vendredi 20 décembre 2013

Médicaments sans ordonnance: Libérons-les !


Il arrive que les forces progressistes qui nous gouvernent actuellement me surprennent encore. MST a déclaré hier, malgré l'avis de l'Autorité de la Concurrence, que l'interdiction faites aux grandes surfaces de vendre les médicaments délivrés sans ordonnances serait maintenue. Que des socialistes assurent la défense du monopole de la distribution de certains produits à certaines corporations, c'est assez surprenant, surtout si cette protection vient à l'encontre de la défense du pouvoir d'achat de la population.

Votre serviteur a tenté l'expérience ce matin. Il me fallait aller en pharmacie pour réapprovisionner mon stock d'anti-migraines et d'anti-brûlures d'estomac. Soit du X. en comprimés et du Y. en gel. Je prends les mêmes - de marque - depuis des années. J'ai donc testé deux pharmacies. Dans la première, le X. était à 2,35 euros la boîte et le Y. à 3,95 euros. Dans la deuxième, le X. était à 3,05 et le Y. à 4,35. Soit en gros, un écart d'une pharmacie à l'autre supérieur à 40%. L'un des deux pharmaciens, le moins chers des deux, que je connais depuis longtemps n'a absolument aucun problème de fin de mois; imaginez le deuxième... je suis donc retourné faire mes emplettes à la première ce qui surprit quelque peu le pharmacien.

L'écart est encore plus impressionnant si l'on est prêt à acheter ces médicaments via internet, (circuit agréé, bien évidemment): 1,95 euro pour le X. et 3,15 euros pour le Y.

Et l'on interdit à la grande distribution la vente de ces produits, produits banaux, sans risque, non remboursés par la sécu; stupidité sans nom ! 

Alors j'ai lu Marisol Touraine pour comprendre: " Le gouvernement réaffirme son attachement au monopole officinal sur les médicaments, qui permet à notre pays de sécuriser leur dispensation et d'agir efficacement contre la contrefaçon, tout en garantissant l'accès de nos concitoyens aux médicaments sur l'ensemble du territoire."

Et j'ai réalisé qu'elle se payait notre fiole (ce qui par contre n'a là rien de surprenant). La seule raison qui peut justifier cette interdiction est bien, et uniquement, la défense d'une corporation redoutable d’efficacité, bien aidée en cela par les laboratoires pharmaceutiques, quand il s'agit de défendre son pré carré. Des grandes surfaces, il y en a partout en France donc pas de problème de "dispensation" sur ce type de médicaments, encore moins de sécurisation. Et question sécurisation et contrefaçons éventuelles, à qui préférez-vous faire confiance ? Aux grandes surfaces ou bien à internet où la vente des dits produits est d'ores et déjà autorisée?

Michel-Edouard Leclerc disait l'autre jour que si possibilité était donnée aux grandes surfaces de vendre ce type de médicaments, en moyenne, leur prix baisseraient de 10 à 15%  à l'échelon national.

Sans doute pas suffisant, dans l'esprit du gouvernement, pour prétendre participer à la défense du pouvoir d'achat des Français...

Folie passagère 2058.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

28 commentaires:

  1. Je ne sais pas si tu as la fonction "rejouer l'émission" chez toi, mais il y eut un grand moment de télévision hier soir dans envoyé spécial. Au sujet des lobbys, le journaliste s'invite à l'assemblée, lors d'une conférence organisée par l'un d'eux, et à la fin de la conférence, Guigou se fait interroger sur le fait qu'une entreprise doive payer 50 000 euros pour donner une conférence devant des éminences d'Etat, à l'Assemblée.
    Un grand moment!!! Décomposition d'Elisabeth, une très grosse gène, et sa réponse, devant la caméra (comme si on allait la croire) fut:
    -Ah mais non, je ne savais pas, ici c'est gratuit. Elle ne s'attendait pas à ce que le journaliste soit insolent et qu'il ose poser les vraies questions qui tachent. Celles qui cassent le mythe du parfait socialiste désintéressé.

    Un grand moment, ne serait-ce que pour le regard foudroyant qu'elle jette au caméra man. C'est très bien qu'ils se fassent bousculer de la sorte. Mine de rien, France 2 a révélé pas mal de pratiques ordurières ces derniers temps, et personne ne semble les relever.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: J ai vu la fin de l émission. Et la Guigou, je ne peux pas la piffer ! Son heure de gloire c'était en 81, depuis elle s est fanée la pauvre.

      Supprimer
    2. Je n'avais jamais vu un tel regard jusqu'à hier. Du moins chez un homme politique. Foudroyant, mais pas pour une raison amoureuse.

      Supprimer
  2. Je suis très partagée sur le sujet de la vente des médicaments sans ordonnance dans les grandes surfaces.

    Les français en consomment déjà tellement que tout ce qui peut leur en faciliter l'accès ne me semble pas être une bonne idée.

    Donc OK pour des pastilles pour la toux à base de miel, des sédatifs à base de plantes, des pansements pour l'estomac comme Maalox par exemple .. mais plus réticente pour des produits comme l'aspirine (hémorragies), ou tout autre médicament dont la prise exagérée peut provoquer de graves problèmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle; mais c'est bien de ces médicaments dont je parle. Les médicaments de" confort" ne sont encore vendus en pharmacie que pour plaire à la corporation des pharmaciens. La vente en grande surface, telle qu'elle était prévue, restait tout de même encadrée puisqu la présence d'un pharmacien aurait été exigée en rayon. La liste avait été établie et ne concernait que des médicaments ne necéssitant pas d ordonnances.

      Supprimer
  3. Votre argumentation, dont je partage partiellement les conclusions, serait nettement plus convaincante si elle n'était émaillée d' à peu près et de contre vérités
    1. Vous écrivez : Dans la première, le X. était à 2,35 euros la boîte et le Y. à 3,95 euros. Dans la deuxième, le X. était à 3,05 et le Y. à 4,35. Soit en gros, un écart d'une pharmacie à l'autre supérieur à 40%. Faux! Dans le premier cas, il s'agit de 29 % dans le second de 10 %.
    2. Vous écrivez : ces produits, produits banaux, sans risque. Faux ! Banals ( et non banaux) peut-être. Mais surement pas sans risques. Même les notices faites par les labos le spécifient.
    3.Vous écrivez : acheter ces médicaments via internet, (circuit agréé, bien évidemment). Circuit agréé ? Par qui , par vous ? Les faux médicaments constituent plus de 50% des ventes d'Internet.
    4. Vous écrivez : Il me fallait aller en pharmacie pour réapprovisionner mon stock d'anti-migraines et d'anti-brûlures d'estomac. Des anti-migraine en vente libre ? (OTC). Vous ne connaissez pas le sens du mot "migraine". Peut-être confondez-vous avec céphalée (le mal de crâne que nous connaissons tous).En tout cas, aucun produit anti-migraine ne saurait être en vente libre.
    Je tiens à préciser que j'apprécie ordinairement votre prose. Mais votre fougue juvénile vous amène parfois à tordre quelque peu les faits pour les besoins de vos démonstrations. Sans rancune ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec vous.
      SI on donne le droit aux supermarchés de vendre de la Valda, ça fera la même histoire qu'avec la viande de cheval. On aura des médicaments (on rit encore, pour des bêtises comme des enfants) fabriqués en Roumanie ou en Chine, et l'Europe nous interdira de mettre la traçabilité sur le produit, car jugée trop stigmatisante.
      Du coup aussi d'accord avec Cyrielle.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. @Francis: je vois que je suis tombé sur un puriste prompt a chercher des poux. C'est bien.
      1) Puis-je caresser l espoir que vous ne me traitassiez point de juvénile, à l'age que j ai, ce serait ridicule et pour vous et pour moi
      2) Les calculs, c'est à la louche, tant pis pour l erreur, je ne dégaine pas ma calculatrice a tout bout de champs ou de chant, au choix.
      3) quand je parle de circuit agréé, je parle des pharmacies reconnues et agréées pour vendre par internet. vs l aviez bien évidemment compris.
      4) Céphalées si vs préférez sauf que je ne connais pas grand monde qui dit," désolé, chérie, pas ce soir, j ai une céphalée"
      5) j'adore mes lecteurs et mes commentateurs, je ne supporte pas ceux qui viennent pour chercher la petite bête et qui emploient un ton condescendant ou moqueur pour faire quelques remarques.
      6) mes billets sont par définition " des folies passagères " pour l'essentiel, c'est indiqué et donc bien souvent écrits dans l instant ce qui peut parfois donner, risque assumé, lieu à quelques approximations, rarement a des contre vérités
      7) Il peut y avoir parfois quelques erreurs, les signaler, c'est bien, encore peut-on le faire de manière moins ironique. ça, c'est réservé aux gauchiardx, normalement
      8) C'est pas le jour où il faut me chercher
      9) Des "à peu près dans ce billet", je veux bien, mais cf voir point 6
      10) sans rancune

      Supprimer
    4. C'est donc que votre conjointe a bien une cephalee et non pas une migraine parce qu'un vrai migraineux entre deux nausees en debut de crise ne cherche qu'une bonne dose d'endorphine pour soulager momentanement l'enclume qui lui tape sur un seul cote de la tete.

      Supprimer
  4. Elle sort d'où la photo de MST?!?
    Elle est pitoyablement ridicule, à moins que ce ne soit l'inverse.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Popeye, vous me retirez le clavier des doigts : j'allais poser exactement la même question. Remarquez, avec sa tête de décapsuleur -ou de limonadier, à la limite (j'allais l'appeler bec-de-moule)- il vaut mieux la voir de loin et en plissant les yeux. Elle fait peur, la pauvre !

      Supprimer
    2. @ Popeye et Al West
      Ben ça alors ! Moi qui la trouvais moins pire que d’habitude :-)

      Supprimer
    3. C'est ce que je dis, il vaut mieux la voir de loin (et en plissant les yeux), mais là ! On dirait Anémone et Valéry ouvrant leur intérieur aux pauvres dans les 70's !

      Supprimer
  5. Et que dire de la vente des tests de grossesse dans les supermarchés, mon cher Corto ?
    Actuellement je fréquente beaucoup la pharmacie et je suis très frappée par les nombreux conseils et mises en garde que les gens y reçoivent.
    Avec l'accès aux médicaments et à fortiori aux tests de grossesse ou autres dans les grandes surfaces, les gens seront livrés à eux-mêmes et ce sera d'autant plus dangereux qu'il s'agira de personnes très jeunes et très inexpérimentées.
    Je suis donc contre la vente de médicaments dans la grande distribution car vendre un médicament n'est pas un acte anodin.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Marianne
      Que craigniez-vous ?
      S'il y a un seul achat qu'on peut faire sans le moindre risque, c'est bien celui-là.
      Non seulement il n'y a rien à ingérer, mais aucun (même ceux des pharmacies) n'est fiable à 100%. Seul le médecin peut véritablement confirmer ou infirmer.

      Il y a aussi un autre achat sans risque, du même type, déjà depuis longtemps en vente libre et sans surveillance : le thermomètre. Et je n'ai jamais entendu dire que quelqu'un l'avait avalé au lieu de l'utiliser normalement. ;-)

      Supprimer
  6. AVIS ! Je précise que la proposition que faisait la Haute Autorité de la Concurrence était de permettre la vente de medocs courants, vendus sans ordonnances, en grande surface, sous réserve que celles-ci aient aménagé un espace spécial consacré à la vente de ces médicaments, espace dans lequel la présence d'un diplômé en pharmacie serait obligatoirement requise. A ces conditions, là, je ne vois pas où est le problème
    Je précise aussi que les associations de consommateurs, du moins celles auxquelles TF1 et France 2 ont donné la parole étaient favorables à ce projet, estimant que la vente en grande surface, aux conditions exigées par la Haute Autorité, feraient baisser le prix des dits -médicaments d'au moins 16%

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez d'accord avec vous.
      1. Les médicaments efficaces sont retirés de la vente. Justement parce qu'il sont efficaces et, par voie de conséquence, ont parfois des effets secondaires.
      2. Les médicaments ayant échappés au couperet sont déclarés trop peu efficaces, donc déremboursés. Logique somme toute... Et bien pratique pour améliorer le rendement du racket d'Etat.
      3. La présence obligatoire d'un pharmacien en grande surface peut paraître rassurante. Dans les pharmacies aussi, c'est obligatoire. Celle où je vais doit recruter les plus nuls : pas une ordonnance servie sans erreurs par ces diplômés. En revanche, les préparateurs, peut-être moins sûrs d'eux, sont beaucoup plus vigilants et plus fiables. Donc, je choisis qui me sert !...
      Nota : concernant le D ou le M, je n'ai jamais vu donner le moindre conseil, même en pharmacie.

      Malgré tout, je limite bien sûr mon accord à ce projet aux produits les plus anodins. Et de consommation très courante.

      Supprimer
    2. @Franzi: et juste pour ceux là, les plus simples et les plus anodins., nous sommes d accord.

      Supprimer
  7. Ne pas trouver un cachet d'aspirine dans une Parapharmacie-Leclerc alors que pendant des dizaines d'année c'était la panacée dans tous les régiments du monde , ça guérissait tous les maux de la terre .
    Comme dit mon pote toubib " tu réagis bien aux médocs que je t'ai donné ? " si oui on continue si non on change . Pour lui chacun se connait et sait lire un mode d'emploi .J'en suis arrivé à lui suggérer mon traitement ( tension , choles et maux de tête)
    Dès l'instant que ce n'est plus remboursé je suis pour la vente libre , Corto toi qui a pas mal bourlingué tu as dû demander quelques médocs ailleurs que dans une officine .
    Un conseil , demander toujours si les médocs qu'on vous prescrit est bien remboursé , si non il y en a toujours un similaire qui l'est, ça creusera le trou de la SS ,c'est ce que veut M(aladie)S(exuellement)T(rasmisible).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: A djibouti, ou en Ethiopie, les médocs, c'était sur le marché qu on les trouvait :)

      Supprimer
    2. Je suis aussi très réticente à l'achat des médicaments en super marché et sur internet. Il y a de plus en plus de contrefaçons qui non seulement sont inefficaces mais surtout peuvent être très dangereuses. J'aime à croire que le circuit pharmaceutique est plus sûr.

      Supprimer
    3. @Michelle: Pour internet, je veux bien mais penser que les grandes surfaces puissent vendre des contrefaçons de médicaments c'est bien mal les connaître.

      Supprimer
  8. Bravo à Corto pour le recadrage du dénommé Francis.J'avoue que si j'avais un blog,j'aurais beaucoup de mal à supporter ce genre de guignol.Heureusement pour lui Corto n'élimine que les commentaires des gauchiards clairement identifiés et non pas ceux qui avancent masqués.

    Plus sérieusement sur les médicaments j'ai un point de vue assez particulier:aujourd'hui quand vous achetez un livre ou un magazine le prix est clairement indiqué dessus.Qui songerait à rétablir la liberté totale du prix des livres?

    Les médicaments appartiennent à la santé publique.Pourquoi le prix public des médicaments ne serait -il pas fixe(à 5 ou 10% près comme pour les livres)mais pour cela il faut un exécutif couillu.La dernière mesure de santé publique courageuse a été prise par Xavier Bertrand quand il a interdit de fumer dans les restaurants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean marc: c'est vrai que de temps en temps , on s en farcit des bien lourds.
      Pour les médocs, les prix affichés, mais les pharmaciens ne voudront jamais surtout pour ceux dit de confort et non remboursés par la sécu. C'est avec eux qu'ils font leur beurre. Déjà que pour les "remboursés " ils sont obligés de vendre les génériques quand ceux-ci existent.

      Supprimer
    2. @ Corto
      Contrairement à ce qu'on croit souvent, les pharmaciens ont une meilleure marge sur les génériques. Malgré un prix de vente (pas toujours) moins cher.
      Si on n'est pas vigilant, on risque de se faire fourguer un ersatz plus cher que l'original (par exemple : le D. !...).
      Le Sécu s'en fout. Du moment qu'on vend des génériques, ils sont contents et ne vérifient rien.
      Le déficit a encore de beaux jours devant lui.

      Par ailleurs je suis contre le principe des génériques :
      1. Il est normal d'avoir des retours sur les frais de recherches. Après amortissement du produit, les bénéfices permettent d'investir dans d'autres recherches ; qui n'aboutissent pas toujours => pas de rentrées d'argent.
      2. Avec cette pratique, il ne faut pas s'étonner si les labos (que je critique souvent vertement) ne font des recherches qu'à coup sûrs. Ni se plaindre qu'il n'y ait plus de recherches de médicaments pour les maladies rares.
      3. Les pharmaciens, qui considèrent les patients plutôt comme des clients prisonniers, ne se fatiguent pas à prendre en compte les méfaits possibles de la "contrefaçon" (cela arrive, relativement souvent). Bien pire, il n'hésitent pas à changer de marque de générique à chaque fois qu'ils y trouvent un intérêt financier...
      Sans autre commentaire.

      Je commencerai à pleurer sur le sort des pharmaciens, quand j'aurai fini de pleurer sur celui des banquiers. Pour info, je n'ai pas encore commencé, et ce n'est pas demain la veille !!!... ;o))

      Supprimer
  9. en tant que médical, je trouve plutôt risqué de libérer les médicaments sous prétexte de concurrence de prix.
    Un médicament a des effets positifs et secondaires et des interférences... il y a de vrais dangers y compris avec des produits bios ...
    Ne mélangeons pas certains produits dits de conforts avec des produits comme l'aspirine ou le paracétamol ...qui sont réellement à risque potentiel pour cetains individus

    Ou alors obligation de délivrance par un pharmacien payé par la grande surface.

    Il serait tellement plus intelligent:
    -1 que les médecins prennent le temps d'écouter leur malades .. Il y aurait bien moins de médicaments sur les ordonnances et bien des économies de faites Mais il faudrait peut être arreter d'avoir des consultation au prix de la main d'oeuvre d'un garagiste)
    -2 que l'on vende des cachets avec un nombre correspondant à la prescription. que d'économies réalisée et que de sécurité gagné en évitant les armoires remplies de choses inutiles avec des dates périmées

    Quant à la vente sur internet ... bonjour les dangers ..

    Moi je n'aime pas cette société Dacianisée ou sous prétexte que l'on peut avoir moins cher on casse tout un système pour ne subir que la pression de grands groupes de commerce bien plus dangereux encore que les groupes pharmaceutiques qui sauvent des vies tous les jours aussi

    Désolé il y a derrière des responsabilité potentielle .. Qui sera responsable si un pépin arrive avec un client ( et non un patient !!!) en grande surface ou après délivrance par internet ....ni la grande surface ni la société de vente sur le net ...

    réfléchissons bien!!!

    RépondreSupprimer
  10. J'oubliais:
    combien de français consomment de façon inutiles pour tout et n'importe quoi ...
    On condamne l'industrie pharmaceutique ? condamnons aussi de temps en temps ceux qui abusent des produits...
    que ces gens payent les produits plus chers .. Moi cela ne me gène pas !!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen