jeudi 20 février 2014

Je ne reconnais plus mon pays, ma France


" Je ne reconnais plus mon pays. Il y souffle un vent mauvais, un vent de colères, de divisions, d'antagonismes. Il arase ces digues que l'on nomme respect de l'autre, estime de soi, bienséance, civilité, et qu'une haute civilisation construit et reconstruit patiemment pour canaliser les pulsions et les passions humaines. Il attise un feu de violence et de haine qui couve sous la cendre d'une crise économique, sociale, identitaire aux conséquences profondément délétères sur la cohésion de notre société.

Comment vivre ensemble, comment se sentir solidaires, comment partager, si la détestation s'immisce dans tous les rouages de la société, dans toutes les relations, si elle transpire dans toutes les attitudes, dans tous les comportements ? Comment croire que la légitimité de nos institutions, de nos lois, la solidité de notre démocratie ne s'en trouveraient pas dangereusement affaiblies ?

Je ne reconnais plus mon pays. À qui la faute ?

Quand souffle ce vent mauvais qui précède toujours les grandes catastrophes de l'histoire, c'est à chacun de prendre davantage sur lui-même pour ne pas nourrir les antagonismes, ne pas creuser les fractures, pour apaiser, réconcilier. Chacun a sa part de responsabilité. Elle est d'autant plus grande que l'on occupe dans la société un rang plus élevé, que l'on y exerce un pouvoir plus important.

La démesure est le risque de tout pouvoir. Elle commence quand un pouvoir ne se pose plus la question de sa propre limite, ne s'interroge plus sur les conséquences de ses actes. Un pouvoir sans mesure est un pouvoir qui ne s'interroge jamais pour savoir jusqu'où il ne doit pas aller trop loin vis-à-vis de ceux qui sont en désaccord avec lui, un pouvoir qui n'a conscience que de ses droits et pas de ses devoirs.

Ce rappel vaut d'abord pour les politiciens. Si l'opposition a le devoir de ne pas se laisser aller à toutes les surenchères, de ne pas céder aux extrémistes qui veulent l'entraîner sur des voies où se perdrait son honneur, la majorité du fait du pouvoir qu'elle exerce a une plus lourde responsabilité encore. Que dire d'un pouvoir politique, d'une majorité qui, dans une société malade de toutes les crises, usent tous les jours de la provocation pour servir avec cynisme ses clientèles les plus extrêmes et radicaliser une partie du pays dans le seul but de se maintenir au pouvoir ?

Je l'ai dit jadis sous une autre majorité : chercher à dresser les Français, les uns contre les autres, conduit à la défaite morale et la défaite morale est toujours l'antichambre de la défaite politique. Depuis la Seconde Guerre mondiale, on n'a jamais vu la France aussi divisée et la radicalisation des idées et des comportements autant exacerbée par une entreprise de destruction sans précédent de toutes les institutions et les principes qui nous permettent de vivre ensemble. Ceux qui attisent ainsi les braises qu'ils avaient si solennellement promis d'éteindre doivent être conscients qu'en mettant le feu, ils se brûleront aussi.

Je ne reconnais pas mon pays, ma France. Passionnée, emportée, mais pétrie d'humanisme et de valeurs universelles. Ou plutôt je reconnais dans le visage qu'elle prend, aujourd'hui, celui des mauvais jours, des déchirures et des drames, quand elle n'est plus elle-même, quand elle perd son âme.

La politique n'est pas seule en cause. Nous vivons une époque dangereuse où presque tous les pouvoirs semblent oublier leurs devoirs. Qui ne voit avec consternation et angoisse une certaine dérive de la justice telle qu'elle s'est affichée sur le « mur des cons » , ou telle qu'elle se montre dans la tentation, mortelle pour la Démocratie et la République, de faire trancher les questions politiques par les juges ?

Mais le temps est venu de mettre au pied du mur de ses responsabilités un autre pouvoir, aussi important pour une société de liberté que celui du Parlement, ou des juges. Je veux parler du pouvoir des médias. La société leur confie un pouvoir considérable et le protège.

Ce pouvoir crée aussi à ceux qui l'exercent des devoirs qui dépassent le cadre des lois et des règlements. Les médias ont eux aussi un devoir moral, un devoir de mesure, un devoir de respect. Comme tout pouvoir, celui-ci a le devoir de s'imposer, en conscience, ses propres limites. (...)

Mais il y a des limites à tout. Ou plutôt, il faut mettre des limites à tout. Ne pas tout accepter, ne pas tout supporter, ne pas tout endurer, et s'empêcher soi-même de franchir certaines bornes : l'homme libre, l'homme digne, est un homme qui est capable de dire non. 

L'autre soir, sur ce plateau de télévision, où l'on m'avait invité pour parler de la politique familiale, l'interlocuteur que l'on m'avait choisi n'avait qu'un but, avec la complicité au moins passive des animateurs : faire un débat homosexuel contre hétérosexuel. Ce débat je le récuse, je l'ai toujours récusé, de toutes mes forces. Il est porteur du pire. Je passe sur le mépris, l'impolitesse, la caricature, j'ai l'habitude. Que mon interlocuteur fasse de la cause qu'il prétend défendre un fonds de commerce et qu'il l'abaisse à ce point, après tout c'est son problème même si c'est détestable. Mais accepter les termes de ce débat, supporter que le débat politique soit si profondément dénaturé, entraîné sur des voies si dangereuses où les orientations sexuelles, la couleur de la peau ou les religions deviennent des catégories politiques, ce n'était pas possible. 

Faut-il donc se laisser glisser sur cette pente fatale où la vieille lutte des classes aux effets si néfastes laisserait la place à pire encore : la guerre des religions, des sexualités, des mémoires, des origines, au choc haineux de tous les intégrismes et de tous les racismes ?Faut-il donc être le complice de cette transformation de la politique en entreprise de délégitimation morale systématique de celui qui ne partage pas les idées de quelques minorités plus agissantes que d'autres ? 

Qui ne voit que ce dévoiement de la politique dessine les contours du plus dangereux des communautarismes, celui du rejet, du dénigrement, du mépris de l'autre ?

Non, ce n'était pas possible. Ce n'était intellectuellement, moralement pas possible. Je suis parti. Que faire d'autre ?

Beaucoup de Français qui n'en peuvent plus du climat de notre vie publique m'ont approuvé. D'autres ont condamné mon geste. C'est la loi du genre. On ne peut pas être d'accord avec tout le monde. Mon inquiétude est ailleurs : ceux qui dans des émissions grand public, dès le lendemain, m'ont traîné dans la boue parce que j'avais osé dire « ça suffit ! » , ceux-là se rendent-ils compte à quel point est dangereuse la mise en scène de ce genre d'affrontement qui nourrit les pires antagonismes ?

J'ai envie de leur dire : avez-vous conscience que vous jouez avec le feu ? Avez-vous conscience que vous avez aussi une responsabilité dans le vent mauvais qui souffle sur la France, que vous avez aussi des devoirs et pas seulement des droits ? Même vous, oui, même vous ! Vous d'abord qui êtes les garants du pluralisme démocratique ! Vous qui avez ce privilège de pouvoir tous les jours parler à tous les Français !

Quand viendra, à force de souffler sur les braises, le temps de la violence et de la haine, croyez-vous que vous pourrez dire : « Nous n'y sommes pour rien » ?

Souvenez-vous que ce ne sont pas les prophètes de malheur qui sont responsables des grandes catastrophes mais ceux qui ricanent cyniquement quand tous les éléments du drame se mettent en place. Parce qu'ils ont laissé faire...

Je ne reconnais plus mon pays et vous y êtes aussi pour quelque chose."

" Adresse à tous ceux qui jouent avec le feu " par Henri Guaino. Pour le Figaro du samedi 15 février 2014. A lire en intégralité ICI.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

59 commentaires:

  1. ".....Je ne reconnais plus mon pays et vous y êtes aussi pour quelque chose."
    C'est gentil toussa mais M GUAINO pourrait peut être se demander s'il n'a pas sa part de responsabilité dans ce chaos. Il a été le porte plume de N SARKOZY. Lui a t'il seulement dit une fois qu'il faisait le contraire de ce que pourquoi les Français l'avait élu en 2007 ? Est-il ni co-responsable ni co-coupable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Dragon
      Si, comme tout un chacun, Nicolas Sarkozy a commis des erreurs, il ne faut pas oublier tout ce qu'il a tenté POUR la France (et non pas contre, lui...). Mais il s'est heurté à la violente virulence des oppositions syndicales et de l'ensemble des gauchiards.
      Il est trop facile de lui reprocher ce qu'il n'a pas fait quand on a tout fait pour l'en empêcher. Il n'a pas voulu mettre la France à feu et à sang. On peut le regretter pour ce qui concerne la non-réalisation de mesures indispensables bien qu'impopulaires. Peut-on le regretter pour les violences que cela aurait provoqué ? Et dont on voit actuellement la quotidienne et révoltante réalisation ?

      Et ne pas oublier la succession des profondes crises mondiales gérées avec beaucoup d'efficacité ; bien mieux que nos voisins (excepté l'Allemagne).
      Voisins beaucoup plus malmenés que nous mais qui, EUX, sont en cours de redressement. Contrairement à nous.

      Il faut dire que, jusqu'au 6 mai 2012, il a été prétendu qu'il n'existait pas de crises...
      Mais, dès le 7 mai, la majorité des conséquences néfastes étant déjà derrière nous (comme on peut bien le voir chez nos voisins), la chanson a complètement changé : quand ce n'est pas la faute à Sarko, c'est la faute à la crise. Très subitement survenue pile poil au bon moment pour le PrésiFlan. Mais il nous prend vraiment pour des demeurés !!!

      Trop facile cette attitude de lâcheté. Devrais-je dire "lâchitude" ???
      A moins qu'il porte la "scoumoune" ?

      Dans les deux cas, il faut le virer au plus vite.
      Avant que ce naufrageur professionnel ait réussi à couler irrémédiablement la France.

      Supprimer
    2. @Franzi: Merci. Je suis un peu fatigué d entendre toujours ce sempiternel " mais pourquoi n avez vous pas fait quand vous étiez aux manettes " etc... Les mêmes qui oublient un peu facilement le contexte d alors et ce qui a été fait. Hélas, c'est un jeu un peu bétassou auquel nous nous prétons tous , parfois à notre corps défendant: ne jamais retenir ce qui a été fait, oublier le contexte et ne se souvenir que du mauvais.
      Avec hollande, notre mémoire va saturer.

      Supprimer
    3. @Corto, vous êtes peut être fatigué de l'entendre mais c'est un fait !!!!!
      Guaino est absolument pathétique, un technocrate incompétent qui ne connais rien à rien, comme tous ces collègue. Je passe sur ses pleurnicheries et ses complaintes sur le fait qu'il ne serait pas assez payé à l’assemblée. C'est un fait, Sarkozy n'a rien fait de majeur, aucune réforme digne de ce nom alors que justement, la crise lui permettait de faire à peu prêt ce qu'il voulait.

      @Franzi
      "Et ne pas oublier la succession des profondes crises mondiales gérées avec beaucoup d'efficacité " Vous plaisantez là ?? 600 milliards de dette supplémentaire vous appelez ça de l’efficacité ?

      "Il est trop facile de lui reprocher ce qu'il n'a pas fait quand on a tout fait pour l'en empêcher. Il n'a pas voulu mettre la France à feu et à sang."
      Pourtant c'est exactement pour cela qu'on l'avait élu...

      Guaino, dans un défilé de mensonges, de mauvaise foi et d'escroquerie intellectuelle se plaint des symptômes d'une maladie que lui et ses collègues ont créée.

      Ce type est mauvais à la télé, mauvais à l'assemblée, c'est exactement le genre de type qui fait perdre la droite.

      Quand on a un bilan aussi pathétique que celui de Sarkozy (heureusement pour ce dernier, celui d'Hollande sera encore pire) on ferme sa gueule et on travaille...

      Supprimer
    4. @ Skandal
      Auriez-vous la mémoire sélective ?
      Ne me dites pas que vous avez déjà oublié la répartition du montant de cette dette, publiée par la Cour des Comptes ? Dont le président est un socialiste...
      De mémoire, 4/5 de cette somme résultent des embauches massives (et inutiles) de fonctionnaires dans les années 1981 et suivantes. Cela ne vous rappelle rien ? Pour compenser votre Alzheimer débutant, je vous donne un indice : Mitterrambrouilles. Vous avez oublié ? Moi non, car, comme beaucoup de Français, je vais continuer à payer pour ces c*nneries pendant encore un bon paquet de décennies. Sans parler des milliards que gaspille à nos frais le Nullard de service.
      120 milliards en tout et pour tout pour gérer les crises mondiales et nous éviter les dramatiques conséquences subies par nos voisins, vous trouvez cela exagéré ? Par hasard, n'ajouteriez-vous pas une bonne dose de mauvaise foi à votre mémoire sélective ?
      Pourriez-vous me rappeler combien de milliards le Nullissime a déjà gaspillé, rien pour arroser ses potes ? Et encore, je vous fait grâce des nominations de complaisance pour son harem et autres obligés (bien que la note soit très salée ; et pour longtemps !...). N'oubliez quand même pas les 400 millions offerts à l'Humanité qui bénéficiait déjà d'une colossale subvention (inversement proportionnelle au nombre de ses lecteurs) ; ni les montagnes d'€uros dont ont été gratifiés les pays amis du Culbuto culbuteur (musulmans, par le plus grand des hasards, bien sûr...) ; les frais de guerre dans divers pays d’Afrique, juste pour créer quelques enfumages destinés à masquer l'incompétence totale de ce naufrageur de pédalo (remarquez que je ne parle pas en termes d'humanité que cet assassin tient pour nulle, puisqu'il ne s'agit pas de "soldats musulmans" !!!), etc., etc. Bien penser aussi à ce nous coûte sa vie privée financée par des fonds publics (NOS impôts) !...
      Et tout le reste !...

      Je vous laisse l'entière responsabilité sur votre opinion prétendant que les Français auraient élu Nicolas Sarkozy pour qu'il déclenche une guerre civile. Vos propos caricaturaux sont suffisamment explicites...

      Pour le reste, cela ne mérite même pas de réponse.

      Supprimer
  2. en phase avec un Dragon.
    Un brin d'humilité et d'autocritique, monsieur le député! Ce serait mieux pour tout le monde.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon et Popeye: Guaino n a jamais tu la part de responsabilité qu a l ancienne majorité dans le bordel ambiant. Bien au contraire. Il le redit même dans ce texte mais peut être n avez vous pas bien lu, ou trop vite.
      Ceci dit, je trouve un peu facile vos remarques, n aurait-il pas le doit d'évoluer ? De penser différemment qu il y a plus de 2 ans ?
      Maintenant et si vous en avez le temps et le courage, re-lisez ce texte et imaginez que ce soit moi ou un Tartempion inconnu qui l'ai écrit - a l origine, je ne voulais pas citer l auteur - qu en penseriez -vous ?

      Supprimer
  3. c'est un beau discours mais est-il sincère ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: pour le suivre avec attention, je pense que oui, il est sincère et que le constat désabusé qu il fait de la France est particulièrement réaliste. Hélas.

      Supprimer
  4. C'est vraiment une belle lettre.
    Mais c'est le cri d'un arroseur arrosé.
    Monsieur Guaino ne faisait pas tant la fine bouche quand il servait Nicolas Sarkozy, et le système Sarkozy, qui ont bien bien préparé ce terrain-là, dans lequel on s'englue.
    Mais c'est une belle lettre, qu'on lui rappellera à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Geneviève Boyer: si je peux me permettre, même commentaire que j ai laissé plus haut à Un Dragon et Popeye. Et si oui il porte une responsabilité, comme Sarko, comme l ancienne majorité - ce qu il ne nie pas - n'es-tu pas d accord avec son constat. En particulier avec ce qu il dit du pouvoir en place et de la complaisance des médias ?

      Supprimer
    2. Je suis d'accord, et d'autant plus que j'ai visionné la séquence où il tente de donner son avis au milieu de valets du pouvoir au verbe creux. A mon avis il a vraiment senti, dans son être même, ce qu'est le lynchage médiatique en acte, et ce que c'est qu'être nié comme sujet par un groupe s'arrogeant un droit au lynchage.
      Sa lettre à mon avis en porte la marque, c'est pourquoi je souhaite qu'il s'en souvienne.
      Car ce que nous dénonçons aujourd'hui (par exemple les ravages de l'application, dans la réalité et sur des populations-cobayes, de la théorie du genre élevée au rang d'idéologie sacrée), est une précipitation aberrante de toute une série de mesures, tout autant déshumanisantes, prises antérieurement.
      Je ne parle pas d'économie ou d'administration, je me cantonne au domaine du sujet humain qui n'est pas à réduire à un objet. Guaino est allé à l'émission pour s'exprimer, ils les ont réduits, lui et sa parole, à rien, pour leur propre gloire : qu'il s'en souvienne s'il continue à faire de la politique.

      Supprimer
  5. J'ai pu lire jusqu'à la moitié. Après... bon, il s'écoute. Le texte a été mis au gueuloir, on l'entend.
    Divisée la France ? peut-être de moins en moins : 16% d'idiots du village socialiste et 84% de gens de bon sens. C'est ce que disent les sondages aux réfugiés de l'Elysée.
    Impuissants dans tous les compartiments du jeu, nos commodores de beau temps passent la croisière à vomir au bastingage. Un cap chasse l'autre, le chadburn reluit, la machine souffre, le radar est en maintenance, l'iceberg dérive.
    Je n'y suis pour rien, monsieur Guaino.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Catoneo: " après, il s écoute" , je suppose donc que tu as lu jusqu au bout.
      La France est divisée comme jamais même s'il elle se trouve rassemblée dans la défiance qu elle exprime vis à vis du pouvoir en place.

      Supprimer
    2. Non, j'ai vraiment lu en travers car pour l'avoir souvent entendu, je le précédais...

      Supprimer
  6. Il est vrai que le gouvernement précédent n'a pas rempli toutes ses promesses mais on minimise largement ce qu'il a réalisé, et la plupart des courbes de fin de quinquennat montrent que la France commençait à remonter la pente après la formidable crise de 2008 qui a flingué la plupart des pays européens et au-delà.

    Reconnaissez que le gouvernement Sarkozy a souvent été empêché, d'abord par la crise financière évoquée ci-dessus qui a mis par terre bien des projets, mais aussi par la fronde médiatique qui a commencé le jour même de l'élection de N. Sarkozy avec le Fouquet, et qui perdure encore aujourd'hui puisque Sarko sert d'alibi à tout et à n'importe quoi, alors qu'il n'est plus président depuis 2 ans.

    N'oublions jamais que nous jugeons N. Sarkozy au travers de médias acquis à 75 % à la gauche.

    Reconnaissez aussi que l'équipe actuelle est après mettre la France en l'air avec la complicité de ces mêmes médias qu'elle n'a de cesse de caresser dans le sens du poil.

    Je n'approuve pas systématiquement ce que dit M. Gaino, mais je suis d'accord avec ce papier et pour ma part, je pense qu'il est sincère. Il a mal à la France et moi aussi.

    Et j'ai encore plus mal depuis ce matin où je viens de lire sur le blog du Contrarien que l'on fout en l'air la vie d'un million d'auto-entrepreneurs en supprimant ce régime, pour une fois de plus satisfaire des lobbies.

    RépondreSupprimer
  7. Désolé Corto, mais Un dragon a raison. Guaino n'a rien fait contre Sarkozy.

    A moins qu'il n'ait désavoué le référendum de 2005 passé en 2007 ? Qu'il ai hurlé sur la politique de métissage de Sarko ? Sur l'arrivée massive d'Africains en France ? Sur Mayotte? Sur le coût des "dons" de la France aux pays dits émergents ? Sur le financement par l'état d'associations communautaires ? A t'il hurlé contre les dîners de Sarko au crif (au mépris des valeurs de la république une et indivisible paraît-il)? Sur sa manie de blablater sans rien faire ? Sur son refus des referendums pour les questions de société en France et sur l'Euro(pe).?

    Je suis quasiment certain de l'inverse.

    Pour le reste, Sarko comme lui avaient UN moyen constitutionnel pour tout ce qui opposition des gauchistes : le référendum Ils l'ont refusé, alors même qu'ils se présentent comme des héritiers du gaullisme.

    UMP=PS


    Vryko

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Vryko
      N'est-ce pas encore plus grave de refuser ce même référendum sur l'avenir de notre civilisation ?
      Sur la destruction humaine concoctée par la Gardeuse des sots sous l’œil concupiscent (oups ! il faut lire complaisant) de présiFlan ?
      D'avoir jeté à la poubelle, sur instruction du Z'ayrault, 720 000 signatures de pétitionnaires parfaitement recevables et recueillies dans un laps de temps remarquablement court ?
      D'embastiller de pacifiques manifestants et/ ou Veilleurs, pendant qu'on soutient les casseurs et libère les dangereux criminels (et surtout les récidivistes) ?
      La liste est hélas trop longue pour que je puisse la citer de façon exhaustive... :o(

      Supprimer
  8. J'apprécie beaucoup M. Guaino. Toutefois, je me demande ce qu'il peut bien avoir en commun avec certains UMP consensuels comme MM Jupé et alii.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacques etienne: Guaino est un des rares à l UMP a garder son franc parler et à ne pas hésiter critiquer quand il le faut et en particulier les nuisibles comme Copé ou Fillon ou Jupé. Dernièrement il disait, je cite de mémoire: " ns ne sommes pas parfaits à l UMP et si celle-ci était moins gangrené par les egos de la direction, cela irait sans doute nettement mieux. L'UMP est ma famille, je dis ce que je veux et essaie de faire en sorte de faire bouger les lignes "

      Bien sur, je peux me tromper mais je pense que dans le s personnalités de l UMP, Guaino est sans doute le plus " droit"

      Supprimer
  9. Du temps où monsieur Guaino était la "plume" de Sarkozy, il n'était, je crois, même pas député.
    Lui faire donc aujourd'hui le procès des manques de Sarkozy me paraît non seulement injuste mais encore vain parce que cela risque d'occulter ce qu'il écrit aujourd'hui dans cette "Adresse à tous ceux qui jouent avec le feu" et qui sont nombreux, à commencer bien sûr par les politiques et les media.
    "Quand viendra, à force de souffler sur les braises, le temps de la violence et de la haine, croyez-vous que vous pourrez dire : "Nous n'y sommes pour rien" ?"
    C'est une question qui s'adresse à nous tous, et qui mérite réflexion.

    RépondreSupprimer
  10. Mr Guaino est libre de ses propos et n'est pas responsable de la politique menée par Sarkozy
    Réécoutons donc directement ce dernier sur un sujet qui me tient à coeur.
    Oui, on me "tu n'y entedns rien, c'est de la politique et en politique, t'es nulle.
    http://www.dailymotion.com/video/xkjdtc_sarkozy-metissage-obligatoire-pour-la-france-pas-pour-l-arabie_news

    RépondreSupprimer
  11. Comment ne pas adhérer à la teneur et à l'accent de cet appel ? Je ne doute pas de la sincérité de son auteur.

    Cette lettre n'a pas valeur d'inventaire sur la politique du précédent quinquennat; toutes les responsabilités y sont interpelées.
    ." c'est à chacun de prendre davantage sur lui-même pour ne pas nourrir les antagonismes, ne pas creuser les fractures, pour apaiser, réconcilier. Chacun a sa part de responsabilité. Elle est d'autant plus grande que l'on occupe dans la société un rang plus élevé, que l'on y exerce un pouvoir plus important.

    Si les dégradations diverses que subit notre pays, peuvent être partagées avec le précédent quinquennat, on peut relever l’exploit sans précédent, réalisé en moins de 2 ans (!), par « Moi Président » qui non content de diviser (croiyait-il pour mieux régner ?) a réussi à retourner contre lui, l’ensemble des divisions composant les 82% rapportés par Catonéo.

    Pauvre de nous !

    RépondreSupprimer
  12. C'est une belle lettre et je suis d'accord avec ce qu'il dit... MAIS...

    comme l'ont déjà souligné maints commentateurs précédents, que n'a-t-il mis sa belle indignation en pratique quand il conseillait N.Sarkozy !
    - pourquoi lui a-t-il écrit de si jolis discours sur l'Europe, la Nation, la France ... (j'ai voté pour lui en 2008 sur la foi de ses beaux discours, suis-je donc bête) et ne s'est-il pas insurgé quand l'action ne suivait pas la parole (ou allait carrément contre): le déni du référendum (NS avait promis un traité simplifié pour éviter la paralysie mais le Traité de Lisbonne est la copie conforme du TCE, dixit VGE lui-même), la réintégration dans l'OTAN, le traité Merkozy, les négociation d'adhésion de la Turquie etc. etc.
    - pourquoi avoir cautionné un débat sur l'Identité Nationale puisqu'il n'en ait rien sorti de positif mais que cela a contribué a renforcer les clivages (gauche laxiste / droite égoïste) alors même que les actes ne suivaient pas une fois de plus (suppression double peine, augmentation nombre immigrés, augmentation naturalisation etc.)
    - et maintenant pourquoi rester à l'UMP dont une bonne partie des "élites" est d'accord avec le PS sur les lois sociétales (famille, censure, école...) et sur l'Europe (traité Merkozy=traité Merkollande) ou qui propulse un Lamassoure, fédéraliste, tête de liste IdF aux Européennes ce que Guaino a dénonée publiquement ?
    - comment ne voit-il pas que la chasse aux sorcières (FN, Dieudonné, anti-UE...), le politiquement correct, la bien-pensance et le conformisme des politiques et des journalistes alimentent les exaspérations de la population qui est confrontée tous les jours au chômage, à la vie chère, aux impôts, au mal-logement, à l'insécurité mais à qui le gouvernement parle mariage homo, théorie du genre ou euthanasie (ou qui se réjouit bruyamment d'une diminution de l'augmentation du chômage !).

    Alors un peu de cohérence entre paroles et actes politiques, un peu d'humilité devant la réalité (même si le gouvernement Hollande fait pire -par idéologie- que celui de Sarkozy -par facilité-) seraient bienvenus plutôt qu'une simple sortie théâtrale ou une lettre aussi bien écrite soit-elle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claribelle: " et maintenant pourquoi rester à l'UMP " pour les mêmes raisons, si j ose dire, qui font que je n ai pas renié ma propre famille dans laquelle il y a un paquet de connards. mais c'est ma famille, alors je fais avec et essaies de convaincre les andouilles de chez moi qu ils se trompent, agir de l intérieur.
      C'est en gros ce que Guaino disait quand on lui demandait " pourquoi rester à l UMP "

      Supprimer
  13. bien sûr, on aurait très envie d'adhérer, mais je partage le commentaire de Claribelle, pourquoi ont-ils commencé sous le mandat de Sarko à faire la division? moi non plus je ne reconnais plus mon pays, tout est allé si vite et si loin...il est trop tard, le PS et les médias détiennent le pouvoir et il va falloir aller leur arracher avec les dents!

    RépondreSupprimer
  14. La France de M. Guaino, c'est quoi finalement ?
    Un admiration sans bornes pour un parvenu, dévoré depuis l'âge de 25 ans par une ambition politique seule à même d'étancher sa revanche sur des copains d'école fortunés ? Qu'importe le Fouquet's ou le yacht de Bolloré, le vainqueur du match mérite un peu de détente ; mais aller faire la chanoine pour de rire au Vatican avec le portable à la main devant le pape, accompagné de deux caricatures d'eux-mêmes que sont l'abbé Gilbert et Bigard (le lancer de salopes, grand succès international) ; promener son inculture en Chine jusqu'à s'attirer les risées du président de l'ANP le félicitant pour sa précipitation dans les cours de rattrapage ; partir faire le "plouc" chez les Bush avec une veste du Secours catholique sur des jeans pisseux sans ceinture prêtés par le jardinier ; la liste est longue du "chic français" de notre erzatz de président.
    Aurait-on composé avec une vulgarité naturelle au motif de l'efficacité politique ? Même pas, il y a deux bilans, celui d'ouverture, celui de clôture, et il n'y a pas photo.
    D'accord c'est pire encore avec le successeur et on n'a pas tout vu, ce qui n'absout rien.
    C'est ça la France de M. Guaino ?

    RépondreSupprimer
  15. Peut-être hors sujet ?

    Dieu merci, les avions de la Patrouille de France ne vont pas s'écraser, car il y a un vrai pilote dans chaque avion.
    Vous pouvez lui rendre visite ici :

    http://www.patrouilledefrance.fr/.

    Très belles images. C'est mieux que la photo du gouvernement Ayrault ou de Normal 1er dans les jardins de l'Élysée.
    Je vous conseille également de visiter les clochers de France qui témoignent de notre passé millénaire et inaliénable, que beaucoup d'étrangers nous envient.

    http://clochers.org/index.htm

    Oublions un moment toutes les grosses cloches de la sphère politicienne.
    Je ne parle pas de Guaino dont la plume m'inspire une certaine admiration. Au moins, il sait écrire.









































    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai encore oublié de signer !

      JPB

      Supprimer
    2. @ JPB
      Bien dit et merci pour ces beaux liens. :-)

      Supprimer
  16. Un beau brin de plume ce Guaino. Mais où était-il quand Sarko était au pouvoir? Qu'écrivait-il dans le Figaro? Que pensait-il de la politique qu'il soutenait et qui était l'ébauche de celle que mène le pouvoir actuel?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut s'occuper du présent !
      Quand je conduis, je regarde plus devant moi que dans le rétroviseur.

      JPB

      Supprimer
    2. @JPB: Merci. Moi aussi, je suis plutot du genre a regarder devant.

      Supprimer
  17. Aujourd'hui, j'ai appris que Caracalla, alias Denis Cordier, était homo; pas dans a nature mais j'ai eu un relent de fierté;
    Pour les responsabilités de la chute de ce pays, elles sont aussi individuelles, les français, par leurs cultures de petits-bourgeois et du nain de jardins ont recentrés leurs intérêts sur leurs petits univers, délaissant la sphère collective ( thèse de Tocqueviile sur la démocratie...)

    matador

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'arrive pas à comprendre cet intérêt excessif et dérisoire pour la sexualité d'un tel ou d'une telle !

      JPB

      Supprimer
    2. j en parle simplement parce qu'on y fait allusion dans le texte.....sinon j'y accorde aucune importance...

      Matador

      Supprimer
    3. @matador: Qui est caracalla ? Et qu est-ce que cela peut foutre qu il soit homo?

      Supprimer
    4. juste un grand résistant, secrétaire de Jean Moulin; bon le commentaire n'a pas été remis dans son contexte, pas grave...

      Supprimer
    5. Oui, j avauis pas fait le ien Caracallas => Cordier => Jean Moulin. ceci dit , je ne vois pas toujours pas en quoi son homosexualité ait une quelconque importance

      Supprimer
  18. Oui, bon, moi je veux bien mais le discours incantatoire ça ne change pas les choses.
    Les Ukrainiens nous montrent - à tort ou a raison mais là n'est pas la question - de quelle manière on peut déstabiliser un pouvoir. C'est plutôt en ce sens qu'il faudrait conduire la réflexion, vu la gravité de la situation.
    (Bon, je ne me vexe pas si tu supprimes, bien sûr).
    Amitiés.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout la CIA qui cherche à déstabiliser Poutine via l' Ukraine !
      Bien évidemment, l'UE inféodée marche dans la combine .

      JPB

      Supprimer
    2. il faut reconnaitre quand même que les dirigeants ont l'air de pas mal s'engraisser; si c'es vrai les ukrainiens ont des c....., pas comme les français.
      Matador

      Supprimer
    3. Exactement et pour avoir des bases de l´otan directement a la frontiere avec les russes, pour l´etape suivante.

      Mais comme le dit tres justement Nouratin "A TORD OU A RAISON",....c´est effectivement une idée qui se generalise de plus en plus, et partout ... l´exemple que donne l´Ukraine. !!!

      Et je pari que si les "manifestants" gagne labas leur combats il y en a beaucoup qui voudrons essayer en europe de l´ouest .... D´ou mauvais calcul de l´UE ...

      Et Gaino comme beaucoup d´autre, commence a sentir fraichir le temps, et vient nous faire la lecon ...
      Sauf que c´est tout simplement trop tard, ...
      et les psalmodies de s´aimer les uns les autres n´y changera plus rien !!!

      Pour le reste je ne veux pas prendre parti, puisque contrairement a beaucoup ici je ne suis pas proche de l´UMP, je voudrais simplement et humblement dire bravo a Catoneo et Claribelle ...

      Supprimer
    4. @pangloss: Le jour où tu verras les Français se secouer les puces comme les Ukrainiens, tu m appelles et on y va !

      Supprimer
  19. Je ne me souviens pas qu'il ait été ministre , que porte-plume de Sarkosy , je ne comprends pas le procès d'intention qu'on lui porte , si mes souvenirs sont bons c'est le président qui dirige un pays et non celui qui lui écrit ses textes , entr'autre son discours que tu cites j'y adhère complètement .
    Diviser pour régner ne devrait plus être d'actualité , jusqu'à ce jour j'ai toujours eu des conversations politiques avec mon entourage , souvent l'apéro aidant , avec de fausses engueulades qui se terminaient en éclats de rire , maintenant nous ne rions plus .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: Moi non plus je ne comprends pas bien ce procès de la part de la plupart des commentateurs, Je pense sincèrement qu il se trompe sur le personnage Guaino. néanmoins, ce procès est révélateur de la défiance des français lambda vis à vis de la classe politique.
      Je me serai fait passer pour l auteur de ce texte , les commentaires auraient été radicalement différent.

      Supprimer
  20. bonsoir corto !

    sur la lettre de HG que vous publiez :
    discours classique de politicard ...
    phrases creuses voire ultra-gauchisantes
    "Comment vivre ensemble, comment se sentir solidaires, comment partager"
    "pétrie d'humanisme et de valeurs universelles"

    Question candide :
    "avez-vous conscience que vous jouez avec le feu ?"
    Un décadent veut détruire parce que c'est son intérêt
    un muzz veut du halal parce que c'est son intérêt
    s'imaginer qu'il(s) pense(nt) à l'intérêt adverse est une utopie

    très bonne conclusion :
    "Je suis parti. Que faire d'autre ?"

    sur la vidéo (c'est à vous de F5) dont je viens de voir l'extrait
    c'est typique de ce que je pense
    La france est désormais multi-civilisationnelle
    leur "bien" est notre "mal", notre "mal" est leur "bien"
    il est ILLUSOIRE de vouloir discuter, parlementer ou échanger des points de vue
    avec des décadents dont le "bien" consiste à détruire notre mode de vie
    un peu comme NDA qui en est venu à traiter un journaliste de "grosse merde"

    je remarque aussi que pas mal de commentateurs sont lassés de cette droite UMP
    qui ne peut plus trouver de compromis et qui le prétend encore ...

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jmespe: Sont-ils lassés de l UMP ou sont ils fâchés avec la classe politique. le problème quand on est fâché avec tout le monde, c'est qu on ne cherche plus a savoir qui peut nous rabibocher. Alors on tape sur tout le monde y compris sur les quelques esprits qui sortent du lot.

      Supprimer
    2. "nous" rabibocher ...
      toute la question est de savoir QUI vous mettez dans le nous
      et je dirai surtout : QUI vous excluez de ce "nous"
      car à force de vouloir joindre l'injoignable, on finit par courir après le compromis impossible

      "on tape sur tout le monde":
      ah je me relis et je confesse avoir écris "politicard": il faudrait vraiment que j'apprenne à devenir gentil
      Ceci dit, Gaino sort du lot , je vous l'accorde, mais reste qu'il croit encore au compromis impossible.
      il faut qu'il passe une étape avant de pouvoir NOUS rabibocher

      cordialement

      Supprimer
  21. Mégalomanie quand tu nous tiens.
    C'est sûrement sincère mais vraiment ridicule.
    Ma France ! Une idée de la France pourrait il dire.....
    Il écrit bien mais s'exprime mal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Didstat: On ne doit pas être du même monde. Chez moi, on ne m a jamais enseigné que sincérité pouvait rimer avec ridicule.

      Supprimer
  22. Je pense pour ma petite part , que monsieur Guaino pose de vraies questions avec son style propre . il pose la question de la responsabilité du politique dans l'exacerbation des tensions ,à l'intérieur d'une société en crise . Le danger aussi de ces jeux politiciens qui ne visent pas à la cohésion d'un corps social fragile mais bien à des calculs sans grandeur . Pour qui se revendique de l'héritage du général de Gaulle , il est évident qu'on ne peut qu'avoir mal face à cette France gouvernée à vue . Remercions au moins le général de Gaulle d'avoir doté la France d'institutions qui lui ont assuré une stabilité politique . Malheureusement , ceux qui président actuellement aux destinées de notre pays sont davantage dans la logique des partis et de leurs tripatouillages . Le " peuple " en a conscience d'où sa désaffection vis à vis du pouvoir politique et du pouvoir médiatique qui lui est inféodé ( en grande partie ) . Que l'exercice du pouvoir ne se limite pas à des droits mais a des contreparties en terme de devoirs et de responsabilités ...c'est une question qui mérite d'etre posée .. . Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marguerite, vos conclusions sont pertinentes..
      La constitution de la Vème a été taillée pour un homme d'État qui plaçait l'intérêt de la France au dessus des combines de parti.
      Et surtout, De Gaulle voulait tenir son pouvoir du peuple qu'il questionnait régulièrement.
      Alors, quand hollande envoie 730.000 pétitions à la poubelle, la méfiance ne peut que prendre le dessus.
      Pour ne rien arranger, l'UE est devenue une grosse organisation dont les décisions sont de plus en plus incompréhensibles et anti-démocratiques.

      http://www.dailymotion.com/video/x1ce9f3_derapages-europeens-par-herve-juvin_news


      JPB

      .

      Supprimer
  23. Corto, c'est pas possible, vous perdez la raison là !!!

    Henri Guaino... le politicard politicien soit exactement le genre de type qui nuit à la France et au Français depuis 40 ans... Reprenez vous, de grâce !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Skandal: au moins si j en juge par le succès de ce billet, Guaino ne laisse-t-il pas indifférent. J aimerai être sûr que tous ceux qui le critiquent ici aient bien lu ce qu il a écrit et ne se laissent pas embraquer par la haine qu ils peuvent avoir de Sarkozy.
      Pour le reste, je te renvoie au commentaire de marianne ci-dessous.

      Supprimer
  24. L'impression générale que me donne certains commentaires de vos lecteurs, c'est que sans du tout critiquer le fond de ce qu'écrit Guaino, ils ne lui accordent pas le droit de l'écrire puisqu'il était la plume de Sarkozy.
    Cela s'appelle jeter le bébé avec l'eau du bain, et laisse prévoir bien des déboires électoraux encore pour tous ceux qui, de loin ou de près, étaient liés à Sarkozy.
    NKM, si tu me lis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'il est le droit de l'écrire, personne ne le conteste et surtout pas moi. Mais croire que ce type est sincère dans ce qu'il dit est très largement au dessus de mes forces.

      C'est bien le problème de la politique française : des personnes sans conviction, sans morale, sans honnêteté intellectuelle, qui disent tout et font l'inverse puis une fois en dehors du pouvoir (encore que Guaino est tjrs député) expliquent aux autres ce qu'il faudrait faire alors qu'eux même ont été incapable de faire quoi ce soit.

      Guaino se fout de la gueule du monde, c'est tout.

      Il se faut toujours moins de la gueule du monde qu'Hollande ceci dit...

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen