samedi 22 octobre 2011

Quand le surendettement s'invite au mariage


J'ai donc été cet après-midi du côté d’Évreux assister au mariage d'une connaissance. Rarement vu mariage aussi space tant l'ambiance entre les parents du marié, en plein divorce plus que conflictuel, était tendue; tendue étant bien évidemment un euphémisme avec échanges d'amabilités du genre: Va donc grognasse vs Sale con !

Pauvre gamin à se marier sous le regard biaiseux de ses propres parents. Enfin, bref...

La cérémonie républicaine, aussi austère qu'impersonnelle, commence. La Mairesse comme à l'accoutumée fait son speech puis attaque la lecture des articles de lois qui régiront la vie du nouveau couple. L'édile s'arrête à un moment, regarde l'assistance et dit: " Maintenant,  l'article 220 modifié que nous devons depuis le 1er mai vous lire malgré ma réprobation et mon total désaccord quant à sa lecture en pareille occasion." Allons bon et murmures dans la salle, quoi donc est-ce que ce bazar ? C'est ça: 

" Chacun des époux a pouvoir pour passer seul les contrats qui ont pour objet l'entretien du ménage ou l'éducation des enfants : toute dette ainsi contractée par l'un oblige l'autre solidairement.
La solidarité n'a pas lieu, néanmoins, pour des dépenses manifestement excessives, eu égard au train de vie du ménage, à l'utilité ou à l'inutilité de l'opération, à la bonne ou mauvaise foi du tiers contractant.
Elle n'a pas lieu non plus, s'ils n'ont été conclus du consentement des deux époux, pour les achats à tempérament ni pour les emprunts à moins que ces derniers ne portent sur des sommes modestes nécessaires aux besoins de la vie courante."

( Et le père du marié susurrant à sa future ex: " p'tain, si j'avais su ! " Et elle de répondre: " trop tard ! " C'est vous dire s'il ne reste pas le 1/4 d'une once d'amour chez ces deux-là. )

La lecture de cet article, somme toute assez violent lors de la célébration de l'Amour, me revient sans cesse en tête lors du retour à la case. Je saute sur Google, mon puits de science préféré ( il ne la ramène pas sans arrêt ), et cherche le pourquoi du comment de cet article et du mécontentement de la Mairesse.

Pas besoin d'aller bien loin, l'article existe depuis longtemps, c'est le lire publiquement qui est devenu obligatoire depuis le 1er mai... à la demande de Christine Lagarde, alors Ministre-de-ce-qu'il-reste-de-nos-finances ! La motivation: devant la hausse dramatique du surendettement des ménages en France, il paraissait urgent que les futurs mariés soient, dès le jour de la consécration et ci-devant l'assistance prise à témoin, prévenus des risques liés à l'éventuelle légèreté de gestion de l'un ou l'autre.

En, gros, Enfants chéris de la société de sur-consommation, vous voici prévenus, l'Etat vous aura mis en garde et ce en présence de madame la Maire: Prendre un crédit vous engage, assurez-vous (chacun de votre côté) que vous avez les moyens de rembourser !

Comme si, en ce jour béni, les tourtereaux avaient la tête à ça ! Mariage, ta solennité fout le camp !

Folie passagère 884.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

14 commentaires:

  1. Hihi!

    Je ris parce-que ton article me rappelle plein de trucs...

    Bien-sûr ces mariages noircis par l'incompatibilité d'humeur des familles des mariés. Il m'incombait alors la lourde charge d'amuser les gugusses pour une soirée soi-disant mémorable, pas besoin de dire que quand ça se goupillait comme tu le racontes si bien ça tournait court.

    ... Mais aussi pour ces articles lus régulièrement dans la presse locale : - "M. Machinchose de Biduletruc signale qu'il ne répond plus des dettes contractées par sa femme et invite ses créanciers à s'adresser directement à elle..." :D

    RépondreSupprimer
  2. @didier: le moins drôle ds cette histoire, c'est que le père du marié est en l occurence mon frangin, le marié est donc mon neveu ! :)

    Le plus drôle c'est que j ai demandé a la mairesse pkoi elle trouvait la lecture de cet article inacceptable . Elle m a répondu qu en obligeant les maires à le lire, cela équivalait à faire en sorte qu a la simple lecture du truc, l'Etat ( et donc elle en temps que maire ) se dégageait de toute responsabilité pour l'eventuel surendettement du nouveau couple (sic). L'état, via ses maires, s'exonnerait ainsi de la permissivité des organismes de crédit ! tu suis ?

    RépondreSupprimer
  3. Le mien débuta bien et à ce jour nous sommes Madame et moi toujours unis devant la République (21 années) mais côté beau-parents, c'est "Civil-War", pour les miens aucun problème , les petits ont su mettre la grand-mère paternelle au pas, areuh, areuh.

    Mais il est certain que une ambiance comme tu l'as décrit, pas très engageant pour les tourtereaux, le principal c'est qu'il s'aiment encore de nombreuses années.

    Au bout d'un certain nombre d'année, amour-amitié, on ne sait pas.

    Ecoute cette magnifique chanson de Pierre Vassiliu.

    http://www.youtube.com/watch?v=1Ojz4C9kxYg

    Allez Champagne!

    RépondreSupprimer
  4. C'est pas une heure pour un brave mais bon, 30 années de travail de nuit, cela laisse des traces.

    Pour l'article de loi lu par Madame le Maire, non franchement, ce n'est pas le moment mais merci M'ame Lagarde.

    Allez pour les petiots qui ont eu un avant goût d'une futur en espérant q ils ne le connaîtront pas.

    http://www.youtube.com/watch?v=qJPxlP3m4DM

    RépondreSupprimer
  5. Quand on lit ce genre de billet, mon cher Corto, on ne peut s'empêcher de se demander si au fond, ceux qui sont pour la suppression pure et simple du mariage - ce qui, du coup, règlerait le problème du mariage homosexuel - n'ont pas raison ?

    RépondreSupprimer
  6. Pas plus choqué que cela,le mariage est un contrat,le (ou la) maire rappelle aux mariés,ce à quoi ils s'engagent.Cela se faisait déjà pour la fidélité,l'obligation d'assistance,etc...
    Par contre les parents des mariés,même en plein divorce devraient faire l'effort de ranger les couteaux,pendant ce jour,par égard pour leur enfant.

    RépondreSupprimer
  7. @grandpas: c'est tout a fait cela: ce n'est pas le moment !

    @marianne: je ne crois pas, à ma connaissance, qu'il y ait beaucoup de monde en faveur de la suppression du mariage

    @nachu: ce n 'est pas que je sois choqué, c'est le commentaire de la maire qui m'a fait réagir. Et je suis assez en phase avec elle: Comme si l'état via ses officiers d'état civils se donnait bne conscience et se dédouanait en partie du pb de l'endettement des ménages grace a la lecture de cet article. Je ne crois pas que cela soit d'une part suffisant et en tout cas ni le lieu ni l endroit.

    Par contre bien content de te revoir ici :)

    RépondreSupprimer
  8. Mon cher Corto je ne soutiens que le mariage religieux, mais ce n'est qu'une question de point de vue.
    A titre personnel, dans ma famille, je ne vais jamais à un mariage qu'uniquement civil.
    Le mariage "fout le camp", comme toutes les institutions, car la transcendance a fichu le camp la première.

    RépondreSupprimer
  9. @ Elie-Marie
    Ne seriez-vous pas un peu trop sectaire ?
    Vous me faites penser à ce ministre de Mitterrand, dont j'ai oublié le nom, qui refusait d'entrer dans une église. Lors des enterrements officiels il attendait le cortège à la porte.

    RépondreSupprimer
  10. @elie-marie: je rejoins marianne sur ce coup-là. C'est un peu sectaire comme attitude, non ?

    RépondreSupprimer
  11. Fasse le Ciel que les mariés se respectent et s'écoutent toujours. Tout est là.

    Je ne suis pas choquée outre mesure que la maire ou la mairesse lise le contrat, même si ça ne sonne pas très romantique.
    En revanche je suis un peu chamboulée par l'obligation qui leur est faite de déclamer à haute et intelligible voix que l'état se lave les mains de la merde où ils se mettent s'ils font confiance aux banques et autre usuriers cautionnés par le même état. C'est cynique.

    Quant aux parents, ils révèlent une facette du mariage. De toute évidence, ils en sont au point où le stade ultime de l'allergie est atteint. Pauvres âmes...

    Ton neveu est-il heureux?
    C'est ça l'essentiel.

    RépondreSupprimer
  12. @ Marianne et Corto. J'exagérais juste pour voir un peu votre réaction. Je ne suis pas aussi sectaire que je n'y parais.
    Il est vrai qu'en tant que catholique, le mariage pour moi est un sacrement qui lie non seulement deux individus mais dont l'amour qui les uni vient d'un autre: Dieu.
    En France le mariage civil est obligatoire et seul reconnu. Ce n'est pas le cas dans d'autres pays où le mariage religieux fait office de mariage civil aussi.
    Pour revenir à votre sujet. Vous n'êtes pas le seul. Toutes les familles y compris la mienne sont touchées.

    RépondreSupprimer
  13. @lo: mais tout le cynisme est justement là, obliger les maires a déclamer cet article en quelque sortes pour dédouaner l etat et c'est bien pour cela que la mairesse etait fachée !

    Mon neveu a l'air a peu près aussi heureux qu on peut l être qd on a tout + des parents en guerre ouverte

    RépondreSupprimer
  14. elie marie: parce qu'en plus tu es taquin !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP