jeudi 12 décembre 2013

Déconjugaliser l'impôt sur le revenu. Nouvelle lubie fiscale socialiste.


Je ne pensais pas qu'en montrant hier Belkacem recevoir une fessée, cette dernière nous donnerait de quoi lui en remettre une autre, encore plus sévère, ce matin.

Et oui, parce que figurez-vous que Belkacem a été séduite... par l'idée lumineuse d'une économiste inconnue à qui elle avait demandé un rapport sur l'emploi des femmes. Comment stimuler l'emploi des femmes, comment encourager celles-ci à travailler et accessoirement , par voie de conséquence, comment détruire un peu plus la famille traditionnelle.

Détruire la famille traditionnelle; vous ne voyez pas en quoi le travail des femmes détruit la famille traditionnelle ? C'est pourtant assez simple: Plus les femmes travaillent, plus de femmes travaillent et moins elles sont présentes à la maison et moins elles ont le temps de faire des enfants et de s'en occuper. C'est un constat. Ce n'est pas un hasard si les taux de natalité sont les plus élevées dans les catégories de population où la femme ne travaille pas. Suivez mon regard... Bref détruire le tradi, en soi, rien de nouveau en Socialie.

Dans ce rapport, ce qui a surtout séduit la Belkacem, c'est cette proposition géniale de "déconjugaliser" l'impôt sur le revenu des ménages français. Actuellement, un ménage marié (ou pacsé) additionne ses revenus, les divise par deux, puis paie ses impôts selon le barème qui s'applique à ce résultat. Une méthode qui permet de payer beaucoup moins d'impôts. L'astuce donc, pour soi-disant encourager les femmes à bosser, serait de ne plus faire jouer ce système. Chacun paierait ses impôts en fonction de ses revenus propres. Généralement, dans un couple où tout le monde bosse, la femme gagne moins. Il s'agirait donc de "moduler le quotient pour favoriser les couples biactifs ou au contraire pour réduire les avantages des couples monoactifs, à défaut d'une réelle individualisation de l'impôt" (sce Les Echos).

On résume, actuellement: Si monsieur et madame travaillent, ça fait 2 parts et donc moins d'impôts; avec ce nouveau système, s'il était mis en place, monsieur travaille, 1 part, madame travaille, 1 part et donc, au final, en toute logique, plus d'impôts. Ou comment célibatairiser le couple sous couvert de favoriser l'emploi des femmes ! 

Belkacem résume très bien la chose (en nous prenant pour des abrutis): "L'emploi des femmes est encore vécu comme un travail et un salaire d'appoint, et le système fiscal renforce cet état de fait car il repose sur le principe de la conjugalisation. Il est donc très coûteux de travailler pour le deuxième apporteur de ressources du ménage qui est souvent la femme. l'individualisation de l'impôt favorise, à l'inverse, l'emploi des femmes". 

Vous avez tout compris ? 1) Il faut aider les femmes à trouver un emploi:égalité, parité etc... les traditionnels mantras socialo-féministes.  2) Plus les femmes bosseront et plus elles rapporteront d'argent à l'Etat car, ainsi, même devant l'impôt, elles y auront gagné en égalité... de droits. Imparable! 

Simple, il suffisait d'y penser. Y a plus qu'à... et la grande réforme fiscale, si tant est qu'elle ait véritablement lieu, pourrait très bien être l'occasion de placer ce nouveau tour de passe-passe. 

Folie passagère 2044.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneurr@voila.fr

59 commentaires:

  1. De toute façon, avec les socialistes", une réforme fiscale ne peut être que le moyen de vous faire un peu plus les poches...c'est leur seul et unique façon de faire, le tout c'est de bien l'enrober dans dans des bons sentiments...l'égalité étant devenu l'alpha et l'oméga de notre devise. "Plus il y a de d'égalité, moins il y a de liberté", ceux qui vivaient ici, il y a 100 ans, s'ils revenaient, ne seraient pas sidérés seulement par le progrès technique, mais aussi par cette place de l'état dans la vie des gens et la mentalité qui en a découlé.
    Aujourd'hui, une femme "qui ne travaille pas" est perçue comme une grosse faignasse...c'est marrant, avoir un emploi dans une crèche est un signe d'émancipation alors que faire la même chose, 24 heures sur 24, avec ses propres enfants, non...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: une femme qui reste à la maison pour s occuper des enfants, de leur éducation, du ménage, des courses, du linge, du mari, de la famille, etc... c'est au pire une femme " sans profession" , au mieux , une femme " au foyer " ! Voilà a quoi elle est réduite !

      Supprimer
    2. @ Nana et Corto
      Mais vous avez oublié l'essentiel !
      Une femme au foyer est une dangereuse subversive qui dispose de tout son temps pour éduquer convenablement ses enfants. Or ça, on vous a déjà dit et redit que ce n'était pas conforme au dogme. Compris ?
      Auriez-vous déjà oublié les "magnifiques" paroles du peillon félon ? Les parents sont nuisibles à la socialopardie.
      Ne l'oubliez plus, ou vous pourriez goûter du confort des cellules taubiresquement libérées !!!... :o(((

      Mais qu'ils ont la tête dure, ces résistants !!! Dont je suis fière de faire partie. Encore quelques neurones actifs !... :o)

      Supprimer
    3. @Franzi: et " pi " une femme au foyer, c'est pas fashion, c'est pas mainstream, c'est la brimer de ce à quoi elle a DROIT: son émancipation!
      Je n ai rien contre les femmes qui travaillent mais si on pensait un peu mieux, pour changer, pour revenir à l'essentiel, à revaloriser le rôle de la mère de famille ce serait pas mal non plus. Non, je sais j'déconne, c'est pas socialo, ça !

      Supprimer
    4. Bonjour,

      Je plussoie aux propos de Fanzi. Il ne faut pas oublier les paroles de Peillon et les élucubrations de la donzelle, insupportable de fatuité, s'inscrivent parfaitement dans la perspective de détruire la cellule familiale traditionnelle. Soyons assurés qu'ils préfèreront voir ce pays réduit à quia que de changer leur mode de fonctionnement. Normal 1er est un idéologue de première et de ce fait, comme tous les idéologues, il est dangereux.

      Allez, trois citations pour le fun:
      1) L'erreur fondamentale du socialisme est de caractère anthropologique. En effet, il considère l'individu comme un simple élément, une molécule de l'organisme social, de sorte que le bien de chacun est tout entier subordonné au fonctionnement du mécanisme économique et social, tandis que, par ailleurs, il estime que ce même bien de l'individu peut être atteint hors de tout choix autonome de sa part, hors de sa seule et exclusive décision responsable devant le bien ou le mal. L'homme est ainsi réduit à un ensemble de relations sociales, et c'est alors que disparaît le concept de personne comme sujet autonome de décision morale qui construit l'ordre social par cette décision. De cette conception erronée de la personne découlent la déformation du droit qui définit la sphère d'exercice de la liberté, ainsi que le refus de la propriété privée. En effet, l'homme dépossédé de ce qu'il pourrait dire « sien » et de la possibilité de gagner sa vie par ses initiatives en vient à dépendre de la machine sociale et de ceux qui la contrôlent ; cela lui rend beaucoup plus difficile la reconnaissance de sa propre dignité de personne et entrave la progression vers la constitution d'une authentique communauté humaine.
      Jean-Paul II (encyclique Centesimus Annus, 1er mai 1991)

      *Je note au passage que Jean-Paul II a vécu près de quarante ans sous régime socialiste. Il sait donc de quoi il parle.

      2) Le socialisme est une philosophie de l'échec, le credo de l'ignorance et l'évangile de l’envie.

      Winston Churchill

      3) Le socialisme, c’est une attaque tantôt directe, tantôt indirecte mais toujours continue aux principes mêmes de la propriété individuelle ; c’est une défiance profonde de la liberté, de la raison humaine ; c’est un profond mépris pour l’individu pris en lui-même, à l’état d’homme ; ce qui caractérise [les systèmes qui portent le nom de socialisme], c’est une tentative continue, variée, incessante, pour mutiler, pour écourter, pour gêner la liberté humaine de toutes les manières ; c’est l’idée que l’État ne doit pas seulement être le directeur de la société, mais doit être, pour ainsi dire, le maître de chaque homme – que dis-je ! son maître, son précepteur, son pédagogue ; que de peur de le laisser faillir, il doit se placer sans cesse à côté de lui, au-dessus de lui, autour de lui, pour le guider, le garantir, le retenir, le maintenir ; en un mot, c’est la confiscation de la liberté humaine. À ce point que si en définitive j’avais à trouver une formule générale pour exprimer ce que m’apparaît être le socialisme dans son ensemble, je dirais que c’est une nouvelle formule de la servitude...

      Alexis de Tocqueville

      Bon après-midi

      Supprimer
    5. Merci pour vos citations. Elles sont parfaites pour résumer le socialisme et ennuyer les bobos lors de discussions incessantes (un libre penseur (Tocqueville), un résistant au nazisme, travailliste-donc de gauche- de surcroît (Churchill) et un pape assimilé à Vatican II).. J'vais avoir des arguments !

      Vryko

      Supprimer
    6. @H: ma préférée, tout vilain que je suis, est bien celle de JP2.

      Mais au global des 3, au vu des discours de Peillon, à lire la prose de nos progressistes, je ne peux m'empêcher de repenser a cet article du Fig Mag du week end passé, article de Paulin Cesari intitulé," le meilleur des mondes, c'est maintenant". Huxley était un visionnaire ( hélas, en lecture payante sur le net)

      Supprimer
  2. "On résume, actuellement: Si monsieur et madame travaillent, ça fait 2 parts et donc moins d'impôts; avec ce nouveau système, s'il était mis en place, monsieur travaille, 1 part, madame travaille, 1 part et donc, au final, en toute logique, plus d'impôts."

    Et surtout dans le cas où Monsieur travaille et Madame ne travaille pas (elle s'occupe seulement de la maison -ménage, courses, repassage- et des enfants -conduite à l'école, à leurs activités, aide aux devoirs etc.-). Pour le coup, les impôts de Monsieur (donc de la famille) seront multipliés par 2 au minimum (voire plus à cause des changement de tranche) alors que Madame ne paiera rien.

    Dans ce cas, il ne restera plus qu'à Monsieur de déclarer Madame comme employée de maison: avantage, l'argent qu'il lui donnera restera dans la famille et 50% sera déductible des impôts; de plus Madame obtiendra des droits à la retraite. Et en calculant bien ce que devra déclarer Madame, elle restera non-imposable.

    Bref, encore une idée à la con qui pénalise les familles une fois de plus !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claribelle: allons, allons, il ne s agit pas de pénaliser les familles mais de promouvoir l égalité des femmes, les pousser à trouver un emploi, les aider à quitter la maison, les aider à travailler plus et tout ça pour le plus grand bénéfice de l'Etat qui du même coup s'occupera encore plus de vos enfants, etc...

      Supprimer
  3. BIEN expliqué Corto.
    Tristement clair.
    Et BIEN déprimant...
    Le pire, c'est que vous en avez probablement une pleine hotte, de mauvaises nouvelles comme ça !...
    P'tain ! Encore 3 ans 1/2 ! Une éternité interminable. Pffffff !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: ben oui, j en ai d'autres , plein la hotte et pas une journée qui passe sans qu ils nous donne l occasion d alourdir la hotte !
      Pas pour autant que je déprime ! :) Sinon, je suis mort :p)

      Supprimer
    2. Je vais faire mon socialiste : Je propose que l'on taxe l'air. En effet, certains en manquent pour balancer leurs idées génialissimes.

      Donc pour une meilleure égalité-en respectant l'égalité homme/femme- l'air aspiré devra systématiquement être vérifié et taxé en fonction des quantités absorbées. Et ça vaut pour tous moment de votre vie y pour le moyen "bio" non GPA de mettre des gosses en route. Pareil pour l'accouchement d'ailleurs.

      Le tout, évidemment, étant d'arriver à une meilleure égalité fraternelle...

      Vryko

      Supprimer
    3. @Vryko: Taxer l'air mais tu n en manques pas, imagine qu un socialo traîne par ci, il pourrait te piquer l idée.

      Supprimer
  4. Pardon mais la question du travail des femmes n'a rien à voir avec la famille traditionnelle. A part dans certains milieux favorisés (donc, allez, 10 % de la population ?) les femmes ont toujours travaillé. Dans l'exploitation ou la boutique familiale, dans un commerce à elles (voyez Gervaise chez Zola, etc), avec de petits emplois... L'argent ne rentre jamais tout seul...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Artemise: T'es tu relu ?, je m 'explique: tu dis que "la question du travail des femmes n'a rien à voir avec la famille traditionnelle" mais ds le même temps tu dis aussi: "les femmes ont toujours travaillé. Dans l'exploitation ou la boutique familiale, dans un commerce à elles" , on est donc bien dans le cercle familial plutot traditionnel (et sans connotation religieuse). Non ?
      Parce que toute la nuance est là justement avant les femmes travaillaient "pour" leur famille, aujourd'hui, et selon féministes et autres belkacem, elles travaillent pour leur émancipation.

      Supprimer
    2. @Michel Desgranges: un éclair de lucidité de ma part :)

      Supprimer
    3. Pardon si je vous ai froissé, mon ton ne se voulait pas ironique, désolée si vous l'avez mal pris.
      Pas d'accord avec votre conclusion, de tout temps, les femmes ont travaillé pour pouvoir faire manger leur marmaille, comme leurs maris, d'ailleurs. L'émancipation, c'est du discours qui fait joli, mais ça n'est pas vrai. Si le travail émancipait (hommes comme femmes) ça se saurait.
      Moi la première, croyez bien que si je pouvais me passer de ce travail, je me consacrerais à mes enfants et à mon mari, comme bien d'autres. Mais il faut bien faire bouillir la marmite...
      Par ailleurs, non, il n'est pas vrai que les femmes travaillaient juste "pour" leur famille. Si vous observez la place des femmes dans les campagnes françaises au XVIIIe siècle, vous lez voyez plus comme des co-dirigeantes d'exploitation que comme des gardiennes d'enfants et des faiseuses de bouffe (voir par ex. la mère de Restif de la Bretonne).
      Les femmes tenaient aussi de petits commerces en ville, indépendants du travail de leur mari, et ce fort fréquemment, c'est bien étudié pour la France (et l'Angleterre) dès le Moyen-âge.
      Les enfants étaient ainsi gardés par les plus âgés, les grands frères, etc.

      Cela étant, je partage votre sentiment sur le projet de loi débile de NVB. Je souhaitais juste pointer un léger défaut dans votre billet, une légère confusion.

      Supprimer
    4. @Artemise: mais je ne suis pas froissé du tout. Nous savons tous que c'est aussi et surtout pour faire bouillir la marmite que les femmes bossent. Mais ce discours d'émancipation est aussi vrai. Il n y a qu a interroger une jeune fille aujourd'hui étudiante: pour gagner "ma" vie. Discours allègrement repris par les féministes de tous poils.

      Supprimer
    5. Selon votre situation personnelle il est financièrement moins intéressant de travailler à l’extérieur, ma fille cadette, pas grande bourgeoise du tout, deux jeunes enfants devrait payer une nounou+ nounou périscolaire+trajets.... son petit salaire y serait passé. Elle adore les enfants et est nounou à présent, c'est bien plus rentable pour elle.

      Supprimer
    6. je vais aller un peu dans le sens d'Atémise, les femmes à toutes les époques ont toujours travaillé, les usines en étaient pleines,
      quand la Belkacem parle, elle parle pour les petites bourgeoises qui ont le choix, les femmes du peuple n'ont pas le choix, elle ne l'ont jamais eu, dans les mines où les usines,dans les magasins où les domestiques...la liste est longue,
      le fait de ramener le travail aux impôts est une ineptie de plus et ça n'a rien à voir avec l'émancipation des femmes, c'est un piège à cons
      d'autre part, les femmes venant d’Afrique où du Maghreb souvent ne travaillent pas et élèvent leur tribu de mouflets-allocs, sont-ils mieux élevés pour ça ? un petit tour dans les cités prouvent le contraire ,
      j'ai eu 5 enfants, j'ai toujours travaillé, mes gosses étaient bien élevés et ont fait de bonnes études, le travail n'empêche pas de bien élever ses enfants, par contre, c'est beaucoup plus épuisant pour la mère c'est certain
      le travail peut, à la rigueur aider les femmes à s'émanciper, je ne crois pas que ce soit indispensable, c'est une question d'éducation et de reflexions, pas besoin d'une donzelle comme la receveuse de fessée pour aider les femmes d'aujourd'hui à réfléchir à ce sujet, pas plus qu'à celles d'hier d'ailleurs

      Bon, je sais, je suis une indécrottable féministe.....

      Supprimer
    7. Ménon, Boutfil, tu n'es pas une indécrottable féministe. Tu es une adorable réactionnaire.

      Supprimer
    8. Ménon, tu n'es pas la seule à, être une indécrottable féministe, moi ce qui me gave aussi dans ces histoires (comme pour la loi sur la prostitution) c'est que le Saint Etat t'oblige à faire ce qu'il veut pour TON bien.

      Je suis féministe, je sais, c'est étrange, mais la profession de mon mari était strictement incompatible avec un boulot pour moi, à moins d'être fonctionnaire. Il avait un boulot qu'il adorait, et qui nous faisait vivre, mais incompatible avec , beaucoup de choses, il était absent très longtemps, souvent quatre mois, sans préavis, parfois, et nous déménagions plus que souvent, j'ai renoncé à bosser (enfin soyons claire, à être salariée), c'est mon choix, un choix de couple aussi.

      Je ne regrette rien, mais jamais mon mari aurait pu avoir une telle carrière si moi je n'avais accepté de faire une croix sur mon travail. Les gens peuvent ils être libres et faire des choix différents, sans être taxés, comme les chinois déviants qui ont deux enfants?

      BRAVO à toi, d'avoir eu cinq enfants en les éduquant réellement je n'aurais pas eu la force, la force physique d'abord et mentale ensuite.

      Supprimer
    9. @Boutfil: Lady watterloo soulève le truc: l'Etat dit aux femmes ce qu elles doivent faire , en gros, avec des grognasses comme Belkacem: si tu es une femme, bosse, là est ton émancipation, et moi Etat, je vais tout faire pour t y aider, le reste ( la famille, le couple, les enfants,...), ça n a pas d importance. Ou moins d importance. Tu as raison tout ce discours sur l émancipation des femmes par le travail ( grace à la gauche, tant qu à faire) c'est un piège à cons, enfin, à connes, surtout.

      Supprimer
  5. Comme déjà dit sur le blog d'H16, à titre personnel j’ai bien apprécié le système anglais quand je vivais là-bas, qui fonctionne(ait?) à l’exact opposé du notre
    - imposition individuelle
    - déclaration commune de revenus et situation sociale (enfants), uniquement pour obtenir un CREDIT d’impôts…
    Je précise aussi que concernant ledit crédit d’impôt:
    - la déclaration pouvait être faite jusqu’à 7 ans après en cas d’oubli, pour rattrapage
    - l’obtention était « instantanée » et mensualisée, j’ai pu ainsi en profiter (child tax credit) à peine arrivé en Angleterre, et recevait tous les mois un virement de la part du fisc anglais…

    En gros, il est possible de conserver une "politique fiscale familiale" tout en individualisant et simplifiant drastiquement l'impôt sur le revenu.

    A titre personnel encore je préférerais que l'état et la collectivité en générale cesse de nous pomper à ce point, tout en laissant les gens responsables du financement de leurs progénitures, car je ne vois absolument pas pourquoi un choix personnel de faire des gosses devrait être financé par la collectivité.
    (je me serais d'ailleurs bien gardé de faire un deuxième et un troisième gamins si je n'avais pas été en mesure d'assurer cette charge sans les allocations familiales)
    Et OUI ce n'est peut-être pas bisou-égalitaro-compatible, mais de l'autre côté si l'état ne nous prenait pas tout ce qu'il nous prend les gens auraient les moyens pour cela, et ils seraient peut-être un peu plus responsables...

    RépondreSupprimer
  6. Autre avantage du système Anglais, la bien meilleure visibilité comptable, à la fois des rentrées fiscales (ce qui rentre en impôt n'est pas amoindri par toute sortes d'artifices allant de la minimisation du montant déclaré au système du quotient), et du coût de la politique sociale (le coût est ce qui sort en crédit d'impôt).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @yoyo6963: la bien meilleure visibilité fiscale... quel rêve pour nous français. Mais je ne suis pas sur que cela soit l objectif de nos gouvernants car simplifier c'est éclairer les gens et je ne suis pas sur que l 'Etat ait à y gagner.

      Supprimer
  7. Après l'invidualisation de la base, la retenue à la source sera un jeu d'enfant. Pas sûr que l'emploi des femmes invoqué ne soit pas qu'un habile prétexte pour atteindre cet objectif, tout en majorant les impôts dans la foulée ainsi que vous le soulignez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, ça mettrait des fonctionnaires des impots au chomage. Ifo bien payer leur reconversion!

      Popeye

      Supprimer
    2. @lechenu: l'expérience montre que toute réforme vise , en principe, à simplifier l'existant... tout en le rendant plus rentable.

      Supprimer
  8. Encore une merveille d'illogisme de nos progressistes bien-pensant.
    Cet illogisme est lié à l'emploi d'un terme inadéquat car trop général. (J'ai un doute, puisque mon copain Google ne me renvoie pas de résultat pertinent, mais il me semble qu'Albert Camus disait que ne pas employer le mot juste ajoutait à la laideur du monde)
    Plutôt que de parler de "travail" nos bons socialos-progros-bien-pensant-du camp du Vrai, Juste, Bon et Nécessaire, devraient employer le terme "salariat"
    L'enchainement logique de leur proposition deviendrait "la salariat des femmes est la clé de leur émancipation" Or, la doxa marxisante, si elle est encore capable de toucher leurs neurones, leur intimerait l'ordre de conserver le silence et de continuer à réfléchir. En effet, le salariat n'est-il pas dans cette optique le début de l'aliénation? Autrement dit, en remplaçant le terme "salariat", leur proposition devient "le début de l'aliénation des femmes est la clé de leur émancipation". L'illogisme de la chose saute alors aux yeux. Enfin, pour ceux qui en sont dotés.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou encore, dit autrement: "le travail rend libre".
      Heu...j'ai pas déjà lu ça quelque part, écrit en Allemand ?
      Penthièvre

      Supprimer
  9. Système socialiste par excellence!
    Et cerise sur le gâteau, cela simplifie la retenue de l'impôt sur salaire à la source...Plus besoin de tenir compte du conjoint.
    Il risque d'y avoir beaucoup de conséquences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée pour le doublon. J'ai zappé le com de Lechenu.

      Supprimer
    2. @Michelle: la première étant l augmentation de la masse d impot perçue , aussi prévisible que 1 + 1 est censé etre égal à 3 dans le domaine éonomique

      Supprimer
  10. Après avoir lu toutes les coms je ne ferais que rabacher , aussi qu'une petite réflexion : dans quelques années , lorsqu'on parlera de la présidence de Hollande , les historiens se demanderont comment un peuple si intelligent que le notre ait pu tomber sous un régime marxiste sans faire la révolution . Dans 3 ans on aura perdu toute volonté contre cette tyrannie socialiste gérée par des irresponsables .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: pas d accord avec toi pour les " dans 3 ans ". Les français sont plus vigilant qu avant et surtout en ont marre d être pris pour des cons. Enfin , je crois.

      Supprimer
    2. Les français sont comparables à la grenouille plongée dans l'eau qu'on fait chauffer. Au début, c'est agréable et quand elle se rendra compte que l'eau est trop chaude, il sera trop tard.

      Le socialisme est le fantastique frère cadet du despotisme presque défunt, dont il veut recueillir l’héritage ; ses efforts sont donc, au sens le plus profond, réactionnaires. Car il désire une plénitude de puissance de l’État telle que le despotisme seul ne l’a jamais eue, il dépasse même tout ce que montre le passé, car il travaille à l’anéantissement formel de l’individu : c’est que celui-ci lui apparaît comme un luxe injustifiable de la nature, qui doit être par lui corrigé en un organe utile de la communauté.

      Friedrich Nietzsche (Humain, trop humain, 473)

      Supprimer
  11. Je ne vois en effet qu'une seule réponse appropriée : pan-pan cucul!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  12. Alors là, suis française moyenne, mais je pensais que le fondement du mariage, c'était le partage des biens, de tous les biens acquis ensemble, donc... des revenus aussi??? Donc, maintenant, le mariage, c'est plus le mariage? Chacun devient propriétaire de ses revenus? fini, les pensions alimentaires en cas de dicorce aussi??? Donc, au met la notion de mariage au placard?
    Si Mr ne paye pas ses impôts, on peut plus prélever sur les biens de Mme? en fait, cette mesure, c'est l'abolition du régime de la communauté légale, et pis c'est tout!
    Mme aura plus le droit aux allocations?
    Y'a combien de françaises en âge d'être active? 12millions? donc, c'est tout ça de chômage en plus?
    Mme au travail + réforme des rythmes scolaires? enfants en garderie encore plus...
    Mais au final, c'est peut-être obligé de travailler plus pour payer encore et encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme: J espère qu 'Artemise, ma copine Boufil et lady Watterloo, liront ton commentaire. il est parfaitement a propos.

      Supprimer
    2. Je reviens lire ce matin tous les coms, je vois que tous les aspects de cette réforme sont soulevés avec justesse, les uns complétant les autres. Nous avons presque 6 millions de chômeurs en France (A+B+C, dom tom compris) je ne crois pas pousser les femmes à travailler va améliorer la situation.

      Cette logique de Belkacem ferait que tout le monde paierait pour du travail non comptabilisé, donc non imposé: travail ménager, gardes d'enfants, cantines.. Ces emplois seraient une source de revenus pour l'état et d’appauvrissement de fait pour les familles.

      Mais la révolution serait encore bien plus grande, à l'heure actuelle les femmes qui ne travaillent pas gardent souvent les enfants de leurs copines qui travaillent, pendant les grèves, pour des déjeuners.. devenues grand mère elles sont souvent les nounous de leurs petits enfants. Supprimer cela casse la solidarité féminine et casse la cellule familiale.

      Supprimer
    3. @Lady W: c'est bien pour cela que je dis qu il faudrait penser à revaloriser le fait qu une femme puisse rester à la maison.

      Supprimer
    4. Anonyme,
      non, le mariage n'implique pas forcément le partage des biens. Bien des couples, notamment ceux où l'un des deux est en profession libérale, sont en séparation de biens stricte.

      Corto, bien d'accord avec cela, mais NVB est incapable d'imaginer que certaines femmes restent à la maison de leur plein gré. Elle n'imagine pas que beaucoup de ces femmes au foyer puissent avoir des diplômes, avoir eu un métier... Pour elle, une femme au foyer est forcément une femme aliénée, victime, enfermée par un système machiste.

      Supprimer
    5. @Artemise: Et bien nous voila parfaitement d accord et je crains que cette nouvelle idée ne soit que le moyen de sortir les femmes du foyer: aliener les femmes avec leur boulot, c'est qd même mieux, non ? :)

      Supprimer
    6. je pense que c'es encore plus simple que cela : une femme qui travaille = une autre femme employée pour garder son petit = 2 revenus imposables...

      Supprimer
  13. Si cette idée lumineuse a pour objectif de promouvoir l'égalité des femmes par le travail salarié, quid des couples homos ?
    Vont-ils être concernés par la déconjugalisation de l'impôt ?
    Soit il n'y a pas de femme à promouvoir dans ces couples, soit il n'y a pas d'homme à rattraper dans le domaine de ladite égalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Isabelle: Bien sur que les couples homos pâsseront à la déconjugalisation. S'agit d être cohérent. Ou pas.

      Supprimer
  14. J'aimerais que les familles descendent dans la rue si le gouvernement s'obstine dans ce projet de réforme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lady w: Nous verrons si le GVT va vers cette réforme qui ne pourrait s'inscrire que dans le cadre plus global d'une réforme de la fiscalité.
      Les "familles" sont descendues dans la rue pour le mariage zinzin, pour quels résultats ? Manifester oui, mais rien ne vaut le rejet massif dans les urnes: virer la gauche.

      Supprimer
  15. Cool! Après un article sur la prostitution qui allignait les perles et les poncifs éculés, voilà que Corto se pique de la cause des femmes. Si je peux me permettre, voici une liste d'articles à développer dans les prochaines semaines: supprimer le droit des vote des femmes (en effet, elles votent comme leurs maris, donc ça ne sert à rien); ne plus les autoriser à détenir un compte en banque (ben oui, d'après le modèle cortesque, elles sont là pour s'occuper des enfants et de leur petit époux édoré, pas de raison qu'elles dépensent de l'argent si elles n'en gagnent point!). On a vraiment hâââââââte qu'une "certaine droite" bien progressiste revienne au pouvoir!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @El Nino: Tes commentaires sont toujours un modèle de ce que peut être la débilité

      Supprimer
    2. @el nino
      Mon pauvre garçon, vous êtes pitoyable !

      Supprimer
  16. @ corto et béa: rohh ça va, on peut un peu rire... Rire de soi même et ne pas se prendre trop au sérieux constitue une qualité il me semble. Ces petites réponses désagréables ne m'empêcheront pas de vous souhaiter une bonne année 2014, année qui vous apportera, je l'espère, une nouvelle capacité à proposer des arguments plus puissants que vos réponses de petits caïds....

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour,
    J'aimerais poser une petite question à l'auteur : quand vous dites que ce genre de mesure détruit la "famille traditionnelle", cela implique-t-il que vous souhaiteriez voir ce modèle de famille (traditionnel donc) adopté par tous? (c'est une simple question). D'ailleurs j'aimerais que vous m'expliquiez ce qu'est pour vous la famille traditionnelle, notion un peu abstraite pour moi.

    Sinon, je rejoins ce qui a été dit plus haut : cette mesure, en plus d'augmenter encore les impôts de certains ménages, consiste à dire aux femmes ce qu'elles doivent faire... Quelque part, forcer les femmes à travailler, c'est pas un peu anti-feministe pourtant? La vrai émancipation, c'est d'avoir le choix : choisir de rester femme au foyer et s'occuper de ses enfants, ou choisir de travailler et gagner sa vie indépendamment de ce que fait le mari. Ca serait bien d'avoir le choix, sans que les uns ne pointent du doigt celui des autres, et sans que le gouvernement ne nous en impose un...

    Je voulais aussi dire que je suis agréablement surpris; les commentaires de cet article ont l'air de montrer des gens qui savent discuter, échanger, sans se cogner dessus à coup d'insultes comme je le vois souvent sur le net et encore plus via ce genre d'article. Plutôt cool donc ! (A moins que les trolls n'aient été catapultés?? ;-)) C'est d'ailleurs pour ça que je me permet de commenter, chose rare, et j'espère que l'on pourra discuter comme il se doit !

    RépondreSupprimer
  18. @anonyme: je ne réponds pas aux anonymes , en principe. Un prénom, un pseudo, c'est nettement plus sympa.
    Normalement, comme les trolls, je les catapulte :)
    et désolé mais pas le temps maintenant de répondre a tes questions, j y reviendrais.

    RépondreSupprimer
  19. Quality articles or reviews is the secret to attract the users to go to see the web
    site, that's what this website is providing.

    my website :: Mortal Kombat X Telecharger Crack

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP