mercredi 18 décembre 2013

Sémantique et progrès: la preuve par l'avortement


Avant, le texte de la loi Veil légalisant l'avortement en 1975, c'était ça: 

- "La femme que son état place dans une situation de détresse peut demander à son médecin l'interruption de sa grossesse."

Dans quelques jours, ce sera ça:

- "La femme qui ne veut pas poursuivre sa grossesse peut demander à son médecin l'interruption de sa grossesse."

Ce qui était (supposé être) motivé par une situation de détresse devient une question de volonté: je veux ou je veux pas.

Il paraît que cette modification permettra de réaffirmer que "l'avortement est un droit comme un autre et non la solution a une solution de détresse" (Marie-Georges Buffet, Front de Gauche). Banalisation, quand tu nous tiens...

L'amendement au texte de loi initial devrait être adopté à une large majorité, gauche et droite confondues, à la fin du mois de janvier prochain.

Le progrès, c'est beau.

Folie passagère 2055.

 D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

29 commentaires:

  1. Et c'est ainsi, mon cher Corto, que l'avortement va devenir un moyen de contraception banal au même titre que la pilule contraceptive ou le stérilet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Vous avez tout compris !

      Supprimer
    2. @ Marianne
      Acte "banal" de par la volonté socialoparde. Uniquement.
      Dans la réalité, tout le contraire de banal. Très risqué physiquement (encore de nos jours) et surtout psychologiquement (et pour toute la vie).

      D'après moi, ce ne devrait être qu'un dernier recours.
      Or les Charlots ont décidé que la contraception (quasiment pas remboursée) ne le serait plus du tout. Alors que les avortements seraient pris en charge à 100%. Allez comprendre ! On marche sur la tête !...

      Quelqu'un aurait-il assez d'arguments pour m'expliquer ? Et me convaincre ?

      Supprimer
  2. de toute façon la contraception est passée depuis un long moment à la trappe, on n'informe plus les femmes de son utilisation mais de leur droit à avorter en guise de contraception, sans tenir compte des dégats futurs psychologiques pour ces femmes
    c'est lamentable, il n'y a plus aucune responsabilité de l'acte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "il n'y a plus aucune responsabilité de l'acte."

      Mais c'est justement là le but de notre belle et bonne république aux valeurs inoxydables. Est-ce que le type qui comptait les déportés qu'on entassait dans les wagons plombés avait conscience de faire partie d'une chaîne qui n'avait qu'un seul but ? Bien évidemment que non, pas plus que celui qui était chargé de remplir les registres en notant un matricule en face d'un nom, sans avoir la moindre idée qu'il serait tatoué et servirait ensuite à faire le tri. Le propre de toute machine politique moderne est de déresponsabiliser l'individu afin de mieux lui faire accepter des desseins qui ne seront jamais mis en avant dans le discours public.

      Depuis 1975 nous en sommes à plus de sept millions d'âmes disparues. Mais ce n'est pas grave, on continue, car le but n'est pas de servir l'homme mais de gérer le bétail humain. On prétend ouvrir des droits alors qu'on ne fait qu'asservir l'homme en lui ôtant toute conscience, toute responsabilité.

      Et le pire, c'est que cela va à l'encontre, sur un plan strictement utilitariste qui n'est pas le mien, du bon fonctionnement de l'Etat. 7 millions de cotisants à la sécu, à la caisse vieillesse, au chomedu, de perdus. Si ce n'est pas se tirer une balle dans le pied, qu'est-ce ?

      Supprimer
    2. @Boutfil : c'est exactement cela : faire passer " au nom du droit " l'avortement pour un moyen de contraception comme un autre, voir le "plus" efficace. L'idéal pour déresponsabiliser, puisque c'est un droit, vous génez pas les filles, allez-y !

      @Koltchack: 200 000 par an en moyenne, je crois. mais un chiffre qui parait-il reste relativement stable. Avec ce nouvel endoctrinement, il sera intéressant de voir si il y a augmentation. Je n en doute pas.

      Je crois que ce qui est encore plus grave c'est cette façon de banaliser la vie. Les démarches actuelles sur l euthanasie me semblent similaires.

      Supprimer
  3. "L'amendement au texte de loi initial devrait être adopté à une large majorité, gauche et droite confondues, à la fin du mois de janvier prochain."

    Merci de démontrer encore une fois que la droite est belle et bien morte en France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: sur certains sujets, il n y a aucun doute droite et gauche c'est pareil. Mais je crois que le concept droite/gauche est de plus en plus surfait, une commodité de langage.

      Supprimer
  4. Bien sûr cela ne changera pas grand chose mais c'est lourd de signification sur l'état de la société...et bien sûr, encore une fois, la soi-disant "Droite" marchera dans la combine.
    Non décidément il va falloir balayer sec l'an prochain!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: c'est lourd de sens, en effet: avec cette modif on met un point final à la banalisation de l avortement. Je suis même surpris que les assoc cathos, les Boutin et autres Civitas, Salon Beige ne soient pas montées au créneau sur cette modification de la loi Veil.
      Rappelons que les mots " situation de détresse" étaient ceux qui à l'époque avaient permis d 'amadouer les députés réticents et de faire voter la loi.

      Supprimer
  5. La mère à Flanby à avorter à 8mois , tu vois le résultat , un taré à la tête de la nation, ceci dit si cette loi est bien encadré les pauvres nana qui se font violer très très jeunes pourront avoir un recours pour espérer avoir une vie après .
    C'est aussi vrai qu'en Hollandie il faut se méfier de tout .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude Henri; En hollanddie, il faut se méfier de tout et plus particulièrement de tout ce qui touche de près ou de loin à, pour faire simple , " la vie "

      Supprimer
  6. Il y a encore ben mieux,la ligature des trompes, comme cela, il n' y aura plus de problèmes et les progressistes pourront jouir de leur corps jusqu' à leur fin de vie donné par suicide assisté, elle est pas belle la vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: la seule femme que j ai connu qui avouait s'être fait ligaturer les trompes pour ne pas "être emmerdée" ne s'en ait jamais remise.

      Supprimer
    2. @ Corto
      Tout dépend du motif.
      Une femme "bien mûre", épuisée par de nombreuses grossesses (et tout ce qui suit...) peut souhaiter "souffler".
      Surtout quand, à force, sa vie est mise en danger. Sans parler des risques grandissants, avec l'âge, d'enfants trisomiques ou souffrant de handicaps divers. Tout le monde n'est pas forcément apte à BIEN gérer les difficultés en découlant.
      Et, franchement, je préfère de loin ça à un avortement.

      Supprimer
    3. @Franzi: celle dont je parle avait 24 ans quand elle s est fait ligaturer. Pour le reste , on est d accord

      Supprimer
    4. @ Corto
      Je ne comprends pas qu'un médecin digne de ce nom ait accepté.
      Et je comprends qu'elle n'en soit pas remise. Je la plains de tout mon cœur. :-(
      Il fut une période où l'on a prétendu que cela pouvait être réversible (environ 1 fois sur 100 !!!).
      Avait-elle seulement été mise en garde ?

      D'autant plus surprenant que, même après la quarantaine, les médecins sont très réticents à effectuer ces ligatures. Sauf en cas de famille très nombreuse...

      Supprimer
  7. Ah ! le PS ! ça et la nouvelle loi sur l'euthanasie "avant fin 2014", on est bien, tiens !
    Je sens que la "manif pour tous" va encore avoir du travail sur la planche...

    Quand on aura éliminé les bébés (si on n'en veut pas - c'est mon droit et je l'utilise) et les vieux (si on n'en veut plus et puis d'abord, pépé a bien dit qu'il en avait assez de vivre), on vivra vraiment dans le meilleur des mondes...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claribelle: on y va dans tout droit dans le meilleur des mondes !

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Envisageable à condition que les partisans de ces textes se les appliquent en premier. Deux solutions, un avortement post-natal (on les accompagnera pour être certain qu'ils ne loupent pas) ou une euthanasie précoce sur leur personne (on les accompagnera également). Rien ne vaut l'exemple pour entraîner le troupeau de mouton.
      Faut-il qu'ils soient habités par une haine de la personne et des valeurs humaines et dotés d'un esprit d'une rare perversité pour imaginer de tel texte. Même pas besoin d'une guerre, la "civilisation" européenne se détruit toute seule. Socialisme et nihilisme sont bien synonymes.
      Comme le dit H16, ce pays est foutu.

      Bonne soirée

      Supprimer
    3. @H: Oui et bien avant qu il ne soit totalement foutu, réagissons ! JDC le 26 janvier ! , LMPT le 2 février et la claque aux municipales !

      Supprimer
  8. Dans les faits , c'est déjà ça ! parce qu'il me semble peut etre à tort que les entretiens préalables et les délais de décision sont déjà supprimés ou pratiquement inexistants ... faute de moyens , faute de volonté ?, mais c'est sans doute renvoyer la femme à une plus grande solitude . Et la responsabilité et la place du partenaire dans tout ce parcours ..?.éduquer à une vraie forme de responsabilité ou de dialogue n'est pas forcément le souci de nos élites dirigeantes et ce n'est pas avec des discours militants que l'on parviendra à trouver les justes équilibres face à des situations complexes . Donner des droits certes ! mais il n'y a pas de droit sans responsabilité Je pense aux sociétés de l'ère soviétique où l'avortement était une pratique courante . Je n'ai pas l'impression que les femmes y aient été particulièrement heureuses et respectées et que la démographie y ait trouvé son compte , pour ne parler que de chiffres . Quel meilleur des mondes veut on ? Actuellement on évacue des instances de décisions les gens qui ont un autre point de vue ça en dit long sur l'état du dialogue en France Hollandienne....Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: il me semble que les entretiens préalables ne sont pas encore supprimés mais un projet de loi l'envisage, tout au moins de supprimer le délai de 7 jours entre les 2 entretiens.
      Je ne suis pas sur que dans les esprits de nos progressistes tendance féministe la place du partenaire ait une quelconque importance. Il me parait d ailleurs curieux qu une femme mariée puisse avorter sans que son conjoint en soit informé ( oups ! qu est-ce que j ai pas dit là!)

      l'état du dialogue en hollandie ? Si, si, on dialogue beaucoup ...entre eux.

      Supprimer
  9. Mais déjà Simone de Beauvoir affirmait que les femmes devraient avorter le coeur léger.
    Elles ne seront pas totalement "libres" tant qu'elles ne se seront pas "libérées" des contraintes de la maternité et de la famille, et au premier rang de ces contraintes se trouvent les sentiments qu'elles portent à leurs enfants, y compris lorsqu'ils ne sont pas encore nés.
    Les idées ont des conséquences, nous pouvons le constater presque tous les jours.
    Et dire que certains voudraient faire entrer cette femme au Panthéon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @aristide: si je dis que la Beauvoir a été une nuisance pour les femmes, tu crois que je me prends un coup sur la tête ?
      Les idées ont des conséquences...; on le voit tous les jours effectivement. par exemple avec le premier rapport sur la refondation de l intégration qui date de ... 2002 et dont l auteur est Taubira, rapport qui a certainement bien inspiré le dernier paru.

      Supprimer
    2. 2002? ... Elle avait bien prévu de détruire notre France.

      Supprimer
    3. @michelle: oui, dès 2002. à lire ici:

      http://devine.over-blog.fr/article-rapport-taubira-sur-l-integration-la-polemique-121668052.html

      Supprimer
    4. @ Corto
      Ma réponse à la question destinée à Aristide : NON, bien au contraire. :-)

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa