vendredi 14 juin 2013

Lâchons les chiens


Parce que les trois lettres dont on l'a rebaptisé étaient un gage de culpabilité, DSK fut déclaré par la grâce des médias et de dossiers d'instruction fuitant à loisir coupable de proxénétisme en bande organisée dans l'affaire du Carlton. Le peuple suivit: DSK était bien coupable quand bien même il n'était mis qu'en examen. Et puis, on apprend, instruction bouclée, que le parquet de Lille requiert un non lieu total. DSK sera donc déclaré sous peu coupable de rien du tout dans cette affaire.

Parce qu'il est détesté par tout ce qui fait ou presque notre magistrature et que faute d'avoir trouvé un quelconque autre motif valable, Sarkozy a été mis en examen, excusez du peu et du ridicule,  pour abus de faiblesse sur une femme âgée dont strictement rien ne prouve (même pas les expertises bidons) qu'elle fut faible à l'époque des faits. Même pas grave, Sarkozy était, avec tout l'empressement dont les medias savent faire preuve, déclaré coupable d'abus de faiblesse. Et puis, on apprend...vous connaissez la suite.

DSK, Sarkozy, deux histoires qui en l'espèce ressemblent à s'y méprendre, hormis les motifs, à celle de Stéphane Richard mis en examen - et donc déclaré médiatiquement coupable - pour escroquerie en bande organisée. Comme Pierre Estoup et Jean-François Rocchi.  En voilà un beau trio d'escrocs. Pour un peu, Christine Lagarde aurait pu élargir le cercle des voyous, son statut de témoin assisté lui évite de justesse l’infamie.

Aujourd'hui, en principe, secret de l'instruction oblige, nul commentateur n'est censé savoir ce qui a pu amener ces juges à prendre de telles décisions. Notre justice, supposée indépendante et impartiale, garantit à tous ces messieurs la présomption d'innocence. On avait même en son temps, me semble-t-il, modifié l'appellation pour que cela soit moins violent: de inculpé ou accusé de, on serait dorénavant mis en examen. Tu parles Charles, t'es mis en examen et au diable la présomption d'innocence. Qui plus est dans le cas de Stéphane Richard lorsque ce qui nous sert de premier sinistre ose déclarer, sans que personne ne s'étonne, je cite de mémoire: Au vu des éléments qui nous ont été donné de connaître, l'Etat se doit de défendre l'Etat, nous intenterons donc un recours en révision contre l'arbitrage rendu en 2008. Cette décision - intenter un recours -  a été prise conjointement avec Pépère " à la lueur des derniers événements judiciaires ". Ont-ils eu accès au dossier ? Peu importe, Stéphane Richard est mort. On ne sait pas s'il est coupable de quoique ce soit mais d'ores et déjà se pose la question de son maintien à la tête d'Orange, l'Etat, actionnaire à hauteur de 20% exigeant la tenue d'un Conseil d'Administration de l'entreprise pour en débattre. Obtempérez, actionnaires, il est coupable ! Et voilà, comment un homme innocent, jusqu'à preuve du contraire, est mis au ban de la société et de la communauté économique; tant pis pour les dégâts collatéraux.

Plus triste encore est d'écouter tous les commentateurs, les pseudos spécialistes et autres politocards qui en chœur répètent à l'envie qu'il y a présomption d'innocence mais qui dans le même temps se régalent de tout cela en espérant en tirer quelques bénéfices.

J'ai regardé deux ou trois émissions traitant de cet arbitrage; à chaque fois les commentateurs ne remettaient pas en cause le fait que Tapie ait été dédommagé pour l'entourloupe commise par le CDR avec la revente d'Adidas. J'en ai même entendu quelques uns, dont Jean-François Kahn ou Christian Barbier, dire que le même Tapie aurait pu exiger beaucoup plus compte-tenu de la plus-value dégagée sur cette opération par le Crédit Lyonnais. L'affaire traînait en justice depuis une quinzaine d'années, l'arbitrage semblait être la bonne solution pour mettre un terme à une histoire qui aurait pu coûter beaucoup plus cher aux contribuables.

Entre temps, Sarkozy était devenu Président. Depuis, il ne l'est plus... mais il fait encore peur. Et l'on sait l'aversion profonde de hollande, de sa clique et d'une bonne partie de la magistrature vis à vis du personnage. Et voilà comment une affaire judiciaire devint, pour mon plus grand dégoût, une affaire politique.

Alors, lâchons les chiens, il y aura bien un os à ronger. Et si cet os avait le bonheur de s'appeler Sarkozy... La curée médiatique n'en serait que plus jouissive, n'est-ce pas ?

Notre histoire judiciaire est pleine de personnages que l'on a jeté aux chiens pour n'avoir pas su respecter le droit fondamental de tout un chacun à la présomption d'innocence. Mais jamais, par calcul politicien, besoin de revanche, vengeance ou simple aversion, nous ne retenons les leçons du passé. Ça suffit !

Folie passagère 1756.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

15 commentaires:

  1. Pour l'affaire menée par le juge Gentil, un article du point révèle des conflits d'intérêts : http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-affaire-bettencourt-l-expertise-sur-mesure-du-juge-gentil-30-05-2013-1674539_23.php et ça va clairement dans le sens du règlement de compte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Judex: reglement de compte ou pas, le juge gentil se couvre de ridicule avec la mise en examen de Sarko, l institution qu il est censé représenter avec.

      Supprimer
  2. Et encore, vous n'avez pas parlé de tous ces ministres transformés en procureurs, mon cher Corto.
    La palme revient peut-être à Fleur Pellerin qui visiblement elle aussi fait partie du système organisé par l'Elysée, lorsqu'elle affirme sur RTL "qu'on est en présence d'un système organisé de financement illicite de compagnes ou d'enrichissement personnel."
    Si les juges "indépendants" n'ont pas compris ce qu'on attend d'eux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: la pauvre ! et l on est assuré qu'elle ne sera même pas remise en place, ni par ses boss, ni par les commentateurs. M'en vais la surveiller de plus près celle-là :)

      Supprimer
  3. Mon pauvre! Sortir l'exemple DSK pour justifier (quoi d'ailleurs?), comme c'est pathétique... Tu dois souffrir pour en arriver là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @CPolitweets: Souffrir oui de te voir perdre ton temps ici à moins que tu ne viennes ici juste pour faire de la retape pour tes billets.

      Supprimer
    2. Votre propos est incohérent.
      Cela commence très mal :
      " Mon pauvre! " dites-vous.
      Pourquoi, vous avez la chance ou la malhonnêteté d’être riche ?
      Si vous êtes riche, vous n’êtes pas l’ami du présiflan, sauf s'il a viré casaque.
      Le pathétique dans l’histoire, c’est bien vous qui venez, comme le dit Corto, faire de la retape.
      Hollande et les fripouilles qui l’entourent ont choisi de diviser la France.
      Il semblerait que vous ayez choisi votre camp.
      Tâchez donc d’y rester !
      Vos lazzis n’ont pas leur place ici.

      Supprimer
    3. @Chamfor: je ne suis pas sûr que le personnage soit en mesure de comprendre ce que tu as écrit.

      Supprimer
  4. "Lâchons les chiens" dites-vous mon cher Corto.
    Mais cela fait déjà des mois qu'ils sont lâchés!
    Peut-être me permettrez-vous de citer deux de mes commentaires sur Slate.fr datés du 22 mars 2013.

    Le premier en réponse à un article intitulé : "Affaire Bettencourt : "Nicolas Sarkozy rattrapé au finish".

    "Ça y est, c'est gagné : Sarkozy a été mis en examen !
    Jean-Laurent Cassely nous dit que cette fois le juge Gentil "a été plus malin que les journalistes", ce qui est difficile à croire, mais le résultat est là !
    Le juge "qui semble avoir une conviction"... a décidé, après confrontation de l'ancien président avec les employés de Liliane Bettencourt, de le mettre en examen.
    Il ne reste plus à Jean-Laurent Cassely qu'à nous apprendre quelles sont, cette fois, les preuves retenues contre lui ?
    Mais, me direz-vous, ce ne sont-là que des broutilles !"

    Le second en réponse à une article intitulé : "Affaire Bettencourt : comment prouve-t-on un abus de faiblesse ?"

    "Qui ne se souvient que le 2 juillet 2010, Liliane Bettencourt avait été interviewée par Claire Chazal pour son JT de 20 heures ?
    Cette dernière, commentant cet entretien dit avoir trouvé Liliane Bettencourt "lucide", "spontanée" et "intelligente".
    Elle ajoute : "Liliane Bettencourt nous a paru être une femme âgée, un peu enfermée dans un monde parce qu'elle est assez sourde... mais très intelligente et tout à fait lucide".
    Comment le juge expliquera-t-il que ce qui était vrai en 2010 ne l'ait pas été ce 24 février 2007 où Sarkozy s'est présenté chez les Bettencourt et où, à ce que j'ai compris, il avait rendez-vous avec André Bettencourt et non avec Liliane.
    Et quant au préjudice qu'éventuellement notre sympathique milliardaire aurait subi, l'évoquer seulement fera s'esclaffer la France entière !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/07/02/2138760_claire-chazal-raconte-les-coullise-de-son-interview-avec-lilliane-betencourt.html

      Supprimer
    2. @marianne: je sais bien que les chiens sont lâchés depuis un moment mais avec cette histoire d'arbitrage, on dépasse les bornes. Rendez-vous compte, Tapie a été reçu a l Elysée lors d une réunion " cruciale " et personne pour dire que compte tenu du sossier c'était peut-etre logique qu il soit reçu.
      Bon vous me direz pendant que l on parle de ça, on ne parle pas du reste ou si peu: Cahuzac, les comptes en suisse, Guérini et sa copine Carlotti etc...

      Quel climat détestatble généré tant par le pouvoir en place que par les medias complaisant. Pouah !

      Supprimer
  5. Quand je vois la traque entreprise par la police politique de Ayrault, j'ai envie de revoter UMP aux prochaines élections, juste pour emmerder du socialo.
    Que la Justice travaille sur Aubry et Fabius, et on aura aussi de belles surprises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: que la justice fasse surtout son boulot correctement sans fuiter telle une vieille passoire

      Supprimer
  6. Hollande et ses sbires n'ont toujours pas compris qu'ils ont été élu pour sortir la France d'un très mauvais pas où Sarkozy l'aurait mis et nous allions voir ce que nous allions voir, le changement , l sera fait en moins de temps que pour retourner une crêpe.

    Une fois aux commendes et s'être partagé les maroquins entre coquins,la chienlit est toujours là et c'est aggravée alors pour faire avaler la couleuvre on fait des réformes ne coûtant pas un sous comme le mariage zinzin mais ces gens là n'avaient pas prévu qu'une grande majorité de français descendraient dans la rue, qu' à cela ne tienne, on les ignorent puisque nous socialistes, on a été élu, qu'ils aillent se faire voire chez la Mère MICHU.

    Ce stratagème ne fonctionnant pas, on s'attaque au gouvernement précédent, on déterre les cadavres toujours dans le but de faire oublier aux français que nous les socialistes avions été mis au pouvoir pour leurs proposer le changement.

    le changement a eu lieu mais pour les copains et les coquins, leur niveau de vie a évolué, diantre une paye de ministre, c'est toujours mieux qu'un salaire de crétin à Pôle-emploi.

    Hollande et les 40 voleurs, cela ne vous rappelle rien!

    Pendant que les journalistes tacherons de la désinformation nous assènent sur la grande victoire pour l' exception culturelle française, Virgin ferme et 3000 employé sont mis au rebut mais j'oubliai Virgin, c'est une entreprise étrangère morbleu, l'honneur est sauf.

    Gouvernement de jean-foutre et l'autre Hollande qui continue de faire le beau, on est vraiment dans la chienlit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: tiens, c'est vrai ça qu'est-ce qu il devient Montaldo ?

      En résumé, grace a hollande et sa clique, l'air devient irrespirable !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP