mardi 17 juillet 2012

La repentance, c'est maintenant ! ( lettre de Hollande à Bouteflika )


Bon, je vous mets en copie la lettre ( avec mes commentaires entre parenthèses ) que Moi-Je-Président a adressé à son démocrate de collègue algérien Bouteflika. Je l'ai choppé sur le site de l'Ambassade de France à Alger mais j'ai tout de même pris le temps de corriger les fautes d'orthographe et/ou de frappe. Nul doute que cette bafouille devrait permettre le rabibochage de nos deux peuples ( humour ). Au moins convaincra-t-elle nos résidents  algériens que l'hollande ne demande qu'à les aimer. Quant à tous les autres, vous ou moi, on ne vous demande pas votre avis. Compris ?

" Paris, le 04 juillet 2012

Cher Monsieur le Président,

Le 5 juillet 2012, l’Algérie célèbre la fin de son long combat pour l'indépendance.
En ce cinquantième anniversaire de la naissance de la République Algérienne Démocratique et Populaire ( sic ! ), les Français s’associent ( pas moi ) à l’émotion de tous les Algériens.

J’ai bien entendu votre appel, le 8 mai dernier, à une lecture objective ( déjà, on s'marre ) de l’histoire, loin des guerres de mémoire et des enjeux conjoncturels. Français et Algériens partagent une même responsabilité ( des torts partagés ? ), celle de se dire la vérité ( quelle vérité ?). Ils le doivent à leurs aînés mais aussi à leur jeunesse ( devoir de repentance imposé ? ).

La France ( hollande )  considère qu’il y a place désormais pour un regard lucide et responsable son passé colonial ( Culpabilisation ? ) si douloureux et en même temps un élan confiant vers l’avenir.

Notre longue histoire commune a tissé entre la France et l’Algérie des liens d’une densité exceptionnelle ( Tu m'étonnes ! ). Nous devons aller ensemble au-delà pour construire ce partenariat que vous appelez de vos vœux.

Dans ce cadre, nous devons approfondir notre dialogue politique ( Y a du boulot ! ) sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun et pour affronter les défis en Méditerranée. Nous devons aussi être capables de développer des projets ambitieux qui bénéficient à nos deux peuples. Je pense à la jeunesse et à ce que nous pouvons faire dans le domaine de la formation et de l’enseignement supérieur ( si on commençait par chez nous, non ? ). Je pense aussi à notre coopération scientifique et à nos échanges économiques qui doivent être renforcés.

Nous aurons bientôt l’occasion de traiter ces sujets de vive voix ( le voyage prévu d'hollande pour cet été est reporté pour la 3ème fois, peut-être en fin d'année ? ).

Je vous adresse les vœux sincères qu’avec l’ensemble des Français ( 51% seulement, faut pas pousser, non plus ), je forme pour la prospérité de votre grand pays, pour le bonheur du peuple algérien et pour le renforcement de l’amitié ( C'est pas gagné ! ) entre l’Algérie et la France.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.
Bien à vous,

François Hollande "

C'est assez curieux ce penchant d'amour de l' hollande ( ou du Mélenchon ) pour l'Algérie... La repentance, c'est comme le changement, c'est maintenant. Tout de suite ? Pas si sûr. La réponse de Bouteflika ne s'est pas fait attendre: " ... Les blessures qui en ont résulté pour les Algériens sont profondes... "

Folie passagère 1261.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

24 commentaires:

  1. N'est pas Guaino qui veut.

    RépondreSupprimer
  2. Avant 1830 et la sinistre colonisation française, l'Algérie en tant que pays n'existait pas. Elle n'était qu'une possession ottomane peuplée d'environ 3 millions de sujets du sultan. La mortalité infantile était énorme, l'instruction quasi inexistante, l'économie que dire sinon qu'on peinait à en distinguer le moindre début, activité côtière mise à part, ce qui impliquait le piratage et la mise en esclavage des chrétiens. Bien évidemment, l'idée même d'un peuple algérien était inexistante, tant au niveau de l'administration ottomane qui se serait gondolée à son énoncé, qu'au niveau de la population, étant entendu que d'une vallée à l'autre on regardait l'Autre comme un type étrange avec des coutumes bizarres.

    Oh bien sûr, nous n'avions rien à foutre là-bas. L'intelligence aurait consisté à leur mettre une bonne tawa militairement parlant histoire de leur montrer qui est le patron et foutre le camp. A la limite nous aurions pu garder un petit bout de terre pour y laisser une base militaire et navale histoire de leur faire perdre l'envie de recommencer. Mais bon, nous y sommes allés, nous sommes restés. Nous avons créé des routes, des écoles, des hôpitaux. Créé une véritable administration. Permis à la population de croître au point que les algériens sont aujourd'hui 11 fois plus nombreux qu'à l'époque. Nous avons mis les terres en valeur, fait sortir des vergers là où il n'y avait que du désert. Nous n'avons donc pas à rougir de l'oeuvre française en Algérie.

    Nous leur avons donné l'indépendance alors que nous étions militairement maîtres du terrain, que nous avions décapité le FLN et l'ALN au point que les négociateurs envoyés par ces groupuscules terroristes ne représentaient guère qu'eux-mêmes.

    Observons maintenant les réalisations de la république d'Algérie. Corruption à tous les niveaux, incapacité à lutter contre l'ennemi intérieur islamiste, chômage endémique, système de santé moribond et corrompu, système scolaire anecdotique. Les libertés individuelles, oui, mais où ? Passons sur l'économie, il faut savoir se montrer charitable. A part la rente gazière et un peu pétrolière, encore qu'il fasse partie des pétroles les plus chers au monde, le pays n'a quasiment rien qui puisse passer pour une économie moderne.

    Comme toutes nos anciennes colonies, l'Algérie ne survit que grâce aux transferts de cash entre la France et le bled, qui est du fait des algériens vivant ici. Leur indépendance ressemble fort à celle du mendigot qui tend la main dans nos rues. Il y a de quoi fanfaronner. Ils ont voulu l'être et au final ils sont incapables de se demmerder par eux-mêmes. Qu'ils crèvent. Nous ne leur devons rien et nous n'avons strictement aucun devoir envers ces gens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchack: bon, ben voila un résumé sommaire et expéditif mais plein de vérités ! Si, si ! Le problème c'est que la socialie ne l entend pas de la même oreille. Tous les problèmes de l'algérie ne sont qu'héritage de la perverse colonisation te diront-ils. méchants colons qui effectivement, le jour où il a mis le pied là-bas aurait mieux fait de se casser la patte !

      Si tu veux mon avis, hollande ne rêve en la matière que d'une chose: faire au nom de la France amende honorable. Un truc dont on se souviendrait dans les livres d histoire ! Mézavi que ce n est pas gagné

      Supprimer
    2. allons bon , voila que j apparais comme anonyme !!

      Supprimer
  3. Je n'ai pas fait le compte, mais il me semble bien qu'un nombre remarquable de personnalités politiques de premier plan, particulièrement à gauche, sont nées en Afrique du Nord.
    Ceci explique peut-être en partie cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @aristide: ceci explique sans doute cela sans omettre et sauf erreur de ma part que les pontes algériens appartiennent à l internationale socialiste

      Supprimer
    2. Non, je suis né au Maroc mais je suis français, fier d'être français (malgré tout), et fier de mon Pays. Et je ne crois aboslument pas que l'avenir de notre pays dépend de l'Algérie ou du Maroc !!

      Supprimer
  4. Exact , mon cher Corto, comme feu Kadhafi et autres dictateurs arabes récemment boutés hors de leur pays.

    RépondreSupprimer
  5. Si j'ai bien lu ton billet, t'es pour la négation de certains faits historiques. je comprends mieux pourquoi la moitié des jeunes (au moins) n'a aucune connaissance sur la tragédie du Vel' D'hiv par exemple...

    Révisionniste? Lamentable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @bembelly: ah ben si je m'attendais à un truc un peu à coté de la plaque, je dois dire que tu ne m'a pas déçu !
      Et je confirme tu na pas bien lu mon billet. A aucun moment, je parle de négation de quoi que ce soit et surtout pas à propos de l'Algérie.
      Disons pour faire simple, et ce n est pas le 1er billet que je f sur le sujet, je demande juste que le devoir de mémoire et la repentance se fassent de manière réciproque et avec le respect des vérités historiques. Ce qui ne transpire pas du tout dans la dialectique socialiste sur ce sujet précis.

      Tiens,le jour ou un socialo reconnaitra que l'Algérie n'éxistait pas ni politiquement ni géographiquement avant l'arrivée des Français ou bien que la colonisation a eu aussi des aspects positifs ou bien que des enfoirés, y en a eu des 2 côtés, je me dirai, enfin, on progresse !

      Supprimer
    2. Je suis né dans un pays dit "colonisé", le Congo. Évite d'aborder les sujets qui te dépassent...
      Amitiés.

      Supprimer
    3. @bembelly: Quel est le rapport avec le billet ?
      on frise le "point Pulvar" avec ton commentaire...

      Supprimer
    4. Ah oui, ce pays qui a été volé aux pygmées par les bantous. Comme quoi,la paille, lapoutre, étoussa...

      Et puis il faudrait savoir de quel Congo nous parlons. De celui qui a été colonisé par les belges ou del'autre qui l'a été parles français. Car il me semble que le roi Léopold n'a pas eu la main légère.

      Ceci dit, pour reprendre l'adresse de Serge de Beketch à Mouloud Aounit, si les français sont si racistes que cela, puisqu'ils n'ont rien apporté aux peuples colonisés,la meilleure manière de punir ces affreux xénophobes consisterait à quitter la France pour les laisser entre eux. Et bien sûr prévenir les candidats à l'immigration que la France est un enfer où l'on ne peut être que malheureux.

      C'est vrai qu'être libre et mendier des aides internationales, compter sur l'Occident pour les campagnes de vaccinations, de démoustication pour lutter contre le paludisme, etc., c'est une vision saine de l'indépendance.

      Nous ne vivons décidément pas dans le même monde.

      Supprimer
    5. @koltchack: stp, ne fais pas peur à mon petit troll gauchiste préféré, il montre les dents dès que l'on touche de près ou de loin aux immigrés, aux gens de couleur, à la négritude... étoussa. Je crois qu'en plus, il "détient" la Vérité...enfin, la sienne.

      Supprimer
    6. Ce serait plutôt son avatar qui me ficherait les chocottes. On dirait un vétéran Mau-Mau ou katangais.

      De bien belles pages de l'histoire de l'Afrique.

      Supprimer
    7. @koltchack: ah oui, ce bon petit casque colonial sur la tête ( c'est lui en vrai ) !

      Supprimer
    8. Bembelly connait il au moins l'histoire du pays d' Afrique d'où il se réclame.

      Supprimer
    9. @grandoas: on se le demande !

      Supprimer
  6. 51% de Français? Ah bon? Même pas 40% de ceux qui sont en âge de voter!
    Je suis bien content de ne pas avoir voté. Les déclarations de F. Hollande n'engagent que lui: il ne m'a pas demandé mon avis et il ne parle ni n'agit en mon nom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: entièrement d'accord avec toi si ce n'est que lui est président, donc il fait comme il veut avec ou sans ton consentement

      Supprimer
    2. Oui, sauf que logiquement, si j'en crois la légende républicaine, il est censé représenter le peuple français dans son ensemble, la grâce de l'accession à la fonction étant censée l'extraire de toute considération partisane.

      Même la légende du Père Noël est plus crédible que cette pitoyable pantalonnade.

      Supprimer
    3. @koltchack: nous sommes bien d'accord: " selon la légende républicaine "

      Supprimer
    4. la loi de la république est la loi. Un petit cours d'arithmétique toutefois.
      51,6% de 74% des inscrit qui se sont exprimés font.........34 %.
      Hollande engage les regrets de 34 %.Sans compter que mon père doit se retourner dans sa tombe en ce moment.
      Charente

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique