samedi 21 juillet 2012

Hollande et Montebourg ? De dégoûtants personnages...


Au moins l'aurai-je écrit; j'ai trouvé les comportements de l'hollande et du montebourg particulièrement nuls, grossiers et non avenus dans cette affaire Peugeot-Aulnay. Les commentaires de Moi-Je-Président lors de son soliloque du 14 juillet ou ceux de montebourg n'étaient vraiment pas à la hauteur des fonctions qu'ils sont censés incarner. Tout juste auraient-ils pu sortir de la bouche de syndicalistes cégétistes. 

Effets de manche, désignant comme bouc-émissaires Varin et la famille Peugeot, tentant de les jeter en pâture à la vindicte populaire, ces deux personnages, hollande et montebourg, ont fini de me dégouter totalement. L'un comme l'autre étaient parfaitement au courant de la menace du plan de fermeture et de licenciements à Aulnay. L'un comme l'autre ont pendant la campagne présidentielle rencontré les ouvriers de Peugeot. L'un comme l'autre, qui rappelons-le n'ont jamais bossé de leurs vies dans une entreprise industrielle, jouent les indignés devant ces vicissitudes de la vie économique; ils voudraient apparaître comme les uniques sauveurs potentiels du groupe Peugeot mais n'apparaissent en fait que comme de vulgaires et ridicules don quichottes.

Qui sont-ils ces 2 nigauds pour juger de la stratégie d'une entreprise ?  Qui sont-ils pour instiller le doute sur les capacités des dirigeants de Peugeot, allant jusqu'à jeter petitement l’opprobre sur l’ensemble du management de l'entreprise ? Qui sont-ils ? Rien. Juste un président pas bien élu, juste un jeune ministre sans expérience; deux hauts personnages totalement démunis et sans moyens face à ce genre de situation. 

Peugeot, entreprise privée, n'a pas à servir de prétexte pour justifier d'une quelconque politique gouvernementale. Peugeot ne peut servir d’exutoire anti-patrons, anti-riches, anti-capitalistes, anti-droites  dont ces guignols sont si friands. La première démarche devant l'ampleur de ce " choc national " eut été non pas de convoquer les dirigeants de Peugeot comme l'on convoque des gamins pris en faute mais bien plutôt de prendre le temps de la réflexion et de l'analyse, le temps de la concertation si chère à l'hollande... Au lieu de cela: le mépris et l'arrogance jusque dans la désignation d'un expert pour aller auditer le groupe, une façon d'insinuer que le management de Peugeot en est dépourvu... d'experts.

Ils voudraient déstabiliser plus encore Peugeot qu'hollande et montebourg n'auraient pas à s'y prendre autrement.

J'attends de voir quel sera le plan de sauvetage montebourgeois prévu pour cette fin juillet. On parle d'une aide massive aux véhicules propres, d'un encouragement à l'achat, d'un super-bonus... Ces petites choses que nos gauchistes à deux balles critiquaient il n'y a pas si longtemps... Tu parles Charles !  Les dirigeants de Peugeot, ils s'en cogneront de ce plan que d'aucuns jugent déjà fumeux. La seule chose qu'ils attendent ( en pure perte ? ), ainsi que tous leurs collègues chefs d'entreprises, c'est que ce gouvernement de branquignols leur donnent les moyens d'accroître la compétitivité de nos entreprises. Ni plus, ni moins .

Sarkozy avait réussi le tour de force de me rabibocher avec la politique. hollande et son équipe ont réussi à m'en dégoutter en moins de deux mois. Jolie performance !

Dégoûtant: adjectif. Qui provoque le dégout, la répugnance et l'aversion, qui cause des déceptions.

En ces sens, je considère que hollande et montebourg sont de dégoûtants personnages.

Folie passagère 1265.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

54 commentaires:

  1. Moi c'est Ségolène qui avait réussi à me réconcilier avec la politique.
    Et le premier qui dit "entre bêtes on se comprend" je le sèche sur pied !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @estelle92: tu écris au passé , j en conclu que hollande t en a désintéressé.
      Et pi, pour me secher sur pied, t as pas vu le morceau, y a du boulot :)

      Supprimer
    2. Tu as tout compris !
      Rapides, les gens de droite...
      Je me remets à l'économie, que je n'aurais jamais dû abandonner.
      PS : une tiote photo récente ?

      Supprimer
    3. @estelle92: une photo ? et pi koi encore :) 1m85 et 100kgs :)

      Supprimer
  2. Et le plus triste, mon cher Corto, est que ce que vous dites n'est même pas exagéré !
    Mais parfois, à vous lire, je tremble pour vous.
    Que tous ceux qui pourraient vous nuire sachent que je suis bien d'accord avec vous.
    Car il faut tout de même rappeler que Renault qui a délocalisé Billancourt il y a vingt ans, ne fabrique plus que 23% de ses voitures en France pendant que PSA continue à en fabriquer 44%, d'où ses problèmes actuels.
    Mais nos politiques de gauche après ceux de droite continuent à penser que la France peut s'en sortir sans comprendre que nous sommes pris dans un flux qui s'appelle la mondialisation et que plus personne n'en a rien à foutre du "Made in France" ni d'ailleurs.
    Ce que les gens cherchent c'est le meilleur rapport qualité-prix, que les automobiles leur donnent le maximum de sécurité, de longévité, pour le meilleur prix, et si possible qu'ils arrivent encore à pouvoir facilement les négocier lors de la revente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marianne, c'est brillant! Heureusement que la femme a pu s'émanciper, sinon on vous aurait relégué à la popote, et s'eut été dommage, sincèrement...

      Supprimer
    2. @marianne: ne tremblez pas. J'en ai vu d'autre ! :) Dire ce que l'on pense devient cependant difficile.
      Ne me parlez pas de mondialisation, ça me fait encore penser à ce montebourg qui souhaite " demondialiser " les télécoms en demandant aux opérateurs de rapatrier leurs centres d'appel même s'il en coute aux consommateurs ! Un comble !
      Ils n'ont rien compris et pourtant ça parait évident: mettre tout en oeuvre pour favoriser le développement des entreprises françaises en France ou a l international.


      nb: je ne sais quoi penser du com d'Ernest, je vs le laisse :)

      Supprimer
    3. Corto, je veux bien croire qu'en cas de perte de votre anonymat, des hordes de crétins recalcitrant à votre bon sens viendraient vous empaler le fion avec le gode réplique du sexe de Rocco magnotta.

      Avez vous déjà eu chaud (ailleurs qu'au sauna)? Recevez vous des menaces?

      Supprimer
    4. Mais il est bien ce com d'Ernest, mon cher Corto, à part qu'il confond les pronoms personnels et les démonstratifs.
      Mais que voulez-vous : nobody's perfect !

      Supprimer
    5. J'avais écrit mon 19:21 avant d'avoir lu son 18:00 à l'Ernest.
      Je n'ai pas de conseils à vous donner, mon cher Corto, mais là, il convient de dépolluer vite fait bien fait !
      Il ne faudrait jamais faire confiance à ceux qui confondent les pronoms personnels et les pronoms démonstratifs !

      Supprimer
    6. Je voulais dire "son 19:18"

      Supprimer
    7. @ernest: mon anonymat n'est pas dur à lever pour qui s'en donnerait la peine.Des menaces, oui. Des sommations d'avocats à retirer des billets, oui par trois fois. Des insultes, très souvent. Du boycott de la part de certains, du déréferencement de certaines blogrolls, aussi. mais j ai jamais cédé ! na !
      Pour le reste, de la meêm façon, je f ce que je veux de mon fion mais ça, je n en parle pas.

      Supprimer
    8. La liberté d'expression n'est plus ce qu'elle était...

      Supprimer
    9. La liberté d'expression n'autorisant pas toutefois la vulgarité.

      Supprimer
    10. Ben quoi, c'est la nature.

      Supprimer
    11. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    12. Spéculation

      De la même manière que des apprentis sangsues en finances spéculent nous les beotiens et autres quidams aimons spéculer au verbiage à la vitesse de l'éclaire, sans connaître un sujet la marge d'erreur et la prise de risque restent monumentaux :

      http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=13&messageid=2182538&threadid=2182538

      Supprimer
  3. Moi aussi j'ai voté Ségolène et j'en suis fier! Cela dit aux dernières élections j'ai voté FN sur un coup de tête. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Sans doute un bref moment de lucidité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ernest: Voter FN sur un coup de tête ... Bien, bien, bien, ça fait peur effectivement

      Supprimer
  4. Bon c'est pas le tout, faut que j'aille me pomponner, j'ai rencard ! A plus tard ou a demain

    RépondreSupprimer
  5. A titre d'information s'alliant avec GM sur proposition de la direction et validé par les actionnaires PSA s'est interdit un volume de vente en Iran égal à ce qui lui manque aujourd'hui.

    Or donc les deux entités décisionnaires ont joué et perdu, mais qui paye ? Qui ? Les salariés bien sûr !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Unknown ( Yanick rivière ? ): Ce sont les suppositions d'un délégué syndical CGT qui affirme que les difficultés de Peugeot viendrait de l'abandon par la marque du marché iranien. La décision de cet abandon a été prise, sur pressions politiques européennes et internationales et plus spécifiquement américaines, en février de cette année. Or, ns le savons aussi grâce à des fuites que le plan de fermeture d'Aulnay a été pris dès octobre 2011. Il y a donc un truc qui coince à affirmer que les 2 choses seraient liées.

      Supprimer
    2. @Unknown: tiens je rajoute cela piqué au Point: " Toutefois, le départ de Peugeot d'Iran pourrait n'avoir qu'un impact relativement limité sur la marque. Selon Le Monde, la perte du marché iranien ne correspondrait en réalité qu'à un manque à gagner pour Peugeot de 640 à 850 millions d'euros. Soit une part dérisoire de son chiffre d'affaires en 2011, qui s'élève à 42,7 milliards d'euros."

      Par ailleurs la cessation d'activité en Iran n'impacte que les 116 employés de l'usine de Vesoul dont il a été annoncé qu ils seront tous reclassés

      Supprimer
    3. 116 employés réalisaient "de 640 à 850M€" de CA (ou de résultat...) ? Fichtre ! Qui dit mieux, les Chinois ?

      Supprimer
    4. @estelle : mais non, mais non, les 116 employés produisaient, les véhicules étaient expédiés en Iran ou ils étaient vendus. Ces 111 salariés n 'étaient que pour 1 partie de ces 640 à 850 M ! Capice ?

      Supprimer
    5. Je ne comprends toujours pas le calcul, y a un chaînon manquant là, non ?

      Supprimer
    6. @estelle: c'est pas grave, va. :)

      Supprimer
  6. "qui sont-ils? rien" ouah. Je me prosterne à vos pieds, Dieu le père qui êtes si puissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @emmanuel: Bienvenue ici et bonjour chez vous !

      Supprimer
  7. A ce point de la discussion, il me semble intéressant de rappeler quelques faits.

    La société Peugeot a été une des premières entreprises françaises à mettre en place, en 1811, un système de pension pour les veuves de ses ouvriers, par la suite elle a créé une assurance mutuelle sociale en 1853, elle a construit en 1870 un hôpital ouvert à tous ou ses ouvriers pouvaient se faire soigner gratuitement, elle a créé une caisse de retraite en 1876, elle fournissait également des logements à bas prix à ses employés.

    La raie publique n'a pas vraiment de leçons de morale à donner, mais visiblement bien plus à recevoir. Ils pourront d'ailleurs la ramener lorsqu'ils auront créé quelque chose en ayant investi de leur propre argent. Pour l'heure, ils jouent avec l'argent public, et sont payés avec ce même argent. Quant aux Peugeot, leur fortune est investie dans l'entreprise. Ils risquent donc plus qu'un Hollande ou qu'un Montebourg.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La société Peugeot existait sous Napoléon ? Ils ont donc inventé l'automobile ? On ne me dit rien à moi..

      Supprimer
    2. @estelle ben oui, va falloir te mettre et à l'histoire et à l'économie. les moulins à café Peugeot, les poivriers peugeot, les outils Peugeot, les cycles peugeot...ça ne te dit rien ?

      Supprimer
    3. Autant pour moi, désolée d'avoir eu la flemme d'aller sur Google

      Supprimer
    4. @estelle: mais le piure, c'est que je n ai meme pas été sur google !

      Supprimer
  8. Bonjour Corto.
    ça me gêne que l'on s'attaque aux personnes en les traitant de "dégoûtants personnages". Mais bon la parole est libre n'est-ce pas ? Juste un petit rappel : Peugeot aurait (ce qui ne semble pas démenti) bénéficié de l'argent public... laisser autant de personnes sur le carreau (en attendant bien sûr que les élections aient eu lieu) n'est-ce pas dégoûtant cela aussi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'état a en effet prêté de l'argent à PSA et Renault, en 2009, qui a été remboursé depuis avec intérêts. Cela n'a donc rien coûté au contribuable.
      Les ventes du groupe PSA ont chuté de plus de 15% sur les six premiers mois en Europe.
      Hors d'Europe, les ventes du groupe ont progressé sauf en Amérique latine (-21%).
      En Russie (+17%), en Chine (+7%), et dans le reste du monde (+12%).
      PSA, deuxième constructeur européen, a réalisé 39% de ses ventes hors d'Europe, contre 38% au premier semestre 2011.
      C'est dire s'il est urgent de maintenir, coûte que coûte, les emplois de PSA en France !
      Cette démagogie, si elle est efficace pour se faire élire ne résoudra aucun des problèmes qui se posent à l'industrie française, et c'est en cela que c'est dégoûtant !

      Supprimer
    2. @fanfanchatblanc: C'est bien pour cela que j'ai rajouté en bas de billet la définition du mot " dégoûtant " pour bien que l'on sache pkoi j utilisai précisément ce terme.

      Je rajouterai au com de marianne que le comportement d hollande et de montebourg porte préjudice à peugeot car ils les discréditent en les mettant plus bas que terre auprès des marchés. De mémoire, le jour de l annonce du plan , l'action avait gagné 3 ou 4%. la polémique qui a suivi lui en a fait perdre une 15 , à cumuler à la baisse de 60% constaté en 2011. Bref, le gouvernement n'a rien fait d'autre pour le moment que d'accroitre le risque d'1 OPA sur le groupe.

      Supprimer
    3. Et quoi ? Lorsqu'une ou plusieurs personnes sont méprisables, doit-on taire ses sentiments au seul prétexte que les gaziers en questions auraient une position publique ? Lorsque l'on ne veut pas se retrouver exposé à la critique, se voir mis en cause pour telle ou telle raison, on ne se pique pas de vouloir gouverner un peuple, on ouvre une épicerie.

      "Dégoûtants personnages", oui, je suis plutôt d'accord avec notre hôte. Comme je l'ai dit, quand on n'a jamais rien fait de ses 10 doigts, qu'on a jamais risqué le moindre centime de son propre argent dans des investissements et qu'en plus on ne vit que grâce à l'argent extorqué par l'Etat, il me semble que la plus élémentaire des décences consiste à ne pas trop la ramener. D'autant que les paris industriels de l'Etat, on peine à en trouver un seul qui ait été viable : Concorde, bel avion mais sorti au moment du choc pétrolier, le minitel sorti au moment de la sortie d'internet, le soutien inconditionnel à Bull, etc.
      Méprisables individus également. Lorsqu'un Hollande vient nous dire, les yeux dans les yeux, enfin dans la caméra, que l'Etat va soutenir Peugeot en achetant ses voitures, plus précisément les modèles hybrides, il y a là comme un foutage de gueule monumental. Et la procédure des marchés publics ? On s'en tamponne ? Faut-il comprendre que les prochains marchés seront bidonnés ? Je serais concurrent de Peugeot, j'aurais pris la précaution d'enregistrer ce passage.
      Enfin, Fanfanchatblanc, une entreprise ce n'est pas une succursale de l'aide sociale. Son but, c'est de produire, de vendre et de dégager des profits. Pas de donner du boulot parce qu'il faut absolument éviter le chômage à 8.000 types, même s'ils le valent bien.

      Supprimer
  9. Bonjour au Maître des Clés,
    Bonjour à toutes et à tous,
    Vus et lus de si loin, les pourfendeurs et les défenseurs semblent bien se positionner, chacun sur leurs cases de couleur respectives.

    Voici pourtant un Conseil de Surveillance et un Directoire qui, main dans la main, se félicitaient d’une responsabilité sociale de leur entreprise jamais défaillante. Enfourchant un solex blanc pour tracer deux cents pages de vertu, ils ont expliqué que la Firme était un si beau modèle de responsabilité et de concertation qu’elle faisait fi des politiques de rentabilité. Mais ils gardaient un œil vigilant sur les SIG et les prévisions. C’est étrange, cette attitude, du point de vue de la politique, car agissant ainsi, ils faisaient leur métier. Ils ont menti, car ce plan est connu et préparé depuis deux ans, ils ont menti car le tumulte nuit aux affaires. En politique comme en affaires, le bluff ne dure qu’un temps et il faut bien abattre ses cartes un jour ou l’autre. Voilà qui est fait. Les dirigeants s’indignent aujourd’hui qu’on leur parle d’incompétence et ils ont raison, car, stratèges, ils le sont. Mais il faut bien avouer que la virginale a utilisé un paravent de responsabilité sociale alors qu’elle n’est qu’une entreprise commerciale comme les autres. C’est bien normal, après tout. Mais qu’ils ne viennent pas se plaindre qu’on les traite de menteurs quand après un satisfecit quasi biblique de deux cents pages, ils annoncent un plan social sans la plus petite concertation, ni la moindre prévenance. Sur ce point, le solex blanc vire au gris. Ils dirigent une entreprise dont le but est le profit, ce qui est utile à leur Pays et respectable. Il est juste dommage de s’en être caché comme d’une maladie honteuse, tendant ainsi les verges pour se faire battre.

    Et, justement, voilà les politiques. Ces Messieurs ont un avis circonstancié sur la stratégie des entreprises. Alors que les comptes et rapports d’activité de l’une des plus grandes entreprises Françaises sont publics, ils découvrent, quand une usine ferme, que la stratégie menée depuis des années est mauvaise. C’est étrange comme dans les grandes et belles familles, on ne se souvient de la riche Tata que quand elle est sur son lit d’hôpital. Ces politiques vont envoyer un expert, de leur cru, coincé dans ses modèles macro-économiques tout en sachant, évidemment, qu’une entreprise, aussi grande fut-elle, ne répond jamais qu’à la micro. On en connait le résultat par avance, la carte stratégique est dessinée depuis longtemps : un plan social est sans doute utile mais il est déplaisant sur le plan national et humainement difficile pour ceux qui le subissent. Gageons que ce rapport d’expert fera, lui aussi, deux cents pages et sera fort bien rémunéré. Il n’y sera pas écrit que les dirigeants se sont faussement auréolés de vertus pour désamorcer par avance l’impact de leur annonce. Ce reproche serait fondé, car ils sont là pour ça. Il n’y sera pas dénoncé la méthode ni la forme, pas plus, d’ailleurs, que la naïveté coupable de ceux qui se prétendent aujourd’hui experts en entreprises. Il y sera écrit que sur le fonds, sur la gouvernance, s’ils avaient été à la place des dirigeants ils auraient fait mieux. Il y sera écrit qu’il aurait fallu gagner des marchés et réaliser des économies. Il y sera écrit qu’en dépensant moins et en gagnant plus, les résultats seraient meilleurs. Et nous serons admiratifs devant tant de pertinence, bien entendu, ne croyez-vous pas cher Maître des Clés ? Car, après tout, il ne faut de solutions. Il faut des têtes à couper.

    Il y a bien un souci avec l’intitulé du Ministère du redressement productif. En réalité, Monsieur Montebourg est un tératologue amateur qui croit qu’une exhibition sous un chapiteau coloré suffira à condamner et à solutionner.

    J’ai honte, mais je crois devoir lui suggérer de chercher les monstres ailleurs.

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @LOC:

      Nom d'une pipe en bois l'affaire doit donc être grave pour te voir, avec plaisir, revenir par ici.

      Je concède que les dirigeants de Peugeot n'ont pas fait dans la finesse lors de l'annonce officielle de ce plan. Néanmoins, peut-on véritablement parler de mensonge puisque, encore une fois, ce plan était connu depuis au moins octobre 2011. De tous. Les outragés d'aujourd'hui ne peuvent être que ceux qui depuis octobre, à dessein, ont joué les autruches.

      Comme tu l'écris soldes intermédiaires de gestion et autres comptes étaient à la disposition de n'importe qui. Et pas besoin d'être grand clair ou compable pour savoir qu une entreprise qui perd de sa valeur se dirige en toute froide logique vers des plans sociaux.

      Pour le reste de ton commentaire rien à ajouter, toujours aussi savoureux

      Supprimer
    2. Cher Maître des clés,
      Un grand merci pour cet accueil renouvelé. La courbure du monde et le comput civil ne sont pas propices aux contacts, je vous prie de bien vouloir me pardonner.

      Permettez-moi simplement de préciser qu'il n'y a pas, dans mon propos, de dénonciation d'un mensonge quant à la date de l'annonce. Je ne retiens que la teneur des rapports d'activité de cette entreprise. La gouvernance exigeait, sans doute, la discrétion, mais à cultiver l'image d'un ange social, ils ont jeté une pierre dans le jardin des tératologues. Qu'ils s'en servent aujourd'hui pour briser leurs vitres n'est pas surprenant et le Président du Conseil de Surveillance s'y attendait certainement bien davantage que son apparente indignation le laisse supposer.
      Les rouages de ce jeu que l'on nous joue depuis quelques jours sont bien huilés et chacune des parties en connait parfaitement les règles.

      Cordialement

      Supprimer
    3. minables?

      soyons sincères!

      Pour quoi ne pas aller au but dans les raisonnements?

      Le phénomène d'érosion de l'emploi dans les pays dits développés fait partie intégrante d'un projet globale, pour cela il aurait fallu que le beotien, le quidam ait l'intelligence et le courage de constituer une association mondiale capable de concurrencer en solidarité le "forum mondiale" où se réunissent exclusivement les grands patrons et fortunes de la terre.

      Lors que Sarkozy aura pris quarante milliards au contribuable, en contrepartie il a demandé la suspension de tout plan sociale jusqu'après la passation du pouvoir.

      Soyons intellectuellement honnêtes avec nous mêmes!

      Tant que le revenu du capital est plus rentable que le revenu du travail! aucune pays au monde aura des moyens pour endiguer les problèmes du chômage strictement liés au libéralisme malthusien.

      http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=73&messageid=2094656&threadid=2094656

      Supprimer
  10. Je vois qu'il y en a ici qui on beaucoup de temps pour faire des longs comms... Ils doivent être fonctionnaires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @minijupe: fonctionnaires , non , juste des passionnés

      Supprimer
  11. Je lis une frustration marquée dans la critique des fonctionnaires

    http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=140&messageid=2186688&threadid=2186688

    RépondreSupprimer
  12. Quand les énarques font de l'aviron.

    Actuellement se développent en France des sentiments anti-énarques qui peuvent paraître excessifs...
    Certains ne vont-ils pas jusqu'à préconiser la suppression pure et simple de l'ENA!
    Heureusement que l'actualité se charge de remettre les choses en place, telle l'aventure ci-après
    rappelant, s'il en était besoin, la puissance de raisonnement et de synthèse de notre corps d'élite.

    Lors d'une compétition d'aviron, l'équipe des énarques arrive une heure derrière une équipe
    universitaire !
    Après audit, le Comité Consultatif du Club Sportif de l'ENA constate :

    1 - que l'équipe universitaire était formée d'un barreur et de huit rameurs;
    2 - que l'équipe de l'ENA était constituée d'un rameur et de huit barreurs.
    La sphère de planification stratégique du Club Sportif de l'ENA décide que :
    1 - le rameur est promu chef d'équipe chargé de constituer l'équipage pour la prochaine compétition;
    2 - une commission étudie les moyens d'assurer une meilleur productivité du département aviron du
    Club Sportif.

    L'année suivante, le programme de restructuration ayant été mené à bien à tous les niveaux du
    département aviron, l'équipe de l'ENA arrive deux heures derrière l'équipe universitaire !!
    Un nouvel audit relève :

    1 - que l'équipe universitaire comptait, à nouveau, un barreur et huit rameurs;
    2 - que, conformément aux réformes engagées par la commission ad hoc, approuvées par la sphère de
    Planification, et après une vaste consultation des membres, la nouvelle équipe de l'ENA comprenait
    :
    - un barreur,
    - deux assistants barreurs,
    - cinq chefs de section,
    - un rameur.
    Le rameur se voit confier la direction d'un Bureau d'Etudes Aviron qui "en liaison avec les
    départements "Management et Recherches Ressources Humaines " élaborera une stratégie novatrice de
    développement des niveaux rendement et productivité de l'équipe d'aviron par modification des
    structures".

    L'année suivante, l'équipe de l'ENA est battue de trois heures par l'équipe universitaire !!
    L'audit établit :

    1 - que, refusant les acquis technologiques récents, l'équipe universitaire avait maintenu l'option
    traditionnelle : un chef d'équipe barreur et huit rameurs;
    2 - que l'équipe énarque, appliquant strictement les structures novatrices, alignait :
    - un chef d'équipe,
    - un consultant "Qualité",
    - un auditeur en "empowerment" (mise en conditions),
    - un "profiler"
    - un analyste process,
    - un ergonomiste,
    - un superviser senior,
    - un chrono-technicien,
    - un rameur.
    Un séminaire spécial de quatre jours, alternant séances d'innovation et de brainstorming, ayant
    constaté la persistante coïncidence de la défaite et du maintien d'un élément traditionnel dans
    l'équipe réformée, décide de supprimer le rameur.
    D'autre part, l'équipe sera composée d'une commission paritaire comptant des représentants du Comité
    Consultatif, du département Management, du département Recherche Ressources Humaines et du corps
    enseignant.
    Elle sera recrutée par contrat "outsourcing" (1) de manière à éviter toute friction syndicale, à
    s'affranchir des contraintes liées à la législation du contrat de travail, à l'application des 35
    heures et à éviter le surcoût des charges sociales .......

    L'année suivante ........la suite des aventures est laissée à l'imagination de chacun.

    (1) En fait "non énarques".

    RépondreSupprimer
  13. @Grandpas: l histoire est rigolote mais combien de boîtes fonctionnent hélas ainsi. C'était le cas par exemple d'Auchan qd j y bossai. Toujours plus de chefs que d'indiens. Les sachants n'étant pas forcément les plus réalistes.

    RépondreSupprimer
  14. J'adore les vidéos : j'étais écroulée de rire. :) :)

    Vous ne pourriez pas les prêter aussi à Opposition Républicaine ? Ce serait sympa. S'ils veulent bien les passer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En bas de page :"Hollande comme jamais vu" par Guidoni.
      La voix n'est pas trop juste, mais les gestes... et le reste ! :o) :o)

      Désolée pour l'anonymat. Je ne suis pas moderne, car 10 de + que vous ;)
      Internet, pour moi, c'est déjà dur. Alors les réseaux sociaux...

      C'est la première que je viens chez vous : grâce à votre commentaire vu sur OR (là, c'est facile pour moi ; alors, je signe Franzi).

      A part ça, j'ai trouvé super votre "complément" sur Peugeot.
      Et j'ai super aimé le manque de majuscule, justement là où il faut ! sur les dégoûtants. :)

      Supprimer
    2. Alors, pour les vidéos, c'est possible ou pas ?
      Merci d'avance.
      Je ris rien que d'y repenser. je ne m'en lasse pas ! :-)
      Allez, je regarde encore un petit coup avant d'aller au dodo.

      Franzi.

      Supprimer
    3. @Franzi: ah mais pas de problèmes ces vidéos ne m appartiennent pas et sont a la dispo de tous ici ou sur youtube ou dailymotion

      Supprimer
    4. Merci. :)
      Et à +...

      Franzi.

      Supprimer
  15. I do not even understand how I finished up here, but I assumed this publish was once great.
    I don't realize who you are however certainly you're going to a famous blogger
    in the event you aren't already. Cheers!

    Take a look at my web site - halloween costume

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique