mercredi 30 octobre 2013

Otages libérés ! Rançon payée ? Doctrine bafouée...


Les otages d'Arlit ont été libérés ! C'est super et tout le monde de s'en réjouir. Moi aussi.

Mais comme à chaque fois en pareille situation, il y a des choses qu'il vaut mieux taire, des sujets que l'on ne saurait aborder sans se faire taper dessus; sous peine d'être traité de mauvais coucheur ou de Dieu sait quoi... Soit !

Cependant, on ne peut s'empêcher d'évoquer deux choses. La première, c'est la concomitance de cette libération avec la séquence catastrophique qu'a subi le pouvoir ces derniers jours. On sait d'ores et déjà que cette libération était acquise dès jeudi soir dernier, comment dès lors ne pas s'étonner qu'elle n'ait été annoncée que hier soir, juste après l'annonce pitoyable de la suspension de l'écotaxe... On vous dira que c'était par prudence, attendre qu'ils soient vraiment à l'abri pour communiquer... Soit.

La deuxième, c'est la parution dès ce matin d'un article du Monde, parfaitement étayé, racontant par le détail les conditions de cette libération et évoquant le versement d'une rançon de 20 millions d'euros en échange des otages. 5 millions l'otage ! Sur la forme, personne n'osera s'offusquer du versement d'une rançon: la vie d'un homme, en principe et sous nos cieux, n'a pas de prix. Sauf que...

Sauf que Pépère l'avait annoncé, juré, craché, la doctrine, c'est: pas de rançon, on ne paye pas ! (même si l'on sait qu'il n'en ait jamais rien) Comment dès lors qualifier la parole présidentielle...

Peut-on quand on annonce, torse bombé, la main sur le cœur  ne jamais payer, payer quand même ? Comment admettre que l'on puisse payer, et donc financer, des terroristes dont on est certain qu'ils feront un "bon" usage de cet argent ? Et si tel est le cas, d'où vient l'argent? Le Monde nous dit qu'il proviendrait de fonds secrets de la DGSE ? Tiens donc, tout ne serait-il pas transparent en Socialie ?

Encore une fois - et nous sommes tous parfaitement conscient que nous ne connaîtrons jamais les dessous de cette affaire - hollande aurait mieux fait de la fermer. On ne peut annoncer une chose et laisser à un quotidien le soin de prouver le contraire.

Sauf à prouver maintenant que Le Monde au mieux s'est fourvoyé, au pire raconte n'importe quoi... Sauf à laisser pisser le mérinos et attendre que tout le monde oublie...

Folie passagère 1969.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

25 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu l'article du monde, mais était-ce bien la peine de l'écrire? Un brin de jugeotte conduirait à une saine auto-censure sur le sujet. Oui, l'auto-censure est parfois saine. Voilà pour le journaliste et toute la chaîne qui a approuvé l'article, la formulation et la parution.
    Visiblement l'auteur de l'article est bien informé. Mais qui est le salopard de traitre qui a abondamment parlé au journaliste? Celui-là, voire ceux-là, notre présimou devrait avoir le droit de les faire empaler en place de Grève ou déporter aux sources du Maroni en caleçon avec juste un opinel n°6 et une boite d'allumettes.
    Maintenant, j'aimerais qu'on "lâche véritablement les chiens" et qu'on donne carte blanche au Service Action de la DGSE pour aller buter "jusqu'au fond des chiottes" ceux qui ont profité ou vont profiter de la manne.
    Au temps béni des multiples otages au Liban, un groupuscule a essayé une fois avec un diplomate soviétique. Peu de temps après un membre de ce dit groupe, même pas partie prenante de l'enlèvement, était à son tout enlevé et renvoyé par paquets successifs à sa famille. Le KGB savait être brutal. Le diplomate soviétique a rapidement été libéré et les soviétiques n'ont plus jamais été emmerdés : le message était passé.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Popeye
      Entièrement d'accord avec vous. A 200% et même plus...

      * L'article du monde : lu en diagonale. Inutile de perdre son temps : Corto nous en a extrait la "substantifique moëlle".
      * Une évidence que ce sujet mériterait une "saine auto-censure", au moins sur les détails. Pas de chance : les journaleux ne s'auto-censurent QUE sur ce qui pourrait mettre en péril leurs précieux avantages. Extorqués à Flamby. Souvenez-vous...
      * D'accord pour l'empalement ou tout ce que vous voudrez d'autre ! ;-)
      * Et, surtout, que ENFIN on se mette à "lâcher les chiens" afin qu'un ferme message soit adressé (et reçu) et que, à nouveau, la France soit respectée.

      Mais, pour cela, il faudrait avoir un vrai Président. Et très courageux.
      Bref, tout le contraire de l'ersatz guignolesque qu'on est obligés de se farcir.
      On est loin d'être sortis de l'auberge (rouge de Peyrebeille !!!)... ;-)

      Supprimer
    2. @Popeye et Franzi: D'accord sur l ensemble sauf en ce qui concerne le Monde. La liberté de la presse étant fondamentale et protégée (en principe), je ne vois pas au nom de quoi ils auraient du s'auto-censurer. De plus,Ils ont l'occasion de montrer que le premier personnage de l'Etat a menti, voire se parjure, en reniant la doctrine qu il a lui-même imposé, pourquoi devrait-il se priver de le montrer ?
      Si hollande, à la différence de ses prédécesseurs, n avait pas joué Mr Propre en annonçant il y a quelques mois cette doctrine , il ne serait pas dans la merde aujourd'hui, Le Monde en serait pour ses frais et il aurait pu bénéficier a plein de cette libération. mas hollande, une fois encore, s'est planté !

      Supprimer
    3. @ Corto
      Au vu de tous mes écrits, je ne pense pas qu'on puisse me suspecter de vouloir épargner ce lamentable Mollusque...
      Néanmoins, je dois à la vérité de reconnaître que, sur ce sujet, tous ses prédécesseurs ont fait de même. Et que je trouve cela logique.
      Pourquoi se censurer sur ce sujet (et même chose pour ce qui concerne parfois les très délicates enquêtes criminelles) ? Tout simplement pour ne pas les inciter à augmenter et/ou aggraver leurs crimes, pour ne pas leur faciliter la tâche, et aussi pour ne pas leur permettre de trouver des parades destinées à fausser les enquêtes (Cf la dramatique affaire de la petite Fiona, juste là, chez moi...).

      Bien sûr, ceci n'est qu'un avis personnel qui n'engage que moi.
      Chacun est libre de ne pas le partager.
      Mais je rappelle qu'avoir été femme de Gendarme a probablement acéré mon regard dans ce domaine ;-)

      Supprimer
    4. @ Corto
      Personnellement, je ne conçois pas de liberté sans responsabilité. La liberté de la presse va avec la responsabilité de la presse. Quelle est la situation? Il reste 7 otages français de par le monde. Peu m'importe comment ils se sont faits prendre aux pattes : ce sont mes compatriotes, et je ne trouve rien de choquant à ce que les autorités françaises se démènent pour les récupérer. Mais pas à n'importe quel prix. Le Monde vient de vendre la mèche à tous les ravisseurs : l'otage français sur pied vaut 5 millions d'euros. Les personnes en charge de la récupération des sept restant apprécieront.
      Pour la récupération des otages, on peut mettre deux métaux sur la table de négociation : plomo o oro. Le plomb ou l'or. On a vu pour l'or que le Monde vient de savonner la planche. En ce sens je les trouve irresponsables. Cette question aurait mérité un article de fond ultérieurement, et sans mentionner le montant. Il est possible d'écrire "on connait le montant, et on ne veut pas le divulguer parce qu'il reste du monde à récupérer."
      Pour la partie "plomb" on a la méthode KGB, également appliquée par le SAS (Bosnie dans les années 90, en revanche le 10 downing Street a flanché avant d'approuver la récupération de vive force d'un voilier anglais au large de la Somalie : 3 ans de détentions pour le couple pris en otage, sauf erreur de ma part de 2008 à 2011). Ce qui explique pourquoi il y a si peu d'otages anglais. Le pavillon français serait relativement moins ciblé au large de la Somalie grâce à la reprise du Ponant et de la Tanit. Si l'on avait vraiment voulu être dissuasif, il aurait été à mon sens préférable que le bilan de ces opérations soit plus éloquent.
      Mais pour produire des bilans "éloquents" il faut l'outil militaire pour le faire, et le courage moral d'ordonner l'action et d'assumer les conséquences. Ce qui pêche avec la quasi-totalité de nos hommes politiques français, dont Hollande au premier chef.
      Il n'a aucune autorité, ce qui fait que ces subordonnés font n'importe quoi et qu'on retrouve dans la presse des informations dont la divulgation hésite, à mes yeux, entre la faute professionnelle lourde et la trahison pure et simple.

      Popeye

      Supprimer
    5. @ Popeye
      Total Applaus !!!
      D'accord à 1 000%...

      Supprimer
  2. Il me semble qu'on ne peut que se réjouir d'une telle issue.

    Mais il ne faut pas jouer les naïfs : impossible de dire qu'on paiera une rançon. Ce serait ouvrir la porte à des prises d’otages en rafale.
    Tout comme ne pas expulser le starlette Rom et sa famille créerait un appel d'air pour tous les candidats à profiter des largesses de la France à l'égard des clandestins ; et à l'encontre des Français...

    Pour autant, aucune libération n'est possible sans contrepartie financière et/ou politique et/ou....
    Tout le monde le sait. Personne ne devrait le dire. Il s'agit ici d'un enjeu impérieux car vital. Donc, moins on en sait, mieux ça va. Il me semble inutile de donner des idées supplémentaires aux ravisseurs. Qui n'en ont déjà que trop.

    Bien sûr, ces propos ne s'appliquent qu'aux personnes réellement victimes.
    Pas aux fanfarons inconscients qui se jettent eux-même dans la gueule du loup. Il y en a, et plus qu'on ne croit... Ceux-là, puisqu'ils se croient plus forts que tout le monde, qu'on les laisse se débrouiller et faire leurs preuves...

    Même chose pour tous ceux qui transgressent les règles élémentaires de sécurité : skieurs ne respectant les consignes anti-avalanches et autres, nageurs se baignant dans des zones interdites pour cause de grand danger, etc.
    Toutes ces personnes qui aiment à se donner la sensation du "grand frisson", sans assumer le moindre risque, puisqu'elles savent que, de toute façon, "on" viendra les chercher. Et peu importe que, bravant des conditions ultra-périlleuses, les courageux sauveteurs payent souvent de leur vie, laissant régulièrement veuve et orphelins.Tout ça pour ces lamentables irresponsables. Là, je ne suis pas d'accord : qui prend volontairement des risques DOIT en assumer les conséquences. sinon, c'est trop facile...
    On retrouve là l'assistanat socialo-irresponsabilisant : que des droits pour certains ; que des devoirs et des frais pour les autres. STOP !!!

    RépondreSupprimer
  3. D'un point de vue humain, comme tout le monde, je suis heureuse de cette libération !
    Mais si on veut être cynique ( lucide ?), le paiement d'une rançon fait le jeu des terroristes ( bien pire que celui du FN...) et tout ce fric servira à financer des actions dont nous seront aussi les victimes.
    Quand Hollande dément le paiement d'une rançon, on sait qu'il ment, mais peut-il faire autrement ?
    Ce qui compte aujourd'hui, ce sont les bénéfices immédiats, joie des famille et satisfaction de "l'opinion publique".
    Les conséquences à moyen et long terme passent à la trappe, comme pour la presque totalité des décisions de nos dirigeants..."Gouverner n'est définitivement plus prévoir".
    Par ailleurs le timing parfait prouve une certaine manipulation, il faut bien de temps en temps souffler un peu de chaud dans tout ce froid, cette libération permettra peut-être une petite embellie ( très provisoire à mon avis...) dans les indices de satisfaction de ce qui nous sert de président...je leur fais confiance pour exploiter à outrance l'évènement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Nana
      La réponse adaptée serait la prévoyance et l'anticipation.
      Encore que rien ne puisse être efficace à 100%.

      Mais comment voulez-vous demander à ces Pieds Nickelés d'anticiper, alors qu'ils sont parfaitement incapables de voir jusqu'au bout de leur nez, et plus encore de réfléchir ?
      Certes, pour cette fois, ils n'étaient pas présents au début de l'histoire.
      Mais cela ne change rien aux données du problème...

      Supprimer
    2. @Nana: " Quand Hollande dément le paiement d'une rançon, on sait qu'il ment, mais peut-il faire autrement ? ". Le problème n'est pas qu il démente mais bien qu il ai menti puisqu il avait lui-même édicté et proclamé sa doctrine, valant par cette proclamation presque force de loi, qui veut qu'on ne paierait plus jamais de rançon. Et paf ! Le Monde prouve le contraire ! Aux USA, venant d'un chef d el Etat, on appelle cela un parjure.

      Supprimer
  4. Je vais passer pour un misérable mais je me moque bien de cette information , je n’éprouve aucune joie, rien,nada, d'ailleurs depuis ce matin, j'évite d’écouter les infos qui déjà avant me gaver alors que dire maintenant.

    Ils écriront un livre que les gogos achèteront: " Ma vie chez AQMI".

    Je peux vous paraître inhumain mais c'est ainsi.

    RépondreSupprimer
  5. On ne peut que se rejouir de ce denouement pour les otages et leurs familles . Quant a l'argent verse ce n'est pas une rancon mais comme tt le monde sait, des frais de pension certes un peu eleves mais on ne peut pas tout negocier . Et comment remettre en cause la Parole Presidentielle ??? Tout le monde sait encore combien moi president est attache aux imperatifs fixes : Moi president ne peut manquer a sa Parole !!! Même au nom de la Real politik ! Du temps de Lui president des choses innacceptables se passaient mais au Temps Nouveau de Moi President c'est la coherence et la verite qui menent le peuple . Qui en doute ? Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: Comme si Moi-Je avait eu besoin de ce nouveau mensonge pour qu' on doute un peu plus de lui ...

      Supprimer
  6. J'ai entendu dire, mon cher Corto, mais je ne sais pas si c'est vrai, que les Anglais, quoi qu'il arrive, ne payent jamais de rançon. Conclusion : les Britanniques ne sont pas enlevés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Effectivement, ils ne payent jamais. Enfin c'est ce qu'ils disent mais c'est aussi vrai que les otages anglais se font très très rares

      Supprimer
  7. En parti d'accord avec @grandpas , tu m'avais prévenu hier que j'aurai ma dose , rien que d'écouter les harcèlement des journalistes sur ces familles qui devaient être fous de joie de la libération de leur proche, que des platitudes . Je fais parti de la majorité de ceux qui écoutent d'une oreille distraite les enlèvement en souhaitant que ce ne soit pas moi , l'égoïsme normal des bipèdes que nous sommes, mais tout en étant content que ceux là soient libérés je préfère laisser leurs proches et leurs amis faire la fête comme il se doit . Du coup depuis hier pas de télé que de la musique et que ton blog qui m'éclaire certainement plus que ces journaleux qui ne savent que faire du larmoiement ridicule . Je pense que Fabius et Pépère y ont été de leur auto-satisfaction avec une petite larme au coin de l'oeil .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit oubli , il est exact que la France n'a pas versé de rançon aux ravisseurs ...... mais certainement largement rétribué les intermédiaires qui eux sont libres des faire ce qu'ils veulent avec les valises

      Supprimer
    2. @ Claude-Henri
      Exact.
      Tout n'est question que de vocabulaire. Et de ce qu'on met dans les mots !
      Et c'est bien l'un des exceptionnels domaines où MoiJe est très fort...
      Comme pour supprimer les mots en croyant que cela supprime aussi la vérité !!!...

      Supprimer
  8. c'est tout a fait ce que j'ai écrit, il est marrant de voir que nous avons 12 otages, moins 4 aujourd'hui, alors que les autres pays n'en ont pas, où tout au moins très peu ! ils parlent pas, ils agissent, eux ! ls ne fanfaronnent pas, quand à dire qu'on paye pas, c'est nous prendre pour des cons, comme toujours !

    RépondreSupprimer
  9. AVIS ! Je crois que le mot de la fin sur cette histoire de rançon éventuelle doit revenir à notre grand Laurent Fabius qui cet après-midi a déclaré à l'Assemblée nationale: " La France n'a pas payé de rançon, c'est clair, c'est net " ! Rompez !
    Beuh....

    RépondreSupprimer
  10. Comme on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs, on ne récupère pas d'otages vivants sans payer de rançon, c'est parfaitement connu, mathématique, presque.
    En revanche l’État se doit de soutenir le contraire contre vents et marées, c'est la règle...juste qu'il pourrait se débrouiller pour que cela ne se sache pas, au moins le montant précis mais bon, avec des amateurs...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  11. Le Monde, étayé ?
    Nom, prénom, nom du père, nom de la mère, date et lieu de naissance ! Jamais !
    De source généralement bien informée, un ami qui nous veut du bien, le petit de la concierge du 18bis qui a beaucoup grandi d'ailleurs, ma fille qui revenait de la boulangerie...
    Le Monde "ancien" peut-être.

    RépondreSupprimer
  12. @ Catoneo
    A moins que le monde ne soit intoxiqué.
    http://www.infosdefense.com/otages-pas-de-rancon-sur-les-fonds-de-la-dgse-53986/
    je cite : [... Les otages français sont libres, place donc à la polémique. Pourtant, il n’y aurait pas eu de versement de rançon sur les fonds secrets de la DGSE comme l’affirme le journal Le Monde. Plusieurs de nos sources nous indiquent que même si la DGSE a supervisé les contacts et les négociations, aucune rançon sur les fonds secrets des services français n’aurait été versée aux terroristes d’AQMI. ...]
    Liberté de la presse, OK comme je le disais plus haut. Mais liberté rime avec responsabilité. Un petit rappel :
    Loi du 29 juillet 1881 - Article 27
    Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 - art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002

    La publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d'une amende de 45 000 euros.

    Les mêmes faits seront punis 135 000 euros d'amende, lorsque la publication, la diffusion ou la reproduction faite de mauvaise foi sera de nature à ébranler la discipline ou le moral des armées ou à entraver l'effort de guerre de la Nation.

    Si nos politiques n'étaient aussi escouillés que chapons de Bresse (ce qui donne des animaux plus dodus, plus gras quoi...) face aux journalistes, quelqu'un dans le gouvernement pourrait mettre en abyme les deux scoops et envisager de porter plainte contre le monde. Qui pour le coup pourrait balancer la source pourrie, ou arrêter de s'en servir...

    But I have a dream, I know.

    Popeye

    « L’affaire s’est réglée entre assurances, donc, des fonds privés, demandez à Areva » nous a affirmé notre source. Un autre contact auprès de Areva nous dirige aussi vers cette piste.

    Ces informations ont été confirmées par notre rédacteur en chef, Jean-Paul Ney, sur la chaine d’informations internationale i24News. D’autres sources de la chaine confirment les faits, notamment un membre des services secrets français au Moyen-Orient. ...]

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa