samedi 1 octobre 2011

Juste une petite rumeur

La rumeur, ce mal insidieux.



Vendredi, des milliers de lycéens et collégiens se sont mis à la rue. Ils ont manifesté pour protester contre...une rumeur. On ne sait trop comment ni d'où venait la chose mais par sms et via Facebook, un bruit étrange circulait: Sarkozy préparait la suppression d' un mois de congés vacances scolaires. Comme cela, en lousdé, sans prévenir ni consulter. Bon sang de lycéens non manipulés ne saurait mentir, il fallait débrayer et manifester haut et fort le mécontentement. Poubelles incendiées, voitures vandalisées, dégâts urbains et une vingtaine d'arrestations toutes provisoires. Du presque normal, en somme. Si ce n'est que ni les lycéens interrogés, ni la police, ni la préfecture, ni le rectorat ne savent d'où a bien pu partir cette rumeur infondée. Ça, c'est en gros la relation du phénomène tel que décrit par Libération. On est Libé ou on ne l'est pas alors, un petit coup sur la tête à Toto Sarko, même pas mal. Le titre de l'article est conforme aux faits: " Des milliers de lycéens dans la rue «contre la suppression d'un mois de vacances» "

Dans Le Monde, c'est un peu différent. C'est Po-li-ti-que ! Foin de rectorat, de police ou de lycéens, la parole est donnée à Victor Colombani, le jeune président de l'UNL. L'accroche et l'approche sont différentes: " Des lycées bloqués contre une rentrée catastrophique ". "Plusieurs dizaines de lycées ont été bloqués, vendredi 30 septembre, notamment dans le Nord, à Paris ou à Grenoble, pour protester contre une rentrée plus que jamais catastrophique et pas seulement contre le raccourcissement des congés d'été." La rumeur est à peine évoquée, la mayonnaise ne monte pas de la même façon au Monde. Les choses sont claires, ces manifestations brouillonnes de vendredi sont le signe " d'un mécontentement vis à vis des conditions de rentrée qui sont vraiment très dures". M'enfin, puisqu'il faut parler de " cette rumeur qui n'est pas le motif unique de cette mobilisation ", Colombani prévient et avertit sèchement le gouvernement: " Pas question de toucher aux congés, cela constituerait de facto une attaque au droit au repos ". Une attaque au droit au repos... qu'il a dit Victor Colombani, 18 ans, lycéen. J'en suis resté comme deux rond de flan !

Alors, d'un côté juste une rumeur à la con comme les affectionnent nos lycéens et de l'autre, un combat politique et parait-il une rumeur. Un fait, 2 versions, 2 journaux. Rien d'inhabituel. Par contre, et ça oui, c'est inquiétant:

Si même une rumeur en vient à s'en prendre au repos des lycéens, moi j'dis qu'on est mal barré.

Folie passagère 850.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

13 commentaires:

  1. Souviens toi, l'été dernier !
    :))

    RépondreSupprimer
  2. Souviens toi l'été dernier

    La nuit de la fête nationale, Julie, Helen, Ray et Barry ont par accident renversé un inconnu. Devant la crainte de leur avenir compromis par ce drame, ils décident de faire disparaître le corps et font le serment de ne rien dire à personne, jamais. L'été suivant, chacun des quatre amis se trouve confronté à des évenements terrifiants. Ils doivent se rendre à l'évidence : quelqu'un sait ce qu'ils ont fait et semble bien decidé à le leur faire payer.

    Corto, vous me faites peur!!

    RépondreSupprimer
  3. Je vois pas ce qu'il y a d'anormal a brûler des voitures et saccager des arrêts de bus, touche pas a mes racailles!
    Tiens, il parait que le programme de 2012 prévoit 2 heures de maths en plus par semaine, je crie à la révolution !

    RépondreSupprimer
  4. Bon les petits gars, y a un truc qui m'échappe avec votre été passé . sans doute l'apéro, la chaleur et... l'apéro. peu importe, je viens de voir dans le poste une p'tite nana, 16 ans à tt casser, boutonneuse la pôvre dire: "Sarko, il a pas à toucher à nos vacances, c'est notre droit, on ne touche pas à notre droit..." j'en suis resté baba et me suis resservi un sky.

    @david dupuit: 2h de math en plus, non mais ça va pas, pour le coup je veux bien descendre ds la rue: 0,5/20 à mon 1er bac, 1/20 la 2èeme fois. Alosr tu comprendras que les maths et moi ça fait 3

    RépondreSupprimer
  5. D'après Google, mon cher Corto, "Souviens-toi l'été dernier" c'est un film d'horreur-épouvante dont l'histoire est relatée par grandpas.
    Mais je ne vois pas trop le rapport avec cette manif sur des SMS bidons.

    RépondreSupprimer
  6. @marianne: je suis comme vous, le film j en ai entendu parler mais le rapport,..., le rapport avec le billet ... non, je ne vois pas.

    RépondreSupprimer
  7. Elle court elle court la rumeur... C'est un mot à la mode ces derniers temps. Plus que d'habitude. Chose étrange, on m'a toujours dit qu'il n'y avait pas de messe basse sans curé. Moi qui croyais que la laïcité avait fait un bon bout de chemin...

    RépondreSupprimer
  8. "Le droit au repos".... Et les devoirs ?

    L'avenir de la France est sombre avec une telle jeunesse...

    RépondreSupprimer
  9. Les mômes vont mal. Frénésie sexuelle, shoots, scarifications, angoisses, suicides.......là, c'est de la petite bière finalement.
    Je vais m'en resservir une, tiens.
    A la vôtre les gars!
    C'est bon d'être une viocque!

    RépondreSupprimer
  10. @tambour major: si cette rumeur venait justement de l'UNL et de ce victoir Colombani, je n en serais pas surpris. je dis ça, j'dis rien :)

    @skandal: tt le problème est la, on inculque a qui veut que chacun a des droits en oubliant qu'il y a des devoirs aussi. Qu'un jeune de 18 ans en appelle " au DROIT au repos " oui, ça me troue le cul!

    @lo: les momes vont mal ? oui, mais quelqu'un, j'entends parents, education, responsables politiques etc..., s'en est-il rendu compte ?

    RépondreSupprimer
  11. Je pense que oui, les plus lucides s'en rendent compte individuellement. Mais les institutions et les aveuglés s'en foutent et le monde tourne à l'envers sans eux.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP