lundi 24 février 2014

Ukraine: Préparez la monnaie !


Il convient de se réjouir de la chute de l'infâme Ianoukovitch et de saluer le courage des insurgés de la place Maïdan et le sacrifice d'une partie d'entre eux, policiers y compris. Soit. Alors saluons avec respect même si on a du mal à savoir qui étaient réellement ces insurgés: Russophobes, pro-UE, ultra-nationalistes, nazillons en puissance...

Mais on aurait tort de se réjouir trop vite. J'ai le souvenir d'autres pays où la chute des dictateurs en place, parfois organisée par des intérêts extérieurs, a engendré un chaos indescriptible et durable.

Pour revenir à l'Ukraine, j'ai cru comprendre qu'à l'origine des émeutes, corruption endémique, népotisme et trahison de promesses électorales mis à part, c'est la décision de Ianoukovitch de suspendre les négociations avec l'UE qui a mis le feu aux poudres. L'Ukraine en situation imminente de banqueroute a besoin d'argent. Pragmatique, Ianoukowitch avait deux options: L'UE qui proposait 600 millions d'euros sous réserve de l'application quasi immédiate de toute une batterie de réformes politiques, démocratiques et économiques ou la Russie de Poutine qui mettait sur la table, tout aussi immédiatement et sans conditions de réformes politiques et démocratiques, 15 milliards de dollars. Le logiciel qui sert de cerveau à Ianoukovitch a vite fait son choix, mal lui en a pris, il est en fuite aujourd'hui et recherché pour "crimes de masse" ( néologisme ?).

Bien ceci étant, et compte tenu du bordel ambiant entre russophiles, russophones, russophobes, nationalistes, pro-Europe, Ukraine riche à l'est (25% des richesses du pays sont produites dans la seule ville de Donetsk), Ukraine pauvre à l'ouest, institutions locales en déliquescence, etc... il serait illusoire de croire que le pays peut s'en sortir par lui-même, encore plus illusoire d'imaginer qu'il puisse trouver seul, si ce n'est par l'opération du Saint Esprit, les 35 milliards (sur deux ans) dont on nous dit aujourd'hui qu'ils seraient indispensables pour éviter la faillite totale et l'effondrement du pays.

Reste donc à savoir qui va payer... Les nouvelles et provisoires autorités ukrainiennes appellent à la tenue rapide d'une conférence de donateurs...

L'Europe ? Elle proposait 600 millions étalés sur plusieurs années. La Russie proposait 15 milliards. Les USA, on ne sait pas trop mais on les imagine bien en embuscade, John Kerry et Mac Cain n'ont pas fait (plusieurs fois) le voyage pour rien. La Chine, silence médias.

Mézavi que la poire va être coupée en trois: Europe, Russie et USA vont mettre au pot au prorata de leurs disponibilités et on en reviendra peu ou prou à la situation de départ.

En ce qui concerne l'Europe, une certitude, l'argent qui sera prêtée-donnée à l'Ukraine viendra de nos poches à tous, préparez la monnaie ! Se pose donc de nouvelles questions: Nous a-t-on demandé ne serait-ce qu'une fois si nous étions d'accord pour aider l'Ukraine ? L'aide prévue a-t-elle été inscrite dans le budget de l'UE (quelqu'un pour répondre?) ? Sur quel budget rognera-t-on pour financer cette aide ? La France qui peine à trouver 50 milliards d'économies va-t-elle s'engager financièrement et indépendamment de l'Union pour aider l'Ukraine ?

L'Europe a annoncé aujourd'hui que son aide à l'Ukraine sera conditionnée par la bonne tenue des élections qui doivent se tenir au mois de mai prochain. Hasard sur le choix de la date, je ne sais pas mais cela tombe bien, c'est à la même période que se tiendront les élections européennes. La question de l'Ukraine doit aussi être un enjeu de cette campagne et chaque liste candidate devra proposer ses solutions. Pourquoi ?

Parce que la photo ci-dessous me reste au travers de la gorge...

Folie passagère 2154.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

23 commentaires:

  1. Quand parlerons-nous du Venezuela, "où le gouvernement Maduro envoie des colectivos (gangs paramilitaires) tirer à balles réelles contre la population". ?

    http://www.enquete-debat.fr/archives/pourquoi-les-medias-parlent-de-lukraine-et-pas-du-venezuela-63521

    JPB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JPB: Le Venezuela , on s en tape en Europe, c'est un GVT de gauchistes soutenus par le FdG de Melenchon et une partie du GVT français., l 'Europe n y a pas d intérêts économiques Maduro, l héritier de Chavez, Chavez dont un actuel ministre français fit l'éloge. fermez le ban. Circulez !

      Supprimer
  2. On sait où mènent les révolutions. 1789 et ses dizaines de milliers de guillotinés, des dizaines de milliers de noyés, sabrés, etc., sans oublier les guerres qui ont mis l'Europe à feu et à sang jusqu'à la chute de l'usurpateur. 1848 qui au final n'a profité qu'à Louis-Napoléon Bonaparte. Je doute que l'UE soit en mesure de réellement pouvoir jouer le rôle que certains aimeraient lui voir jouer. Poutine ne face saura très certainement trouver le moyen de garder tout ou partie de l'Ukraine dans l'orbe russe. Après tout, la moitié des provinces ukrainiennes sont entièrement ou à 50% russophones et une des premières mesures de ce nouveau parlement, qui montre s'il en était encore besoin que le parlementarisme est une imbécillité, a été de retirer au russe le statut de seconde langue officielle du pays. C'est à mourir de rire. Comme si l'ukrainien était une langue à part entière, alors que sa grammaire remonte aux années 20 et que la culture ukrainienne n'existait tout simplement pas avant le XVIIème siècle. Sans compter que l'Ukraine est le berceau historique de la Russie qui est née à Novgorod puis à Kiev au IXème siècle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, quoi, nous allons cracher au bassinet ukrainien, c'était couru d'avance.
      Jolie photo, en tout cas, très touchante.
      Amitiés.

      Supprimer
    2. Il ne faudrait tout de même pas laisser croire que l'ukrainien n'est qu'une sorte de "patois" du russe : il s'agit bien de deux langues distinctes et pas si proches que cela l'une de l'autre. un ami ukrainien me disait naguère qu'il comprenait plus facilement le polonais que le russe…

      Supprimer
    3. Non, l'ukrainien n'est pas un patois du russe, mais une vraie langue. Beaucoup plus pauvre cependant que le russe (environ la moitié du vocabulaire est identique ou presque) Même dans les territoires pro-UE, les élites conversent en russe.
      Et puis, faudrait se méfier un peu des généralités est = pauvre et pro-russe, ouest = riche et pro-Europe, manifestants gentils et gouvernants méchants, Ianoukovitch pourri et Timochenko Jeanne d'Arc. C'est loin d'être aussi simple. Timochenko, par exemple, a largement autant de casseroles que Ianoukovitch.

      Supprimer
    4. @Koltchack: L'Europe va jouer tenter de jouer sa carte en Ukraine pousser qu elle l'est par l Union, ses projets économiques, par l Allemagne et les USA. maintenat c'est vrai qu elle ne fera pas le poids face aux milliards de Poutine.

      @Nouratin: cracher au bassinet passe encore mais combien ? sur quel budget ? au détriment de quoi ?
      quant a cette photo, elle représente bien l hypocrisie en politique internationale.

      @Didier goux: a vari dire la seule chose que je sais c'est qu il y a bien deux langues mais que le Russe est plus largement employé que l Ukrainien sur le territoire.

      @Francis: Notre Francis a Boutfil et moi ou un autre ?
      Personne ici n a dit que l Ukrainien était un patois. Et sauf erreur de ma part, c'est l inverse: C'est l 'ouest qui est "pauvre ", pro UE et agricole et l'est qui est " riche " pro-Russe et industriel.
      Et tout le monde a effectivement compris que c'était loin d etre simple.

      Supprimer
  3. C'est bien le problème deux peuples différents dans un même pays, catho, polonais d'un côté et orthodoxe russe de l'autre, d'un côté des pauvres de l'autre les nantis.
    Que va t-il se passer? Européens et russes souhaitent la paix, y arriveront ils? La guerre en Yougoslavie nous avait tant surpris j'espère que l'Ukraine ne réitérera pas ce scénario horrible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lady watterloo: que va-t-il se passer ? Nous verrons mais je ne serais pas surpris que les hostilités reprennent d ici un an ou deux.

      Supprimer
  4. Le problème à résoudre avant la gymnastique démocratique est d'extirper l'économie du pays de la mafia qui prospère depuis le premier jour de la sécession. Sinon, la mafia va susciter ses candidats et remiser les limousines le temps que ça se calme. En fait c'est un gigantesque Sicile de quarante millions d'habitants sur la superficie de la France.
    D'autre part on se plaît à diviser l'Ukraine entre deux peuples homogènes sur la base de spécificités culturelles, surtout à droite chez nous, mais la réalité du terrain est beaucoup moins tranchée. La question religieuse n'est clivante qu'autant les Ukrainiens s'adonnent à la pratique !! Il y a surtout autant de profiteurs et d'exploités de part et d'autre de la "frontière" linguistique.
    A noter que les caciques du pouvoir ont tous été serrés dans les provinces russophones. Ianoukovitch est sur un bateau russe à Sébastopol.
    D'ici à ce que Poutine le fasse jeter à la mer comme un pitbull qui a perdu le combat de chiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @catoneo: j ai l impression qu en Ukraine c'est un peu comme ce vieux dicton polonais que j'avais appris de collègues varsoviens: si tu ne voles pas ton entreprise ou ton pays, c'est ta famille que tu voles !

      Supprimer

  5. Ukraine: Préparez la monnaie !

    Si l'Europe se sait pas faire tourner la planche à billets comme son modèle américain c'est même pas la peine quoi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fredi maque:même pas la peine certes sauf qu elle était prête l Europe a fourguer 600 millions à l Ukraine et que je suis quasi certains qu elle a déjà renouvelé l offre.

      Supprimer
  6. On entend tout et son contraire sur l'Ukraine, pays auquel nous sommes sommés de nous intéresser. L'Europe va payer si les élections sont transparentes et démocratiques? Et alors? A ce compte, combien nous coûterait la Corée du nord?
    Tout ce que je comprends, c'est que les "donateurs" vont devoir emprunter pour contribuer. Et le déficit va se creuser encore.
    Et merde!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: l'Ukraine n avait plus grand chose de démocratique que l Europe se proposait tout de même de l aider... quoiqu’il nous en coûte !

      Supprimer
  7. Tu réagis en caricature de l'UMP! Combien cela va coûter? Tu es très intelligent pourtant. Il me semble que se joue quelque chose de très important, une agression directe de la Russie qui, contrairement aux pays agressés précédemment, est puissante. L'Europe se crée des ennemis à ses frontières, Arabes et Russes, par soumission aux USA.
    Historiquement, cela ressemble au "Drang nach ostern" de tes amis boches qui bossent eux. Donc tu vas payer pour que l'Allemagne trouve un nouveau partenaire économique et une main d'œuvre bon marché.
    L'histoire s'est remise en marche et les Français ne voient rien, comme souvent.
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jard: tu es tellement pris ds ton truc que tu ne te rends même pas compte que mon billet prouve que justement, je vois bien ce qui se passe.

      Supprimer
  8. La "revolution" made in CIA, a comencé quand Ianoukovich a preferer rester dans la zone d´interets russe plutot qu´occidental, ce qui est la marque d´un honnete homme.
    Pourquoi, parceque la 3" guerre guerre mondiale a deja commencée, et on en est au stade des preliminaires de positionement.
    Pour pouvoir attaquer l´iran il ne faut pas avoir les russes dans le dos, alors ils essayent de les virer de mediteranne en les virant de syrie, simple !
    Mais comme en fait c´est compliqué un illuminée de Washington prend le probleme en amont, pour virer les russes de CRIMÉE, si ils y arrivent, de fait les russes ne pourront plus deboucher en mediterannee et perdont toute leur "puissance" au sud.

    Maintenant est que les russes vont se laisser faire .... la reponse est NIET !
    Les russes sont des joueurs d´echec contrairement aux yankee qui sont des joueurs de poker, faut jamais oublier ca !
    En plus des motifs historiques tout a fait valables, si les russes reculait sur la crimée il renoncerait d´eux memes a jouer un role international et redeviendrais pas grand chose, mieux vaut ne pas rever, ils ne feront jamais ca !
    Si Poutine n´a pas aider ianoukovich, c´est parcequ´il ne voulait pas chiasser ses JO, mais surtout parcequ´il voyait plus loin .... laisser aller la merde autant qu´on peut pour au final diviser le pays Bien sur tout le monde va gueuler et lui au final lachera du mou en se contentant de la Crimée (ce qui en fin de compte est la seule chose qui l´interesse).
    La l´otan ataque, on a une 2" guerre de Crimée et dans la foulée la 3 " guerre mondiale, soit les yankee plie et on a quelques année de rab de paix.
    Et toutes les gesticulations intermediaires des uns et des autres ne sont que pures couillonades !!!

    En toute humilitée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Eno Va: la 3eme guerre mondiale a commencé... C'est pas un peu tiré par les cheveux ton raisonnement ?

      Supprimer
    2. Virés ou non de Crimée les russes n'ont aucun accès aux mers chaudes, ils doivent faire passer leurs navires de guerre par les détroits du Bosphore et cela a toujours été leurs problèmes depuis qu'ils désirent être une grande puissance

      Leur base en Syrie de Tartous leurs est indispensable, ils ne lâcheront jamais Assad, quitte à prendre le risque de créer une zone protégée dans cette région.

      Pour les iraniens, leurs raisons de soutenir Assad est différente, les alaouites sont une branche du chiisme et s'ils peuvent en plus pourrir la vie aux saoudiens qui à la différence des iraniens ne peuvent envoyer des troupes.

      Pour les ukrainiens, nous allons encore récupéré un canard boiteux d'une gérance communiste;

      Supprimer
  9. Alors et si j'ai bien compris, mon cher Corto, les eurocrates ont décidé de laisser tomber la Turquie et de remplacer les Turcs par les Ukrainiens, parce que eux au moins, ils ont fait la révolution, et qu'ils ont eu des morts ?
    Mais si au lieu de leur proposer une somme ridicule - 600 millions d'euros - ils avaient d'emblée proposé les milliards d'euros que finalement ils paieront, l'Ukraine aurait pu signer l'accord avec l'UE, au lieu d'être obligée de se retourner vers la Russie, et il n'y aurait eu ni révolution, ni tous ces morts.
    C'est ça, ou bien je n'ai rien compris ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: C'est exactement ça à ceci près que l UE n a pas loin de là tous les milliards que réclame l 'Ukraine

      Supprimer
  10. Mais que fait le Qatar ? Il pourrait donner quelques milliards à Moumou qui rachèterait l'Ukraine et en faire une colonie française ;-)
    On ne peut qu'extrapoler avec les russes et leurs décisions , comme dit plus haut , ce sont des champions en échec et ils ont la patience avec eux , laisser pourrir et voir , en attendant la mafia va prendre le relai si ce n'est pas déja fait .

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique