vendredi 21 février 2014

Jean-Marc Ayrault menace le Figaro


Imaginez ne serait-ce qu'un instant François Fillon, premier ministre de Sarkozy, las des articles fustigeant la politique de son gouvernement, dire: "Le journal Le Monde n'a pas besoin des 18 millions d'euros de subventions que l'Etat lui verse chaque année" ou bien la même chose à propos des 10 millions versés à Libération. Vous imaginez le tollé et les réactions outragées de tout ce que la gaucholalie compte de supporters... On aurait crié à la censure, à l'atteinte à la liberté de la presse et à la liberté d'expression; la République et la démocratie en danger, etc...

Oui imaginez cela même si l'ancien premier ministre et l'Ex n'ont rien dit de tel alors que pourtant ils ne furent pas épargnés par la presse...

Le Figaro a le don d'énerver le nouveau pouvoir (Mais curieusement pas Libé). Celui-ci n'aime pas ses Unes, ses articles et le ton critique qu'il utilise pour qualifier depuis 20 mois l'action de nos nouveaux dirigeants. Pas une semaine sans que Matignon ou l'Elysée ne soient brocardés par le quotidien de Dassault. Ayrault et hollande ne sont pas contents et ne se privent pas de le faire savoir. Ils en ont même tellement marre que Ayrault s'est fendu d'une petite phrase qui n'a dérangé ni outragé personne: "Le Figaro, qui reçoit une aide annuelle de 18 millions d’euros, n’en a pas besoin. Et, dans le cas contraire, Dassault, qui finance ses Rafales avec l’aide de l’Etat, peut payer." Le sous-entendu est limpide et le Lab d'Europe 1 ne s'y est pas trompé en titrant:"Jean-Marc Ayrault réfléchit à revenir sur les aides accordées au Figaro". 

En Socialie, on ne saurait critiquer le pouvoir sans s'exposer à des menaces ou des représailles. En Socialie, on n'hésite pas à annuler d'un trait de plumes les 5 millions d'euros qu'un journal de gauche, L'Humanité, doit à l'Etat, on n'hésite pas à traîner des pieds pour réclamer à Médiapart le million d'euros qu'il doit au fisc; en Socialie, on n'hésite pas, à mots à peine couverts, à menacer un journal d'opposition de lui supprimer ses subventions...

C'est-y pas beau?

Le groupe Le Figaro, malgré une légère baisse de ses ventes au numéro (-1,9%) en 2013, a annoncé finir l'année 2013 avec un résultat d'exploitation de 22 millions. Preuve s'il en est qu'une bonne gestion permet à un groupe de presse de ne pas perdre d'argent. Je serai Le Figaro, je dirai "chiche" à Ayrault, "Supprimez-nous les subventions ! Mais attention au retour de bâton, en échange, nous ne nous retiendrons plus."

Maintenant, si vous voulez mon avis, nous devrions supprimer l'intégralité des subventions à la presse, y compris les aides indirectes comme la niche fiscale des journalistes, ce serait le seul moyen d'avoir la garantie d'une presse réellement indépendante.

Le saviez-vous: CFDT Magazine, Voici, Closer ou Le Journal de Mickey touchent chacun près de 500 000 euros de subventions chaque année. Nous Deux, Prions en Eglise ou Micro Hebdo perçoivent environ 350 000 euros. CGT Ensemble et Modes et Travaux, 250 000 euros.

En 2012, l'Etat français aura versé près de 2 milliards d'euros d'aides directes à la presse.

Folie passagère 2148
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

26 commentaires:

  1. CGT Ensemble ? CFDT Magazine ???

    RépondreSupprimer
  2. @Al Weest: et oui ! Ce qui ne me choque ni moins ni plus que les subventions accordées à Mickey ou Prions en Eglise. La liste des journaux, magazines et autres publications touchant des subventions est pour le moins étonnante. Clique sur le mot " saviez " puis va sur le tableau a droite intitulé: "Tableau des montants totaux d’aides pour les 200 titres de presse les plus aidés"

    RépondreSupprimer
  3. Qu'un premier ministre puisse menacer de couper les subventions à un journal qui lui déplait (un seul!) démontre s'il en était besoin que la presse n'est pas indépendante du pouvoir même si elle est quand même entre les mains des annonceurs. Une seule solution: plus de subventions, plus de statut fiscal dérogatoire..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: étonnant tout de même qu un premier ministre puisse clairement dire ce genre de chose sans que les hérauts de la liberté d expression se mettent à hurler, non ?
      et oui, suppression de toutes subventions a la presse, programmée, étalée ds le temps, 2 ou 3 ans, mais suppression

      Supprimer
    2. @ Pangloss et Corto
      Entièrement d'accord.
      Journaleux sous respirateur artificiel, idéologie gauchiasse et dévouement rémunéré aux naufrageurs de la France.
      STOP !

      En réponse à votre étonnement : depuis le 6 mai 2012, beaucoup de Français sont durablement en état de choc => hébétés et tétanisés par tant de malfaisance.
      Quant aux singes hurleurs, ils ne vont quand même pas critiquer leurs mécènes du camp de la "bien-pensance ! Pffff !

      Supprimer
  4. J'espère qu'un député posera la question sur son attitude à Mossieur le Prem's lors d'une première séance.
    Maintenant rien de surprenant dans ce comportement ultra sectaire d'un homme de gauche assumé.
    Du balai et le plus vite possible !!!
    PS : Je persiste et signe sur mon commentaire de la lettre du porte plume de NS. C'est grave docteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon: Ayrault et toute la clique gauchiste n ont aucune retenue, trop de pouvoirs, ils se croient tout permis. M étonnerais qu un député pose la question

      Supprimer
  5. "... d'une prochaine séance à l’Assemblée."

    RépondreSupprimer
  6. C'est ainsi être socialiste donne tous les droits vraiment tous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: dingue tout de même et un beau travers de notre sytème: tous les pouvoirs entre les mains d un seul parti

      Supprimer
  7. Pas étonnant que la plupart des torche cul de gauche fassent uniquement du lèche cultage

    RépondreSupprimer
  8. "Je serai Le Figaro, je dirai "chiche" à Ayrault, "Supprimez-nous les subventions ! Mais attention au retour de bâton, en échange, nous ne nous retiendrons plus."

    C'est exactement ce qu'il faut faire. La subvention pourrait se compenser en partie par les bénéfices du journal et en partie par une contribution de ses lecteurs dont le nombre avoisine les 1,4 million.

    Tant pis si les autres journaux continuent à être subventionnés donc largement influencés par la main qui les nourrit.

    Un refus de 18 millions d'€ du Figaro aurait du panache et leur permettrait effectivement de se lâcher d'avantage. En plus, je suis persuadée que cela développerait leur lectorat.

    Perso, je suis partante pour soutenir financièrement un journal si j'ai plaisir à le lire. Je le fais d'ailleurs déjà par le biais de mon abonnement.

    Zéro affiche tellement ses inimitiés qu'il en paiera le prix. Il en est presque pathétique..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: Zero n est pas le problème, il est d ailleurs sur le départ, le problème c'est que les socialistes ont tous les pouvoirs ce qui les rend sectaires, ils se croient tout permis. Tant que cela n évoluera pas , nous assisterons aux mêms dérapages.

      Supprimer
  9. Lorsque j'habitais en France, je diffusais un magazine mensuel, sans subvention. On m'avait refusé à plusieurs reprises la "Commission paritaire" qui permet d'avoir des frais postaux réduits et une TVA réduite à 2%. J'aurais pu l'obtenir si j'avais accepté l'aide de la CGT. Mes écrits sur lesquels je critiquais Bercy m'ont valu aussi de multiples contrôles fiscaux.
    Capitaine Enzo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Capitaine: fallai donner dans le BD pour enfants :)

      Supprimer
  10. Je suis, moi aussi, mon cher Corto, pour la suppression de toutes les aides quelles qu'elles soient aux journaux et aux journalistes.
    Que le coup de balai de la Socialie commence par la presse, ce serait très bien.
    Et qu'on vienne pas nous chanter des chansonnettes sur la pluralité indispensable dans une démocratie, et autres fariboles. Tout le monde a bien compris que tous les pouvoirs sont dans les mains des mêmes, et que les contre pouvoirs sont de plus en plus inexistants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: a part la rue, aujourd'hui, que voyez-vous comme réel contre-pouvoir ?

      Supprimer
  11. Il faut comprendre Jean Marc Ayrault . C'est très agaçant quand on contrôle une grande partie de la presse ( 75% des journalistes voteraient à gauche ) de devoir supporter 25% d'irréductibles ! C'est meme proprement insupportable ! La démocratie , certes ! mais il y a des limites à tout ! Avez-vous remarqué que l'impopularité du Président et du 1er ministre est inversement proportionnelle à ces chiffres :75% de mécontents 25% de satisfaits mais c'est à cause du Figaro pour lequel " sans la liberté de blamer il n'est pas d'éloge flatteur " . Et les subventions accordées à Closer personne n'a songé à les faire sauter ....! et pourtant .... Au moment de l'affaire Gayet , un journaliste du Parisien est venu, en confidence, nous exprimer le point de vue de l'Elysée , c'est troublant ce role de porte paroles pour un journaliste bien informé dans un domaine très privé...je livre là une petite réflexion que je me suis faite ! Mais par pitié que J-M ne supprime pas les subventions à Prions en Eglise ( on a bien besoin de prières ) et surtout au Journal de Mickey , c'est le journal préféré de mon petit neveu ! Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: les socialistes, de tout temps et quelque fut le nom dont on les affublât, n ont jamais été des démocrates. Alors attendre d eux qu ils acceptent la contradiction, non, faut pas rêver.
      Quant aux subventions, désolé pour la prière et ton neveu, mais pour moi, pas de quartiers = 0 subventions directe ou indirecte à toute la presse. Et pourquoi Mickey aurait-il droit à une subvention quand Tom of Finland n a droit a rien ? :)

      Supprimer
  12. Ayrault est un socialiste, je ne préciserai pas de quoi cela est synonyme, trois petites lettres suffiraient pourtant.
    Ces gens là , détenteurs de la vérité révélé ne tolèrent pas la contradiction. Sur un coup pareil il faudrait les prendre au mot et mettre fin au scandale, deux milliards par les temps qui courent seraient les bienvenus.
    Mais comme aucune vois suffisamment forte n'est capable de s'élever pour dénoncer, nous continuerons à maintenir la presse de gauche en survie artificielle.
    Vive la République!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: Presse de gauche ou de droite !et deux milliards d économisé, reste plus qu a en trouver 48 !

      Supprimer
  13. on ne crache pas dans la soupe, c'est pas poli !
    si le Figaro avait du panache et ses journalistes aussi, ils auraient déjà lancé le " chiche" bruyamment en demandant aux lecteurs de les soutenir ! mais ont-ils le panache ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: Ont-ils le panache, c'est une autre histoire à laquelle je ne crois pas, je suppose que les journalistes du Fig ne sont pas les premiers à réclamer la fin de l'abattement fiscal de 7650 euros réservé aux 37 000 détendeurs d une carte de presse

      Supprimer
  14. Toi, moi et tes commentateurs ne sommes pas dupes : un pays dans lequel le gouvernement arrose la presse à coups de millions est une parodie de démocratie. Il va falloir qu'on se mette une bonne fois pour toute en tête que nous nous faisons bananer par un système corrompu et mafieux. Et ça va de mal en pis.
    Toujours se méfier de ceux qui te collent les mots démocratie, droits de l'homme et autres base-line électorales toutes les 3 phrases.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vlad: Tiens, tu es là ? Le retour ?

      Bien sur que le système est corrompu et que tout le monde y trouve son compte. Ce qui me gene tout de même c'est qu on a l air de s y etre habitué , alors on ne dit plus grand chose et ils le savent bien. jusqu'à quand accepterons nous que 2 milliards partent a la presse pour que celle ci fasse service minimum ?

      Supprimer
  15. c'est une chose qui n'arrivera pas au Nouvel Obséquieux, qui ressemble de plus en plus à un porte parole officiel de la Présidence
    (avouez que la la cellule Comm' de l'Elysée n'aurait pas fait mieux sur le droit à la vie privée à nos frais du Résidu du Palais) :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140221.OBS7309/affaire-gayet-hollande-en-permanence-protege.html

    aha-aha

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen