mercredi 26 février 2014

Centrafrique: On y est, on y reste. Jusqu'à quand ?


Hier 95% des sénateurs et des députés ont voté pour la prolongation de l'intervention militaire française en Centrafrique. Deux sondages récents nous disent qu'à 60% les Français sont contre cette intervention. Vous l'aurez compris, votre avis ne compte pas, c'est celui de vos représentants qui est pris en compte. C'est ainsi.

Les parlementaires ont donc voté massivement "pour". Faut dire que présenté comme cela a été fait, je ne vois pas qui aurait eu le culot de dire non: Comprenez, on ne va tout de même pas laisser nos p'tits gars sans renforts, on ne va pas laisser les chrétiens continuer à étriper les musulmans, se retirer maintenant, ce serait gâcher ce qui a déjà été fait, on a mal anticipé les difficultés mais il faut maintenant assumer, l'Europe va enfin venir nous aider, pour l instant cela ne nous a coûté que 100 millions d'euros, nous avons un devoir humanitaire, nous sommes redevables vis à vis de nos frères africains, nous avons une responsabilité, on pourrait nous reprocher de n'avoir rien fait, c'est la sécurité et l'avenir du pays de l'Afrique et du monde, tant qu'à faire, qui sont en jeu, et blablabla...

Bien, donc, après le Mali, on continuera à aider nos frères centrafricains, ça nous coûtera ce que cela nous coûtera, des centaines de millions d'euros et, hélas, sans doute, la vie de quelques uns de nos soldats. Cela nous rapportera, peut-être, la reconnaissance, certainement un accès privilégié à quelques ressources minières, le droit de modeler l'avenir de la Centrafrique... mais à part ça...

Alors, okay, et tant pis si Président nous avait dit les yeux dans les yeux, comme pour le Mali, que nous n'avions pas vocation à y rester et que ce serait une intervention de courte durée, on y est, on y reste.

Il y a pour cette intervention, une date de début, fin novembre 2013, et tous nos stratèges et nos politiques sont incapables de fixer une date de fin, preuve s'il en est du manque de vision stratégique de nos dirigeants. L'inconvénient lorsque l'on ne fixe pas de deadline, c'est que, en toute logique, on est incapable de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour mettre un point final aux opérations. Et comme en Afghanistan pour la France ou pour l'Irak avec les américains, ce sont des considérations de politiques intérieures qui mettront un terme à la présence de nos soldats en Centrafrique; que le problème nous ayant amené à nous y déployer ait été réglé ou pas.

A aucun moment hier pendant les "débats parlementaires" n'a été évoqué de date de fin de notre présence militaire. Alors vous verrez que nous y serons jusqu'à au moins 2017, que les centaines de millions d'euros seront devenus quelques milliards, et que la Centrafrique sera ce qu'elle est aujourd'hui, comme bien des pays africains, un pays faussement démocratique, en proie périodiquement à des conflits ethniques ou religieux et toujours aussi corrompue.

(En complément, lire l'excellent article "Centrafique et balle au centre" de l'ami Plouc.)

Folie passagère 2157.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

21 commentaires:

  1. Faute d'avoir la reconnaissance du peuple français Président aura peut être celle des peuples africains ... ou pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Angeledu64: mais celle du peuple africain ou centrafricain, je demande à voir. Viendra bien un jour ,par exemple,ou les musulmans iront crier sur les toits que la France a participé au nettoyage ethnico-religieux ou encore que les chrétiens quémanderont encore plus d aides.

      Supprimer
  2. Bonjour Corto,

    Il se trouve que je connais la Centrafrique pour y avoir séjourné quelques mois (et pas que dans un hôtel de luxe de Bangui, du moins ceux qui restent). Ce pouvoir nous a mis dans une belle m... et il va s'écouler quelques années avant que les troupes françaises quittent le pays. Je ne peux que conseiller la lecture des billets de Bernard Lugan sur ce sujet pour montrer l'impasse dans laquelle la nullité de nos dirigeants nous a placés. Son dernier billet, où il interroge Philippe Meunier, député du Rhône, secrétaire de la commission Défense et membre de l'UMP (la droite de l'UMPS) qui vient juste de rentrer d'une mission d'information dans ce pays, donne de précieuses indications sur l'état du pot de pus que les politiques, une fois de plus, ont refilé aux militaires. Bon courage à ces derniers, ils vont en avoir besoin. En particulier, ce député tord définitivement le cou au soi-disant génocide ourdi par ces salauds de chrétiens dont ces pauvres musulmans seraient les innocentes victimes:
    "Bernard Lugan: A lire les médias, ce sont les chrétiens qui massacrent les musulmans alors que pendant un an, ces derniers les martyrisèrent. Avez-vous pu mesurer le degré de haine entre les communautés? Pourquoi les chrétiens en veulent-ils à ce point aux musulmans ?
    Philippe Meunier : Les islamistes du Seleka, avec la complicité de leurs collaborateurs, ont procédé à Bangui et dans l'ensemble du pays à des massacres sans nom des mois durant à l'encontre des chrétiens. Conséquence de ces viols et massacres de masse, les chrétiens ne veulent et ne peuvent plus aujourd'hui vivre avec et aux côtés des musulmans."

    Michel Goya, sur son blog "La voie de l'épée" (http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2014/02/des-soldats-des-soldats-et-encore-des.html), complète utilement les billets de Bernard Lugan. A travers cette intervention, nous touchons de plein fouet l'impéritie qui a guidé nos dirigeants depuis une vingtaine d'année en matière de Défense. Nous aurions tort de les sous-estimer les africains qui, quels que soient leurs qualités et leurs défauts, se rendent avant tout compte que le roi est de plus en plus nu et qu'il n'a plus un rond. Nos pseudos élites ne connaissent ce continent qu'à travers le prisme idéologique qui leur sert de cerveau. Quant aux nouvelles élites africaines, ils ont tourné la page de la décolonisation et en règle général, ont peu de respect pour l'ancienne puissance coloniale surtout depuis la fin de la parité entre le franc français et le franc CFA. A cela s'ajoute, mais on n'en parlera pas dans la presse subventionnée nationale, la haine des centrafricains, en particulier à Bangui, envers les militaires français surtout depuis le crash d'un Jaguar en mars 1986 sur un quartier proche de l’aéroport. Même si la paix revient, ce dont je doute, nos troupes se retrouveront rapidement face à cette haine et là, il leur faudra être très prudentes. Là est la triste réalité: un pays qui sombre et ce n'est pas de la Centrafrique dont je parle.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu l'interview de Ph Meunier et je dois avouer l'avoir trouvé bien approximatif sur la situation. Il est vrai qu'il n'y est resté que 24 heures.

      Supprimer
  3. MoiJe nous avait promis une intervention éclair.  Mensonge ! Je ne veux pas leur faire de la propagande mais j'ai quand même retenu le nom des rares UMP qui ont eu le courage de voter contre, suivant en cela grosse majorité des français.

    La fine équipe qui nous gouverne a envoyé nos soldats en Centrafrique, la fleur au fusil, sans avoir pris la mesure de la situation ; On allait voir, c'qu'on allait voir.... Tout ça, pour gagner quelques points dans les sondages et en songeant à quelques contreparties illusoires. Maintenant qu'ils ne savent plus comment se sortir de ce bourbier, ils implorent l'aide de pays tiers qui ne sont pas très chauds pour leur prêter main forte, et c'est bien normal.

    Quant au retour de nos soldats, ce sera vraisemblablement quand le fanfaron qui nous sert de président estimera que trop d'hommes sont tombés au champ d'horreur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: tout cela est bien bel et bon mais je n ai toujours pas compris pourquoi la France y est allé seule et si avec si peu de moyens. Déjà il y a un peu plus d un mois ( comme) beaucoup j écrivais que ce n est pas avec 1600 gusses qu on pouvait s en sortir. L'armée, c'est pire que dans le civil, quand il y en a 800 sur le terrain , il y a en a 800 qui se repose, qui gère l intendance, entretiennent les matériels etc... donc ce n est pas avec 800 gars en permanence qu ils pourraient pacifier un pays aussi vaste.
      Les deux principes de départ étaient donc vérolés d'entrée: le temps et le nombre. Président a menti, Le Drian a menti et les conseillers politques ont menti. Point barre. On sera dans ce bourbier pendnat encore des années.

      Supprimer
  4. Pour une fois que les chrétiens tapent sur des musulmans, nos socialistes s’inquiètent par contre dans le cas contraire,ils laissent faire.

    On pourrait en faire un D.O.M et en profitait pour donner l’indépendance aux copains de la Taubira.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas; Comme déjà évoqué je ne sais plus, il serait intéressant de nous expliquer ce que les muzz ont bien pu faire aux chrétiens pour que ces derniers aient une telle soif de vengeance, soif qu ils étanchent comme on le sait.

      Supprimer
  5. Ce qui commence à vraiment poser problème, mon cher Corto, c'est qu'une fois de plus, l'UMP a été incapable de voter d'une seule voix.
    Il y a eu les votes contre, les votes pour et les abstentions.
    Serait-ce que les électeurs auraient donné des consignes à leurs députés ?
    Ou bien votent-ils au petit bonheur la chance comme ça leur passe par la tête ?
    En tous les cas c'était inutile de dire, comme l'a fait Christian Jacob, que le Président avait menti.
    D'une part parce que le Président ment toujours. D'autre part parce que personne ne l'a cru quand il a dit que l'opération Sangaris serait rapidement menée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: 229 députés UMP, 14 ont voté contre et 5, je crois, se sont abstenus, autant dire que c'est plutot un vote de cohésion.
      Et que pouvaient-ils faire d autres que globalement voter " pour " ? excatement pour les raisons que j expose ici.
      Par contre , il serait bien que l on donne à l un des" contre" l occasion d expliquer pourquoi il a voté contre, ce qui ne manquait pas de courage. Il va sans dire que si j avais été député, j aurai moi aussi voter...contre.

      Supprimer
  6. On y reste, jusqu'au bout... même s'il n'y a pas de bout !

    La France n'a plus que quatre atouts mondiaux dans sa manche, le reste c'est fromage et pinard.
    - Un fauteuil permanent au Conseil de Sécurité
    - Une marine nucléaire pour tenir le fauteuil
    - L'aéro-spatial
    - la garde du continent africain

    On n'a pas le choix, sauf à accepter le destin du Portugal, disait le Grand Charles.
    A choisir entre les surnuméraires de la fonction publique et les OPEX en Afrique, pour moi il n'y a pas photo.
    Ca finit par rapporter quelque chose à la fin, contrairement aux rationnaires du TPG, en plus de consolider la francophonie qui à l'étonnement de tous s'étend en tache d'huile en Afrique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @catoneo: ça finit par rapporte quelque chose ? oui, peut etre, quoi, quand, ou comment ? et ds ce cas pourquoi dire qu on y est pour une courte durée ?

      Supprimer
  7. bonjour à tous ...
    bon billet et commentaires instructifs, bien plus que la télé !
    petites question ou remarques :
    1- oui, qu'allons nous faire encore en Afrique ? Catoneo nous dit "étendre la francophonie " mais dans quel but ?
    celui d'avoir encore plus de clandestins qui nous choisissent comme destination ????
    2- euh sur la photo, il y a un noir noir ( comme dirait robin) avec le même uniforme que les 2 français, est-ce normal ?
    3- où en est-on de l’Afghanistan ?

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jmespe:

      1) si je voulais me moquer je dirai que l on a pas besoin de militaires pour étendre lafrancophonie, notre ministre Benguigui ayant mis au point un site internet permettant a toute personne voulant apprendre le Français de le faire, y compris en Afrique sous réserve d avoir une connexion haut débit (sic)
      2)Oui, oui, il y a des personnes de couleurs dans l armée française.
      3) Pépère avait promis qu il n y aurait plus de forces combattantes françaises fin 2012 en Afghanistan. Il y a encore près de 500 militaires français officiellement pour ranger er rapatrier le trilatérale et donner un peu de formation à la nouvelle armée afghane...

      Supprimer
  8. Quand on y va, il faut savoir pourquoi on y va. Et il faut en avoir les moyens. Ceci reste flou et mal conduit. Les parlementaires sont pour et l'opinion contre. Les parlementaires sont-ils des va-t-en guerre ou l'opinion a-t-elle été mal informée?
    Opération Sangaris? On a l'anesthésie mais où est l'opération?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pangloss, on n'y va pas. On y est ! On a du monde en permanence partout depuis cinquante ans.
      Pratiquement tous les postes coloniaux sont réactivés en temporaire qui dure.
      Mais je ne défends pas la méthode Hollande avec ses conneries d'élections libératrices, méthode qui fait pouffer publiquement Ban Ki Moon, lui-même !

      Si nous voulons avoir encore un peu d'influence dans le monde - mais on n'y est pas obligé non plus - c'est l'Afrique qui nous sert de révélateur. Le ton des Chinois a beaucoup baissé depuis deux ans et l'Algérie coopère si tant est qu'on ne le dise pas.

      En Europe, la main est passée au IV° Reich et tout le monde s'en porte bien, même les PIGS, c'est un comble !
      L'Italie ne nous écoute plus, l'Espagne encore moins, le Portugal, rien à cirer, la Grèce a compris qu'on était des phraseurs sans le sou, etc...
      Si, il en reste un qui nous aime. Obama nous donne le susucre.

      Supprimer
  9. Je laisse tous ces "lapins crétins" dans leur M***. Et souhaite que, à force d'en balancer partout, cela finisse par leur retomber sur le coin de la figure et qu'ils en soient bien embousés et parfumés...
    Les dindons de la farce sont toujours les mêmes con-tribuables, au premiers rang desquels, et à double titre, les militaires.

    Toutes mes pensées pour ces vaillants et courageux miliaires, ainsi qu'à leurs familles.
    Quant aux "basheurs" qu'ils reçoivent le châtiment 1 000 fois mérité. Enfin !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: oh, hé, le contribuable, il se la ferme, okay, la Centrafrique, c'est de l humanitaire qu on est parti faire,: amener la paix dans le pays et ça, foi de Président, ça n a pas de prix et tant pis si on a plus de sous ! compris ?

      Supprimer
    2. @ Corto
      Non, rien compris du tout !
      Trop vieille et la tête trop dure !... :o)

      Supprimer
  10. On va avoir droit à un remake des "tutsi hutu" en 1994 ? Mais pépère à trop besoin de l'islam en france alooorssss les chrétiens vont avoir chaud aux plumes et nos économies vont partir en fumée avec l'envoi de troupe fraiche .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: ah mais les chrétiens, si j en crois les médias sont déjà coupables.. Pour le reste, il y va de la grandeur de la France d aller pacifier là où cela guerroie , et tant pis pour nos éconocroques et la dépense publique.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP