mercredi 15 janvier 2014

Peine de mort pour Vincent Lambert ?


Vous avez peut-être entendu parler de Vincent Lambert, ce jeune homme de 38 ans  qui, suite à un accident de la route, se trouve depuis 5 ans dans un état de conscience minimale. Conscience minimale ... pas mort clinique, pas mort cérébrale, pas total légume, il arrive encore à s’exprimer, nous dit-on, avec le regard. C'est important le regard, tant de choses passent au travers d'un regard... 

Selon le corps médical, " l'état de Vincent Lambert lui permet une certaine interaction avec l'environnement, par la vue notamment, sans pour autant être sûr qu'il intègre correctement les informations sensorielles".  "Sans être sûr"... ça veut dire quoi ? Que peut-être que oui, peut-être que non ? 

Selon l'avocat des parents de Vincent: "Vincent est handicapé, il n'a pas de maladie incurable, la loi Leonetti ne s'applique pas à son cas". 

"Il bouge les yeux, ressent la douleur, sans qu'il soit possible de savoir s'il comprend ce qu'on lui dit.

Il paraît qu'avant son accident, il aurait exprimé oralement la volonté de ne pas être victime d'acharnement thérapeutique, si par malheur il devait être réduit à l'état de légume. Moi aussi, ça m'est arrivé de dire: " si jamais... " 

Son état étant considéré comme stationnaire et non évolutif - on me permettra de faire simple - les médecins ont décidé de suspendre une première fois son alimentation (mais pas son hydratation) ce qui aurait entraîné sa mort au bout de quelques semaines si une partie de sa famille, ses parents et l'une de ses sœurs, ne s'y étaient pas opposés, appuyés en cela par une décision de justice. Après plusieurs réunions de famille qui ne permirent pas de dégager un consensus, les médecins "soignants" ont décidé unilatéralement, samedi dernier, d'arrêter les traitements d’alimentation et d’hydratation de Vincent. Les parents, catholiques pratiquants, s'y sont une nouvelle fois opposés et ont du demander, et obtenu, un référé-liberté au tribunal pour stopper la procédure de mise à mort et accessoirement le transfert de Vincent dans un autre hôpital. 

Un tribunal administratif, je répète, un tribunal administratif, sera donc amené à se prononcer, en principe définitivement, demain jeudi, sur l'éventualité de donner à l'équipe médicale le "droit" d'abréger le supposé calvaire de Vincent: euthanasie passive que cela s'appelle...

Nous voici donc avec le cas tragique d'un homme qui n'est pas légume, qui perçoit "peut-être" et qui, parce que sa famille n'a pas été foutu de se mettre d'accord et parce que l’euthanasie semble être la solution "la plus facile" pour régler le problème va être éventuellement condamné à mort par la justice...

Pour une partie de la famille dont l'épouse de Vincent, il y aura peut-être soulagement, il sera en paix. L'autre partie de la famille n'aura, peut-être, selon le jugement rendu, qu'à accompagner Vincent dans ses derniers instants... dans la douleur ou la peine.

Demain, la justice, un tribunal administratif, rendra peut-être un verdict étonnant: La peine de mort pour Vincent. Sans que celui-ci ne soit coupable de rien du tout, si ce n'est de "vivre" encore.

L'histoire de Vincent a été largement médiatisée et ce billet pourrait prouver que ce n'est pas avec ce genre de médiatisation que le public est à même de se faire une opinion précise sur le sujet douloureux et émotionnellement éprouvant de l'euthanasie. Et pourtant, dès lors que c'est à la justice que l'on a demandé de statuer sur le sort de Vincent, nous ne pouvons plus laisser le débat sur l'euthanasie se régler uniquement entre spécialistes ou quelque échantillon soi disant représentatif de la population.

Nous vivons dans un monde étrange où c'est à la justice que l'on demande si un homme doit mourir. Ou pas.

Folie des hommes...

Folie passagère 2088.
VincentLambert
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

59 commentaires:

  1. Que la justice se mêle d'une telle affaire c'est comme remettre la guillotine en service , ça me met mal à l'aise , je pense que beaucoup de personne on dit * SI.*.........................mais et là le pas est géant pour le néant.
    Cela me fait penser à un cas près de chez moi , Sébastien Boutin qui a pourtant tenu un journal . Atteint de la maladie de Charcot il a écrit sa vie rien qu'avec les yeux .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: De ce billet, c'est bien cela qu il faut retenir: demain en principe la Justice va dire oui ou non a la mort d un homme. Et putain que oui ça met mal à l aise ! Mais bon, ça doit être " de notre monde " !

      Supprimer
  2. Euthanasie par arrêt de l'alimentation et surtout de l'hydratation, ce n'est pas une mort douce, au contraire !!
    Qu'ils assument et qu'ils lui fassent une piqûre (comme aux animaux) plutôt que le laisser agoniser lentement (3 jours si pas d'hydratation !!!) alors qu'il est encore un peu conscient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claribelle: douce ou pas douce, le problème n est pas vraiment celui que je souligne ds ce billet mais bien plutot celui d un monde ou faute de vouloir prendre leurs responsabilités, des gens sont prêts a confier à d autres la décision de tuer l un des leurs. ça donne des frissons

      Supprimer
    2. Certes, mais "aider à mourir" par déshydratation n'est pas une aide mais une torture. Si on veut "aider à mourir", dans ce cas précis, il faut être actif (donc la piqûre) et non hypocritement passif (responsable-j'arrête les "traitements"- mais pas coupable-je ne tue pas directement-, on connaît la chanson).
      L'hydratation et la nutrition, ce n'est pas un "traitement", c'est le minimum vital pour tout un chacun : essayez de vivre sans boire, même en bonne santé, vous ne vivrez pas longtemps.

      Supprimer
    3. @ Claribelle
      Parfaitement exact. Et en tous points d'accord avec vous.

      Se retrancher derrière une "euthanasie passive" n'est qu'une preuve d’hypocrisie doublée de lâcheté.

      Supprimer
  3. ton billet sur la condamnation d’un homme pose des tas de questions que seule une équipe de médicaux sérieux peut prendre et en accord avec la famille ! une loi pour cela est idiote et inutile car le cas par ças prévaut ! ( il me semble)

    J’ai soigné des handicapés très lourds et j’ai été frappé de 2 choses:
    de la formidable volonté humaine .. Quand on veut vivre….
    de la remarquable prise en charge par les soigneurs .. de vrais thérapeutes mais des gens profondément humains .. A l’écoute mais fermes juste pour être dans le juste et l’efficace.. et c’est de cela que le malade tire sa force .. de cette sensation qu’il est porté !!!

    Si l’on en arrive à la justice … c’est quelle dialogue entre le médical et la famille passe mal ou ne passe plus….

    Seule solution transférer le malade dans un cadre neutre… Il y a urgence .. mais la justice n’a rien à faire à part peut être autoriser le transfert

    Seconde réflexion… J’adore cette chaine américaine intelligente HD Discovery .. Il n’y a pas si longtemps un document montrait que la technologie pouvait permettre et dans un futur proche à un homme n’ayant plus que les yeux pour s’exprimer de pouvoir manipuler grâce au numérique son propre fauteuil roulant !!!!.. preuve que même un homme ou une femme enfermés dans son corps peuvent avoir des espoirs… ( c’était le grand physicien dont j’ai lamentablement oublié le nom qui servait de cobaille pour ces travaux)

    La leçon pour moi est que celui qui veut en finir à son libre choix mais que le médical doit seul et en équipe prendre une décision AVEC la famille dans le cas contraire .. J’ai perdu ma maman il n’y a pas longtemps et j’ai apprécié la qualité du relationnel médical .. très à l’écoute .. C’est important… Et nous avons été informés avec beaucoup d’intelligence et d’humanité que l’on ne pouvait espérer sauf si l’on s’acharnait ( contre la volonté de ma maman).. Tout a été dit et par différents médecins dont le rôle était d’informer de préparer voire de garder espoir

    La technologie peut apporter une vision nouvelle

    Si la justice s’en mêle c’est que le relationnel entre les médicaux et la famille est coupé et que c’est une nouvelle souffrance supplémentaire à assumer soit par le malade soit par les proches !! C’est très grave .. Le gros problème de notre société est qu’elle oublie par moment le simple bon sens …

    Je ne peux juger de ce cas car je ne le connais pas mais jamais l’état ( la justice) ne doit représenter la solution finale… Il faut faire confiance aux équipes médicales qui doivent être dans un cadre légal mais, faire en sorte que la dignité soit préservée pour tous .. le malade la famille et la société.

    J’aimerai l’avis d’un médical si il passe sur le forum..

    Quant aux médias … mieux vaut les éviter dans ce type de situation.. Ils mettent toujours plus d’huile sur le feu plus que de poudre pour éteindre

    Mon avis n’est que le mien … J’ai trop d’humilité par rapport à la vie, à ce que chacun vit et ressent ( le malade) et la famille qui souffre tellement .. mais aussi tant d’admiration pour ces gens qui soignent avec leur coeur en toute simplicité mais avec une telle force……. pour juger

    La politique n’a pas sa place dans ces combats je trouve ..


    La politique n’a pas sa place dans ces combats je trouve .. ou elle doit se faire humble .. très humble car les combats ne sont plus les mêmes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ PhilZ
      Complètement en phase avec vous sur ce sujet.
      Je me sens, ENFIN, moins seule...
      Parmi le décès de plusieurs proches, le pire, pour moi, est la façon dont est mort mon mari : par euthanasie passive, disaient-ils.
      Moi je dis : par ASPHYXIE. Eux n'étaient pas là pour le voir. Moi si. Jusqu'à la dernière seconde incluse...

      Quand on prend une décision, il faut bien en mesurer les conséquences. Ensuite, quelle qu'elle soit, il faut avoir le COURAGE de l'assumer jusqu'au bout.

      Supprimer
    2. @Philz et Franzi: Ici, nous avons un cas particulier mais qui nul ne peut en douter se multipliera: médecins et famille ne sont pas d accord sur la solution a adopter face au "malade ". malade dont on nous dit que peut-être il comprend, peut etre il comprend pas, peut être il ressent, peut être il ne ressent pas. Alors, et Philippe Muray il y a 15 ans le prédisait, on va déléguer à d autres le soin de prendre la "bonne" décision, transfert de responsabilité !

      là , nous avons quoi ? des médecins qui préconisent la solution finale, une partie de la famille qui dit oui et l autre qui dit non. Alors on convoque un tribunal et on lui demande de trancher, oui, y a du Ponce Pilate là dedans. Ne pouvait-on pas, puisque Vincent n est sans doute pas à 1 an près, organiser d autres réunion de la famille, délocaliser le patient, le confronter lui et sa famille à d autres toubibs ? Sans doute que oui alors pourquoi cela n est-il pas fait ?

      Supprimer
    3. @ Corto
      Oui, c'est exactement ce que je voulais dire dans mon commentaire, un peu plus bas.
      Ne serait-ce que par respect pour ce jeune homme, il faut prendre le temps de trouver un accord.
      Un juge, surtout administratif, ne devrait pas intervenir dans pareille situation.
      Sauf, peut-être, et comme le suggère PhilZ, pour imposer une "délocalisation" permettant d'impliquer une nouvelle équipe médicale. En espérant que cela permette à la famille que trouver un terrain d'entente...

      Car, s'il est un seul cas où on ne peut pas se permettre la moindre erreur, c'est bien dans ce genre de situation. Dramatique.

      Supprimer
    4. @ Corto ('complément)

      Pourquoi ?
      Justement : that is the question !!!

      Supprimer
  4. mourir de soif.. quelle horreur... ! personne pour dire " non, ceci n'est pas acceptable" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anne
      Ben non : ce n'est QU'UN humain !!! :-(((
      Si vous faisiez ça à un animal, vous auriez la SPA et autres associations sur le dos. Sans parler des merdias !...
      Et vous seriez condamnée pour inhumanité et torture.

      Supprimer
    2. hélas, pour les animaux il n'y a que très très rarement de condamnations malgré les tortures infligées, les animaux sont considérés par la loi comme des meubles....ceci sortant du contexte mais bon.....

      Supprimer
  5. Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'expliquer, j'estime que l'euthanasie passive est un grave crime.
    C'est la solution médiane et lâche des "Ponce-Pilate" qui, tout comme Flamby, sont incapables de prendre une décision et de l'assumer.

    Soit on décide d'imposer la vie, même atroce, et on prend toutes les mesures possibles et imaginables pour supprimer la souffrance. Physique, c'est parfois possible d'y arriver ; psychologique, c'est autre chose !... Là, il faut se débrouiller avec sa conscience. Quand on en a une.

    Soit on décide d'abréger les souffrances, ET on l'assume. Dans ce cas, on doit injecter une substance qui soulage, fut-ce à dose létale.

    C'est un crime abominable que de se réfugier lâchement derrière ce qu'on appelle euthanasie passive.
    Cette appellation ne fait que (mal) cacher une épouvantable torture : provoquer la mort de quelqu'un par la faim = quelques semaines ; ou par déshydratation = quelques jours ; ou par asphyxie = quelques heures.
    Tout ça dans d'atroces et interminables souffrances.
    Car je peux témoigner que, même en état de mort clinique, la souffrance est ressentie ;de plus, le corps applique ses réflexes primaires de survie et c'est... insupportable. Et intolérable.

    Bien sûr, l'idéal serait que la personne concernée ait pu donner son avis. Mais c'est rarissime car, tant qu'on n'est pas au bout du bout, on ne sait jamais vraiment. Et quand on y est, le plus souvent, on n'est plus en état d'indiquer son choix.

    Personnellement, je trouve qu'on ne doit pas faire porter ce choix difficile à la famille. En revanche elle doit être informée. Et ne pas s'opposer entre elle.
    Avec un peu d'humanité et de respect pour la personne en cause, éventuellement avec l'aide d'un médiateur spécialement formé (comme pour les dons d'organes), il y a normalement possibilité de trouver un terrain d'entente.
    A défaut, on peut élargir le comité médical avec des spécialistes ciblés au cas par cas, éventuellement d'un autre hôpital..

    MAIS QUE VIENT FAIRE ICI UN TRIBUNAL ADMINISTRATIF ?
    Sur un sujet de vie ou de mort ???? C'est hallucinant. Il n'y a RIEN d'administratif là-dedans. Sauf à sanctionner l'hôpital dans l'hypothèse où il n'aurait pas respecté la procédure prévue. Ce qui semble avoir été le cas, au moins pour la première fois.

    Vraiment, cette hypocrisie m'insupporte, me révolte et me donnent de violentes nausées.

    @ Corto
    Merci de vous être farci Pépère pour nous.
    Mais je n'ai pas commenté car, comme d'hab', le flan qu'il nous a servi est incolore, inodore et insipide. Pouahhh !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: Comme tu le dis: Que vient faire un tribunal administratif ( ou autre) dans cette histoire ? Comment des juges, 9 si j ai bien compris, vont-ils pouvoir se prononcer sur la mort d un homme qui n est coupable de rien si ce n'est de vivre encore! ça me sidère ! on transfère encore la responsabilité à d autre, en l'occurrence l'Etat, sans certitude qu un autre tribunal ou deux ou trois ou quatre rendent la même décision.

      La loi doit définir en matière d euthanasie les cadres et règles. Point barre.Après si ces règles ne solutionnent pas le problème, on temporise, on réfléchit, et on voit, on reconvoque la famille, les médecins, on discute etc... mais on ne demande pas a un tribunal de réinstaurer la peine de mort!

      Supprimer
    2. @ Corto
      Voici les conséquences d'avoir transformé des citoyens responsables en personnes assistées, infantilisées...

      La loi Léonetti donne déjà un cadre et des règles. Elle me semble assez bien conçue ; même si, peut-être, il subsiste quelques zones blanches. Mais comment le savoir puisqu'elle n'est quasi-jamais appliquée ?
      Exigeons son application pendant quelques années. Ensuite il sera temps de voir s'il faut l'amender et comment.
      Personnellement, plutôt que légiférer encore sur ce sujet ultra-sensible et délicat, je préfèrerais qu'on laisse plus de latitude au corps médical (sous condition d'agir au sein d'un groupe exclusivement médical dont le nombre ainsi que la spécialisation seraient modulables en fonction de chaque cas). A charge pour eux d'expliquer à la famille et, éventuellement de la convaincre. Unanimement.

      A cette réflexion près, je suis entièrement d'accord avec votre réponse. :-)

      Supprimer
  6. Voilà un grand débat qui mériterait plus qu'un message laconique de notre président qui sera d'accord avec le Comité d'Ethique ( sans en attendre les conclusions ? les connaît-il déjà ? ).
    Il n'y a pas de réponse toute faite. Celle-ci doit être réfléchie avec raison et aussi avec amour et le rôle des professionnels de santé est d'aider à vivre et à accompagner."La fin de vie n'est pas de rajouter des jours à la vie mais de la vie aux jours "S.A. Julliand.
    C'est pourquoi, lorsque l'on connaît la complexité du problème, ce ne peut être qu'une décision EN CONSCIENCE et surtout ne pas baisser la garde devant les objectifs plus ou moins détournés ( lois sociétales etc...) de nos élites dont on sait comme ils traitent la conscience : en divisant ( pour mieux régner et faire de nous des êtres malléables.
    Pour terminer, je conseille un livre : Une larme m'a sauvée de Angèle Liéby Ed. des Arènes où l'on voit une femme que tout le monde croyait perdue qui, grâce à une larme a prouvé qu'elle n'était pas encore morte.
    Faut-il avoir peur de son médecin ? La rentabilité d'une personne est-elle un critère pour avoir le droit de vivre ?
    Pour être du métier, je sais qu'il arrive un moment où l'issue ne fait plus de doute. C'est alors que la tendresse doit intervenir pour aider à vivre ces derniers instants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Idel: a un moment l issue ne fait plus de doute, c'est fort possible. Dans le cas présent, apparemment, il n y a pas de doute, Vincent peut vivre encore et encore longtemps MAIS sous totale assistance (Et d après ce que j ai lu,on ne sait même pas sil souffre ou pas). Cette réalité de longévité devrait rendre impossible tout rendu de justice définitif sur son cas.

      Supprimer
    2. @ Idel
      Bien d'accord avec vous : EN CONSCIENCE.
      Hélas, tous n'en ont pas. Ou pas la même...

      "C'est alors que la tendresse doit intervenir pour aider à vivre ces derniers instants".
      Ça aussi est très important. Pour celui qui part comme pour ceux qui restent...
      Et c'est tellement plus riche qu'un lamentable acharnement ou une lâche dérobade comme "l'euthanasie passive".

      Très beau et très touchant ce livre que j'ai lu avec beaucoup d'émotion.
      Et qui prouve bien à quel point il faut être prudent...

      Votre citation me plait tellement que je me permets de la dupliquer :
      "La fin de vie n'est pas de rajouter des jours à la vie mais de la vie aux jours "S.A. Julliand.

      @ Corto
      C'est justement cette notion de souffrance qui, dans le cas présent, pourrait (devrait ?) faire la différence. Mais comment savoir ? A part une équipe médicale, personne ne le peut. Et surtout pas un juge.

      J'en profite pour replacer ma "rengaine" :
      Il est plus que temps que les administratifs (donc l'Etat tentaculaire), ne connaissant rien à la médecine, cessent de vouloir se mêler de soigner les gens, et laissent médecins et autres personnels médicaux faire leur travail convenablement, en paix et en leur âme et conscience.
      "Chacun son métier, et les vaches seront bien gardées" :-)

      Supprimer
  7. bonsoir
    l'euthanasie est un des rares sujets sur lequel je suis modéré !
    je n'arrive pas à me faire une opinion

    Pour commencer, le débat sur l'euthanasie est essentiellement un débat
    SUR LA MÉDECINE ELLE MÊME !
    car comme vous le précisez dans votre billet la médecine le nourrit ARTIFICIELLEMENT
    Dans la nature , il y a fort peu de cas où cette question se pose
    car la nature fait des choix (eh oui, même si on trouve cela cruel)
    Le débat sur l'euthanasie doit donc commencer par un débat sur les limites de la médecine
    Dans votre précédent billet , vous parliez de pompiers pyromanes
    du point de vue de ce débat , la médecine est un sacré pompier pyromane !
    avant de dire qu'il faut toujours plus d'eau, on peut commencer par limiter les allumettes.


    -L'opposition catholique
    indéniablement, l'église a compris qu'il s'agit là de l'ultime "viandisation" humaine
    et elle s'y oppose
    mais elle ne se rend pas compte à quel point la médecine lui a coupé l'herbe sous les pieds
    Car avec la laïcité on a perdu toute morale et toute croyance en la vie éternelle
    la médecine est donc un nouveau dieu QUI NE PROPOSE RIEN D'AUTRE que toujours plus
    de médicaments et de chirurgie pour toujours gagner quelques mois(ans) de plus.
    Devant la peur de la mort qui n'est plus contrebalancée par rien, il devient difficile de résister
    à la médecine

    -Le pognon
    bien sûr qu'il faut en parler
    car si on parle de la valeur de la vie pour le mourant, il faut aussi en parler pour les vivants !
    car en refusant de mourir, on étrangle ses propres enfants
    c'est la sécu qui paye
    mais TOUT LE MONDE PENSE ça !!! résultat la sécu étrangle tous les enfants !!
    bonjour le chomage pour une génération qui n'aura certainement pas droit à tout cela

    encore une fois je crois qu'une civilisation qui n'a plus de religion n'a plus d'avenir à long terme
    Le tribunal rendra donc sa décision: elle sera forcément mauvaise

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jmespe: entièrement d accord avec toi et c'est bien ta conclusion qui confirme mes inquiétudes: la justice rendra une décision qui sera forcément mauvaise pour au moins l une des parties: famille, médecins, "sécurité sociale", "morale" etc... La justice ne peut être impartiale sur ce genre de sujet, encore moins infaillible. Quelque soit la décision rendu, il y aura du malheur.

      Supprimer
    2. @ jmespe et Corto
      Pour une fois, pas d'accord. Pas du tout d'accord.

      Certes, la médecine, comme l'hygiène de vie et l'hygiène tout court, ont considérablement augmenté l'espérance de vie. Peut-être certains considèrent-ils la médecine comme un dieu.
      Ce sont probablement les mêmes qui s'étonnent de l’apparition de nouvelles maladies et de leur nombre. Sans penser que, si l'on est gravement malade à 60 ou 80 ans, c'est, au premier chef, parce que l'on n'est pas mort à 20 ou 30 ans de la peste, du choléra ou autre...
      Ce n'est donc qu'un faux dieu ; je préfèrerais dire une aide.

      Il ne faut pas confondre la foi et la religion. Ce sont deux choses totalement différentes. Voire opposées.
      En tant qu'athée, ayant une bonne connaissance de plusieurs religions et les ayant comparées, je me sens apte à dire que j'admire l'une et déplore la seconde.
      En effet (et cette analyse n'engage que moi) :
      * La foi, tant en Egypte pharaonique que de nos jours, a permis de construire des merveilles (temples égyptiens, églises coptes puis romanes, cathédrales, mosquées, etc.). Juste par amour, par respect pour sa croyance. Et, pour les constructions les plus anciennes, avec un stupéfiant savoir, non seulement architectural, mais aussi cosmique et tellurique. La foi (que je n'ai pas) peut être considérée comme une force créatrice et une énergie positive.
      * Les religions, au contraire, sont des regroupements, parfois spontanés, mais qui se transforment toujours de manière sectaire. Chacun est tellement sûr d'avoir raison, de détenir LA vérité, qu'il veut convaincre (ou contraindre) les autres à sa propre vision. Généralement, les différences sont infimes. En revanche, si les noms changent, la structure est généralement identique. Elle est copiée sur la cosmogonie égyptienne, de même que les rituels qui en sont tous issus ; même si chaque religion ne les a pas tous repris.
      Il ne s'agit donc que de batailles de clochers (a-t-on encore le droit d'utiliser cette expression populaire ?). Mais qui ont des conséquences gravissimes. Si l'on prend la peine de regarder l'histoire du monde, on constate que toutes les guerres ont débuté par un conflit religieux ou à l'initiative d'une tentative de conversion (Croisades ou autres...). De nos jours encore, même en France, voir les tensions exacerbées pour ce seul motif. Pour ces raisons, je pense juste de dire que les religions sont des forces destructrices et des énergies négatives.

      Pour ce qui me concerne, je me suis créé MA propre religion, qui ne convient QUE pour moi, et dont le principe est très simple : j'écoute ma conscience, ma voix intérieure, et j'essaye de vivre, autant que faire se peut, en harmonie avec mes convictions et mes valeurs. Voilà. C'est très simple. Et cela induit forcément le respect des autres... Sans aller, toutefois, jusqu'à tendre l'autre joue. ;-)

      Cette position me permet d'être à l'écoute de ce qui se passe. En moi et autour de moi.
      Et c'est ainsi que, au cours des nombreux aléas de ma vie, il m'est arrivé énormément de choses assez bizarres (pour ne pas dire très bizarres), auxquelles j'ai beaucoup réfléchi, que j'ai essayé d'analyser au mieux, et qui m'ont donné à penser qu'il pouvait exister "une vie après la vie" (titre de l'excellent livre du Docteur Raymond MOODY, enquête menée avec une rigueur toute scientifique, et pas démodé malgré ses presque 40 ans).

      Supprimer
    3. @ jmespe et Corto (suite)
      Donc, "avec la laïcité on a perdu toute morale et toute croyance en la vie éternelle" = NON.

      Athée, farouchement laïque (dans le sens de laisser à chacun sa liberté de pensée et de croyance [très triste de constater que, désormais, il faut le préciser pour que cela soit compris...]), je pense avoir une grande moralité (ce qui m'a souvent été dit, et parfois de façon assez admirative [tant pis pour mes mollets ;o) ]).
      En outre, à défaut de croire en la vie éternelle (surtout telle qu'elle nous est présentée), je suis convaincue qu'il existe cette fameuse "vie après la vie". Parce que j'ai vécu des choses qui me le prouvent.
      Et il m'importe peu de passer pour une folle auprès de ceux qui n'ont pas eu la chance de vivre des expériences aussi surprenantes et intenses, aussi douloureuses certes, mais si riches...

      J'espère avoir ainsi bien justifié mon "NON" venu du fond du cœur... :-)

      Pour ceux que cela intéresse, est paru en 2012, chez Robert Laffont, du même Docteur Raymond Moody, un livre où il raconte comment le hasard l'a amené à étudier les souvenirs des personnes ayant été confrontées à une mort imminente (NDE ou EMI). Le titre en est "Paranormal : une vie en quête de l'au-delà". Passionnant ; vraiment.

      Enfin, côté "pognon", je souhaite rappeler que, même si elle a un coût, la vie n'a pas de prix.
      Et que, pour cette raison, je me refuse totalement à faire un choix aussi spirituellement "critique" sur pareil critère. J'espère vivement qu'il en est de même pour tous.

      SINON, Flamby aura tristement et inhumainement gagné la partie : non seulement il sera parvenu à marchandiser les enfants, mais il aura aussi créé une date de péremption pour les adultes...

      GRANDEUR et DÉCADENCE.
      Je crains fort que nous soyons déjà très avancés sur la seconde pente. :o(((

      Supprimer
    4. @ jmespe et Corto

      Juste un mot (oublié) concernant la décision de justice administrative : le seul cas où elle pourrait ne pas être mauvaise serait de décider le transfert de ce jeune homme dans un autre hôpital où une approche plus approfondie et plus dépassionnée pourrait être conduite.

      En espérant de tout cœur que la famille parviendra à se retrouver pour une décision consensuelle. Grâce à une prise de conscience de "l'enjeu", mais aussi et surtout par amour et respect de Vincent Lambert.

      Supprimer
    5. @Franzi: Que le tribunal ordonne aujourd'hui le transfert ailleurs de V Lambert serait à mon sens la meilleure décision !

      Supprimer
    6. bonjour franzi
      je reprends (un peu un retard) la discussion.

      Je suis d'accord sur votre dissociation foi/religion d'une manière sémantique,
      mais quand vous les dites "totalement différentes"
      vous montrez bien comme notre civilisation irresponsabilo-consumériste
      ne veut que des avantages et pas d'inconvénients.
      Si le distinguo que vous faites est intéressant en soi,
      pour moi, il s'agit des 2 faces d'une même pièce de monnaie.

      "détenir LA vérité"
      oui bien sûr !!! et c'est tant mieux!
      décréter que l'on connaît LA vérité est la définition d'un code de civilisation
      A l'inverse, notre société décadente prône le tout relatif...ce qui augmente le communautarisme et
      nous mène probablement à la guerre civile (dans qques décennies)
      Non pitié , pas de "religion = guerre de religion" !!!
      1- et les 2 guerres mondiales alors ?? hein alors ?
      2- dans notre monde de bisounours , "se battre" est devenu l'emblème du mal
      mais on oublie que "se battre" c'est aussi tout simplement l'envie de vivre.
      Puisque nous parlons de médical, supposions que vous ayez un grave cancer :
      soit vous vous battez avec de la chimio AVEC ses inconvénients (i.e les guerres)
      soit vous baissez les bras ...
      que choisissez-vous ?

      Et je maintiens mon coté "pognon" (c'est pas joli, hein ?)
      dire "la vie n'a pas de prix" est très joli mais la réalité nous renverra le bâton
      Un certain Darwin avait parlé de sélection naturelle
      si vous connaissez l'histoire , vous savez que l'on peut extrapoler ses théories sur les civilisations
      Déjà, rien que en Grèce, la pauvreté diminue l'espérance de vie
      Dire que la roue carrée est "humaine" peut vous paraître joli aujourd'hui, mais la nature et ses lois physiques vous rappelleront à l'ordre

      Mais je le répète c'est un sujet non tranché pour moi

      cordialement

      Supprimer
    7. Bonsoir jmespe,

      Merci pour votre réponse dont je prends acte.
      J'entends bien vos arguments. Toutefois, je reste sur mes positions qui, comme je l'avais précisé, me sont très personnelles. Et je comprends tout à fait qu'elle ne soient pas partagées.

      Je ne prétends pas détenir LA vérité ; seulement MA vérité. Et si je ne l'impose pas aux autres, je ne veux pas qu'on m'impose celle des autres. "La liberté des uns..."

      Peut-être parce que je ne vois cela que de l'extérieur, la foi (que ce soit en quelqu'un ou en quelque chose) reste à mes yeux une attitude individuelle, alors que la religion est, pour moi, un regroupement que je qualifierai comme étant, le plus souvent, communautariste (comme on le voit encore actuellement). Donc potentiellement un facteur déclencheur de guerres (civiles, religieuses et/ou extérieures). Depuis la nuit des temps, cela a été ainsi. Même s'il y a parfois eu quelques exceptions, il faut bien reconnaître que, dans la très grande majorité des cas, la religion fut à l'origine de ces combats ; dans l'Antiquité, mais encore de nos jours. Quant à l'éventualité d'une guerre civile dans notre pays, si je partage votre crainte, je suis beaucoup plus pessimiste que vous quant au délai. Je pense sincèrement que, à force de provocations, d'incompétence et d'irrespect, bien malheureusement, nous sommes déjà en route vers un tel drame.

      Concernant le fait de "se battre", je n'ai pas employé ce terme et, si tel avait été le cas, ce n'aurait pas été une critique.
      Je condamne le fait d'agresser les autres (personnes ou pays). Pas celui de se battre.
      Très très très jeune, j'ai rapidement appris qu'on ne vivait pas dans un monde de Bisounours (qui n’existaient pas à l'époque). Et, croyez-moi, encore bien petite, j'ai dû apprendre à me battre. Non pas pour vivre, mais pour juste survivre. Et toute ma vie j'ai dû me battre encore et encore et toujours ; probablement comme peu de gens ont été obligés de le faire. C'est pourquoi la première chose que j'ai enseigné à mes enfants, et désormais à mes petits-enfants, est que le monde n'est pas tendre, qu'il faut toujours rester vigilant, et savoir se défendre lorsque c'est nécessaire.
      Se battre n'est pas une honte. C'est souvent une question de survie.
      En revanche, agresser les autres est pour moi une action inacceptable.
      Donc, pour ce qui me concerne, exit le monde des Bisounours. Et aussi le "présiFlan des bisous"...

      Par ailleurs, je suis très loin d'être une profiteuse (dans tous les sens du terme). En revanche, je suis souvent décrite comme une personne compatissante, empathique et (trop) généreuse. Alors, aussi bien dans la vie que dans le relationnel, j'ai presque toujours beaucoup plus d'inconvénients que d'avantages. Et je m'en fiche...
      Mon indicateur, c'est ma conscience. Et, d’expérience, je vous assure que je sais assumer ; et trancher lorsqu'il le faut.
      Par exemple lorsque, selon le choix que je fais, j'ai une chance sur deux soit de sauver la vie de mon enfant, soit de rater cet objectif... Pas facile, surtout quant on a tout juste 20 ans. Vous en conviendrez, je pense. Et ce n'est qu'un exemple parmi...
      C'est pourquoi je ne pense pas qu'il soit justifié de m'intégrer aux adeptes de "l'irresponsabilo-consumérisme".

      Supprimer
    8. Bonsoir jmespe, (suite)

      Quant au "pognon", certes c'est un aspect important. Mais je pense que cela ne doit pas être le critère décidant de la vie ou de la mort d'une personne. Cela me révolte et me fait penser au film "Soleil vert". C'est le comble du "recyclage"...

      Je persiste à demander l'application (partout) de la loi Léonetti AVEC l'accord du patient si possible, ou, a minima, des familles. Et que les tribunaux ne se mêlent pas de cela.

      Comme aurait dit Georges Marchais (pour les plus jeunes, chef du parti communiste français, roi involontaire de l'humour) : " c'est mon avis et je le partage avec moi-même".
      N'étant pas plus communiste que "religieuse", je préciserai quand même que nul n'est obligé de me suivre.

      J'expose le résultat de mes réflexions. Chacun ayant la liberté de les partager ou non.

      Cordialement, :-)

      Supprimer
    9. bonsoir chère Franzi !
      vous pouvez parfaitement rester sur vos positions : cela va sans dire .
      Si nous conversons c'est juste pour voir nos arguments respectifs

      Votre dernier message fait apparaître que vous avez été touché négativement par mes propos,
      si tel est le cas je vous présente mes excuses; je cherche simplement à discuter
      avec des termes précis (et donc parfois marqués !)

      Internet est de plus un mauvais moyen de communication
      l'anonymat ne m'a pas permis de voir d'un coup d’œil que vous avez une génération de plus que moi (j'ai 40 ans) et cela explique beaucoup de chose.

      "LA vérité"
      je me suis mal exprimé (il manquait un article sujet dans ma phrase)
      ce n'est pas moi, petit commentateur-blogger qui doit détenir LA vérité
      C'est le code civilisationnel qui définit en lui même LA vérité
      ce n'était donc pas une affirmation péremptoire de ma part ,
      mais il me semble que c'est là une grosse partie de la définiton du mot "civilisation"
      de même que "vivre en société" c'est respecter certains codes établis comme des "vérités"

      Ainsi donc la religion est un communautarisme : oui et c'est en cela qu'elle fait une société
      en donnant le même code aux gens.
      Elle est donc source de stabilité A L'INTERIEUR de la société
      Mais je reconnais bien sûr quelle est "potentiellement un facteur déclencheur de guerres"
      Cependant ne pensez vous pas que vous me répondez vite en disant des 2 guerres mondiales:
      "parfois quelques exceptions" ???
      Si je vous demande cela, c'est parce que je réfléchis beaucoup actuellement (et personnellement)
      à la question religion/laïcité.
      Je soupçonne fort la république de nous avoir appris le faux. Pire: l'illogique.
      Par exemple, on nous présente la laïcité comme solution (ou comme un rempart aux problèmes communautaristes) et on nous rabâche l'histoire des catholiques et des huguenots qui a donné des guerres de religions et qui a été résolu par la laïcité.
      Je suis absolument stupéfait par ce raisonnement logique

      Je vous donne un exemple:
      je fume comme un pompier (les huguenots)
      je finis par avoir le cancer (la guerre de religion)
      je prends donc de la chimio (la laïcité)
      Je tire de cela la conclusion que l'on peut fumer tranquillement à condition de distribuer de la chimio à tout le monde
      Etonnant non ? et pourtant cela semble bien être la logique républicaine
      C'est pourquoi je tique toujours quand on me dit religion=guerre
      je vous invite à me re-répondre là dessus.

      Exact: vous n'avez pas utilisé "se battre"

      Ce qui nous sépare aussi (avec notre génération d'écart) c'est quand vous vous décrivez comme:
      "une personne compatissante, empathique et (trop) généreuse"
      il m'arrive de penser que j'aurai pu l'être moi aussi 20 ans plus tôt
      mais de nos jour, la société est trop agressive , voleuse , inculte
      la probabilité de rencontrer des gens qui ne profite pas est trop faible
      je ne suis visiblement pas le seul à le penser et à utiliser la même protection :
      la solitude, le replis sur soi ; c'est bien pourquoi on dit pudiquement que l'anonymat progresse dans notre société

      Je connais "soleil vert"
      quand on voit les mcdo, la viande de cheval et les écolos qui commencent à nous dire qu'il faut manger des protéïnes végétales plutot que de la viande car elles sont 3 fois plus rentables
      : on y vient , on y vient !

      cordialement

      Supprimer
    10. Bonsoir jmespe,

      Merci pour votre réponse et vos précisions.
      Je n'ai pas pour habitude de me dérober. Mais il me semble que nous abusons de la tolérance et de la compréhension de Corto (que je remercie au passage pour sa grande hospitalité). D’autant plus que nos longs échanges nous éloignent de plus en plus du sujet d'origine...

      C'est pourquoi je vous propose, d'une part de vous répondre aussi brièvement que je peux (!!!...), et d'autre part de continuer cette discussion en dehors de son Blog.
      Je suppose que Corto peut récupérer mon adresse Mél., et je ne vois aucun inconvénient à ce qu'il vous la communique (hors Blog) si vous le lui demandez. Si besoin, je la lui rappellerai en direct.
      J'espère que vous comprenez.

      1. Je n'ai pas été négativement touchée : je me suis simplement positionnée de façon plus précise.
      2. Heureusement qu'il n'y a pas de photos ! Cela pourrait faire peur :-). Mieux valent ces quelques notes gaiement colorées, qui montrent l'attachement que j'ai pour l'harmonie : musicale, extérieure, et plus encore intérieure. :-)
      3. Vivre en société, c'est respecter ses lois. Et, si elles sont mauvaises, ne pas les violer mais parvenir à les faire changer. A condition d’avoir des dirigeants compétents, intelligents et respectueux. Ce qui, je vous l'accorde, est loin d'être le cas actuellement. C'est aussi, en théorie, faire preuve, de tolérance et de solidarité. Mais pas à sens unique... Et, à mon sens, c'est éviter absolument les communautarismes qui ne sont que des groupes juxtaposés et prêts à s'écharper, chacun pour leurs intérêts personnels.
      4. Effectivement, j'ai volontairement fait un très gros raccourci sur les 2 guerres mondiales : la première a des origines si complexes (politiques, mais d'où les religions ne sont pas exclues) que les historiens ne sont pas encore parvenus à se mettre d'accord... et qu'il faudrait plusieurs pages, rien que pour ça. Quant à la deuxième (et non pas la seconde), elle découle directement du Traité de Versailles qui a été si mal fait qu'il portait en lui les germes inévitables de la triste suite. Merci à Clémenceau ! Très critiquable bien que très officiellement et largement honoré...
      5. Pour moi, la laïcité signifie que l'Etat ne doit pas se mêler de religion et que chacun doit rester libre de pratiquer ou non une religion ; de choisir celle qu'il souhaite et de ne pas l'imposer aux autres.
      Il est quand même curieux de constater qu'après avoir subi une religion d'Etat, nous devions maintenant subir la destruction planifiée de cette religion qui a façonné notre civilisation comme notre paysage pour promouvoir (et financer) des religions plus exotiques et, éventuellement "d'amour" (assez particulier et si peu tolérant !). Pour mémoire, les églises ont été construites grâce à des dons ; les mosquées le sont grâce à nos impôts. Sans autre commentaire...
      6. Les syllogismes sont très difficiles à manier. Et donnent des résultats parfois très surprenants...
      7. La solitude peut être quelque chose de positif. Le repli sur soi conduit à l'isolement et, souvent, à la dépression. Il faut savoir s'ouvrir et donner avant de pouvoir recevoir. Même si on ne reçoit pas toujours (pas souvent ?) de retour.

      Supprimer
    11. Bonsoir jmespe, (suite)

      8. "une personne compatissante, empathique et (trop) généreuse"
      Vous auriez pu 20 ans plus tôt. Et plus maintenant ?
      Voilà qui augmente considérablement notre différence d'âge !... :-)
      Le monde n'a pas changé. Il y a toujours eu des bons et des mauvais, des gentils et des méchants. Et beaucoup de personnes entre ces extrêmes. C'est vrai, quels que soient la race (oui, j'ose !), le sexe (j'ose encore !), la classe sociale, l'âge, etc.
      Simplement, les choses évoluaient moins vite, et cela se savait moins. Surtout quand il n'y avait pas tous les moyens actuels de communication. Virtuelle. Tant et si bien, qu'on se parle d'un bout du monde à l'autre, mais que beaucoup oublient leurs plus proches voisins.
      Et comme on parle plutôt de ce qui va mal que de ce qui va bien, là aussi, il y a des modes sur les groupes "montrés du doigt". Même si, actuellement, et parce que nos gouvernants sont lâches et incompétents, le vandalisme et la criminalité augmentent de façon exponentielle dans des secteurs de société bien chouchoutés par la nounou socialoparde des criminels.
      Enfin, bien avant mes 20 ans (il y a donc très longtemps), je me suis entendu dire que je "ne vivais pas dans le bon siècle". C'est peut-être vrai, mais cela ne change rien à ce que je suis. Bien sûr, j 'essaye de trier et de cibler. Mais, si je changeais en profondeur, ce ne serait plus moi. Et je ne me reconnaîtrais plus.
      Et si, malgré ma vigilance, je "me fais avoir", et bien tant pis. Jusqu'à présent, je n'en suis pas morte.
      Et "tout ce qui ne me tue pas me renforce". ;-)

      Cordialement,

      Supprimer
    12. @ Corto

      Désolée...
      Je n'ai encore pas réussi à "faire court".
      Mais j'arrête là. C'est promis.

      Supprimer
  8. Oui Franzi personne ne doit être lache et chacun doit assumer .. C'est cela la grandeur en médecine .. savoir se situer ailleurs loin de ses convictions personneles juste en pensant au mieux être possible pour chacun ... Donner la mort et vite si c'est la seule solution et comme vous dites avec beaucoup de vérité en faisant en sorte que personne ne s'oppose car chaque malade si i pouvait le dire en fin de vie aimerait j'en suis sur à 99,9 % que ce soit un moment de paix et d'union !

    réfléchissons seulement à cela et les solutions se trouveront ....

    la loi est un pis aller qui ne peut démontrer que l'homme n'assume pas !!! savoir aimer et donner la vie.. savoir renoncer et donner la mort mais EN PAIX en souvenir simple de la personne que chacun a aimé .. Ne pas faire cela c'est une injure supplémentaire du monde face à ce malade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ PhilZ
      99,9% ? C'est pour ne pas dire 100% ?
      Moi, j'ose le dire : à 100%. :-)

      Ce moment déterminant doit être un moment de chaleur humaine, de paix, de tendresse et d'amour. Éventuellement de réconciliation. Ne pas offrir cette sérénité au mourant, c'est à la fois lui manquer de respect et manquer de dignité. Car, même dans le chagrin, la dignité et les respect doivent rester présents.

      Pour moi, une nouvelle loi serait une très mauvaise chose
      Les lois sont faites essentiellement pour être violées par les "petits malins".

      Qu'on laisse enfin les décisions aux personnes compétentes, avisées et autorisées.
      Il fut un temps où on ne disait pas "faire médecine", mais "faire ses humanités".
      Il serait grand temps que la nullitude des énarchiens cesse d'empêcher le corps médical de remplir ses missions AVEC HUMANITÉ.

      Supprimer
  9. Sous couvert d'humanisme, il ne s'agit que de la mise en pratique d'une vision comptable de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: Et qui dit vision comptable dit business...
      on marche sur la tête de plus en plus

      Supprimer
  10. Comme le faisait remarquer le professeur Bernard Jeanblanc, chef de service d'une unité de vie spécialisée pour les malades comme Vincent Lambert, si le tribunal décide de son euthanasie, qu'en sera-t-il des 1500 autres malades comme lui ?
    "On les élimine ? Sur quels critères ? Parce qu'ils sont handicapés ? qu'ils ne servent à rien ? Je crains beaucoup ces dérives utilitaristes, voire économiques. Cela voudrait dire que la pratique des professionnels avec ces patients-là, depuis des années est inutile ? Mes équipes sont outrées de voir l'approche réservée à Vincent Lambert."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Ce Jeanblanc me parait parfaitement sensé. Si aujourd'hui le tribunal dit oui a l euthanasie de Vincent, la digue rompra et les demandes seront de plus en plus nombreuses de régler les fins de vie au tribunal, à l'américaine, avec toutes les dérives évidentes que Jeanblanc dénonce ici en 3 lignes.

      Supprimer
    2. Laissons la gestion de ces cas difficiles et uniques (chaque cas est particulier) à la charge de la médecine...
      les tribunaux n'ont rien à faire la

      Un haut comité de médecins hospitaliers et en exercice qui prenne ces dossiers douloureux en charge en cas de litiges à voir peut être...

      Supprimer
    3. @ PhilZ
      Encore entièrement d'accord avec vous. A 200% !

      Laissons la médecine faire son travail. Humainement.
      L'Etat, et les tribunaux, ont quantité d'autres choses à faire. Qui, elles, relèvent de leur champ d'activité et de leurs compétences (en théorie ; parce que, en pratique, euhhh !...).
      Et surtout, qu'ils cessent de compliquer la tâches des personnes qualifiées. Particulièrement dans le domaine de la santé, de la vie et de la mort.

      En 1 mot comme en 100 : qu'ils se mêlent de ce qui leur incombe et où ils sont déjà particulièrement peu doués, plutôt que de tenter de masquer leur remarquable incompétence en s’immisceant dans un domaine où ils n'ont aucune connaissance. Et aucune légitimité.
      Même s'ils mettent toute leur énergie à nous y habituer...

      Supprimer
    4. " Sur quels critères ?"
      Sur le critère des volontés exprimées par le patient, soit de façon écrite sous la forme de décisions anticipées, pour ceux qui ont eu la chance de "voir venir" (souvent au moment où un diagnostic a été posé , dans le cas des patients atteints de maladies incurables, cancer ou maladies neuro-dégénératives), soit en essayant de les "reconstituer" à partir de ce que le patient aura exprimé devant ses poches -d'où l'importance pour le corps médical de tenter de recueillir aupres de l'entourage les propos passés du patients (et, dans le cas présent, c'est là que le bât blesse!).
      Il faut bien considérer ceci: la médecine actuelle n'a plus pour mission de décider pour le patient ce qui est bon pour lui. Elle doit juste lui offrir les meilleurs moyens , dans l'état actuel des connaissances scientifiques, de vivre dans les meilleures conditions de confort physique (même si la définition de l'OMS ajoute également "mental et social" , ce qui m'a toutefois toujours semblé relativement irréaliste, mais bon...). le patient peut (ou doit) ensuite accepter ou non les traitements qui lui sont ainsi proposés.
      La situation se complique dans le cas où les patients ne sont plus en état de décider ou de faire savoir leur décision, soit du fait d'une incapacité physique (c'est le cas des patients inconscients ou paralysés), soit mentale (en cas d'altération des capacités de jugement) , de façon transitoire ou permanente. C'est ce cas de figure que la loi Leonetti a tenter de pallier par la mise en place d'un référent, la "personne de confiance" que le patient peut désigner à l'avance pour prendre de telles décisions à sa place, en estimant cette personne la plus à même de respecter & faire respecter ses propres choix.

      Supprimer
  11. Une question simple devrait être posée: " Qu'est ce que vivre?"; je pense qu"être allongé dans un lit et dépendre des autres n'est peut être ce qu'on appelle une vie agréable, je suis très mal à l'aise sur ce sujet , on est sur le fil d'un rasoir trés affuté et donc dangereux, on peut s'y couper facilement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: ah ben il y a de quoi d etre mal a l aise avec un pareil sujet !

      Supprimer
    2. @ Grandpas
      Cela dépend des personnes.
      Certaines ne supportent pas. D'autres se construisent une vie intérieure qui compense la situation et ses souffrances ; et qui y trouvent une forme de bonheur, grâce à leur volonté et à leur énergie.

      C'est pourquoi chaque cas est unique. Et ne peut être analysé QUE par l'équipe médicale et le patient ou, à défaut, la famille (censée bien connaître et aimer la personne concernée).

      En aucun cas une nouvelle loi ou un Tribunal ne peuvent prendre position. Ce qui, en outre, créerait un précédent et une généralisation aveugle. Tout à fait inacceptables l'un et l'autre.

      Supprimer
  12. il est vraiment difficile de se prononcer sur ce problème douloureux pour les familles, je ne voudrai pas être à la place des juges ! quelle responsabilité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: Pour moi, c'est clair, ce n'est pas à la Justice (et donc à l'Etat) de se prononcer sur la mort d un homme. Si cela passe , les cas vont se multiplier avec à terme une banalisation, une de plus, de la vie et de la mort. Comme aux USA.

      Supprimer
    2. Mais quelle responsabilité ? Que risque-t'on lorsqu'on ne sera jamais inquiété pour une décision qui a été prise en toute indépendance (oui, je sais), en conscience ? Déjà que les magistrats du pénal ne sont jamais inquiétés, alors ce ne sont pas ceux du TA qui risquent quoi que ce soit. La seule responsabilité sera celle qu'ils voudront bien reconnaître si d'aventure ils ont une conscience. S'ils sont encartés au SM...

      Supprimer
    3. @ koltchak91120
      Il est vrai que, par une très regrettable anomalie, les juges ne sont jamais responsables de leurs erreurs et/ou malversations.
      Tout au plus bénéficient-ils d'une prestigieuse "promotion disciplinaire".

      Raison de plus pour ne pas leur confier pareille décision. Vitale...

      Supprimer
  13. C'est absolument affligeant d'entendre sur les ondes des gens qui ont un avis arrêté sur la question alors que pour moi, il n'y a aucune définition générale puisque la vie, la mort relève de l'intime.La civilisation actuelle qui croît qu'elle détient tous les pouvoirs veut peser sur notre libre-arbitre, c'est le contraire de la LIBERTE. La législation doit être là pour limiter les dérives .Et en l’occurrence, Vincent Lambert ne relève pas du tribunal mais de l'assistance.
    Un autre mot oublié des bien-pensants : HUMANITÉ. Car je soupçonne d'autres intérêts derrière ce cas dramatique sous couvert de belles formules. Moi, je dis : attention DANGER.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @IDEL: Un peu qu il y a danger ! et entièrement d accord avec toi

      Supprimer
    2. @ Idel
      Parfaitement d'accord avec vous.
      Cette "affaire" fait apparaître de grands dangers. Multiples.

      Comme vous le dites très justement, ceci relève de l'intime. Donc à gérer en intimité entre le patient, le corps médical et la famille.
      Que l'Etat et les tribunaux cessent de fourrer leur nez partout où ils ne sont pas concernés, plutôt que de faire le travail qui leur incombe ! Et où on ne les a pas vu briller ; ne serait-ce qu'un tout petit peu !...

      Supprimer
    3. affaire intime et de culture !.. la vie et la mort ne sont pas perçues de la même façon selon les cultures ..( sans parler des religions)

      Comment un juge non formé et non confronté à la réalité médicale au quotidien et à sa complexité peut-il juger , peut -il y voir clair..... C'est déjà compliqué pour le corps médical .. alors

      demandons à un juge de faire un diagnostic médical pendant que l'on y est

      Supprimer
  14. Chaque cas est un cas différent. Je suis bien sûr contre l'euthanasie pour tous. Par contre et dans le cadre des libertés individuelles, j'estime que dès l'instant où les malades concernés, alors qu'ils étaient en pleine conscience, ont clairement exprimé un avis (l'idéal étant bien sûr de l'écrire), cet avis doit être respecté.

    Comme vous l'écrivez dans votre billet, il semble que ce soit le cas pour Vincent Lambert qui était infirmier donc sensibilisé sur le sujet.

    Si les gens de sa famille s'étaient entendus sur une solution, quelle quelle soit, nous n'en aurions vraisemblablement même pas entendu parler et le Tribunal Administratif n'aurait pas eu à intervenir.

    Par contre envisager de le laisser partir en le privant de nourriture et de boisson, est d'une atrocité sans nom. J'espère de tout coeur pour lui, qu'il n'en serait pas ainsi dans la réalité.

    RépondreSupprimer
  15. AVIS ! Le tribunal administratif a rendu son jugement et impose donc aux médecins de surseoir à la fin de vie pour Vincent. L'épouse de Vincent, son neveu et l équipe de médecins feraient appel de cette décision auprès du Conseil d Etat. A suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le Conseil d'État s'en mêle, on peut craindre le pire !

      Albert

      Supprimer
    2. @Albert: Dieudonné peut en témoigner

      Supprimer
  16. Je n'avais pas eu le temps aujourd'hui d'écrire, je viens de le faire, et mon mari me dit que tu avais traité le même sujet, de la même façon, enfin pas trop, tu es toi , et je suis moi, mais dans le même esprit, pire la même photo.

    Je ne peux pas écrire autre chose ce soir, mais désormais j'irai lire ton blog avant d'écrire!

    ps: je peux changer de photo, est ce toi qui avait fait un sujet avec le titre de "DSK sort de ce corps,", j'ai mis quelques heures ce titre, je ne sais pas d'où il vient.

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour. S'ils ne lui donnent plus à boire et plus à manger ce sont des assassins,ils le tuent.Ses parents devraient l'emmener chez eux,le sortir de là avant que les tueurs l'assassinent,ses parents devraient prier Dieu-Jésus pour qu'il le guérisse,s'ils l'aiment,avant que les satanistes lui arrachent le coeur vivant pour le vendre. Salut cordial. Danièle

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen