqu'à très récemment, la manière occidentale n'a quasiment jamais varié malgré les continuelles innovations technologiques. La recherche du choc frontal et violent de deux armées dans une bataille où l'on cherche à éliminer complètement l'adversaire.

      Comme le dit Pangloss, c'est la seule manière de faire la guerre. Clausewitz ne disait-il pas que tout principe modérateur dans une guerre est une absurdité ?

      Supprimer
    3. Pangloss,

      Pourriez vous me citer la dernière guerre gagnée par les français.

      Ne vous déplaisent mais l'armée américaines a combattu seule sur le front du Pacifique,les russes n'intervenant en Mandchourie quelques avant les bombardements d' Hiroshima et de Nagasaki. Pour les anglais, ce fut essentiellement l' Armée des Indes qui reconquit la Birmanie.

      Quant au conflit vietnamien, il fut perdu dans sur le plan médiatique et non sur le terrain, l' armée populaire vietnamienne subit un lourd échec à Khé-Sanh, Giap ne renouvela pas son exploit de Dien-Bien-Phu.

      Pour les conflits actuels comme l' Irak et l'Afghanistan, l'imbroglio ethnico-religieux fut certainement mal jugé mais cela est souvent une erreur commise par les politiciens et non les militaires.

      Quant au modèle occidental de la guerre, son avantage réside dans l'intendance et non dans le choc frontal, Isandhlwana fut une bataille perdue par les britanniques face aux Impies zoulous mais ces derniers eurent plus de morts après la bataille, les zoulous blessés ne furent pas soignés.

      Je m' arrêterais ici, des auteurs bien plus informés ont écrits des ouvrages sur le sujet.

      Supprimer
    4. Et la bataille de Rorke's Drift qui a eu lieu quelques heures après Isandhlwana ?

      110 britanniques retranchés dans un fortin, coupés de tout, cernés par 4.000 zoulous. 14 blessés, 17 morts côté britannique, 400 morts et plusieurs centaines de blessés côté zoulou.

      Je confirme, la recherche du choc frontal, qui nécessite une discipline de fer, est ce qui a caractérisé la guerre occidentale jusqu'à très récemment. Salamine, Gaugamélès, Cannes, Poitiers, Ténochtitlàn, Lépante, jusqu'à l'offensive du Têt, (et bien d'autres moins prestigieuses) sont emblématiques de la validité de ce modèle. Je ne dis pas que l'intendance n'a pas son importance, elle est capitale, mais elle n'a d'autre but que de servir ce dessein.

      Supprimer
    5. Je n' ai jamais écrit que les zoulous furent supérieurs aux anglais mais que le choc frontal n'explique pas tout.

      Dans les diverses batailles que vous citez, d'autres facteurs intervinrent, Cannes fut une bataille d'encerclement ou les cavaliers numides d' Hannibal fermèrent toutes issues de secours aux légions romaines et ce furent les alliés gaulois transalpins qui subirent le choc des légions.

      Gaugaméles, le choc frontal fut aussi subit par une partie des pézétaires de Parménion et ce fut là aussi une manœuvre d'encerclement des compagnons (hetairoi)d' Alexandre et surtout refusa de poursuivre Darius.

      Pour Lépante, si Juan d' Autriche n'avait pas eu l'idée de faire combattre ses galériens, la victoire aurait peut être changé de camps.

      Ténochtitlàn,vous oubliez la "Noce Triste" et le fait que Cortez fit appel aux ennemis des Mexicas,et la situation géographique très particulière de Tenochtitlan et surtout la façon qu'avait de faire la guerre les guerriers aztèques, faire des prisonniers pour les offrir en sacrifice.

      Quant à Poitiers deux conceptions différentes de la guerre, 'un côté une charge de cavalerie lourde de chevaliers considérant les batailles comme un immense tournoi et des anglais plus pragmatiques avec l'utilisation en nombre d' archers protégés pas des pieux, tactiques apprise auprès des écossais.

      'est à la bataille de Rorke's Drift que fut donné le plus grand nombre de Victoria-Cross de plus il s' agissait plus d'un siège que d'une bataille en rase campagne.

      Serviteur

      Supprimer
    6. Je crois que vous confondez Poitiers (732) avec Azincourt (1415).

      Supprimer
    7. Bataille de Poitiers en 1356:

      « Pressé de toutes parts, il se bat jusqu'à l'épuisement de ses forces et l'on peut se demander dans quelle faible mesure, l'appât de la rançon a pu retenir la main de ces guerriers avides, mais farouches, tout sanglants des coups que le roi leur portait. La voix de son fils cadet âgé de 14 ans, Philippe (qui en gardera le surnom de Hardi) qui était revenu se glisser à ses côtés retentit encore dans l'épopée française :— Père, gardez-vous à droite ! — Père, gardez-vous à gauche ! »

      C'est vous qui ici oubliez une partie d' histoire de l' Ost royal.

      Serviteur

      Supprimer
    8. Sur la bataille de Poitiers en 732, il s'agit d'une défaite parmi d' autres, si la supériorité des armes et aussi de la discipline des armées franques mais aussi que la majorité des troupes musulmanes étaient composée de berbères qui se déplaçaient avec leurs familles enfin l' éloignement des arabes de leurs bases et les évènements qui se passaient en Syrie.

      Cette invasion par les Pyrénées se doublait d'un débarquement en Camargue.

      Une bataille de choc frontal, Novare (1513)dernière victoire des fantassins suisses, ils massacrèrent les lansquenets allemands auxquels il vouaient une haine féroce depuis les guerres de Souabe.

      Ne pas confondre avec l'autre bataille de Novare (23 mars 1849) qui signe la fin de la première guerre d'indépendance italienne.

      Supprimer
    9. @koltchack: tu as raison. Là où cela coince maintenant c'est que le principe modérateur, une aberration en soi pour des combattants, est incontournable aujourd'hui compte tenu des armes que l'homme a mis au point.

      Tiens par exemple, Assad ne pourrait-il pas enrayer sans trop de pbs les rebelles s'il utilisait les armes à sa disposition ? si assurément.

      Supprimer
    10. Corto,

      Assad utilise déjà tous les moyens que lui donne son armée, les hélicoptères de combat , les blindés malgré que la majorité des combats se passent en zone urbaine.

      Les russes perdirent beaucoup de leurs blindés lors des combats dans Grozny, les tchétchènes jetant du haut des immeubles des charges explosifs sur les tourelles des chars T 72.

      Difficile de bombarder avec des avions prévues plus pour une guerre classique avec Israël que pour un conflit asymétrique.

      Assad s'appuie aussi sur les milices alaouïtes qui font le boulot de nettoyeur avec toute la cruauté dont sont capables les arabes entre eux.

      Il s' agit avant tout d'un conflit religieux, une fitna chez les musulmans.

      Il est fort possible que des clans ethniques se mêlent au conflit comme les Turkménes ou les kurdes.

      Nous n' avons rien à faire aujourd'hui et demain en Syrie qu' hier en Libye.

      Supprimer
  6. Et dire qu'on disait que Sarkozy avait un français approximatif ...

    Super article : je diffuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @sen : si tu parles de mon billet en disant " superbe ", merci. Si tu diffuse celui qui est en lien, c'est encore mieux, il met e rage les gauchos depuis ce matin sur twitter !

      Supprimer
  7. A granpas
    La dernière guerre gagnée par les Français? Sans leurs alliés, c'est loin tout ça!
    La théorie du choc frontal appartient à un passé où les deux adversaires reconnaissaient la défaite sur le champ de bataille. Elle ne s'applique pas à la guerilla, à la guerre de partisans ou à la guerre "moderne" (après la seconde guerre mondiale.
    Il y a des cas où la guerre est inopérante: le cas de la "pacification" d'un pays ennemi est le plus bel exemple.
    Il faut admettre qu'on ne peut combattre un peuple et se faire aimer de lui. Il faut admettre aussi que proportionner ses forces à celles de l'adversaire est une aberration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut considérer que la campagne d'Italie de 1859, aussi appelée guerre d'Italie de 1859 correspondant à la deuxième guerre d'indépendance italienne ou on voit s’affronter l’armée franco-piémontaise à celle de l’empire d'Autriche.

      La fin du conflit permet la réunion de la Lombardie au royaume de Sardaigne et pose la base de la constitution du royaume d’Italie.

      La suite fut moins brillante avec la défaite contre la Prusse malgré le sacrifice des Chasseurs d' Afrique et d' autres comme les charges des cuirassiers à Reichshoffen.

      Lors de la Deuxième guerre, il y des actions d' éclat comme la destruction du fort de Chaberton situé à 31350mètres, il fallut 57 obus de mortier des deux batteries de 280 pour museler le cuirrasé des nuages depuis ce territoire est rattaché à la France en 1947 (Traité de Paris).

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen