dimanche 19 janvier 2014

Le retour des vieilles valeurs ?



Alors que l'on croyait la question de l'avortement réglée depuis longtemps, on s'aperçoit depuis quelques temps que cela ne semble pas être vraiment le cas. L'Espagne a voté une loi qui restreint drastiquement l'accès à l'IVG. En France, on voit les oppositions à l'avortement reprendre du poil de la bête quand les législateurs français s'apprêtent à modifier la loi Veil en supprimant la notion de "situation de détresse" pour la remplacer par la notion du droit à "je veux avorter". Le Pape François, que d'aucuns ont précipitamment assimilé à un libéral réformateur, soutient la manifestation "pour la vie" qui se tient à Paris aujourd'hui, donnant à celle-ci un surcroît d'attention médiatique. Des milliers de personnes y sont attendues. 

Les manifestations contre le mariage pour tous avaient surpris par leurs ampleurs et les messages véhiculés: on ne manifestait pas uniquement contre la loi Taubira mais aussi contre les attaques menées par les progressistes sur la famille traditionnelle, les enfants, la GPA, la PMA, le refus de la marchandisation du corps, "la vie", etc... 

Ce matin, en me promenant sur twitter, c'est la photo ci-dessus qui a attiré mon attention mais plus encore le commentaire qui l'accompagnait: " J'ai eu le temps de faire une photo avant de gerber dessus..."

Alors sans défendre une quelconque remise en cause de l'avortement ce qui me semble totalement impossible en France, au moins pour le moment, et plutôt que de "vomir" sur ceux qui  continuent à s'opposer à l'avortement, ne doit-on pas voir dans tout cela un retour en force salutaire de certaines valeurs traditionnelles ? Et si oui, pourquoi ?

Assistons-nous aux prémices d'une remise en cause importante d'un progressisme qui serait désormais considéré comme mortifère pour notre société par toute une partie de la population ?

Folie passagère 2095.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

31 commentaires:

  1. J'aimerais répondre oui à ta dernière question, cher Corto. Je prône la réappropriation du sens de "valeur" et du subjonctif plus que parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al Weest: je ne sais pas si c'est ce à quoi tu fais allusion, mais pour moi, il est grand temps de ne plus laisser aux gauchistes et autres progressistes le monopole de définir ce qui est bien ou mal, reprenons le mot valeur à notre compte ! na !

      Supprimer
  2. La grosse erreur des modernœuds acculturés (de droite comme de gauche d'ailleurs, mais de gauche sans doute davantage) est de croire que, en politique, des choses peuvent être "réglées", c'est-à-dire établiées une bonne fois pour toutes : l'histoire est là pour nous prouver que c'est faux. Encore faut-il connaître un peu l'histoire, "se souvenir qu'il y a eu des siècles", comme dirait R. Camus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Didier Goux: Bien d'accord avec vous, éternel recommencement et remises en cause permanentes, voilà aussi ce qu est l'Histoire. C'est intéressant d ailleurs de voir comment en ce moment, il y a une ré-émergence de " la réaction " et le retour à ce que j ai appelé ironiquement les vieilles valeurs. Les idéologues et autres modernoeuds ont totalement sous-estimé ce que l opposition au mariage zinzin a réveillé.

      Supprimer
  3. je ne suis pas d'accord avec la suppression de la clause " situation de détresse"... je ne serais pas non plus d'accord avec la suppression pure et dure de l'avortement et retour des aiguilles à tricoter.
    il faut réfléchir au cas par cas tout comme l'euthanasie, avec humanité, respect, honneur et compassion.
    le " progressisme" m'a l'air surtout d'une régression

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: pas mieux ! Maais c'est amusant, si j ose dire, de constater qu il a fallu attendre le retour des socialos pour les voir s'attaquer à la modification de cette loi Veil. Peur de ce qui s'est passé en Espagne ou " normalisation " et banalisation du droit a l avortement ?

      Supprimer
  4. Comment le Pape pourrait-il ne pas s'opposer à l'avortement et autres dérives libertaro-mortifères ?
    Les bobos-gauchos ont pris leurs désirs pour des réalités. Ils ont oublié que le pape est catholique !
    Personnellement, j'en suis resté au 6ème commandement, convictions obligent.
    Tous ceux qui promeuvent l'avortement et l'euthanasie sont eux bien vivants.

    PourquoiPas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @PP: C'est bien parce que le pape est le pape que la visite de Pépère au Vatican a autant d importance.
      mais là n est pas vraiment le sujet de ce billet.

      Supprimer
  5. C'est tout le problème du "progressisme", toujours aller trop loin, jouer finalement aux "apprentis sorciers"...
    Les exemples se multiplient. Que ce soit au sujet de l'avortement ( aucune entrave), de la non-discrimination (mariage pour tous, théorie du genre), du racisme , du traitement social du chômage, du rôle de l'état dans l'économie ( règlement et interventions paralysants ) ou la vie des gens ( principe de précaution, état-maman )....une évolution qui peut être positive devient totalement négative si elle est poussée trop loin...maintenant reste à savoir si la majorité des gens a encore la capacité de s'en rendre compte et de dire "stop". Ma lucidité, que d'aucuns qualifieront de pessimisme, me dit que rien n'est moins sur..et puis la peur de passer pour arriéré ou fasciste est très forte, la propagande fonctionne très bien et ses corollaires, censure et répression, aussi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour
      le progrès est allé trop loin et aujourd'hui les inconvénients sont supérieurs aux avantages.

      sur "la capacité des gens à s'en rendre compte" je suis plus que pessimiste
      comme vous le dites "la peur de passer pour fasciste" dû au rouleau compresseur des médias

      Mais il y a aussi un autre plus gros problème:
      le syndrome du doigt dans l'eau chaude froide
      quand vous laissez votre doigt dans de l'eau à 30° puis vous le mettez dans de l'eau
      à 25° : vous trouvez que c'est froid
      A force d'alloc, de consumérisme (etc ...) nous trouvons aujourd'hui que les 25° d'il y à 30 ou 40 ans sont frigorifiques

      donc les résultats démocratiques seront pour toujours plus de chaleur ... jusqu'à ce qu'on se brûle!
      Mais nous en reparlerons certainement après les 2 élections ...

      cordialement

      Supprimer
    2. @nana: Certes la propagande fonctionne à plein mais a y regarder de plus près, je trouve qu il y a tout de même des raisons d espérer: Les Veilleurs, les sentinelles, les camping pour tous, les hommen, etc... tous ces mouvements portés essentiellement par des jeunes. J en discutais cet am avec un ami, il se passe quelque chose, quoi, quelle ampleur, quelle portée??? je ne sais pas trop mais il me semble qu il y a un retour à certaines valeurs qui se situent à des lieues de ce que pronent les progressistes.

      la marche pour la vie, l'an dernier ? 7 000 participants selon la police, 16 000 cette année toujours selon la police... Tout le problème est de savoir si ces mouvements perdureront où s ils seront étoufés.

      @Jmespe: Et bien, c'est encore mon côté optimiste :), je crois qu'une certaine jeunesse a compris ce qui se passait, très clairvoyante, et que cette jeunesse ne laissera pas passer. je peux me tromper, c'est sur, j y vois, laisse moi au moins cette illusion, qu il y a une raison d espérer :)

      Supprimer
  6. Définition de "progessiste": accélérateur de décadence?

    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @le Page: absolument, il me semble que l histoire ne manque pas d exemples pour confirmer cela

      Supprimer
  7. J'avoue, j'aime moyen ton titre: "le retour des vieilles valeurs". En effet, je pense que ce sont les personnes attachées aux valeurs éternelles, qui sont vraiment progressistes. Les autres sont archaïques, puisqu'elles nous font régresser de près de 3000 ans en arrière; l'époque des sacrifices humains et compagnie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean François: C'est que sans doute tu ne viens pas assez souvent ici pour saisir l ironie du titre. :)

      Supprimer
  8. La Gauche reste fidèle à certaines de ses vieilles valeurs de 68, "jouir sans entrave notamment " au nom de quoi on
    avortera à tours de bras au cas où l'on aurait oublié la pilule...et ils voudraient que le Pape avalise!
    En revanche d'autres vieilles valeurs ont perdu leur crédit "il est interdit d'interdire", par exemple, il est beaucoup plus grave de faire la quenelle que de se débarrasser des embryons gênants, c'est évident.
    C"est beau le "progrès sociétal"
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: ah , ce fameux "il est interdit d interdire" battu en brèche comme jamais depuis le retour des gauchistes au pouvoir !
      excellent commentaire !
      amitiés.

      Supprimer
  9. nouratin : manque de médecins, crise sanitaire en vue si rien n'est fait.. donc forcément, on ne pourra pas "avorter à tour de bras"..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: Crois-tu qu'une fois l avortement devenue la plus banale des choses il sera nécessaire d'avoir recours à un toubib pour interrompre une grossesse ?

      Supprimer
  10. oui, c'est vrai.. on pourrait former des infirmier(es) spécialisées dans cet acte...

    RépondreSupprimer
  11. Que l'avortement soit légalisé , on peut l'envisager comme un moindre mal pour éviter le sordide et les dangers des avortements clandestins mais quant à banaliser cet acte , chaque citoyen peut s'interroger sur la pertinence de cette évolution ; Le remboursement à 100 pour cent de l'avortement s'inscrit dans cette logique de déresponsabilisation en otant aux femmes et aux couples leur part de responsabilité . Rien n'est jamais gratuit ! Il y a toujours quelqu'un qui paye et ce n'est sans doute pas respecter les femmes que de leur enlever cette part qui leur incombe . J'ose espérer que des consciences se réveillent pour dénoncer la démagogie qui préside à ces prétendues évolutions traduisant surtout les errances d'une société qui impose un progrès supposé en refusant les nécessaires dialogue . Quand on voit les comportements adolescents de notre président on peut aussi s'inquiéter de la maturité qui préside à des décisions qui impacteront durablement toute notre société ...Marguerite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: mais c'est bien de cela qu il s agit: banaliser l acte d avortement et déresponsabiliser. En modifiant la loi Veil, les progressistes ne cherchent rien d autres que de transformer l avortement en un moyen de contraception comme un autre.

      Je veux croire que les consciences se réveillent, la manifestation d hier tend à le montrer

      Supprimer
  12. Compte tenu de tous les moyens de contraception à la disposition des femmes, la Loi Veil sur l'IVG (avec ses garde-fous) est suffisante.

    Par contre il faudrait qu'elle puisse s'appliquer partout sans entraves, dès lors que les femmes qui souhaitent y recourir se situent dans le périmètre de la Loi.

    La couche supplémentaire, objet des 2 amendements qui ont mis les gens dans la rue aujourd'hui, aboutit à considérer l'embryon comme quantité négligeable, comme un objet que l'on dépose à sa guise et au gré de ses humeurs. La légèreté avec laquelle sont traités des sujets de l'ordre de l'éthique : mariage - procréation - avortement - euthanasie - genre - etc... est très perturbante, car ces sujets devraient constituer un socle de valeurs solide, à l'abri des caprices des uns ou des autres.

    Pour autant et parce que l'on est jamais à l'abri d'un accident de contraception, je ne voudrais pas que l'on revienne en arrière comme en Espagne, en supprimant le droit à l'IVG dans sa forme actuelle. Bref, dans ce domaine, je suis pour un statu quo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: le statu quo ne semblait plus convenir aux socialistes. On est dans l ère de la conquête de tous les droits avec eux !

      Supprimer
  13. 225 000 femmes se font avorter chaque année et ce chiffre serait stable depuis trente ans, mon cher Corto, en dépit des progrès des moyens contraceptifs et de leur gratuité.
    Mais cela n'est pas suffisant pour les "progressistes" qui nous gouvernent. Il faut donc modifier les termes de la loi, et après "le mariage pour tous" instaurer "l'avortement pour toutes". Pourtant chacun est prêt à reconnaître que cette allusion à "la détresse" des femmes ne freine en rien l'accès à l'avortement à celles qui l'ont décidé.
    Et ne reculant devant aucune audace j'ai même entendu dire qu'on avait demandé à Simone Veil de faire la promotion de la nouvelle mouture de sa loi, et qu'elle avait, à juste titre ce me semble, refusé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: encore une fois c'est une question de sémantique et de philosophie progressiste. La loi Veil n'empechait en rien d avorter mais cette situation de détresse sous entend que la femme ne serait pas libre de faire ce qu elle veut de son corps puisqu'elle ne pourrait avorter " qu en cas de détresse " , comprenez que la chose puisse etre insupportable pour nos progressistes.

      Supprimer
  14. Ci-dessous quelques petits extraits du rapport du "Haut Conseil à l'Egalité pour les Femmes et les Hommes"remis en novembre dernier à notre chère ministre Belkacem, et qui commence par ces mots :
    "L’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est un événement assez courant de la vie sexuelle et reproductive des femmes. Près d’une femme sur trois aura recours à une IVG dans sa vie. L’IVG n’est pas un problème : c’est une solution pour toute femme qui souhaite interrompre sa grossesse dans les délais prévus par la loi."

    On imagine tout de suite la neutralité du rapport...

    Ainsi, concernant les médecins et le fait qu'il y en ait moins qui pratiquent :
    "Ce phénomène de vieillissement de la population médicale est aggravé par un autre : l’absence de relève militante. Le rapport d’information n° 1206 de Bérengère Poletti (...), fait état des départs à la retraite des médecins s’étant battu pour l’obtention du droit à l’avortement. Or, l’engagement et la motivation des médecins est primordiale pour l’organisation de l’offre de soins. Il est constaté aujourd’hui que cette dimension militante est moins partagée par les jeunes générations".

    ...surtout surtout, ne pas se demander pourquoi cette dimension militante est en baisse ? et préférer préconiser, comme réponse à cette baisse, la carotte : des hausses de rémunération et des améliorations de statut des praticiens de l'IVG.....
    et surtout, le baton : supprimer la mention explicite de la clause de conscience des médecins...

    "Alors que l’IVG est l’expression d’une liberté de la femme et doit être consacrée comme un droit à part entière et considérée comme un acte médical comme les autres, l’attitude et les propos de certains médecins et personnels de santé vont à l’encontre de ce principe. (...) participent à la culpabilisation des femmes et à ne pas faire de l’IVG un acte légitime de leur vie sexuelle et reproductive.
    (...)Il semble donc essentiel de les former non seulement d’un point de vue technique, mais aussi et surtout sur l’histoire, le droit, et les enjeux de santé et sociétaux de l’avortement."

    Là aussi, on imagine tout de suite l'impartialité de la formation préconisée... et je me demande bien quels peuvent être les enjeux "sociétaux" de l'avortement, dont on veut faire un "acte médical comme les autres", pire "un acte légitime de leur vie sexuelle et reproductive"...

    Voilà pourquoi j'ai, pour la première fois, participé à la Marche pour la Vie hier...
    Merci Corto pour ce billet...

    RépondreSupprimer
  15. @Beatrice/ Manifestation qui a été un réel succès.!

    RépondreSupprimer
  16. Ce blog étant de bonne tenue, je ne dirais quel moyen de contraception je préconiserais et celui est radical!

    A part cela, c'est dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleurs soupes selon un vieux dicton alors que les vieilles traditions ont encore de l'avenir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: non seulement elles ont de l avenir, mais je suis persuadé que l'on assiste à leur retour.

      Supprimer
  17. Lors de la légalisation de l'avortement, il y a maintenant des lustres, le slogan affirmait: "c'est Mozart qu'on assassine". Aujourd'hui, ce serait un Prince Charmant, d'après la vignette. Ces arguments seraient recevables si a côté on ajoutait : ou Hitler, Mao, Staline, bref, tous ces gais lurons qui ont pourri la vie de l'humanité. Imaginez que leur maman ait avorté ou connu la pilule, que de bonheur en plus pour tous !!
    Merci Corto, tes blogs sont toujours appréciés !!
    JDx38

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen