mardi 17 décembre 2013

Message de Noël aux enfants de France

Allez, c'est bientôt Noël. En faisant du rangement, j'ai retrouvé un joli livre illustré que l'on m'avait offert, pour Noël, en 1971; j'avais 8 ans. Il s'agissait du message qu'envoya de Londres le Général de Gaulle le 24 décembre 1941 à tous les enfants de France. 

Alors bien sûr, le contexte était totalement différent, une autre époque, une autre stature chez nos hommes politiques mais je crois que c'est la dernière fois qu'un personnage public de premier plan s'adressait ainsi et directement aux enfants de France... avec des mots et des expressions que l'on imagine même plus aujourd'hui dans la bouche d'un homme politique...

" Quel bonheur, mes enfants, de vous parler ce soir de Noël. Oh ! je sais que tout n'est pas gai, aujourd'hui, pour les enfants de France. Mais je veux, cependant, vous dire des choses de fierté, de gloire, d'espérance.

Il y avait une fois : la France ! Les nations, vous savez, sont comme des dames, plus ou moins belles, bonnes et braves. Eh bien ! parmi mesdames les nations, aucune n'a jamais été plus belle, meilleure, ni plus brave que notre dame la France. Mais la France a une voisine brutale, rusée, jalouse : l'Allemagne. L'Allemagne, enivrée d'orgueil et de méchanceté, a voulu, un beau jour, réduire en servitude les nations qui l'entouraient. Au mois d'août 1914, elle s'est donc lancée à l'attaque. Mais la France a réussi à l'arrêter sur la Marne, puis à Verdun. D'autres grandes nations, l'Angleterre, l'Amérique, ont eu ainsi le temps d'arriver à la rescousse. Alors, l'Allemagne, dont le territoire n'était nullement envahi, s'est écroulée tout à coup. Elle s'est rendue au Maréchal Foch. Elle a demandé pardon. Elle a promis, en pleurant, qu'elle ne le ferait plus jamais. Il lui restait d'immenses armées intactes, mais il ne s'est pas trouvé un seul Allemand, pas un seul ! pour tirer même un coup de fusil après la capitulation.

Là-dessus, les nations victorieuses se sont séparées pour aller chacune à ses affaires. C'est ce qu'attendait l'Allemagne. Profitant de cette naïveté, elle s'est organisée pour de nouvelles invasions. Bientôt, elle s'est ruée de nouveau sur la France. Et, cette fois, elle a gagné la bataille. 

L'ennemi et ses amis prétendent que c'est bien fait pour notre nation d'avoir été battue. Mais la nation française, ce sont vos papas, vos mamans, vos frères, vos sœurs. Vous savez bien, vous, mes enfants, qu'ils ne sont pas coupables. Si notre armée fut battue, ce n'est pas du tout parce qu'elle manquait de courage, ni de discipline. C'est parce qu'elle manquait d'avions et de chars. Or, à notre époque, tout se fait avec des machines, et les victoires ne peuvent se faire qu'avec les avions, les chars, les navires, qui sont les machines de la guerre. Seulement, malgré cette défaite, il y a toujours des troupes françaises, des navires de guerre et des navires marchands français, des escadrilles françaises, qui continuent le combat. Je puis même vous dire qu'il y en a de plus en plus et qu'on parle partout dans le monde de ce qu'ils font pour la gloire de la France. 

Pensez à eux, priez pour eux, car il y a là, je vous assure, de très bons et braves soldats, marins et aviateurs, qui auront à vous raconter des histoires peu ordinaires quand ils seront rentrés chez eux. Or, ils sont sûrs d'y rentrer en vainqueurs, car nos alliés, les Anglais et les Russes, ont maintenant des forces très puissantes, sans compter celles que préparent nos alliés les Américains. Toutes ces forces, les Allemands n'ont plus le temps de les détruire, parce que, maintenant, en Angleterre, en Russie, en Amérique, on fabrique d'immenses quantités d'avions, de chars, de navires. Vous verrez un jour toute cette mécanique écraser les Allemands découragés et, à mesure qu'ils reculeront sur notre territoire, vous verrez se lever de nouveau une grande armée française. 

Mes chers enfants de France, vous avez faim, parce que l'ennemi mange notre pain et notre viande. Vous avez froid, parce que l'ennemi vole notre bois et notre charbon, vous souffrez, parce que l'ennemi vous dit et vous fait dire que vous êtes des fils et des filles de vaincus. Eh bien ! moi, je vais vous faire une promesse, une promesse de Noël. Chers enfants de France, vous recevrez bientôt une visite, la visite de la Victoire. Ah ! comme elle sera belle, vous verrez !..."

A l'époque, on ne se posait pas encore la question de savoir s'il faudrait remplacer ou supprimer de notre langue certains mots... Noël était Noël.

Folie passagère 2052.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

23 commentaires:

  1. Très beau texte du Général, même s'il a été écrit dans un contexte hyper difficile pour les français, il se termine sur une promesse de Victoire et ouvre donc la porte à l'espoir.

    Ce qui manque aujourd'hui chez nous, ce sont des raisons permettant d'espérer en des jours meilleurs.

    S'il prenait à notre Président la mauvaise idée d'envoyer un message aux enfants de France, je ne suis pas sûre que nous en apprécierions le contenu. Pourvu qu'il s'abstienne !

    Autre contexte..... autre discours. Autre homme.....autres desseins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: ce qui m épates c'est la simplicité du message malgré les circonstances; un peu d'histoire, quasi factuel et de l'espoir, espoir que se devait d incarner de Gaulle. Et les mots choisis qui feraient hurler aujourd'hui nos laïcards républicains. " Priez ", t imagines un homme politique dire qu elle chose d approchant....
      Il y avait de bonnes raisons d espérer alors... aujourd'hui ? Pour un gamin ? la dernière playstation ?

      Supprimer
  2. quelle différence de style, de stature, il est vrai que tout ceci a déjà 73 ans, un autre siècle où les hommes étaient respectueux de la France, où ils étaient de vrais patriotes et pas des glandus pliés devant les destructeurs de la Patrie , quand aurons nous un homme providentiel ? vu le niveau des nôtres, c'est pas pour demain ni même après demain, la relève n'est pas plus brillante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: la relève ???? Depuis la politique est devenu un métier, on entre dans la carrière .Tous les coups sont permis. Il y avait du respect en ce temps là... en ce temps là.
      Les hommes providentiels surgissent généralement qd on est au fond du gouffre, faut croire qu on n y est pas encore

      Supprimer
  3. Bonjour Corto,

    Tout s'explique. Le conditionnement a commencé très tôt. -;)
    Merci pour ce texte réconfortant, ça fait du bien en ce moment. Pas de chance qu'il se retrouve dans un cours d'histoire officielle pourtant.

    Bon après-midi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: ah ben ça change un peu, un comme lui, le général, on en refera plus.

      Supprimer
  4. De Gaulle a prédit 2013 :
    Mes chers enfants de France, vous avez faim, parce que l'ennemi mange notre pain et notre viande.
    Vous avez froid, parce que l'ennemi vole notre bois et notre charbon,
    Vous souffrez, parce que l'ennemi vous dit et vous fait dire que vous êtes des fils et des filles de vaincus.
    Eh bien ! moi, je vais vous faire une promesse, une promesse de Noël.
    Chers enfants de France, vous recevrez bientôt une visite, la visite de la Victoire.
    Ah ! comme elle sera belle, vous verrez !..." Mars 2014 approche
    ( @Corto , mille excuses pour le plagiat mais çà collait trop bien )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude Henri: je souhaite bien sur que pépére et la gauche se prenne une magistrale déculottée en mars 2014, ce ne serait que justice. On changera de premier ministre, on aura un zéro a la place de Ayrault mais il nous faudra encore patienter.

      Supprimer
  5. bonjour corto !
    "vous souffrez, parce que l'ennemi vous dit et vous fait dire que vous êtes des fils et des filles de vaincus"
    ou:
    "vous souffrez, parce que les remplacistes vous disent et vous fait dire que vous êtes des fils et des filles de colonisateur"
    ça n'a pas tellement vieilli !
    et pas un seul prétendu "gaulliste" aujourd'hui ne prononcerai cette phrase ...
    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jmespe: c'est curieux mais plus le temps passe et alors que nous pourrions nous attendre à plus de liberté de parole, on s aperçoit que nos progressistes ont quasi réussi à nous museler. Va demander une tête de nègre à un pâtissier aujourd'hui,..

      Supprimer
  6. Comme en 40, on a laissé l'ennemi ( les ennemis ?) prendre possession de la maison...et comme en 40, la résistance devrait s'organiser, le hic, c'est que De Gaule n'a pas été remplacé...et puis il est des mots que les enfants d'aujourd'hui ne connaissent pas, la patrie et son histoire ne sont plus des valeurs léguées de génération en génération...
    Aujourd'hui, le président qui souhaite "un bon ramadan" aux musulmans ne souhaitera pas un "bon Noël" aux chrétiens, "allaïcité" oblige...
    De Gaule s'est-il battu pour que la France soit devenue "ça" ?...il doit se retourner dans sa tombe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: Les enfants ne connaissent plus ces mots. Est-ce une idiotie si je dis que Pétain a fait une énorme connerie en "pervertissant " les mots de travail, famille et patrie ?

      Supprimer
    2. re-bonsoir !
      Pétain n'a pas perverti les mots travail patrie famille
      simplement, les gauchistes haïssent ces 3 mots donc ILS (et eux seuls) les ont banni
      En faisant cela, ils sont inévitablement les ennemis de l'effort , du devoir , de toute forme de contrainte
      bref de la notion même de civilisation (euh , je me répète si je dis qu'ils sont idéologiquement décadents ?)

      Ensuite qui est pétiniste aujourd'hui ?
      -la droite parce que Pétain était de droite ?
      -la gauche parce que Pétain collaborait avec l'envahisseur pour changer la "mauvaise" France ?

      cordialement

      Supprimer
    3. jmespe: oui d accord avec toi mais Pétain , collabo en chef, en en faisant sa devise a quand même vérolé les 3 mots.

      Supprimer
    4. Il y en avait un qui se la coulait douce à Londres, l'autre avait le peuple de France à protéger face à l'occupation allemande. C'est ça la différence. Je faisais parie de ces enfants de France.

      Supprimer
    5. @ jewdocha
      "Il y en avait un qui se la coulait douce à Londres, l'autre avait le peuple de France à protéger face à l'occupation allemande. C'est ça la différence."

      Entièrement d'accord avec vous.
      Sauf que ce n'est pas dans l'histoire "officielle", version revue et corrigée.
      Espérons que, un jour, les historiens pourront rétablir la vérité.
      Fille d'un Maquisard de la première heure, je pense que les enfants devront prendre le relais, tant ces héros anonymes sont maintenant peu nombreux (mon père, près de 90 ans, avait 16 ans lorsqu'il est parti rejoindre le Maquis).

      Supprimer
  7. En effet, le contraste est saisissant, en quelques décennies nous avons drôlement progressé, pas vrai? A reculons, certes, mais cela n'en est que plus impressionnant. De profundis!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: a reculons ??? mais on nous parle de progrès tous les jours. Y aurait-il gourance ? :)

      Supprimer
  8. Merci de nous faire découvrir ce beau texte et retrouver la voix du Général de Gaulle et cette foi qu'il avait dans la libération de la France même aux heures les plus sombres ou surtout aux heures les plus sombres . C'est touchant de l'entendre expliquer aux enfants avec des mots qu'ils peuvent entendre la réalité du conflit mondial et de la France qui si elle a perdu une bataille n'a pas perdu la guerre . En lisant , il y a 2 ou 3 ans le témoignage de Daniel Cordier ,j'avais été frappée par cette conviction que la victoire serait au bout du chemin ce qui était loin d etre une évidence . Encore merci pour ce beau texte . Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: mais de rien. relativement peu connu ce texte. Et c'est vrai que de ce que l on sait, ceux qui étaient à Londres semblaient ne pas douter que tôt ou tard ils gagneraient. En dehors du contexte, ce qui est remarquable c'est les mots qu il emploit; mots que aucun homme politique n'oserait employer aujourd'hui. Et une sincérité que l on ne retrouve pas chez nos politocards d aujourd'hui.

      Supprimer
  9. @ Corto: j'ajoute mon merci à tous les précédents. Je ne connaissais pas cette déclaration magnifique.
    Je viens de commander le livre sur Amazon pour le faire lire à mes petits-enfants et leur faire un cours d'histoire en même temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michelle: mais de rien. J ai vu qu'on le trouvait encore sur Amazon ou Prime Minister, c'est bien et effectivement une bonne base pour parler d'histoire avec des enfants.

      Diras-tu a tes enfants que la seule fois où j ai vu pleurer mon père, un homme qui pourtant en a vu des vertes et des pas mures, c'est le jour des funérailles de de Gaulle ? :)

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa