jeudi 12 juillet 2012

Peugeot: Une surprise ? Non, juste une posture politicienne.


C'est le coup de bambou du jour: Peugeot va fermer en 2014 son site d'Aulnay et annonce la suppression de 8 000 emplois en France. Et tous les degauches de s'en faire des gorges chaudes, de crier au scandale, mais pire encore, de s'en étonner. N'en déplaise à toutes ces bonnes consciences, ce n'est en fait une surprise pour personne, absolument personne. Ou tout du moins, pas une surprise pour ceux qui savent écouter, regarder et s'informer.

1) Les premières manifs pour protester contre la fermeture d'Aulnay remontent à octobre 2010 et janvier 2011.

2)  En 2011, le cours de l'action Peugeot avait reculé de 61%; pour perdre encore 30% depuis le début 2012. Les ventes du groupe ont baissé de 15% en Europe sur le premier semestre.

3) Depuis 10 ans, Peugeot voit ses volumes baisser alors que dans le même temps, ses coûts de production n'ont cessé d'augmenter.

4) Contrairement à Renault qui assure une bonne part de sa rentabilité avec Dacia, Peugeot n'a pas voulu se lancer dans le low-cost.

Bref, tous ceux, du gouvernement aux syndicalistes en passant par les contempteurs du capitalisme, les éditocrates ou les blogueurs de gauche qui aujourd'hui feignent l'étonnement et expriment de la colère quant à ces annonces  sont soit malhonnêtes, soit très mal informés. hollande lui-même, inquiet, avait été pendant la campagne sur le site d'Aulnay. Quant à ceux qui s'offusquent qu'on en soit arrivé là alors que l'Etat avait largement aidé le groupe, n'omettons pas de dire que ce dernier a remboursé intégralement les sommes prêtées avec intérêts.

Que l'annonce de ces suppressions aient été différées pour des raisons électorales, c'est fort possible et alors ? C'est hélas, un peu le jeu. Que la direction ait commis des erreurs stratégiques, possible aussi mais c'est une entreprise privée libre de ses choix. Que tout cela provoque détresse, et colère - mais aussi résignation - des quelques 8 000 personnes concernées, sans compter les sous-traitants, c'est parfaitement compréhensible. Par contre, la pseudo colère et l'étonnement feint de tous les autres n'est que pure posture politicienne.

Tous les effets de manche et envolées lyriques de Montebourg et consorts n'y changeront rien, la chose était prévisible et pose de manière cruellement évidente le principal problème de notre économie et de notre industrie: la compétitivité.

Folie passagère 1254.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

6 commentaires:

  1. Pour sauver PSA il suffirait de réduire les charges de 10% ou 15%...

    C'est simple mais pour nos dirigeant cela semble compliqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais il leur manquerait pas mal de fric pour chouchouter leur clientèle d'assistés sociaux, etc.

      Supprimer
    2. @skandal: 10 à 15 % ? exactement comme l écart de coût horaire entre la France et l Allemagne ? ^^

      Supprimer
    3. en même temps, on ne peut pas empêcher la circulation dans les villes et les campagnes sous prétexte d'écologie et avoir une industrie florissante de ce côté là, il faut réduire les Co machin, augmenter le prix de l'essence et il faut moins de bagnoles partout, faudrait savoir si les fabriques de vélos et de patins à rouletes vont embaucher les gens de PSA , on peut pas avoir le beurre et le cul du crémier

      Supprimer
  2. Peugeot fabrique des autos ?

    Ah bon ?

    http://reflets.info/comment-jai-decouvert-que-psa-fabriquait-des-automobiles/

    Pussy

    RépondreSupprimer
  3. you are actually a good webmaster. The site loading velocity is amazing.
    It seems that you're doing any distinctive trick. Moreover,
    The contents are masterwork. you've performed a
    magnificent task on this topic!

    Look at my weblog :: bieber tours

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique