lundi 9 juillet 2012

Et voilà que les banquiers rasent gratis !


J'ai donc appris que la France vient d'emprunter à court terme la modique somme de 6 milliards d'euros à taux négatifs ! Une première !

Ces 6 milliards en bons du Trésor ont donc été placés en deux tranches, l'une remboursable dans 3 mois au taux magique de - 0,005%, l'autre à 6 mois au taux rigolo de - 0,006%. En clair, l'agence France Trésor remboursera à ces deux échéances un chouïa moins que ce qu'elle a emprunté. Cette incongruité serait due à 3 facteurs: la rareté des pays emprunteurs fiables en particulier en Europe du Sud, une demande élevée des investisseurs et la bonne réputation, pour l'instant, de la France. L'offre d'investissement aujourd'hui faite à la France par les investisseurs était même supérieure à la demande de France Trésor.

Va comprendre Charlotte, on nous dit que tout est pourri, qu'il n'y a plus de pognon, que la zone euro est au bord de la crise de nerfs et de la crise tout court, qu'il faut que l'Europe ait un droit de regard sur les finances nationales, que la croissance n'est pas pour demain, que la compétitivité des entreprises françaises est nulle, que 0,6% d'augmentation du Smic, c'est assez, que la fin du monde c'est pour bientôt; j'en passe et des meilleures et nous, les petits Frenchies, on emprunte à taux négatifs. Faut-il que le monde de la finance soit complètement déréglé pour en arriver là ! C'est à ne plus rien comprendre.

En tout cas, moi qui suis sûr et fiable, demain, je vais voir mon banquier pour lui emprunter des sous. S'il ne me les prête pas à taux négatifs, il a intérêt à être blindé le beurrier sinon c'est ma main dans sa tronche.

Ce monde est fou.

Folie passagère 1249.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

16 commentaires:

  1. La France a-t-elle emprunté des euros ou des dollars? Dans ce dernier cas, faut-il voir dans ces prêts à taux négatifs le signe d'une inquiétude des marchés qui prennent ainsi une assurance contre une éventuelle crise de l'euro ou sa disparition? Il préfèreraient qu'on leur rende du bon argent plutôt que des euros dévalués ou -pire- des drachmes, des lires ou des pesetas.
    Autre explication: vous avez raison, le monde est devenu fou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: apparemment et d après ce que j ai lu les bons emis sont en euros ce qui est effectivement curieux !

      Ce qui veut aussi dire qu il y a tout de même pas mal de pognon qui traîne puisque l on se bouscule au portillon pour ces emprunts, car sur ce coup l'offre était supérieure à la demande!
      De là à emprunter a taux négatifs, ça confirme la folie de ce monde !

      Supprimer
    2. Il n'y a rien de fou ou d'étonnant la dedans. C'est normal que des prêt à 3 ou 6 mois soit légèrement négatif (en réalité ils sont positif, mais l'inflation faisant son œuvre, les taux réels sont négatifs.)

      Les investisseurs sont prêt à payer un petit peu pour savoir que leur argent est en sécurité dans les caisses de l'état français.

      En revanche, sur 10 ou 20 ans, les taux sont bien positifs.

      Supprimer
  2. Hollande va dire que c est Grace a sa politique mise en place! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @viscovo denis: je pense qu il l'aurait , et ses thuriféraires aussi, déjà claironné sur tous les toits si telle était son assurance !

      Supprimer
  3. Celà prouve bien que du pognon, il y en avait avant, quand on nous disait qu'il fallait qu'on se serre la ceinture...et que du pognon, il y en a toujours , en nous disant qu'il faudra encore qu'on se serre la ceinture...
    En effet, ce n'est pas grâce à Hollande ou à qui que ce soit...Les gouvernements n'ont plus depuis longtemps aucun pouvoir de décision face à ce que pudiquement, tous les médias et tous les commentateurs appellent "les marchés" au lieu de les qualifier de "spéculateurs", ce qui est leur vrai visage...L'argent circule autour de la planète à une vitesse proche d'une année lumière...Mais cet argent, qui est en fait de la monnaie de singe, met en péril tous les systèmes de vie et alimente toutes les visions anxiogènes de la société.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre pognon, ce n'est rien que du vent, de la monnaie scripturale qui n'a aucune existence réelle et qui n'est garantie par aucun métal de référence stocké dans les coffres de la BdF. Révisez un peu votre histoire, le système de Law, ça vous dit quelque chose ? Et les assignats ?

      Supprimer
    2. @kalondour: Du pognon, il y en a mais comme le dit Koltchack, c'est du pognon virtuel qui n a plus depuis longtemps sa contrepartie en métal or ou autre. D'où d'ailleurs l'éclatement de temps en temps de certaines bulles spéculatives.

      Beaucoup se gargarisent aujourd'hui de cette opération à taux négatifs alors qu on devrait plutot s'en inquiéter.

      Supprimer
    3. C'est surtout que ce pognon, c'est pas celui de l'état, c'est celui des banques.

      Supprimer
  4. Le Président nouvellement Normal n'avait-il pas prédit pas de confiance sans croissance, pas de croissance sans confiance ? Ceci dit, et sans y connaître quoi que ce soit, pour une croissance, ça ressemble à une croissance un tout petit peu négative, en fait.

    On peut aussi se rappeler que le candidat pas encore normal avait décrété que son ennemi (perfide ?) c'était la finance. Et l'ennemi (toujours perfide) l'a compris, et pour faire acte de repentance, s'est présenté, soumis et dévoué. Cela, j'en doute -et c'est bien normal. Manquerais-je de foi ? De confiance ?

    Corto, ne t'inquiète pas si tu ne me comprends-pas, j'ai également parfois du mal à me suivre ^^. Tout est normaaaal, on te dit :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: ah ben la , j ai tout compris ^^. Et effectivment, aller croire que ces taux négatifs seraient une soumission des marchés au politique serait débile.
      Que des financiers prêtent de l argent gratos signifie a mon sens qu il y a un réel problème de confiance dans quelques pays (Grèce, Espagne, Italie, Portugal etc...) ou sur d'autres marchés devenus inquiétants

      Supprimer
    2. à moins que ce ne soit un crédit revolving ? Les (perfides) financiers prêtent en disant "on va vous sortir de là" et PAF, étranglent au premier pas (ou pet) de travers pour s'en mettre plein les bourses ?

      Supprimer
  5. Z' avez rien comprit, c'est l' effet François "le très clément,le très miséricordieux"; voilà tout bande de mécréants.

    Donc, tu vas dans une agence bancaire, tu dis: "Bonjour , je suis socialisse et je veux du pognon pas cher pour m'acheter pleins de choses et si le banquier ne veut pas, tu lui rétorque que de toute façon t'aime pas les riches et tu lui psalmodie les 60 propositions de François"le très clément,le très miséricordieux".

    Là, le gars y va de suite t'ouvrir les coffres de la banque et te dire sers toi ô croyant et que le nom de François "le très clément,le très miséricordieux" soit béni.

    Voilà,voilà, c'est d'une simplicité so-cia-liste, mais pourquoi, l'ignoble Sarkozy n' y a pas pensé.

    RépondreSupprimer
  6. Bah c'est le principe du faut accepter de perdre un peu pour gagner plus. Faut pas rêver, les banques ne sont pas devenues nunuches du jour au lendemain...

    Je pense, comme pas mal de gens, que cette curiosité n'est pas l'effet de l'arrivée de la gauche au pouvoir. Du-moins pas dans le sens que l'on pourrait imaginer. Peu-être un petit effet espoir empli de craintes mais pas plus. La perte de vitesse de l'euro y est certainement pour beaucoup plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les banques gèrent leur trésorerie, quand elles ont un peu de cash, elles le placent et en ce moment, le placement le plus sur c'est les OAT...

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP