jeudi 19 décembre 2013

Vous avez aimé Florange, vous adorerez Saint Nazaire... ( et STX )


Le croisiériste MSC est sur le point de passer commande de 2 super-paquebots aux chantiers navals de St Nazaire STX. Juste une "petite" commande de 2,4 milliards d'euros incluant une option sur 2 autres bateaux.

Les chantiers navals STX sont heureux, cela faisait presque, jour pour jour, un an qu'ils n'avaient pas enregistré de nouvelles commandes. 2+2 paquebots, c'est donc des millions d'heures de travail en prévision. Ce sont des emplois sauvegardés, des sous-traitants souriants, c'est une ville qui respire, une région qui souffle et une entreprise qui peut regarder l'avenir un peu plus sereinement. 

Sauf que pour l'emporter, l'entreprise doit aligner un prix de vente inférieur à ceux des concurrents italiens ou allemands et qu'après avoir serré les boulons de partout, elle sait pouvoir l'emporter si les ouvriers consentent à travailler 20 minutes de plus par jour, sans compensation financière.

C'était sans compter sur les syndicats CGT et FO, 53% des ouvriers à eux deux, qui bien évidemment ne sont pas d'accord pour bosser "gratis" quand bien même sont-ils déjà aux 34,75 heures de travail par semaine (payées 39 ou 35 selon que vous serez de droite ou de gauche). La CFDT, 32% des ouvriers, a quant à elle annoncé qu'elle signerait cet accord ponctuel de compétitivité.

Et voilà où nous en sommes, 52% des ouvriers refusant de bosser 20 minutes de plus par jour risquent de faire perdre à l'ensemble de l'entreprise la commande qui permettrait de ne pas... couler.

L'actionnaire majoritaire de STX Europe, une banque coréenne, a annoncé depuis plusieurs mois vouloir se débarrasser de cette entreprise qui "multiplie les exercices déficitaires". Gageons que si les Coréens bradaient les chantiers - on ne vend pas avec profits une entreprise qui perd - pas grand monde ne se bousculerait pour racheter les chantiers STX. La perte éventuelle de cette commande pourrait décider les coréens à, enfin, quitter le navire. Ce serait la fin de l'entreprise STX France, condamnant ses 2 000 employés et 4 000 sous-traitants à des lendemains difficiles.

La fin ? Fort possible sauf à espérer un secours de l'Etat français, actionnaire à 33% de STX France via la BPI. Moscovici l'a promis fin octobre: "L'Etat ne laissera pas tomber STX, il ne restera pas inerte ". Soit, prenons note.

Mais dites-moi, qui pourrait bien vouloir d'une entreprise autant vérolée par des syndicats qui préfèrent, possiblement, perdre leur emploi plutôt que de bosser 20 minutes de plus par jour. Même "bénévolement" ? Qui voudrait passer commande à une entreprise dont le respect des délais et les offres de prix dépendent du bon vouloir des syndicats ? Personne.

2014, j'en prends le pari, STX et Saint Nazaire seront à la Une; on en parlera beaucoup et croyez-moi, ce ne sera pas pour fêter la signature de nombreux contrats.

Vous avez aimé Florange, vous adorerez Saint Nazaire et STX...

Folie passagère 2057.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

22 commentaires:

  1. Certains l'ont très bien compris. On pourrait transposer les paroles des enfoirés à certains au gouvernement, du moins à ceux qui oeuvrent à faire notre bien. Petit rappel des paroles: "Quand je pense à toi, je pense à moi".
    L'entraide partenaires sociaux/ministres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: quand j entend " partenaire sociaux" , j ai les dents qui commencent à grincer

      Supprimer
    2. Ils sont des partenaires, sous-entendu ils nous aident. De même que le gouvernement a inventé l'expression "faire France", qui implique que la France se fait à leurs côtés, et quand ils nous le demandent.
      En 2 ans de gouvernement socialiste, il y aurait déjà de quoi écrire 3 tomes. Au moins avec eux, les gens vont se rendre compte qu'il est presque nécessaire d'être souverainiste si on ne veut pas que les communautaristes dictent leurs lois. Tiens, c'est curieux, mon correcteur ne reconnaît ni souverainiste, ni communautariste.
      Piquant non?

      Supprimer
  2. Ils ont toujours été cons, ils le restent et ils mourront cons. Et sur ce dernier point, le plus tôt sera le mieux.
    C'est la lutte fina-leu...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: le syndicalisme mortifère, Good year, Sealink, SNCM,métroplus, etc;;; la liste est longue

      Supprimer
  3. L'émission "Un oeil sur la planète" était sur la Suisse. Premier reportage : des ouvriers décidant dans un local de la gestion des heures sup à faire compte tenu d'un surplus de commandes. Le patron entre, dit bonjour, et repart...
    France2 avait trouvé son scoop.

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amike: Et nous de rêver ! j ai bossé en Suisse pendant 3 ans, un vrai régal. au moins pour le boulot.

      Supprimer
  4. Oué et il y a sûrement quelqu'un qui cherche aussi à se lancer en politique.
    Ca va nous faire une jolie grève perdante, mais une tête de liste elligible en plus.
    Ils vont se battre dans le coin, pour en être !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @la mouette: je sens venir gros comme une maison que c'est LE conflit dont on va parler si cette commande n est pas donnée à STX. la CGT et FO appeleront l Etat à la rescousse, Montebourg enfourchera Rossinante et on aura droit au même bordel qu a Florange. Un leader syndical émergera et... a défaut de se faire avoir, ses collègues iront pointer.

      Supprimer
  5. Encore un futur élu au parlement européen qui va trahir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Balerofr: attendons de voir quel syndicaliste sortira du lot ds cette affaire STX avant de lui prédire un destin européen

      Supprimer
  6. De toute façon, ce sera de la faute à Sarko!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: j adore voir tous nos gauchistes continuer à s'en prendre à Sarko, ça devient aussi rigolo que ridicule.

      Supprimer
    2. Ils s'en prennent encore à Sarko ?
      Ils semblent vraiment désespérés ...

      Supprimer
    3. @Sen: que veux tu qu ils fassent d autres , ç'est devenu tellement délicat de soutenir l'équipe qu ils ont mis en place, faut bien qu ils s occupent

      Supprimer
  7. Merkel au secours , envoyez nous vos chefs syndicalistes , les notres sont fous .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Herni: elle n est pas conne la Merkel, elle se les grade

      Supprimer
  8. Le syndicaliste défend rarement l'emploi des autres (mais j'en connais qui sont sérieux).
    Mais une bonne partie défendent surtout leur temps syndical : manif, merguez , ... et leur club med (le château de FO par ex.).
    Râler et s'agiter leur donne l'impression de faire la guerre à l'ennemi invisible (patronat, finance), mais on connait les conséquences, surtout en France un pays tellement fermé du Monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sen: qu'il y ait des syndicalistes responsables, je n en disconviens pas mais je n en connais pas. Qu'ils fassent la fine bouche quand on est en période de croissance, okay, en période de crise, qu'ils participent avant tout à l effort de redressement ou de préservation des emplois avant de jouer les preux serviteurs de la cause prolétarienne ! Si encore ils étaient représentatifs , même pas .

      Supprimer
  9. Voila un bon exemple de ce qui va se produire quand il sera question de supprimer les 35 heures, à salaire égal évidemment.
    C'est, en tous cas, ce que propose l'UMP, mais oseront-ils? C'est la grève générale assurée. Pourtant, lorsqu'on est passé à 35 h (10% de travail en moins) il n'y a pas eu 10% de baisse de salaire. Mais l'inverse sera impossible.
    37heures chez STX? Pas question! Les gens préfèrent-ils perdre leur boulot et une partie de leurs revenus en vivant des allocs chomage? Ca m'étonnerait. J'aimerais bien voir un référendum (pas à main levée) dans l'entreprise.
    Penthièvre

    RépondreSupprimer
  10. " Moscovici l'a promis fin octobre: "L'Etat ne laissera pas tomber STX, il ne restera pas inerte "
    => S'il l'a dit !... Il faut donc s'attendre au pire du pire.

    Selon Sen : "Le syndicaliste défend rarement l'emploi des autres (...). Mais une bonne partie défendent surtout leur temps syndical (...) et leur club med (le château de FO par ex.)."
    => Ils ne vont quand même pas défendre les ouvriers ! Déjà qu'ils ne représentent quasiment rien, comment pourraient-ils continuer à bénéficier de leurs juteux avantage si les travailleurs étaient contents ? Faut quand même pas dé*onner, hein ?
    Il faut bien essayer de faire croire qu'ils sont utiles à quelque chose... Et tant pis pour les dupes !... :-((

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen