samedi 22 décembre 2012

Comptes de campagne: les faux-culs de la commission !


Quand un petit journal de province, L'Union / L'Ardennais, fait du vraiment bon boulot, voilà ce que ça donne:

" Le rejet des comptes de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy, compte tenu du contexte dans lequel il intervient, ne peut qu'interpeller tout citoyen et observateur de la vie politique un brin lucide. Sans pour autant rentrer dans l'exégèse comptable, il apparaît que les jugements et positions adoptés par les neuf membres de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) - nommés pour cinq ans par décret du Premier ministre, sur propositions du Vice-président du Conseil d'État, du Premier président de la Cour de cassation et du Premier président de la Cour des comptes et issus de ces mêmes juridictions - à l'endroit de la présidentielle 2012 sont pour le moins… surprenants.

En effet, cette commission qui devrait incarner l'esprit d'équité républicain dans sa quintessence, semble s'être gravement fourvoyée dans sa lecture des « innovations » apportées par le Parti socialiste dans la préparation de la présidentielle 2012. A commencer par la fameuse « primaire » jugée sans rapport avec l'élection à venir quand elle n'avait d'autre finalité que la mise en orbite du candidat socialiste. Il faut relire les déclarations de cet aréopage de chats fourrés présidé par François Logerot, sur le sujet en avril 2011 : « La commission estime que les dépenses engagées, dans le cadre de manifestations internes au parti aux fins de désigner son candidat, visent uniquement à obtenir les suffrages des militants, des adhérents et des personnes intéressées par le processus de vote. Elles ne présentent donc pas, en principe, le caractère de dépenses engagées en vue de recueillir le suffrage des électeurs et n'ont donc pas à figurer au compte de campagne du candidat investi par le parti. »

Si ce n'est que ces opérations étaient élargies à l'ensemble de la population, mineurs et étrangers compris, que le PS a utilisé les listes électorales et des moyens publics pour organiser un scrutin - payant qui plus est - suscité une signature d'adhésion aux « valeurs » de la gauche, monopolisé le champ médiatique privé, public, presse écrite, internet, audiovisuel… débuté la campagne présidentielle 11 mois avant la date officielle et légale.

Un Koh-Lanta pour « éléphants »

François Logerot et la CNCCFP ont redoublé leur blanc seing au PS, en décembre 2011, décrétant que le faste de dépenses, directes ou induites, engagées lors des quatre débats télévisés, et les monumentaux dépassements du temps de parole autorisé qui avaient été constatés préalablement, « n'ont pas été exposées directement au profit du candidat désigné in fine et en vue de son élection, n'ont pas à être rattachées à son compte de campagne », parce qu'elles « se rapportent à des confrontations contradictoires entre plusieurs pré-candidats du même parti, en vue de la désignation de l'un d'entre eux » s'agissant des débats ; et que le reste est l'affaire du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA)… qui n'en peut mais.

Passons sur le caractère orienté endémique de Radio France et de certaines de ses émissions, dû au fait que cette maison publique serait dotée d'une « sociologie de gauche », du 1er juillet au 30 septembre 2011, iTélé a offert à l'opposition parlementaire un temps de parole de 146 % supérieur à celui de la majorité, contre 142 % à BFMTV et LCI 130 %… Temps de parole jamais compensé par ailleurs. Pire, dans le même temps où François Logerot faisait cadeau au PS et à François Hollande des coûts d'émission liés aux débats télévisés qui n'avaient d'autre finalité que de le mettre sur orbite présidentielle dans un genre de Koh-Lanta pour « éléphants », certains de ses concurrents comptant aujourd'hui au nombre des ministres de son gouvernement, tels MM. Montebourg et Valls, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques suivait les recommandations du PS qui souhaitait voir portés aux comptes de campagne du futur candidat UMP - Nicolas Sarkozy n'était pas encore déclaré - nombre de déplacements du président de la République.

De fait, on voit aujourd'hui que la CNCCFP a effectivement intégré des dépenses liées à des actes du président, avant même qu'il ne soit officiellement candidat. Ce qui pose sérieusement problème au vu du traitement dont a bénéficié un François Hollande qui, si l'on en croit les préventions de la CNCCFP et du président François Logerot, aurait été candidat en dépit de son plein gré... "

Allez, chiche que Libération, Le Monde, Le Nouvel Obs fassent de même... Oui, je sais, on rêve !

Folie passagère 1507.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

18 commentaires:

  1. Réponses
    1. @jacqueline: Crois-tu ? Je cherchai à me renseigner sur cette hypocrite annulation des comptes de campagnes de Sarko, lisant et relisant divers articles, et puis je suis tombé sur celui là, il réduisait tous mes efforts tant il était parfait !

      Supprimer
  2. Ce ne sont pas les mêmes qui demandaient à comptabiliser les heures d'"audience" faites par la gueguerre Copé/Fillon par le CSA ?
    Je crois que la démocratie, dans son ensemble, n'est pas leur priorité et pas que dans ce domaine.
    Je ne suis pas sûre que nous puissions tenir comme cela pendant 5 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mary: perso, je doute que nous tenions comme cela. je vois bien d' ailleurs un remaniement d ici fin janvier. Ceci dit, quelle hypocrisie, quelle honte !
      Qu ils comptent sur moi avec mes petits doigts sur le clavier pour leur rappeler dans 4 ans et quelques de quelle façon on tient des comptes de campagne. La démocratie, quand ils veulent ces niquedouilles du moment que ça penche de leur côté

      Supprimer
  3. Chaque jour un peu plus, mon cher Corto, nous ne pouvons que constater que nous ne sommes plus en démocratie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ça me fout les boules ! ce parti pris, ce 2 poids 2 mesures ! oui une honte et une démocratie bien atteinte ! pouah !

      Supprimer
    2. Cela dit, mon cher Corto, ne nous emballons pas.
      L'affaire est devant le Conseil d'Etat qui doit statuer en janvier, à ce qu'on m'a dit.
      Ce sera d'ailleurs très intéressant de voir quelle sera la décision prise, car cela pourrait faire jurisprudence pour la suite.

      Supprimer
    3. oui l'affaire sera devant le conseil d'état mais le mal sera fait .
      C'est l'effet vu à la TV , "il n'y a pas de fumée sans feu " etc .
      Pour le tout venant ça sera "Sarko a dépassé de 11 millions ses comptes de campagne , vous vous rendez compte Mme Michu ? "

      Supprimer
    4. @marianne: je ne m emballe pas mais je trouve le procédé assez dégueulasse surtout quand on a compris que la plainte vient du PS et d'hollande. Mais comme vous dites cela fera peut etre jurisprudence. En ce cas, l hollande et sa clique seront bien embêtés en fin de mandat.

      Perso, je ne crois pas que le CC donnera suite. Nous verrons.

      @Lapin malade: Taper sur Sarko encore et toujours ! comme si cela faisait une politique mais tu as raison a force de vouloir l imprimer ds la tête des gens, nombreux pourraient etre ceux qui doutent de Sarko. Il suffit de lire par ex les titres de Libé sur ce sujet des comptes de campagne

      Supprimer
    5. Allez vite vous acheter le JDD, mon cher Corto, cela vous mettra de bonne humeur !

      Supprimer
    6. @marianne: lu dans le JDD : " Les quatre déplacements dans le viseur ont été effectués à des dates où il n’était pas encore candidat. " Cela me convient parfaitement !

      Mais on y apprend que la Commission peut évaluer les comptes d'un candidat...sur les 12 mois précédents sa déclaration de candidature ! Si ce n est pas du foutage de gueule !

      Supprimer
    7. Je vais l'acheter pour la deuxième fois cette année.
      La première fois c'était pour la lettre de Depardieu.

      Supprimer
  4. Soyons fermes! Après ce rejet, exigeons celle de l'élection de Sarko!
    Et en 2017, on pourra rejeter les comptes 2012 de Culbuto et donc annuler rétroactivement son élection.
    Quand donc acceptera-t-on de regarder les choses en face? Nous vivons sous une pseudo-démocratie où l'on confond un suffrage universel dévoyé avec l'expression de la volonté populaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: De retour ??? :)

      Ceci dit, on n a pas trouvé mieux comme système pour l instant

      Supprimer
  5. Cette histoire, c'est un peu comme le Tour DE Rance qui voit ses vainqueurs se faire sucrer la victoire des années après.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: c'est surtout un piège grossier du PS pour déstabiliser l UMP

      Supprimer
    2. "un piège grossier du PS..."
      Ça ne marchera pas, mon cher Corto, parce que comme le dit archischmock tout ce que les socialistes touchent se transforme en merde.

      Supprimer
  6. I'm really loving the theme/design of your web site. Do you ever run into any internet browser compatibility issues? A small number of my blog visitors have complained about my website not operating correctly in Explorer but looks great in Opera. Do you have any suggestions to help fix this problem?

    My website: payday loans
    My website > Pay Day Loans

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique