jeudi 27 octobre 2011

Ce soir, il y a Sarkozy à la télévision


Ce soir, Sarko est dans le poste. Sur TF1 et sur France 2. De quoi vous plaignez-vous, vous aurez le choix de taper 1 ou de taper 2 et puis si vraiment vous ne voulez pas, vous taperez ce que vous voulez.  A défaut, rien ne vous oblige à regarder la télévision. Vous êtes libres, que Diable !

Et oui, cela frémissait depuis quelque temps, ça se déchaîne depuis ce matin: Sarko va parler, sur les chaînes qu'il a choisi et avec les journalistes qu'(on) il a préalablement sélectionné. Mon dieu, mon dieu, c'est tout juste si en Russie ils oseraient faire de même: " Sarkozy à la TV: Colère! Il choisit les journalistes, son ami Lagardère produit. A quel prix? Inimaginable ailleurs. En Russie peut-être !", du Jean Jacques Bourdin dans le texte ! Ou bien encore: " Sarkozy à la télévision : Jean-Pierre Pernaut et Yves Calvi en service télécommandé ", Bruno-Roger Le Petit dans ses oeuvres.

A croire qu'ils sont jaloux de ne pas être invité pour passer Sarko à la question !

Bref, il est de bon ton, ce matin de faire du télé-bashing. Vomir cette télévision aux ordres, fustiger Sarko qui choisit ses interviewers, critiquer les journalistes sélectionnés. Tout ça sentirait bon la république bananière. Et mieux, encore, proclamer, comme un défi lancé aux serviteurs du Château, : non je ne regarderai pas Sarko ce soir ! Et bien ne regardez pas et lisez les compte-rendus à venir. Moi je regarderai. Parce que j'aime bien me faire mon idée plutôt que d'ingérer les chroniques des journalistes aigris, le lendemain.

Tout cela serait donc organisé, aseptisé, contrôlé. Oui, et alors. Sarko et ses services ont annoncé la couleur, il n y va pas pour débattre, il y va pour, en tant que Président de la République, expliquer ce qui se passe et ce que lui, en tant que personnalité mandatée par les Français en 2007, fait pour tenter de juguler la crise. Il vient rendre compte. Un rendez-vous d'explications et de décryptage. Ni plus, ni moins. Faudrait quand même savoir, s'il parle trop, on le taxe d'hyper-président, s'il se fait discret, on crie aussi. Jamais content !

Ce soir, je regarderai donc Sarko, non pas qu'il n'y ait rien de mieux à faire, juste parce que cela m’intéresse.

Folie passagère 889.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

5 commentaires:

  1. Je regarderai Sarkozy aussi, mon cher Corto.
    Je regrette qu'il ait été obligé de baisser pavillon devant Merkel.
    Impossible donc de l'entendre nous dire qu'il lui ait chanté : "Ôte ta gaine, gretchen, que j'lèche ta croupe !"
    Dommage !

    RépondreSupprimer
  2. Je regarderai aussi. Mais s'il vient juste pour informer sans débat alors pourquoi faire venir 2 journalistes. Autant venir faire un discours point barre. Et Yves Calvi passe encore mais Pernaut. Cela montre bien le niveau journalistique de TF1. Pourquoi pas Arthur ou Benjamin Castaldi. lol

    RépondreSupprimer
  3. @christophe: 2 journalistes ? nous n'enverrons qu un , Pernault c'est tout sauf un journaliste. Quant au niveau journalistique de TF1, on est d'accord si ce n'est qu ils font ce pkoi il sont payés :)
    leur présence: pour animer, pour que cela soit moins martial. Les discours, les Français n aiment pas ça.

    RépondreSupprimer
  4. Je regarderai aussi. Pour une fois qu'on a une occasion de rire par les temps qui courrent... ;/)

    RépondreSupprimer
  5. @bembelly: je t'aime bien mais ce qui etait surtout drôle ou affligeant, au choix, ce sont les commentaires sur twitter pendant l"émission

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP