vendredi 28 octobre 2011

" Sur le visage de Mahomet ", Chiche M. Girard ?


J'avais plein de choses à aborder ici, mais, il y en a une qui a pris le dessus sur les autres. Pourquoi, parce que le foutage de gueule, ça va 5 minutes, pas plus. Je vous avais parlé en Juillet de la " pièce " de théâtre intitulée: Sur le concept du visage du fils de Dieu de Roméo Castellucci. Relisez mon billet et regardez la vidéo avant de poursuivre, s'il vous plaît.

Cette "oeuvre" subventionnée par des fonds publics et scatologique à souhait fut jouée en Avignon; aujourd'hui, c'est à Paris, au Théâtre de la ville. On y voit un vieux déféquer sans arrêt, son fils s'en occupe, le tout en couleur et en odorama, jusqu'au bouquet final où le visage du Christ apparaît afin d'être caillassé et maculé de merde. De l'art, que du bonheur, les odeurs en plus.

Depuis quelques jours, des intégristes cathos manifestent contre cette pièce que la Socialie parisienne encense. Ils ne sont pas nombreux, quelques dizaines, 200 au maximum à manifester leur mécontentement. Ces intégristes, issus pour la plupart du mouvement CIVITAS, affilié à la Fraternite Saint Pie X (dont les dirigeants ont été excommuniés par le Vatican )  mettent le bronx dans le quartier pour que la pièce soit interdite. Rendez-vous compte, ils prient même en pleine rue pour défendre le "sacré" auquel ils croient.

Comment leur en vouloir ?  Ce qu'ils ont de plus cher, leur foi, leur Dieu, leur Christ, encensé à coup de merde ! Parce que c'est de cela qu'il s'agit !

La pièce, disais-je, est sponsorisée par la ville de Paris et soutenue à fond par Christophe Girard, maire-adjoint à la culture de Delanoë (lire le savoureux communiqué de M. Le Maire). Et celui-ci ne comprend pas que des "illuminés" s'en prennent à "une oeuvre magnifique et douloureuse " dans laquelle: " la dignité des acteurs reste intacte" . Il mettra même, le bougre, l'espace 104 dans le 19ème, à la disposition de cette magnificence: " La longue route de cette œuvre magnifique vers des publics toujours plus nombreux et divers est en elle-même une victoire sur les extrémistes, quels qu’ils soient. "

C'est vrai quoi, bordel,  " Luttons contre le fascisme " comme le proclame M. Demarcy-Motta, directeur du Théâtre de la ville. Luttons contre " Ce fanatisme, cet ennemi des Lumières et de la liberté contre lequel, à de glorieuses époques, la France a su si bien lutter ! " On croit rêver. Voila qu'un spectacle bafoue le Christ et l'on parle de fascisme parce que quelques intégristes manifestent bruyamment leur mécontentement ?

Je ne suis ni catho, ni intégriste, ni quoi que ce soit de religieux ( Dieu m 'en préserve, smiley ) mais j'ai du respect pour ceux qui croient; du respect, parfois même de l'admiration, pour ceux qui défendent leur foi avec force. Pour un peu, je les soutiendrai presque ces "illuminés". Surtout quand je vois et lis avec quelle mauvaise fois on érige, au nom d'une culture rose bonbon, en "oeuvre magnifique" ce qui n'est qu'une provocation inutile, un bœuf boboïde et une atteinte subventionnée à la dignité du Sacré.

Je propose donc que monsieur Girard finance un truc qui s'appellerait: " Sur le concept du visage de Mahomet ", un joli spectacle où l'on verrait deux comédiens très dignes déféquer à s'en boucher le nez, se torcher et s'en remettre au Prophète avant de le lapider et de le souiller. Nous verrions si cette culturo-socialie considèrerait avec la même antipathie et les mêmes mots les centaines de musulmans qui viendraient, logiquement, manifester leur mécontentement devant pareille profanation du sacré.

Parce que le plus curieux dans cette histoire, comment s'en étonner, c'est que c'est la religion catholique et sa figure emblématique, qui sont ici salies. Jamais, non jamais, M. Girard et consorts auraient osé inviter un spectacle, qui aurait eu pour titre:  "Je chie sur Mahomet " !

Ah oui, j'oubliais, Girard, c'est le mec qui, à propos des JMJ de Madrid, déclarait sur Twitter: " Non au retour d'Isabelle la catholique ! " et qui dans le même temps ou presque régalait le Tout-Paris pour fêter la fin du ramadan... la boucle est bouclée.

Ah oui, j'oubliais, des fois que l'on me prenne pour un affabulateur, lu dans Télérama, à propos de la mise en scène: " L'appartement blanc n'est plus qu'un immense ramassis de merde. Le fils court se réfugier auprès du tableau d'Antonello, embrasse le visage du Christ tandis que le père a­sperge maintenant d'excréments tout l'appartement à l'aide d'un bidon géant. "

Il n'y a pas de doute, le spectacle doit être sacrément magnifique.


Folie passagère 891.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

37 commentaires:

  1. Donc si j'en crois ce que j'ai lu ici et là, mon cher Corto, ces jeunes gens qui manifestent contre cette pièce de théâtre sont des fascistes. Le Monde parle même de "prise d'otages au théâtre de ville" et de "fatwa culturelle".
    Comme s'il n'y avait jamais eu de remous à cause d'une pièce de théâtre ou d'une autre, dans notre histoire.
    Il est vrai que le président du directoire du conseil de surveillance du Monde n'est autre que Pierre Bergé, mécène du festival d'Automne de Paris. Ainsi la boucle est bouclée.
    Finalement il faut admettre que dans notre beau pays il n'y a qu'une religion qu'on soit impunément en droit de profaner.
    C'est d'autant plus révoltant qu'il y a quelques semaines 25 chrétiens coptes ont été massacrés parce qu'ils manifestaient contre l'incendie de leur église, en Egypte, et que cela n'a pas ému grand monde.

    RépondreSupprimer
  2. Cher Corto,

    tu as su écrire avec dignité et le mots qu'il convient, , une fatigue que peuvent ressentir certains croyants et pour cela vous êtes un grand parmi les misérables.

    Je n' irais plus loin car ma colère serait de mauvais conseil.

    RépondreSupprimer
  3. Oui merci pour ce très beau billet.Très bien écrit effectivement.
    J'ajouterai cependant quelques précisions. Tout d'abord, il n'y a pas que des "intégristes" qui manifestent. Il y a un peu de tout, des gens de l'Emmanuel etc... Un évêque celui de Vannes les soutient.(Voir mon billet de ce jour).
    D'autre part, les "intégristes" ne sont plus excommuniés depuis janvier 2009, ce qui a provoqué à ce moment là, un "bronca" pas possible dans ces mêmes médias. Le Vatican tend même à se rapprocher d'eux.
    A part ça, je souscris entièrement à ce que vous dites.

    RépondreSupprimer
  4. @marianne: c'est drôle ce mot de "fatwa culturelle " ! imaginons une grande affiche sur les murs du théatre indiquant: " sur le vidage de >mahomet " que je crois on a pas le droit de dessiner ! là oui, le Girard et le Delanoë auraient été fatwatisé ! Non, définitivement ce Girard ey consorts me filent le bourdon par tant de perversité.
    Mais le pire, c'est qu il ne s insurgent pas que l on puisse souiller le visage du Christ, juste s'offusquent-ils qu'une bande de "fanatiques" dérangent leurs pseudos culture.

    @grandpas: mais moi je suis colère ! tant la défense de cette "oeuvre " par la bien pensance socialiste de Paris me revulse. On occulte l insulte faite aux cathos sous couvert de culture et d'art, mon cul !

    @chroniques dindes: bienvenue ici ! et merci mais qui es-tu ?

    @elie marie: je ne suis pas sur que les excommuniés aient été "réadoptés" par le Vatican . Il y a parait-il du rabibochage dans l'air pour peu qu'ils acceptent vatican II ce qui n est pas acquis/ mais peu importe, je dis toujours que l on doit pouvoir tout accepter à condition de tout autoriser. Que Girard et ses sbires acceptent un projet similaire avec mahomet, par exemple, ou le dalai lama, et je ferme ma gueule :)

    RépondreSupprimer
  5. mais qui va entendre cette colère mon ami Corto ? ce ne sont pas des intégistes, Elie Marie à raison ce sont avant tout des croyants et si j'en avait la courage, j'irai me joindre a eux
    Nous sommes des fachos, des racistes, des vilains-pas beaux, réacs et tout et surtout de sacrès connards de supporter tout cela en tendant l'autre joue !!
    moi j'attends les réactions des trolls ici..il va bien y en avoir quand même non ? allez les gars-les filles, un peu de courage pour cracher votre venin contre ces cathos qui osent aller contre les belles idées de notre gentil maire, qui fait de si belles choses avec nos impôts, en plus, il ne risque rien à importer ça au 104, c'est pas dans le quartier qu'il y aura des manifestants, il doit y rester moins de chrétiens qu'en Egypte de coptes....

    RépondreSupprimer
  6. Ton billet m'a impressionnée, Corto. Pas envie, bien sûr d'aller voir cette pièce. Mais vu de loin, cela vous un air plutôt minable, en effet...
    Sûr, qu'en France, profaner le Christ semble moins dangereux que profaner Mahomet.
    Cela dit, pense, Corto, que pour profaner, il faut avoir connu ce que l'on profane, en avoir souffert; et peut-être croire, si on le tente, qu'on n'en perdra pas nécessairement la vie ?
    Un Français ne le tentera donc pas de profaner Mahomet, ni Bouddha, d'ailleurs...
    Étonnée aussi que les vingt-cinq chrétiens coptes massacrés n'aient pas soulevé l'indignation de tous. Nous vivons une époque moche et sommes responsables.

    RépondreSupprimer
  7. La fin de mon commentaire est cafouilleuse, il y a un "le" surnuméraire; et mettre le mot responsabilité sur le tapis à 3 heures du mat., hum... Fais de beaux rêves, Corto.

    RépondreSupprimer
  8. C'est très impressionnant, mon cher Corto, de voir sur la vidéo, sept jeunes gens agenouillés sur la scène du théâtre de la Ville sous les cris des spectateurs et finalement emmenés en garde à vue par une escouade de policiers montés sur scène sous les applaudissements frénétiques des spectateurs.
    A toutes fins utiles, il faut rappeler qu'une manifestation nationale contre la christianophobie, aura lieu aujourd'hui, samedi 29 octobre, à 18 heures, place des Pyramides, à Paris.

    RépondreSupprimer
  9. @boutfil: qui entendra ? pas grand monde, je le crains tant la pression culturelle de "bon aloi" est puissante. Ce qui est surprenant aussi c'est que l'Eglise officielle, a part un évêque, n'est pas manifesté non plus son mécontentement: histoire de ne pas faire de bruit ? de ne pas donner plus d'audience a ce spectacle ? Je ne sais pas.

    @lika: Bien sur qu un Français n ira pas profaner mahomet, trop peur des représailles, et sans doute ont-ils peut être aussi un minimum de respect, on peut l'espérer. Souviens toi ne serait-ce que des caricatures qui avait été faite de mahomet dans un journal. Alors imagine une pièce de théatre où l'on...

    @marianne: Oui c'est impressionnant mais je ne soutiens pas non plus cette intrusion, je comprends simplement leur position. Que l'on occulte le côté dégueulasse de cette pièce sous couvert d'art et de culture...voila qui me hérisse le poil.
    Quant a cette manif dont vous parlez, organisée aussi je crois par des intégristes cathos.

    RépondreSupprimer
  10. Il faut peut-être arrêter, mon cher Corto, de vous focaliser sur ce que vous appelez "les intégristes cathos", car ce faisant vous les mettez au même rang que les intégristes musulmans qui persécutent et qui tuent.
    Je ne sais pas si ce sont des "intégristes cathos" qui organisent cette manifestation. Je dirais que ce sont surtout des gens qui ont le courage de le faire.
    Alors, si la cause est bonne ?
    Et elle doit être bonne, sinon pourquoi avoir écrit ce billet ?

    RépondreSupprimer
  11. @marianne: En effet, disons alors "traditionalistes " cathos si vous préférez. Et je trouve evidemment qu ils ont un certain courage meme si je ne suis pas d'accord avec la vision qu'ils ont de l'Eglise

    RépondreSupprimer
  12. non, d'accord avec Marianne, je dirait tout simplement des chrétiens ordinaires, des cathos convaincus et croyants et qui veulent faire savoir que, malgré les pressions des imbéciles pour nousfaire tous accepter demain où pas loin d'être des dhimis où de nous convertir, il serait temps de réagir et courageux de le faire...

    RépondreSupprimer
  13. Chère Boutfil,
    Croyez-vous que vous pourrez être ce samedi à 18 heures place des Pyramides, pour nous relater comment cette manifestation s'est passée ?

    RépondreSupprimer
  14. @boutfil: mais je suis d accord, ce sont des croyants et patati et ont bien sur le droit et le courage de manifester contre cette bien pensance qui érige une offense à la religion catholique en oeuvre d'art culturelle. Il n'empêche que PAR AILLEURS, je n approuve pas la vision qu ils ont de l'eglise.

    RépondreSupprimer
  15. Ci après en lien,et pour info, ce que pense le cardinal 23 non de la pièce qu'il n a pas vue mais des manifestants. A partir de la 5eme minute

    http://www.dailymotion.com/video/xlzqhr_entretien-du-cardinal-radio-notre-dame-29-10-2011_news

    RépondreSupprimer
  16. Je suis pleinement d'accord avec Marianne et Boutfil.
    Intégriste vient du mot "intègre". Tout chrétien doit être un tant soit peu "intégriste" au sens d'intègre.
    Le Christ a dit d'être dans le monde mais pas DU monde, ce qui sous-entend qu'un chrétien ne doit pas suivre les courants du monde qui empoisonne la FOI.
    Malheureusement même si je suis Vatican II, je ne peux que constater que depuis 40 ans, les chrétiens sont devenus des "bisounours" sous prétexte d'épouser la pensée de l'époque.Néanmoins l'espoir renaît, car sans être intégriste, les jeunes catholiques n'ont plus peur de montrer leur foi.Les JMJ que nos me(r)dias disaient que ce serait un bide ont été au contraire un triomphe.

    RépondreSupprimer
  17. Pourquoi, mon cher Corto, dire et répéter en parlant des traditionalistes catholiques : "Je ne suis pas d'accord avec la vision qu'ils ont de l'Eglise", et ce tout en nous ayant affirmé que vous n'étiez "ni catho, ni quoi que ce soit de religieux" ?
    Ne savez-vous pas que Jésus a dit : "Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père."
    Il y en a sûrement une pour les traditionalistes et une aussi pour vous.

    RépondreSupprimer
  18. @marianne: et bien savez vous que l'on peut ne pas etre socialiste et dire ce que l'on pense d'eux ? Il en va de meme, j ai une assez bne conaissance de l'Eglise , de son système, de ses évolutions et des gens qui la composent, je me permet donc de dire que je ne suis pas d'accord avc la vision qu'ont les traditionalistes de l'Eglise.
    Ce qui n empêche pas qu'il y ait peut etre une place pour eux. Le vatican cherche d'ailleurs, il me semble , à ouvrir les bras a la Fraternité st Pie X, pour peu que celle-ci accepte, pour faire simple, Vatican II.

    RépondreSupprimer
  19. @elie marie: tu fais de la sémantique. Bien evidemment que chaque chretien se doit d'être intègre. Mais tu sais parfaitement ce que l'on désigne par le mot "intégriste" et son presque "synonyme " traditionalistes.

    Pour les jeunes, je ne peux que saluer le courage qu ils ont a revndiquer et proclamer leur foi. J'ai meme salué la chose ds un billet sur les JMJ

    RépondreSupprimer
  20. Dans le fond, cette pièce ne détonne pas avec la production habituelle de ce qu'il est convenu d'appeler l'art contemporain. On a eu Piss Christ, on a eu "Cloaca" la machine à merde de Wim Delvoye exposée au musée d'art moderne de Lyon (“La merde, c’est de l’art à l’état pur” dixit l'artiste), on a eu "L'Orgie de la tolérance" de Jan Fabre au festival d'Avignon où le spectateur pouvait se ravir au spectacle de trois femmes enceintes en position d’accoucher sur des caddies de supermarché, sortant de leurs entrailles toutes sortes de produits alimentaires manufacturés qu’elles dévoraient aussitôt. Si le progressisme n'est rien d'autre qu'une des formes du primitivisme, l'art moderne sous couvert de transgression n'est rien d'autre qu'une régression, un retour au stade anal. Si à cette transgression, aujourd'hui tellement convenue qu'elle ne fait plus frissonner le bobo qu'à la condition qu'il croit encore au retour de la bête immonde, s'ajoute le blasphème le plus abject, alors là c'est l'orgasme.

    Sur Delanoë, il déclarait il n'y a pas si longtemps, dans une lettre à Dalil Boubakeur, se sentir « proche » des musulmans qui ont ressenti la caricature du prophète Mahomet « comme une profanation ». « Aucun amalgame ne peut être toléré, ni même suggéré entre une grande religion porteuse d’une part de l’universel et les quelques fanatiques qui sèment la barbarie en son nom », écrivait Bertrand Delanoë, en appelant « chacun des acteurs de cette affaire, les musulmans et les journalistes, à l’apaisement ». Dont acte. Les choses sont claires, la laïcité est à géométrie variable. Il y a les chrétiens que l'on peut agonir de toutes les injures possibles et qui doivent la boucler et il y a les autres. Qu'importe que l'islam ne soit rien d'autre qu'une des pires régressions tribales fondée sur la soumission.

    RépondreSupprimer
  21. @koltchak: pas grand chose à rajouter a votre commentaire., je suis pour l'esentiel d accord. Il y a tout de meme une petite question qui me taraude. Quel interêt un gars comme Delanoë et consorts a-t-il à favoriser ainsi les musulmans ( pour faire vite et simple )?
    Quel interêt y-a-t-il à jouer avec la laïcité ?

    Electoralisme ? simple perversion ? masturbation intellectuelle ? Pseudo-progressisme mais progresser vers quoi ds ce cas?
    Je ne vois pas trop ou un peu de tout cela ?

    RépondreSupprimer
  22. Je vous conseille la lecture de ce rapport de Terra Nova, le think tank du PS, c'est édifiant : http://www.tnova.fr/essai/gauche-quelle-majorit-lectorale-pour-2012

    C'est pour le moins édifiant. En clair, de manière la plus cynique qui soit, ils reconnaissent que la gauche prolétarienne n'est plus au diapason de la gauche représentée par le PS. Les ouvriers se détournant des partis de la gauche classique au profit du FN, le coeur de cible du PS doit donc être les minorités.

    Il n'est donc pas étonnant de voir ce défilé de politocards sucer les musulmans, et plus largement tout ce qui ne ressemble pas à un "souchien".

    RépondreSupprimer
  23. @koltchak: je connais ce rapport de Terra Nova, je crois meme en avoir fait un billet mais merci de me rafraichir la memoire et de donner le lien.
    Et a vrai dire, une fois ce rapport remis en tête,mes questions précédentes me taraudent nettement moins!

    http://www.tnova.fr/essai/gauche-quelle-majorit-lectorale-pour-2012

    RépondreSupprimer
  24. Je me rappelle les poubelles transparentes d'Arman - fin des années cinquante - où on voyait des serviettes hygiéniques sales mêlées à tout un tas de détritus. Les gens criaient au scandale. Mais ce père pleurant d'humiliation parce qu'il a sali sa couche, je comprends mieux. Encore une fois, je ne vois pas le lien entre le spectacle de cette déchéance qu'amène la vieillesse (et pourquoi ne pas le montrer puisque c'est peut-être ce qui nous attend...?) et le visage du Christ qu'on souille exprès - si j'ai bien compris.

    RépondreSupprimer
  25. Plutôt que le visage de Mahomet, qui ne manquerait pas d'offusquer les bien-pensant défendant cette représentation, je te proposerais bien de vendre le portait de Mitterrand, tiens, pour prendre une icone vivante et chère au cœur de ceusses-là qui s'indignent (ma conffienfe me foufflerait bien à l'oreille que ve fais du mauvais efprit, mais, à défaut d'une poutre dans l'oeil qui me gêne affreusement, elle a un 'feu sur la langue qui lui cloue le bec. Pour une fois. Bien fait !)

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  26. Bonsoir Lika,

    Sans commenter plus avant, je me permets simplement de répondre à votre interrogation.
    Elle est plus que légitime car, à aucun moment, dans cette pièce, le visage du Christ n'est souillé d'excréments.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  27. @lika: mais le lien est là justement, le vieux qui défèque et l'association avec le visage du Christ. D'après les ITW que j ai lu de l'auteur, c'est une invitation à la rédemption via les excréments ( supposés représenter la déchéance de l'homme )
    Et quand bien même il n y aurait aucune allusion au Christ, peut-on me dire ce qu il y a d'artistique, de magnifique pour reprendre les mots de Girad, à faire une ode à la déchéance par merde interposée.

    @Loc: le visage du Christ dans sa version parisienne n'est évidemment pas souillée, on y voit juste à la fin du spectacle des coulures sur le visage qui apparaissent, et qui n'ont rien à voir avec des larmes de compassion. Dans la version jouée en Avignon, des galis a la fin de la pièce lapident le visage à coup de pierre puis d'excréments que je suppose factices.
    La video du spectacle, en lien ds mon billet sur le mot vidéo, tournée en Avignon est éloquente.
    Et encore une fois, si l'on avait ne serait ce que jeter des cailloux sur le visage de Mahomet...

    RépondreSupprimer
  28. Cher Maître des Clés,

    J’ai commencé à intervenir en ces lieux en constatant votre propension à l’échange, sans jugement. J’y reviens car, même en colère sur ce sujet, vous y parvenez encore. Ne changez rien.

    Je ne vais rien affirmer car la mise en scène a changé plusieurs fois. Disons simplement que, dans celle que je relate, les projectiles de la seconde séquence ne sont pas des excréments, même factices, mais des grenades lancés par des enfants.

    Que l’art contemporain ne plaise pas est concevable et légitime. Que cette pièce puisse déplaire, déranger et même choquer l’est tout autant. Ces deux points ne sont pas, selon moi, contestables.

    Je voudrais simplement apporter ceci :
    Cette pièce est une parabole concernant non seulement la rédemption mais aussi figurant la passion du Christ vécue par l’homme. Alors que le Christ doutait en demandant à son père pourquoi il l’abandonnait à tant de souffrance, le fils de la pièce doute et pleure en se sacrifiant pour son père mais doute en lui demandant pourquoi ce dernier l’abandonne en lui faisant supporter le calvaire et la vue de la déchéance. Comme un homme crucifié et transpercé d’une lance devait être un spectacle terrifiant, le monde moderne apporte son lot de scènes épouvantables quand on voit son parent devenir ainsi. Pourtant, au terme de cette séquence, le fils s’approche du visage du Christ et l’embrasse, comme si, fusionnel, il trouvait dans sa vie une ressemblance avec celle du fils de l’homme et qu’il en tirait sa force. La seconde séquence, où les enfants lancent ces grenades, figure le refus d’un destin tracé de sacrifices, et le visage se voile. Il s’agit d’une toile, les coulures sont celles d’une œuvre qui ne peut pas perdurer.

    Chacun se fera son opinion, mais le sens n’est pas de cracher sur une religion.

    A présent, qu’en est-il de la pièce ? Elle est moyenne, ou plus exactement, elle ne tient pas ses promesses quoiqu’en disent les critiques. La mise en scène épurée se veut performance quand on sent qu’elle est rendue nécessaire pour la visualisation des excréments. L’odorama est superflu et, en tout cas, largement sur-utilisé. La seconde séquence, aussi symbolique soit-elle, des grenades, est du revisité mille fois dans son concept du guide vous menant à travers un chemin difficile et que vous refusez en détruisant son symbole.

    C’est, hélas, l’imagerie simpliste et la provocation qui lui donne ses critiques si complaisantes, et de ce côté-là, oui, il y a beaucoup à dire quant aux réelles motivations de ces commentateurs. Finalement, ils ont porté une outrance qui n’existe pas mais qui sert à merveille leur volonté de distinction iconoclaste et intellectuelle.

    Je comprends les manifestants mais je crois qu’ils donnent ainsi bien trop d’importance à une œuvre, somme toute, assez mineure.

    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  29. Toutes mes excuses pour tant d'espace occupé, je vais y remédier mais j'oubliais votre interrogation initiale : et si cela concernait Mahomet?

    Les mêmes crieraient au scandale et à l'islamophobie car, ne l'oublions pas, l'objectif unique est leur particularisme brillant, pas la critique objective.

    Cette fois, je me tais.

    RépondreSupprimer
  30. Cher LoC, si ce que vous écrivez quant à l'interprétation de cette pièce est exact, c'est alors bien plus grave à mon avis. Il ne s'agit plus d'une profanation, mais d'un blasphème pur et simple, de l'homme, que se prendre pour le Christ -je précise que je n'ai pas vu cette pièce, que cela ne m'intéresse pas, que tout ce que j'en sais / dis n'est motivé que par ce que j'en ai lu ici ou là.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  31. @loc: "Chacun se fera son opinion, mais le sens n’est pas de cracher sur une religion." J'écoutai Michel Onfray, hier soir, philosophe bien à gauche,il disait qu en faisant cette pièce, ces intellos n'avaient pas été très malins car sous couvert de parabole ou d'allégorie, ils s'attaquaient à un symbole ( le visage du christ) et par les temps qui courent, on ne doit pas s'attaquer aux symboles. ce faisant on attise les inimitiés.
    Dans la même émission, Dame Pulvar trouvait lamentable ( ce sont ces mots )et ne comprenait pas que l'on puisse s'en prendre ainsi à une oeuvre artistique !

    Pour Mahomet si tel était le cas, ce n 'est pas scandale qu'il y aurait mais bien émeutes et pas avec 20 ou 30 manifestants.

    @al west: plutot bien vu !

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour Al West,
    Et merci pour votre réponse.

    Je ne me reconnaitrai, bien entendu, aucune légitimité à contester votre ressenti. La sensation de blasphème que vous éprouvez est indissociable de votre sensibilité personnelle et religieuse et, par conséquent, exigeant le plus profond respect. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’écris comprendre les manifestants.

    Néanmoins, je crois que nous sommes ici moins dans l’identification que dans l’exemplarité, ce qui, peut-être, contribue à atténuer l’aspect choquant de la démarche. Je crois être responsable de votre ressenti du fait de propos insuffisamment expliqués, ce dont vous voudrez bien, je l’espère, m’excuser.

    Amicalement

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour Maître des Clés,
    Si j’en crois la teneur de l’émission que vous relatez, nous voici revenus au débat sur l’iconodulie.
    Je crains fort qu’il soit sans fin.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  34. @loc: iconodulie kézako ? je fonce illico me renseigner chez Google :)
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  35. Good morning Corto,

    Ce matin vers 7 heures sur L.C.I chaîne d'in formation entendu ce petit reportage chef d'oeuvre d'information dirigées sur les manifestants devant le théâtre de la ville.

    Des intégristes désirant interrompre une représentation culturelle avec interview du directeur artistique de ce théâtre déclarant la main sur le coeur, les exactions envers les spectateurs mais qui sont toujours vivants.

    Pas un mot sur le sujet de la pièce et ses débordements scatologiques et pour enfoncer le clou: le fait que l'Eglise de France se désolidarise de ces actes de manifestants intégriste d'extrême droite.

    Je serais assez pour jeter des excréments sur une image de Muhammad et voir si les spectateurs seraient toujours en vie quant au directeur artistique du théâtre; il viendrait tenir compagnie à Redeker.

    RépondreSupprimer
  36. @grandpas: welcome à la désinformation !. J ai noté que depuis 2 jours environ, la mode est à enfoncer effectivement ces manifestants et surtout pas un mot sur "l'oeuvre". Comme sur le plateau d'On n est pas couché avec la merveilleuse Pulvar et un réalisateur tunisien ( dont j ai oublié le nom )

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP