jeudi 6 juin 2013

Comment peut-on être extrémiste à 20 ans ?


Je crois que question conneries, on aura tout entendu aujourd'hui à propos de la mort de Clément Méric. Conneries venant de personnalités de droite ou de gauche (ou des médias, voire même chez certains blogueurs). Cela en dit long sur la qualité de notre personnel politique.

Nous résumerons ce drame par: un jeune extrémiste de gauche a été tué par un jeune extrémiste de droite au cours d'une bagarre que les deux parties ont provoqué. Tout le reste n'est que récupérations politique ou idéologique scandaleuses. Basta !

La question qui me taraude tout de même...

Comment à 20 ans peut-on être "extrémiste" ? de droite ou de gauche, peu importe.

Faiblesse, lobotomisation, endoctrinement, utopie, bêtise, bourrage de crâne, hérédité, milieu social, inculte,... 

A priori, Clément Meric nous a été présenté comme brillant élève à Science Po., on peut donc supposer qu'il n'était pas limité du carafon.

Il n'en était pas moins " extrémiste ". 

Donc ?

Folie passagère 1742.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

35 commentaires:

  1. A 15-16ans j'étais anar , j'aurais tout fait péter , refaire le monde et je pense que tous les jeunes ont cette envie là , après tu deviens plus agé et plus raisonnable tu vires à gauches ou à droite , bon les extrèmes maintenant c'est l'incertitude d'en ce moment avec un gvt qui souffle sur la braise .

    as-tu vu celà : https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=dRyXkhLZoBw , je dirais presque ENFIN ! bye je suis en retard A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Claude-Henri

      Merci pour ce lien réconfortant.
      Moi, ce n'est pas "presque", mais COMPLÈTEMENT que je dis EN-FIN !!!...

      Supprimer
  2. Pareil que Claude-Henri : soi-disant anarchiste à partir de 15 ou 16 ans. J'ai même fait du porte-à-porte pour fourguer Le Monde libertaire aux ménagère de moins de 50 ans de Châteaudun, c'est vous dire ! Journal que je vendais mais que je n'ai jamais été capable de lire, tellement il était chiant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je voulais dire au départ, c'est que votre étonnement m'étonnait, car c'est précisément la jeunesse qui est extrémiste, ou au moins tentée de l'être. Pourquoi ? Parce que les jeunes sont en général très cons et que les divers extrémistes leur apporte des slogans tout faits, faciles à comprendre et qui claquent bien sous la langue. Ensuite, l'âge venant, on se met (parfois) à réfléchir un peu…

      Supprimer
    2. @didier goux et Claude henri: est-ce que vous ne confondez pas "rebelle " et extrémiste. On a tous eu notre période rebelle, anar,gaucho, même moi, j ai eu ma période Solidarnosc ( et ma période hétéro:) ) , ce n'est pas cela qui fait que l on est ou que l on devient extrémiste. Extrémiste qui rime avec jusqu auboutiste. Il y a forcément un truc en plus.
      Problématique que l on retrouve d ailleurs avec les islamistes comme Merah ou Alexandre... Il y a bien un truc qui à un moment fait que l on passe du rebelle à l'extrémiste. C'est ce truc que je n arrive pas a saisir: folie, endoctrinement, déraison, tombé petit ds la marmite... ?

      Supprimer
  3. Didier et Claude ont raison mais effectivement, comment "un brillant élève" de science-po peut il être militant d'extrême gauche (ou d'extrême droite) ???

    2 réponses : -Ce n'était pas un brillant élève
    -C'était un brillant élève mais complétement con.

    On peu être brillant et complétement con, les énarques en sont l'exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @skandal: Pour avoir brillamment raté mon exam d'entrée a sciences po, je te garantis qu il ne faut pas être con pour y être admis. Il faut avant tout une culture générale énorme et une très grande ouverture d'esprit ( enfin pour ce dont je m souviens, il y a 30 ans, ça a peut etre changé ).
      Quant aux énarques, eux non plus ne sont pas cons, ils sont super intelligent mais formatés dans un moule très particulier et complètement déconnecté du réel.

      Bref , tu ne résous pas mon problème :)

      Supprimer
    2. Je te confirme que cela a changé, Corto.
      Depuis Descoings et sa discrimination positive, un bon élève de banlieue entre comme ça, quasiment sans concours.
      Ses parents doivent être effarés de savoir ce que faisait leur fils, car il y a un très bon SC-Po Rennes.

      Moi aussi j'étais à l'extrême de l'extrême gauche à 18 ans ^^

      Comme quoi, quand on n'en meurt pas…

      Supprimer
    3. Ses parents n'étaient surement pas "effarés", car il était déjà très politisé dans son lycée à Rennes (témoignage du proviseur qui en gardait le souvenir d'un brillant élève n'ayant jamais provoqué de bagarres), et comparer Sciences Po Rennes à Sciences Po Paris est comique !
      Mettre sur le même plan des jeunes d'extrême gauche et d'extrême droite est enfin sidérant, ce qui caractérise la jeunesse d'extrême droite, c'est la haine qu'elle développe de tout ce qui lui parait "anormal" (homos, étrangers ...). C'est elle qui est à l'origine de faits divers sanglants. Je ne vois pas un seul exemple de ce type à gauche ...

      Supprimer
    4. @ Anonyme

      Ah bon ?????????????????????

      Supprimer
    5. @Corto. Les hommes étant ce qu'ils font, et pas ce qu'ils sont, les énarques ne faisant rien ou alors le faisant mal et, comme vous le dites, complétement déconnecter du réel, arrêtons de dire que ces gens sont intelligents.

      S'ils l'étaient, ils ne serait pas aussi déconnectés.

      Supprimer
    6. @skandal: Logique implacable, je m'incline !

      Supprimer
  4. Bon ben, j'arrive après la bataille ! Comme Didier Goux et Claude-Henri,je voulais dire que je trouve plus "normal" d'être extrémiste à 20 ans qu'à 50 ans. On est idéaliste à cet âge-là, et ce prêt à penser très manichéen apporte un cadre à son enthousiasme. La vie, dans la plupart des cas, vous apprend ensuite à vous modérer dans vos prises de position et surtout dans vos méthodes d'action. J'en connais certains qui ont du oublier de grandir en vieillissant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: tu n arrives pas après la bataille puisque Didier Goux et Claude Henri ne m 'ont pas apporté de réponses :)

      idéaliste, oui, rebelle, oui mais extrémiste, c'est à dire, renoncer aux limites, faut avoir un grain , non ?

      Supprimer
  5. En quoi étaient-ils extrémistes ?

    Désolé, mais le mot "extrémiste" ne veut rien dire. Ce n'est qu'une justification d'une façon de penser et d'agir désignée comme extremiste car hors des urnes. Rien d'autre.

    La démocratie via suffrage U direct n'est pas l'apanage, simplement un système politique, que je préfère aux autres, je l'admets bien volontiers.
    .

    Vryko, un extrémiste du "foutez-moi la paix, vive la teurgoule !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vryko
      D'accord avec toi sur l'extrêmisme des jeunes "degauche".
      Leur extrêmisme n'est rien !
      Juste une bien pensance.

      Supprimer
  6. Extrémiste à 20 ans c'est aussi souvent pour se faire des copains... on suit le mouvement, on suit les plus "forts" les plus méchants etc... C'est souvent, un degré de plus que la "rébellion"... on veut s'affirmer et on se laisse entrainer sans vraiment réaliser les conséquences...

    Après, le fait que ce jeune homme ou n'importe qui d'autre fasse des études brillantes, n'en fait pas forcément une personne "intelligente"... On peut avoir une très grande culture générale mais ne pas savoir s'en servir dans sa vie... J'ai vu souvent passer des stagiaires super débrouillards et intelligents qui n'avaient pas de super résultats scolaires et vice versa j'ai aussi eu des stagiaires qui avaient de brillants résultats mais qui étaient de vraies pives... Une expression que j'aime bien "la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale"...

    La seule chose qui est triste, c'est que ces jeunes se croient invincibles alors qu'ils sont humains comme les autres... et que la mort ne fait pas de différence....

    Un jeune homme est mort, extrémiste ou pas, ce sont ses parents qui souffrent aujourd'hui... Et au lieu d'ouvrir les yeux de ces "jeunes" cela les enferme encore plus dans leur extrémisme...

    RépondreSupprimer
  7. Bin tu sais Corto, son "extrêmisme" ne va pas bien loin. Celui des skins non plus d'ailleurs.
    Pour les antifas, c'est l' "antifachisme", ce qui se réduit pour eux à l'anti-homophobie, l'anti-racisme, le racisme anti-blanc, le pro-immigration, l'universalisme.

    Donc, ils appellent ça l'extrême-gauche…
    A 18 ans, ça se comprend. Il n'a rien lu de l'Histoire et quand tu vois le milieu sc-po (Descoings, Fourest…), tu es pratiquement obligé de suivre.
    D'après le billet de Fikmonskov, Méric était quand même plus qu'un suiveur, il attaquait.

    Là, il a fait une mauvaise chute.

    Décidément, ils sont souvent en deuil, à SC-PO !

    RépondreSupprimer
  8. Tout dépend de ce que tu appelles "extrémiste", Corto, ce vocable étant surtout utilisé à tort et à travers par les medias mainstream et le politiquement correct.
    On est extrêmement con à 20 ans, extrêmement inexpérimenté, et on n'a pas encore de passé dont on puisse faire table rase... et on a de l'énergie à dépenser.
    Mais Bergé, lui, pose problème à son âge : là, c'est pathologique.

    RépondreSupprimer
  9. Si être capable de rédiger de belles dissertations et d'engranger des masses de connaissances évitait d'être con, ça se saurait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça se saurait !
      Mais on ne sait rien (rien de rien !) à ce sujet... ;-)

      Supprimer
    2. Merci Jacques Etienne... Trop de personne semble penser que l’intelligence n'est qu'une somme de connaissances.

      Supprimer
    3. Ça peut pas faire de mal, non plus, Jacques.

      Supprimer
  10. Moi aussi j'achoppe sur le mot "extrémiste", mon cher Corto, qui n'est rien d'autre qu'un élément de langage dans la bouche des media pour frapper les esprits.
    En revanche il me semble qu'on ne mesure pas l'emprise de certains professeurs très engagés dans des mouvements politiques qui peuvent entrainer dans leur sillage certains de leurs élèves.
    Il serait intéressant de savoir ce que ce jeune Clément a vécu pendant ses années de lycée, avant qu'il ne débarque à Sciences Po Paris.

    RépondreSupprimer
  11. Si tu n'es pas fachiste ou anarchiste à 18 ans, le pois chiche tourne en purée à 30.

    RépondreSupprimer
  12. Le logo favori des red est le marteau et la faucille communiste avec une kalachnikov en travers. Tou un programme. Est-il nécessaire de rappeller le sort des homosexuels sous les régimes communistes?

    RépondreSupprimer
  13. Slt @corto , l'extrémiste après l'ado rentre dans le domaine du bourrage de crane, exemple la religion : témoin de Jéhova , islam , catho, mormon ,etc, la politique avec toutes ses dérives, le sport qui est devenu un lieu de combat , même au boulot voir les suicides , les syndicats qui préfèrent couler les boites par idéologie , je ne me souviens plus qui a dit que la vie est un fin fil sur lequel il faut marcher et le risque de tomber à droite ou à gauche est grand .

    RépondreSupprimer
  14. A 18 piges, je faisais le coup de poing avec des potes du Betar.

    RépondreSupprimer
  15. Vous avez l air tous de minimiser ces " extrémismes " il me semble. Création des médias, anomalie democratique ( hors des urnes...), délire de jeunes, rebellions etc.... Alors oui peut etre que nos petits antifas ou nazillons ne sont pas de vrais extremistes, dans le sens qu ils ne seraient pas encore sortis totalement des clous pour entrer ds une radicalité plus hard, il n empêche qu'il suffit de bien peu de choses parfois pour passer du " gentil " extremiste à " extremistes " dangereux et nuisible. Ce ne sont pas les exemples qui manquent.

    Et c'est exactement selon moi ce qui s'est passé, de "pas bien méchants garçons", d'extreme droite et d extreme gauche, se sont provoqués à cause de leurs rivalités idéologiques et paf, un mort. N'est-ce pas là que la limite a été franchie entre les petits rebelles et ce que l on désigne comme extrémiste: l escalade et le passage à l acte. ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pourriez parler de "passage à l'acte", mon cher Corto, si ce meurtre avait été prémédité. Or rien ne le prouve. Il semblerait même que c'est une rencontre fortuite suivie d'une bagarre qui a mal tourné.
      Il faut attendre les résultats de l'enquête qui nous en dira plus.
      Et pour l'instant l'exploitation politique de cet événement, on nous dit que des rassemblements sont prévus dans toute la France, me semble complètement délirante

      Supprimer
    2. @marianne: quand je parle de passage à l acte, j entends par là que les antagonismes idéologiques entre les 2 bandes sont si vifs qu il a suffit qu ils se croisent, presque par hasard, pour que l irréparable soit commis.

      Supprimer
    3. Bonjour Corto, je ne vois pas ce qui permet de traiter Clément Méret d'extrêmiste. Il n'était affilié à aucun parti. Il était anti-faciste ce qui me semble honorable quand je vois à quoi ressemblent les sbires du FNR de ce monsieur Yaoub. Ceux qui portent un teeshirt avec le slogan "white power" ne me semblent pas être les "pas bien méchants garçons" que vous décrivez surtout quand on sait qu'ils étaient porteur d'un poing américain qui je crois est une arme interdite en France. Il a été confirmé par l'enquête que ce sont les coups portés au visage et à la tête de Clément qui sont la cause de sa mort... suis étonnée que cela évoque si peu de compassion de votre part et de votre fan club. Il n'y a aucune récupération politique car le comportement de ces groupuscules qui affichent haut et fort leur haine de l'autre est politique et c'est vers une grave dérive que l'on se précipite avec la complaisance des médias qui font la part belle aux déclarations indécentes qui rappellent le temps de l'OAS et de ses crimes.
      J'ai très peur de ces personnes que l'on veut faire passer pour des "pas bien méchants garçons"..

      Supprimer
    4. @Fanfanchatblanc: ma compassion va aux parents, je l ai écrit.
      "je ne vois pas ce qui permet de traiter Clément Méric d'extrêmiste", je ne la traite pas je le qualifie ainsi puisque lui-même se qualifiait ainsi ne serait-ce que par son appartenance au syndicat sud-machin et au mouvement "antifa" dont j ai oublié le nom.

      Peu à peu, la vérité se fait jour et le gentil Clément n avait visiblement rien d un e saintenitouche (renseigne toi, fouille sur internet, c'est éclairant)

      Pour résumer, Meric etait un ultra jeune con de sa cause exactement comme ceux qu'il a croisé ce jour-là. Je n ai aucune sympathie bien au contraire pour tous ces extrémistes qui sont aussi dangereux les uns que les autres qu ils soient de gauche ou de droite.

      Par contre, et il me semble que tu te voile un peu la face: il y a bien récupération politique. Pourquoi par exemple veut-on la dissolution de ces groupuscules d extreme droite et pas celle de leurs alter ego d en face ? Pourquoi?

      Ceci dit, une dissolution ne servirait pas a grand chose, ils s'éparpilleront pour se retrouver sous d autres banderoles avec d autres noms.

      Supprimer
  16. Deux excellentes remises des pendules à l'heure ici :

    http://verslarevolution.hautetfort.com/archive/2013/06/07/guimauve-et-virtualisme.html

    et là:

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/06/les-veilleurs-de-montpellier-inébranlables.html

    RépondreSupprimer
  17. Dans le cas de Méric : lavage de cerveau.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP