vendredi 6 juillet 2012

Au boulot, femmes: balayez !


Allez, hop, du balai, les gonzesses ! Oui, vous avez bien lu, il est enfin temps que les femmes prennent le balai et s'en aillent nettoyer les rues et les trottoirs de nos villes. L'information m'a paru saugrenue: je n'ai jamais vu, chez moi en France, de femme cantonnière ou balayeuse. D'ailleurs, si l'on tape sur Google images " balayeur de rue ", il y a tout plein de mecs entrain de balayer; mais si tu tape " balayeuse de rue ", il n'y a que des photos de grosses machines. Si c'est pas une preuve, ça !

C'est toujours des mecs que l'on  voit balayer, non ? Ce qui somme toute est assez discriminant, n'est-il pas ? Je me demande même pourquoi les pétroleuses de la cause féministe ne se sont pas saisies plus tôt de ce combat pour le droit des femmes à faire le même boulot que les hommes: en l’occurrence, balayer. Y a pas de raison qui tienne, elles ont le droit. A moins que certains métiers ne soient pas dignes de la gente féminine... Parité, chérissons ton nom...plus ou moins.

Et bien la Mairie de Perpignan semble prendre cette anomalie à bras le corps en réfléchissant à la mise en place d'une brigade 100% féminine de balayeuses cantonnières. Il s'agirait selon monsieur le Maire, M. Pujol, de " gagner le match de la propreté " ! Sous-entendrait-il par là que les hommes, jusqu'ici employés à cette noble tache, ne feraient pas le boulot correctement ? Si tel était le cas, n'y aurait-il pas une tentative de stigmatisation, voire de discrimination, vis à vis du mâle balayeur ?

Bref, M. Pujol croyant bien faire se retrouve enfermé dans un combat sans fin. Car résumons-nous, il prévoit de créer des emplois pour une ville plus propre. Des emplois féminins. Et aussitôt la bronca des femelles féministes locales de s'insurger: " En tant que féministe, je serais flattée que l’on pense aux femmes pour beaucoup de fonctions, mais pas pour les cantonner au balayage. " déclare l'adjointe Ripoull. Et pourquoi donc les femmes ne pourraient-elles pas balayer, je vous le demande. Les employés mâles de la commune y voient une atteinte à leur pré carré habituel et " une remise en cause de leur efficacité ", signifiant ainsi leur refus de se voir déposséder peu ou prou de leur taf !

Bref, nous le voyons, il y a de la stigmatisation et de la discrimination à tous les étages, ça valdingue à Perpi ! Voilà où nous mène parité et égalitarisme forcenés

Quel imbroglio à la con ou à la catalane, allez savoir !

Une seule solution, qu'un comité de pilotage avec un chef de projet soit mis en place afin de régler la question avant que les choses ne dégénèrent. Najat Vallaud Belkacem, ministre des Droits des Femmes, pourrait piloter la concertation. Cela l'occuperait et lui éviterait de dire des conneries bêtises.

Folie passagère 1244.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

30 commentaires:

  1. mais mais mais, non Môssieur ! je te signale que nous avons des balayeuses nous dans le 19 eme ! la régie de quartier emploie des femmes qui font le ménage des trottoirs, c'est pas pour ça qu'ils sont plus propres, mais par contre, elles bossent ! on ne les voient pas accoudées néligement sur leur balai entrain de fumer une clope

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil et Grandpas: des balayeuses a Paris ??? Possible mais sûr que ce sont des affidées à Delanoé ou des encartées au PS ou à la CGT: Ne travaille pas qui veut aux services de la Mairie de Paris !

      Supprimer
    2. les régies de quartiers sont bien entendu des pompes à fric et sont largement subventionnées par le ville et la région mais les gens qui y travaillent ne sont pas spécialement des affidés et ne font pas parti du personnel de la ville; ils ont des contrats aidés temporaires dans le cadre du retour à l'emploi, à vrai dire, ce sont des galèriens corvéables à merci !

      Supprimer
    3. @boutfil: corvéables a merci , je veux bien le croire. Mais ne me dit pas qu il ne faut pas montrer patte blanche pour bosser de près ou de loin pour la mairie de Paris. Si ?

      Supprimer
    4. dans les régies, si tu clames pas que tu es à droite toute, ça peux le faire mais ce sont en majorité des africains et de rebeux qui y bossent, on sait pour qui ils votent ! ça leur permets de monopoliser les HLM

      Supprimer
    5. @boutfil: Qu'est-ce que je disais ! :)

      Supprimer
  2. Pardonnez-moi, mon cher Corto, de faire un hors sujet, pour une fois.
    Mais finalement et à la réflexion peut-être moins qu'il n'y paraît.
    Votre histoire catalane m'a irrésistiblement fait penser à une autre.
    C'était du temps de mon adolescence et nous admirions beaucoup une de nos voisines dont on dirait aujourd'hui qu'elle était un véritable canon.
    Or les grandes personnes ne l'appréciaient guère car elle avait, comme elles disaient, mauvais genre.
    Et pour enfoncer le clou, Reine notre bonne ricanait sur son déhanchement spectaculaire : "Celle-là, si on lui mettait un balai dans le cul, elle balaierait tout le trottoir !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marianne, votre citation en appelle une autre : elle a un cul à gagner beaucoup et une tête à tout perdre (c'est méchant, je sais).

      Pour ce qui est de notre Premier sinistre, si s'étend au pays ce qui se fait à Nantes concernant la prostitution, les nuits risquent d'êtres plus belles que nos jours.

      Enfin, si on aime.

      Supprimer
    2. "Enfin, si on aime."
      J'en conclus, Al West, que vous aimez.
      Car ici il n'était pas question de gagner avec son cul, mais bien de balayer le trottoir.

      Supprimer
    3. @marianne: et bien imaginez ne serait-ce qu un instant que le balai soit arrivé à destination, on en parlerait encore dans les chaumières.

      @al west: je ne la connaissais pas, mais elle peut aussi s'appliquer aux hommes, non ?

      Supprimer
    4. J'en conclus, Al West, que vous aimez. Et bien c'est que je me suis mal exprimé, Marianne, car je n'ai jamais essayé -j'ai cru comprendre que vous parliez du balai dans l'cul.

      Je déteste passer le balai (auquel je préfère l'aspirateur, que je pratique régulièrement, lui).

      Quant à la prostitution, je n'ai jamais essayé non plus, et tout ce que j'en sais, ce sont les malheureuses qui tapinent à chaque rond point de notre bonne ville. Et Dieu sait qu'ils sont nombreux.

      Supprimer
  3. Comme Boutfil, je confirme, la Mairie de Paris emploie des femmes pour nettoyer les trottoirs.

    RépondreSupprimer
  4. Ubuesque et drôle. C'est vrai dis donc qu'ont entend assez peu les féministes revendiquer le droit aux sales boulots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jevous arrête: totalement ubuesque, c'est ça qui m a amusé dans cette histoire; Quant aux féministes, je n en dirai pas plus des fois qu elles trainent ds le coin

      Supprimer
  5. En revanche, je reconnais que la position de l'adjointe est risible.

    RépondreSupprimer
  6. Et des proctologuesses ? Vous en connaissez beaucoup, des proctologuesses ? Non, hein ! Alors, allez réparer des trous du cul, les filles, et après on causera !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @didier goux: tout dans la délicatesse mais bien vu !

      Supprimer
    2. Je n'ose pas vous contredire, car je ne connais pas plus de proctologues que de proctologuesses et je n'ai pas trouvé de statistiques concernant leurs effectifs (j'avoue que je n'ai pas bien cherché).

      Ce que je sais par contre, c'est que les nanas sont souvent de "corvées de chiottes" pour parler vulgairement, et que les Dames pipi sont rarement des hommes.....:-))

      Supprimer
  7. Je sens que je vais remporter un franc succès avec ma poignée de secondes de misogynie: "Enfin un travail à leur portée !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchack: Méfi ! Najat et toute la clique féministe vont te tomber dessus

      Supprimer
    2. Mon rêve. Être assailli par une meute hurlante de viragos brûlant leurs soutifs.

      Supprimer
    3. elles en mettent pas, ça fait bourge

      Supprimer
  8. Boutfil, moi non plus je ne connais pas les balayeuses de Paris. Jamais vues!
    En revanche, moi Mesdames Messieurs, je connais les suceuses de l'Ouest. et ce n'est même pas ce que vous croyez bandes de tortueux!
    http://coteboulevard.com/wp-content/uploads/2011/03/suceuses-de-l-ouest.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @LO: Puisqu ns sommes ds le grivois, je les connaissais tes Suceuses et crois moi, je ne m y suis jamais intéressé ! :)

      Supprimer
    2. Grivois? Point du tout! Les Suceuses sont de braves travailleuses on ne peut plus honnêtes.
      Allons allons :)

      Supprimer
  9. Eh bien, pendant que vous êtes tous au boulot, qui à balayer, qui à aspirer, qui à sucer, moi, je vous tire ma révérence parce que je pars en vacances !
    A très bientôt et bonnes vacances à tous ceux qui vont en prendre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors bonnes vacances, chère Marianne. Et si vous trouvez le soleil, pourriez-vous orienter votre rétroviseur vers l'ouest ? Ce serait vraiment une délicate attention.

      Supprimer
    2. @marianne: ça devient une addiction les vacances chez vous ! profitez en bien et si vs voyez du soleil, envoyez !

      Supprimer
  10. Bonjour Corto,
    Bonjour à tous,

    Là, vous serez peut-être surpris mais je vais aller dans le sens de Koltchak, avec sûrement un état d'esprit différent, bien que la malice de la provocation ne m'ait pas échappée.

    Il est où le problème ? Pourquoi ces emplois de balayeurs seraient-ils réservés à la gente masculine ?

    Reconnaissez que dans les foyers français, les balais sont plutôt dans les mains des femmes (au doigt mouillé, je dirai à 70 %). Balayer est donc une activité qu'elles maîtrisent parfaitement.

    Il est évident que toutes les femmes ne peuvent malheureusement pas avoir des emplois prestigieux. Dans la vraie vie, elles sont nombreuses à exercer des boulots parfois bien pire que celui-là.

    Par contre je suis moins d'accord pour une brigade 100 % féminine parce que déjà, le code pénal interdit la discrimination au travail en raison du sexe, et ensuite, un mélange d'hommes et de femmes me paraît plus sympa. Peut-être que chacun trouverait sa chacune et qu'ils nous feraient....... plein de petits balayeurs. Ca, c'était la version optimiste :-))

    En version pessimiste, le risque est que les femmes se tapent 80 % du balayage et que les hommes les regardent faire....

    En conclusion, l'idéal serait une brigade mixte, à égalité de travail et de salaires, avec des balais rose comme au pays des bisounours.....

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique