dimanche 16 juin 2013

Eric Le Boucher, journaliste, demande à Hollande et Valls de ranger leurs flics !


Je ne sais pas si Eric Le Boucher vote à gauche, je sais juste qu'il est journaliste et co-fondateur du site d'infos Slate. De ce fait, on supposera qu'il est " de gauche "; n'est-il pas journaliste ?... Eric Le Boucher a fait hier soir une découverte, il nous raconte dans son dernier article la scène, incroyable à ses yeux, pas aux nôtres, à laquelle il a assisté hier soir: 

" MESSIEURS HOLLANDE ET VALLS, RANGEZ VOS FLICS

La loi sur le mariage est votée, les manifestants qui continuent de s'y opposer sont de moins en moins nombreux: un peu de sagesse devrait vous conduire à calmer vos troupes lors des arrestations des anti-mariage.

Il est 20h30 samedi, je rentre de dîner avec un ami dans un restaurant du carrefour de l’Odéon. Nous marchons rue Saint-Sulpice quand, derrière nous, des cris, deux motos de la police à fond, une personne, un homme très jeune, court sur le trottoir. Il s’arrête fait demi-tour, reprend sa course. La première moto pile, fait demi-tour à son tour, monte sur le trottoir et fonce. La seconde la suit. On se dit, avec mon ami, qu’il s’agit d’un voleur de sac. Et que les policiers ont l’air très énervés. Sur le même trottoir, courent vers nous deux autres jeunes hommes et une jeune femme puis ils s’arrêtent tous essoufflés. On leur demande ce qui se passe.

- «Une manif anti-mariage gay», nous dit un garçon, genre propre sur lui, souriant, pas du tout l’air d’un casseur. Je lui demande pourquoi les flics… mais il n’a pas le temps de répondre, deux voitures de police, puis trois, foncent dans notre direction, bloquent le croisement avec la rue Mabillon. Tout va très vite. 

Les policiers sortent des voitures, sautent sur un des jeunes, le ceinturent, le poussent brutalement vers une voiture. La fille sort son portable pour prendre une photo. Elle est immédiatement ceinturée et emmenée à son tour. D’une voiture banalisée sortent deux hommes, qui foncent sur un autre jeune, et le jettent par terre avec violence. D’autres voitures passent à fond, freinent à mort, des policiers en sortent, attrapent d’autres jeunes. 

Les passants s’émeuvent de ces comportements de cowboys. Vue l’amabilité affichée par ces jeunes, personne ne comprend. Je leur montre ma carte de presse, m’approche des voitures demande: «pourquoi les arrêtez-vous? Qu’ont-ils fait?». Pas de réponse. Je brandis ma carte devant les yeux du motard qui semble un peu le chef avec ses trois galons, mêmes questions. Il s’approche très près, me parle les yeux furieux: «demandez au service de presse de la préfecture, nous n’avons rien à vous dire». J’insiste, demande s’ils ont cassé quelque chose… «Demandez au service de presse» et comme je me retourne pour essayer de poser les mêmes questions à d’autres, il me poursuit, sans me repousser et ni me toucher, mais avec un ton qui monte. 

Les voitures partent. D’autres jeunes viennent me voir, ils m’ont vu poser des questions, je dis que je suis journaliste. Un certain Maxime me raconte qu’ils étaient une centaine à aller manifester devant le Conseil constitutionnel, puis ont traversé le Louvre et se sont retrouvés place Saint-Michel en montant vers le Sénat. 
Là, les CRS les ont bloqué. Certains ont alors descendu la rue de Tournon et c’est là que la police est entrée en action pour, ce que je comprends, les poursuivre et les arrêter. Course des manifestants, virage à gauche dans la rue Saint-Sulpice, où je les vois.

Combien sont-ils? Une dizaine ou une vingtaine, sans doute, âgés de 18-22 ans. Aucun n’a cassé quoique ce soit, ils ont peur, ils courent pour échapper aux flics qui, eux, font preuve d’une violence hors de propos et, tel est le sentiment des passants, d’une joie évidente à faire les cowboys dans la rue.

Je raconte cet épisode pour arriver à ceci: messieurs Hollande et Valls, vous venez en un quart d’heure de perdre une centaine d’électeurs dans un quartier où vous avez de nombreux sympathisants. Les jeunes qu’on pourchasse dans le quartier latin qu’on arrête pour les envoyer à «Beaujon» et les ficher, me rappellent mes années Pompidou. Apprenez donc Manuel Valls, que la matraque c’est la «contingence» sartrienne, celle qui vous fait voter, pour des décennies, contre le pouvoir qui cogne. 

Tout ça inutilement Monsieur le ministre de l’intérieur. La loi est passée, il ne sont que cent à manifester, leur nombre diminue. Certes, je ne sais pas ce que ces jeunes ont fait pour être pourchassés ainsi: ont-ils attaqué les policiers? Ou des passants? Un peu de sagesse devrait quand même vous conduire à calmer vos troupes qui, elles, on le sait depuis toujours, ne se refusent jamais un rodéo.

Monsieur Hollande, ne soyez pas le Georges Pompidou de gauche. Ne laissez pas la haine contre vous s’installer dans la jeunesse de droite. Ce n’est pas ce que vous souhaitiez. Ce n’est pas votre genre. C’est un très mauvais résultat politique.

Libérez ces jeunes au plus vite et rangez vos flics. "

Eric Le Boucher, "Messieurs Hollande et Valls, rangez vos flics" pour Slate.fr 

Folie passagère 1759.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

36 commentaires:

  1. Robert Marchenoir16 juin 2013 à 11:34:00

    "Ne soyez pas le Georges Pompidou de gauche".

    Mon Dieu que ces gens sont cons et ignorants.

    Georges Pompidou est l'homme qui a laissé faire les révoltés de Mai 68, l'homme qui a retenu le bras de la police, contre l'avis de de Gaulle, précisément afin d'éviter l'effusion de sang, et aussi parce qu'il sentait, contrairement au président, issu d'un monde plus vieux, que les choses étaient en train de changer, que les soixante-huitards étaient les représentants d'un mouvement social émergent qu'il était impossible d'éradiquer par la répression.

    Quarante-cinq ans après, Eric le Boucher, "grand journaliste françoué", en est encore à recycler les clichés anti-pompidoliens des brailleurs de l'époque, les "CRS-SS", etc.

    RépondreSupprimer
  2. @Robert Marchenoir: Ce qui m'épate surtout c'est que ce journaliste réalise enfin ce qui se passe depuis des semaines uniquement parce qu'il a assisté à une scène de violence policière hier soir. Combien sont-ils nos journaleux à avoir ignoré sciemment tout cela ? Combien sont-ils à avoir protesté contre cette répression policière totalement disproportionnée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir16 juin 2013 à 11:54:00

      Oui. Exactement. On constate souvent ça avec les journalistes. Il faut que ça les touche personnellement pour qu'ils consentent enfin à se réveiller.

      Le gars dîne au carrefour de l'Odéon, quartier ultra-bobo (et de plus en plus lieu de plaisirs de la racaille afro-maghrébine enrichie par la drogue, mais c'est un autre sujet) ; et là, des flics lui gâchent sa digestion par une scène ULTRA-VIOLENTE : ils montent en moto sur le trottoir. C'est vraiment le fascisme en action.

      Donc le type, n'écoutant que son courage, BRANDIT SA CARTE DE PRESSE sous le nez du motard. Purée, c'est vraiment le correspondant de guerre dans les quartiers chics.

      Notez qu'il évite soigneusement de se compromettre avec ces jeunes qui sentent quand même un peu trop l'esstrême-drouâte :

      "Certes, je ne sais pas ce que ces jeunes ont fait pour être pourchassés ainsi: ont-ils attaqué les policiers ? Ou des passants ?"

      N'excluons rien a priori. Moi je suis un journaliste objectif, avec une carte de presse. Il n'y a pas de fumée sans feu. On sait bien que les manifestants de la MPT passent leur temps à attaquer les policiers et les passants. Donc je suis gentil et généreux avec les jeunes (et surtout je résiste contre la police, car la police c'est mal), mais faut quand même pas me prendre pour une quiche. Je suis juste, mais ferme.

      Cela dit, si vous pouviez vous arranger pour faire vos conneries un peu plus loin de l'endroit où je dîne avec mes amis, ça ne serait pas une mauvaise idée.

      Supprimer
    2. Ce qui m'épate aussi, c'est que visiblement ce journaliste ne sait pas que tous les jours ou presque il y a une action (toujours non violente) contre le mariage Taubira: des comités d'accueil de ministres, des veilleurs, des mères veilleuses, des hommen, des happening (velo pour tous, etc.). A part l'action à Roland Garros dont il a forcément entendu parler (cette violence épouvantable en direct -crime de lèse-tennis), pour le reste, nada (c'est plus fun de parler de la Turquie...)
      Mais comme par essence, les actions de la LMPT sont non-violentes, elles n'intéressent pas les médias. Il faut vraiment qu'il y ait violence sous son nez, même si c'est de la part de la police, pour qu'il ouvre les yeux !!!

      Supprimer
    3. @Robert Marchenoir: Remarquons tout de même que la carte de presse brandie a fait le même effet qu un pistolet à eau. C'est à dire rien.
      Pour le reste c'est a peu près ça . :)

      Claribelle: tu as tout compris du role du journaliste en ganéral dans cette affaire. Rien vu, rien entendu, rien dit ou presque

      Supprimer
  3. Un anarchiste, c'est un démocrate qui a été matraqué.

    RépondreSupprimer
  4. "Ne laissez pas la haine contre vous s’installer " : trop tard ! Il a dès le 1er jour divisé et dégoûté une grande partie des français.
    C'est la conséquence "normale" d'un tartufe qui a volé la Présidence de la République grâce au mensonge.
    Sinon ce soir, j'ai ouïe dire que Normal 1er passe dans l'émission Capital sur M6 : comme par hasard ce même jour dans les autres chaînes il n'y a ... RIEN !!! A part "Lie To Me" sur W9, mais on a la même chose sur M6 à cette même heure ... mais en moins bien (pas de suspense, pas de rythme, pas de scénario / cap, acteur pas terrible sans charisme ni consistance ni prestance, par contre beaucoup d'effet spéciaux - la poudre aux yeux et la diversion -, un MacGyver sans sa boite à outil ...) bref du temps perdu :-)
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sen: les vertueux du camp du bien te diront que Pépère en allant squatter Capital ce soir sur M6 ne fait que tenir une promesse de camapgne: retourner sur M6 1 an après sa victoire. Pépère est donc un homme qui ne ment pas et qui tient ses promesses, surtout celle qui peuvent lui rapporter sans rien couter.

      Supprimer
    2. Y retourner un an après serait donc la seule promesse qu'il serait capable de tenir !
      C'est plus facile que d'inverser la courbe du chômage !

      D'ailleurs je suis sûr qu'il va répéter encore et encore que son objectif est d'inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année.

      Supprimer
    3. Je ne regarderai pas Capital. J'irai cueillir mes cerises cela sera plus utile et me détendra davantage.

      Supprimer
  5. Coup de bol, mon cher Corto, que ce brave monsieur Le Boucher, dont j'ai si souvent commenté les articles, soit passé par là, sinon les grands media parisiens n'auraient rien su de ce qui court sur internet depuis des semaines !
    Quant à Valls, ne lui jetons pas la pierre et reconnaissons qu'il doit bien faire un peu de zèle là où il en a la possibilité, c'est-à-dire contre des jeunes inoffensifs, s'il veut un jour être calife à la place du calife.
    J'ajoute que Paris n'est pas la France, et que là où Valls ne sévit pas en personne, aucun manifestant de la Manif Pour Tous ne se fait arrêter, à ce que je sache.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Vous m'en direz tant, Le Boucher est allé diner au restaurant et Le Boucher a vu et dénonce ce que toute personne allant sur les réseaux sociaux a vu depuis longtemps. ceci dit, en admettant que Slate ait un peu d'audience, peut-etre cela calmera-t-il les ardeurs de Valls.

      Et c'est vrai que le phénomène est essentiellement parisien. Z'ont pas de coucougnettes ailleurs pour s'opposer :)

      Supprimer
  6. Les coups de bol s'accumulent ces derniers temps. Un avocat fait libérer des passants embarqués abusivement et la scène est filmée. Un jounaliste tombe brusquement de son arbre en assistant à une scène de western dans le quartier latin...C'st sans doute dommage qu'il ait attendu si longtemps ce monsieur, mais mieux vaut tard que jamais. Il a au moins l'honnêteté de témoigner et d'informer.
    Plus il y aura de coups de bol de ce genre et plus l'opinion se questionnera.
    Parce que jusqu'à maintenant, peu de gens réussissaient à concevoir que cela soit possible.
    Désormais, ils vont mieux comprendre.
    J'ai bien envie de publier aussi le témoignage de ce monsieur. Donc de copier sur toi :)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lo: mais fais donc, copies, colles !

      C'est ton " désormais " qui me pose question... :)
      Bisous

      Supprimer
    2. J'ai pompé sur toi, donc.
      Pas beaucoup de relais dans la presse, dirait-on. Comme c'est bizarre.
      Oui, oui, oui: désormais!
      :)

      Supprimer
  7. Interrogée en ce moment même sur Canal +, madame la Garde des Sceaux se dit d'accord avec Pierre Bergé pour constater que c'est incontestablement les manifs contre le mariage pour tous qui ont conduit à la mort de Clément Méric.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: j ai écouté vendredi soir la greluche guyanaise chez Taddéi, ça fait pitié. Les mineurs délinquants ont de beaus jours devant eux.

      Et si en plus elle est d'accord avec Bergé, tout est foutu !

      Supprimer
    2. @marianne:

      http://www.fdesouche.com/382465-le-ministre-taubira-fait-le-lien-entre-la-manif-pour-tous-et-la-mort-de-clement-meric-canal?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

      Supprimer
  8. Ils sont d'une malhonnêteté intellectuelle sidérante ! De toutes façons elle ne peut pas se contredire. C'est ça la morale de la religion "républicaine" qu'on nous propose ?
    Qui peut avoir envie de suivre ça ?
    La religion catholique a quand même plus de gueule.
    J'arrête car j'ai envie de dire des horreurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michelle: d'une malhonnêteté intellectuelle sidérante, euh, crois-tu ? C'est affolant en effet.

      Supprimer
  9. Un jour, Corto, tu m'expliqueras, car j'avoue je ne sais pas, ce que veut dire tes "folies passagères".

    Il y a quelques jours je te disais ma peine de voir ce que devient la France qu'il nous promettait apaisée, je ne savais pas alors que France apaisée était France ceinturée, ligotée, bâillonnée. Je le sais à présent.


    J'admire ces jeunes, ils ont raison, raison de se battre pour leurs convictions et dans ce qui ressemble de plus en plus en une dictature de la pensée unique il n'y aucun "merdia" qui parle de ces résistants.

    Après demain c'est la 18 juin, et l'appel à résister, aujourd'hui, il est important de savoir garder sa liberté de penser, quoi qu'on nous dise, je suis réac, vieille, débile, catho tendance facho, à présent, je le sais, mais j'affirme que j'ai le droit de penser, seule contre tous, ce que je pense.

    La démocratie est pour moi, cela, aussi, avoir le droit de penser autrement et le dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lady Watterloo: promis, un jour :)

      Bien sur que ces jeunes ont raison de se battre et de manifester. ET j'invite même a les encourager. Car, leur opposition, comme le mien, dépasse largement le cadre d'une opposition à la loi Taubira pourtant votée. Il n y a guère que les gauchistes , comme elnino ci dessous, pour faire mine de ne pas le comprendre.

      Le 18 juin, vois-tu, je suis curieux de voir comment nos bien-pensants vont traiter le sujet.

      Supprimer
  10. Youhou les droitus! quelqu'un pourrait-il expliquer aux gens qui manifestent contre une loi déjà votée et appliquée qu'un rassemblement, ça se déclare et qu'on ne manifeste pas à tort et à travers sans autorisation? Quant à Eric le Boucher, journaliste de gauche, c'est le meilleur trait d'humour de ce blog depuis belle lurette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Elnino: suffisamment petit pour ne pas voir et pas comprendre ce qui se passe avec ces gens qui manifestent...

      Supprimer
  11. Je n'ai pas porté de jugement de valeur. Là si: à ce stade, ça n'est plus de l'entêtement: ça tourne au déni de la réalité. Et oui, désolé, mais ça se déclare une manif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la même façon que les politiques au pouvoir doivent écouter le peuple lorsqu'il n'est pas d'accord.. ce qui n'a jamais été le cas sur ce dossier .. un loi pour une minorité bien loin de l'intérêt de tous ...passée sans concertation .. effectivement un mépris de la réalité pour monsieur Hollande et ses sbires

      Supprimer
    2. @Philz: je n aurai pas mieux dit

      Supprimer
    3. @Philz: Une loi pour une minorité: il me semble qu'il y a moins d'assassins en France que d'homosexuels, et pourtant, il existe des lois pour cette autre "minorité". Même chose pour la loi interdisant le port du voile intégrale dans les lieux public: là aussi, on légifère pour une minorité. Quand à dire qu'il n'y a pas eu de débat, je vous trouve un peu de mauvaise fois. Je n'étais ni devant mon poste, ni à l'Assemblée Nationale mais d'après certaines sources, il y aurait eu 172 heures de discussion ce qui fait de ce projet de loi un des 10 textes les plus débattus de la 5ème république. Et puis comme j'aime bien sourcer mes articles, j'ai lu cette info sur le site internet du figaro, pas dans libé ou dans l'humanité hein. Bisous!

      Supprimer
    4. @Elnino: tu as raison, il y a eu plus de 160 h de débat. Mais quel débat. Lors du premier débat, Taubira a déclaré: "De toute façon cette loi sera votée ". Le décor était posé, on a beaucoup causé mais chaque camp a campé sur ses positions, 100% des amendements de l opposition ont été rejeté. Bref, auun véritable débat.

      Supprimer
    5. @corto74: Je ne suis pas certain que votre chiffre de 100% soit exact, masi bon, passons. En même temps, vu l'indigence et la bêtise crasse de certains amendements déposés par la droite, il est plutôt rassurant qu'ils n'aient pas été retenus. Un petit florilège non exaustif: "supprimer le code civil", "autoriser la polygamie", "autoriser l'inceste", "donner au nouveau-né le même prénom que l'officier d'état-civil", n'en jetez-plus! Donc débat oui, mais débat de qualité, ça se discute. En même temps, on a les parlementaires qu'on mérite, vous ne trouvez pas?

      Supprimer
    6. @elnino: voila un pointsur lequel ns serons d accord : nous avons les élus que nous méritons, je ne cesse de le rappeler

      Supprimer
  12. Cortouchkador -
    Normalement, les hyènes putrides du PS et de l'UMP doivent s'unir aux seconds tours des élections importantes face aux vaillants patriotes. Or, Valls crée de toute pièce une division entre vous. Je ne comprends pas pourquoi le PS rejette une partie de l'électorat pro-allemand de droite vers l'abstention ou le vote FN. As-tu une idée?
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jard: késako que " l'électorat pro-allemand de droite "

      Supprimer
  13. Au lieu de taper sur mr Leboucher, réjouissons-nous qu'il en parle. Oui il en parle comme s'il tombait de la lune et n'avait jamais ouvert internet depuis 6 mois mais il fait ce dont nous rêvions tous : de l'info ! Et pour un journaliste aujourd'hui, ça tient du prodige alors MERCI.

    RépondreSupprimer
  14. Douze commentaires ont déjà paru sur cet article, sur Slate, mon cher Corto.
    Vous verrez que tous les commentateurs ne sont pas d'accord avec monsieur Le Boucher, loin s'en faut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: 12 commentaires dont, excusez du peu et exceptionnellement, le mien.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP