lundi 29 octobre 2012

Intensifier les relations avec les musulmans ou collaborer avec l'ennemi ?

Vient de se terminer à Rome La 13e assemblée générale ordinaire du Synode des évêques. Le but de grand raout était, d'après ce que j'ai compris, de définir de nouveaux axes pour l'évangélisation et la transmission de la foi chrétienne.

Les 400 participants ont remis au Pape 58 propositions visant à déployer plus encore, urbi et orbi, " la rencontre avec le Christ ". 3 priorités ont été définies par Benoit XVI: une pastorale ordinaire ravivée, une mission ad gentes qui tienne compte de la mondialisation, et enfin l’adoption de nouvelles méthodes pastorales adaptées aux différentes cultures du monde. En gros, il s'agit donc de faire en sorte que l'Eglise soit plus ouverte sur le monde et sur les autres. Jusque là... j'arrive à suivre mais je m'arrête sur la proposition n° 53:

" Intensifier les relations avec les musulmans:
Le dialogue avec tous les croyants est une partie de la nouvelle évangélisation. L’Église invite les chrétiens à persévérer et à intensifier leurs relations avec les  musulmans. (…) En dépit des difficultés, ce dialogue doit se poursuivre. (…) Fidèle à l’enseignement de Vatican II, l’Église respecte les autres religions et leurs croyants et est heureuse de collaborer avec elles dans la défense et la promotion de la dignité inviolable de la personne."

Et je me dis que la politique de la main tendue c'est beau comme un épisode des Bisounours. L'idée est belle mais j'ai quand même de gros doute sur la capacité des musulmans à respecter les autres religions et leurs croyants.

Comment peut-on préconiser de collaborer avec " l'ennemi " ?

L'Eglise catholique n'en finira jamais de me surprendre.

Folie passagère 1413.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

33 commentaires:

  1. L'Eglise est-elle encore assez puissante pour vouloir vraiment quelque chose?
    Jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jard: l église quoiqu on en dise a encore une sacrée puissance

      Supprimer
  2. Rho, le beau procès d'intention, Corto ! "Intensifier les relations avec les musulmans" devient sous ta plume collaborer avec " l'ennemi " ?

    J'imagine que tu pousses la provoque, même si par fois, ce que tu dis peut être exact, mais de là à systématiser, quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. al west: bien sur qu il y a provocation ! néanmoins, l église catholique a toujours depuis JP II et Assise,de mémoire, tendue la main au monde musulman et qu'a-t-elle obtenu en retour?
      Va-t-en demander aux chrétiens d'égypte, de syrie, du soudan, du nigéria d'intensifier leurs relations avec les musulmans !

      Va-t-en demander à ceux qui sont sous la menace d'une décapitation pour s'être converti au catholicisme d'aller dialoguer avec les musulmans...

      Quant à la France... et à son église, y a hélas belle lurette qu elle n' a pas su enrayer la montée de l Islamisation et ses fidèles devrait aller maintenant dialoguer... allons allons, provoc oui mais pas que

      Supprimer
    2. "Va-t-en demander (et cætera...)" : pas plus que je ne demanderai aux disciples de Golias d'évangéliser les chantres de la FSSPX !

      Supprimer
  3. J'avais bien aimé la conclusion de l'article sur le Figaro, mon cher Corto :

    "Lourde machine que ce synode.
    La critique la plus acerbe aura été publiquement décochée, jeudi, par le général des jésuites, le père Adolfo Nicolas, un Espagnol. Il répondait à une question sur la faible présence de laïcs et l'absence de non-croyants dans cette assemblée : "Ce synode m'a rappelé la phrase de Steve Jobs : "je suis d'avantage intéressé par les questions des consommateurs que par celles les producteurs".
    Or dans ce synode nous étions tous des producteurs.""

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: je l'aime bien cet Adolfo Nicolas ! C'est peut-etre aussi cela le pb de l eglise catho: trop contempler son nombril et pas voir, ou faire mine de ne pas voir, ce qui se passe a l 'extérieur.

      Supprimer
  4. Comment des religions aussi opposées dans leurs dogmes peuvent-elles dialoguer? Comme si elles pouvaient négocier les paroles de leurs dieux et de ceux qui parlent en leurs noms! Et je ne parle que de dogmes. Pour les méthodes, le dialogue est impossible. On ne tend pas l'autre joue à quelqu'un qui affiche son intention de vous rayer de la carte.

    RépondreSupprimer
  5. PS: Sauf, bien sûr, si vous acceptez de vous convertir.

    RépondreSupprimer
  6. @pangloss: ns sommes bien d accord, c'est pourquoi je me demande tout de même ce qui a pu pousser ces dignitaires à prôner le dialogue avec les musulmans.
    Qu'ils commencent déjà a se poser la question de savoir pkoi les églises sont désertées et les mosquées pleines, pkoi la crise des vocations...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être parce que les Occidentaux croient de moins en moins à la divinité de Jésus, à son père, sa mère vierge, au Paradis, aux anges, archanges, séraphins et autres chérubins, à la présence réelle, aux miracles et autres fariboles, même enveloppées de considérations morales.
      Pour les musulmans ... heu ... ne soyons pas méchants!

      Supprimer
    2. @pangloss: ne soyons pas trop méchants??? S agit pas être méchant mais certainement pas de se laisser faire.

      Supprimer
  7. Salut Corto, le sujet de ton billet traite du gros dilemme dans lequel je me trouve.
    Car je ne suis pas quelqu'un qui perçoit le bien partout, on pourrait dire que je ne ressemble pas aux croyants de gauche, et du coup je me demande comment ils perçoivent l'Islam. Sont-ils socialistes jusqu'au bout, au point de laisser l'Islam redéfinir notre code génétique? La FRance ne sera plus Judéo-Chrétienne, mais bien Islamo-Judéo-Chrétienne. Bah oui, tous les jours on nous dit que la société change, que la France se redéfinit chaque jour, alors devons-nous leur préparer un lit ou commencer à montrer les crocs?
    L'Eglise doit-elle être ultra-tolérante, ou doit-elle se méfier de certaines choses?
    Je me pose plein de questions à ce sujet en ce moment. Mais je ne veux pas me distinguer des Chrétiens de gauche, préférant tendre vers l'unité que vers la division.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pierrre: je crois surtout que nos socialos ou du moins ceux qui nous dirigent préfèrent l'Islam et les musulmans pour des raisons electoralistes tel que le préconisait Terra Nova.

      L eglise fait ce qu elle veut mais a etre trop tolérante, on en perd son âme et son dynamisme

      Supprimer
  8. je ne crois pas que l'église catholique considère les musulmans comme des ennemis.

    Je crois cher monsieur que vous parlez de ce que vous ne connaissez pas, aveuglé que vous êtes sans doute par une idéologie d'intolérance.

    L'un des principe de la religion catholique est justement de tendre la main vers l'autre, comme Jésus l'a fait durant sa vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je comprends parfaitement ce principe, mais l'histoire, la vie, nous montre qu'ouvrir sa porte à tout le monde peut amener de gros soucis. Par exemple, un mec qui vous démarche, vous fait croire qu'il veut vous vendre une encyclopédie ou vous présenter sa religion, mais qui aura pour but de vous entourlouper, car ce sera une arnaque ou une secte, vous causera de gros soucis.
      A partir de là, se méfier pour se protéger est-il nécessairement à l'inverse du message de Dieu. Par tous les moyens je chercherai à protéger ma famille, et donc je ne peux ouvrir ma porte sans me méfier ou même considérer l'Islam, sans voir que derrière les frères musulmans agissent contre le peuple.
      Pensez-vous sincèrement qu'on n'est pas digne du royaume de Dieu si on n'est pas ultra-tolérant?
      Merci pour votre opinion sur ce sujet.

      Supprimer
    2. La phrase "Jésus est mort pour les pauvres" est celle qui a commencé à me faire m'interroger sur ce principe d'ouverture et de méfiance.

      Supprimer
    3. @anonyme: les pricnipes de la religion catholique, je les connais par coeur pour voir été élevé avec. Et a travers ma "remontrance" du jour, je ne fais pas spécialement reference aux musulmans de France ( encore que ) mais plutot a ceux de tous ces pays du moyens orient ou d afrique qui se plaisent au nom de la Charia à repandre le mal et la souffrance chez les chrétiens et chez les pas-comme-eux.

      Bien evidemment que l eglise ne considère pas les musulmans comme des ennemis . ma question est juste de savoir si elle ne ferait pas mieux justement de les considérer comme des gens qui n ont qu une volonté: assoir partout ou il est possible l'Islam ( et a leur place je ferai sans doute pareil ).

      L'Eglise catholique est en pleine perte de vitesse partout dans le monde, et elle devrait continuer a tendre la main ou l'autre joue . C'est son problème , je ne suis plus croyant encore moins pratiquant. Je lui reconnaissais cependant à l eglise certaines vertus: une en particulier, celle de " protectrice " d'une certaine vision de l homme. Incompatible avec celle pronée par l Islam.

      Supprimer
  9. l'Islam écoute les plus démunis , aide les jeunes et les moins jeunes dans les banlieus tout comme les sectes de tout poil et c'est ce que faisait encore il y a quelques décennies la religion catholique mais ça c'était avant et on s'étonne que l'islam gagne du terrain , que El Papa tend la joue à ceux qui veulent le voir disparaitre avec lui la communauté chrétienne , je suis athée et je m'en fiche de tout ce cinéma sauf que l'islam est plus un parti politique que religieux et maintenant je prends garde à l'embrigadement de ces fanatiques qui rique de changer notre socéité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: tu t en fiche mais " sauf que l Islam...... " Et effectivement, je trouve étrange que l'eglise demande de tendre l autre joue, la main et dialoguer avec des gens qui ne souhaitent qu une chose: sa disparition

      Supprimer
  10. Pour aimer l'Islam, il faut avoir regardé Enquête exclusive hier soir.
    Voir ce qu'est devenue la normalité dans certaines villes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le replay ou internet peuvent te venir en aide si tu es curieux :) Mais tout n'est pas Islam, j'ai exagéré. Ca, c'est vraiment pas honnête de ma part. Vraiment je suis pavé de mauvaises intentions pour ne pas avoir trop apprécié ce rituel.
      En tout cas, les fêtes improvisées sur bretelles de périf' sont de savoureux instants de vie marseillais. Tout ce qui fait le charme de cette bourgade mignonne. Un mariage somptueux, dans des lieux au charme indescriptible. Pour des moments inoubliables, où défier la République devient indissociable du Sacré chez la racaille. Tout le monde aura compris que je parlais du poisson.

      Supprimer
  11. Le problème vient encore et toujours de l'interprétation que font les hommes de la religion... Durant toutes les époques, les hommes ont "utilisé" la religion pour leurs propres intérêts... mais certaines religions ont évolué avec les époques et d'autres pas... La faute probablement au manque d'éducation dans certaines régions du monde... et qui s'est propagée un peu partout dans nos contrées... Je fais là bien entendu une généralité mais je pense pas être très loin de la réalité...

    Par contre, l'église catholique tendra toujours la main vers les autres... Mais dans ce cas précis, je suis pas certaine qu'elle ait raison de le faire de cette manière... mais ce n'est que mon humble avis...

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Titi pour votre réponse sur le sujet. Je pense à peu près comme vous, et me demandais si un Catholique de gauche percevait celui de droite, donc celui qui se méfie, comme son semblable vis-à-vis de Dieu, ou s'il le considérait inférieur parmi les croyants. Car avec les inepties bien-pesantes du gouvernement, on est censé se sentir coupable alors, si on refuse "la misère pour tous".
      Une bonne partie de l'Eglise n'est pas de gauche, et les bien-pensants voudraient presque faire croire que nous ne sommes pas de vrais croyants.
      Personnellement, ça m'aide, mais je considère tout le monde comme mon semblable, et admets la différence. Je l'apprécie même. Sauf que là, la morale est devenue déviance, et ça c'est gênant je trouve..

      Supprimer
    2. Il me semble qu'à gauche on se considère au delà de la croyance et de la religion... Car quand on passe sont temps à donner des leçons aux autres c'est qu'on se croit au dessus des autres... Mais, là encore je fais une généralité... Et d'ailleurs, je me demande s'il y a beaucoup de catho de gauche car il me semble que beaucoup de gauchistes sont athés ( et ne respectent pas les cathos... mais respectent les musulmans...) Mais je peux me tromper car je ne parle que de ce que je vois autour de moi...

      Dans la plupart des religions il y a une notion de respect de l'autre... Dommage que les hommes l'oublient si facilement...

      Titi

      Supprimer
  12. Corto , voilà la main tendue par l'église à l'islam , ce ne sera jamais possible et les propos de Kacem illustre le pourquoi , excuses-moi c'est un peu long mais c'est la suite du " Mais l'islam......."je comprendrais si tu supprime le commentaire , slt Corto et bonne soirée

    Suisse : Kacem El Ghazzali, un réfugié de la charia, interpelle les islamistes suisses

    Des athées et agnostiques arabes appellent l'ONU à bannir la charia

    _________________

    Je suis né dans une famille musulmane, j’ai été élevé comme un musulman, j’ai étudié l’histoire musulmane, le coran, la sunna, la sira, etc.

    Dans le monde musulman, être athée, c’est trop radical. Même ceux qui croient en Dieu, par exemple les chrétiens, sont persécutés et maltraités. Quand je dis que je suis athée, que je ne crois pas en leur dieu, les gens réagissent très mal ; ils ont plein de versets dans leurs saintes écritures appelant à la violence contre ceux qu’ils appellent les « infidèles ». En fait, les règles sur l’apostasie, la charia, les traditions et leur interprétation des textes religieux sont épouvantables pour nous.

    J’ai été menacé et je continue de recevoir des menaces même ici en Suisse. Des musulmans m’écrivent : « nous sommes partout ». Ces menaces, je les reçois comme un honneur car je suis menacé en raison de mon combat pour les droits humains et la liberté, de sorte que je ne peux pas vraiment leur en vouloir. Ces menaces, provenant de musulmans, ont un effet psychologique. Je ressens la peur, mais je ne peux pas céder, je ne peux pas arrêter ce que je fais. Je ne défends pas seulement ma cause personnelle, je défends celle de milliers de jeunes dans le monde musulman dont les conditions de vie et de sécurité sont beaucoup, beaucoup plus précaires que les miennes. Je crois que je dois tirer avantage du fait que je vive ici, en « sécurité ». Il y a quand même ces menaces de mort ; des musulmans radicaux et des groupes islamistes radicaux en Europe sont beaucoup plus dangereux que certains de ceux que nous avons dans nos pays.

    Je reçois beaucoup de messages de jeunes athées vivant dans des pays musulmans : en Arabie saoudite, en Iran, même en Afghanistan, au Pakistan. Ils consultent mon blogue en langue arabe et disent : « on te soutient, tu parles pour nous, tu permets à notre voix d’être entendue ». Notre problème, présentement, c’est que même les grandes organisations des droits humains, comme l’ONU, Human Rights Watch, Amnesty, ne se soucient pas des questions d’apostasie, de la charia et du sort de ceux qui sont persécutés à cause de ces lois. Récemment, deux jeunes athées ont été condamnés à sept ans et demi de prison. L’un d’eux est en prison, l’autre est en fuite en Grèce.

    Or les médias et les organisations de défense des droits humains restent silencieux quand vient le temps de faire la lumière sur ces problèmes et sur l'islam. J’ai un message pour ces organisations des droits humains : dans nos pays, l’islam et la charia sont les premiers responsables des violations des droits humains. Les femmes, les homosexuels, les apostats, etc., sont persécutés à cause de ces lois.

    RépondreSupprimer
  13. Islam signifie : soumission, cela suffit à rendre ce dogme insoluble avec n'importe quel régime de gouvernance surtout démocratique,.

    RépondreSupprimer
  14. On reconnaît bien là la charité chrétienne mai également, dans cette forme "d'œcuménisme" contre nature, un signe de très mauvaise santé socio-culturelle qui ne présage rien de bon.

    RépondreSupprimer
  15. Salut corto74, j'ai parcouru un peu ton blog, j'ai lu pas mal de trucs qui m'ont fait sursauter, mais là, c'est trop, je dois te répondre. Comparer une main tendue entre le christianisme et l'islam comme une "collaboration avec l'ennemi" révèlent à mon avis deux choses te concernant, la première ton ignorance de l'histoire de l'islam, et ton ignorance de la géopolitique contemporaine (tu dis vouloir faire de la provoc' mais je trouve ça carrément violent comme expression pour ma part). Ignorant l'histoire de l'islam, tu ignores forcément qu'historiquement l'islam est une religion bien plus tolérante que le christianisme, et que ses dérives récentes sont liées à la géopolitique contemporaine. En effet, alors qu'à la fin du 8e siècle, les califats du tout jeune empire musulman toléraient juifs et chrétiens voire les zoroastriens qui n'avaient rien à voir avec les religions du livre, au même moment, Charlemagne soumettait les germains à la loi du fer de dieu, qui se traduisait par la conversion forcée ou la mort. Second exemple éloquent, 1099: prise de Jérusalem par les croisés, ceux-ci massacrent la population de la ville, y compris des membres de la communauté chrétienne et juive de la ville. Certains historiens prétendent que les croisés n'avaient pas le choix, car nourrir en même temps l'armée croisée et la population de la ville était impossible. Comment ces historiens expliquent-ils alors qu'environ 100 ans plus tard, lorsque Saladin reprend la ville, il épargne ceux qui avaient massacrés sans vergogne un siècle auparavant ? Dernier exemple, enfin au sein de l'empire ottoman, une grande partie de l'élite de l'empire était recrutée au sein de la population chrétienne située à l'ouest de l'empire.
    Par souci d'honnêteté je devrais bien admettre sur ce dernier point qu'il s'agissait plus d'un calcul politique que d'une tolérance véritablement bienveillante, puisque la dynastie ottomane cherchait avant tout à écarter du pouvoir les grandes familles aristocratiques musulmanes de l'empire et ainsi gouverner plus sereinement. Par ailleurs ces recrutements s'accompagnaient d'une conversion à l'islam. J'en retire cependant personnellement qu'il y a 500 ans les musulmans (en tout cas les ottomans) n'avaient pas peur d'intégrer au sein de leur gouvernement des individus qui originellement n'avaient aucun lien (ou très peu) avec leur civilisation et leur confession, chose dont l'occident chrétien, qui se prétend champion de la tolérance, des droits de l'homme, de l'égalité, de la laïcité, toussa est encore aujourd'hui difficilement capable. Je t'ai chargé un peu brutalement au début de mon commentaire en te qualifiant d'ignorant (tu fais de la provoc', pourquoi pas moi ?) au sujet de l'histoire de l'islam, je t'invite donc à te faire une culture en visionnant les docu suivants: L'âge d'or de l'islam, De l'orient à l'occident, et Islam, empire de la foi (tu trouveras tout ça facilement sur Youtube, j'espère de tout coeur que tu iras au moins y jeter un coup d'oeil).
    Voilà pour la première partie, dont je me permets de tirer une conclusion avant d'aborder la seconde: je ne vois ce qu'il y a de si surprenant à voire au sein de la civilisation musulmane apparaître des mouvements radicaux anti-occident et anti-christianisme dans la mesure où l'histoire de l'Europe chrétienne se caractérise par un farouche rejet de l'islam et un sentiment de supériorité à l'égard de cette civilisation.

    (suite sur le prochain commentaire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Suite)
      Une petit mot, à présent, sur la géopolitique actuelle. sauf erreur de ma part, l'islamisme, courant radical fanatique, est né dans les années 60, et a gagné en célébrité par le biais de figures telles que l'ayatollah Khomeini, avec au départ la volonté de se détacher de l'impérialisme occidental, même de créer une rupture nette l'occident qui tentant de s'imposer partout dans le monde va à l'encontre de notion comme celle de souveraineté des peuples et de leur droit à disposer d'eux mêmes. A l'heure d'aujourd'hui, l'islamisme et les actions terroristes qui en découlent sont dépeints par les médias comme LA menace pesant sur la civilisation occidentale. Pourtant l'islamisme est minoritaire dans tous les pays musulmans, et comme l'a dit claude-henri17 dans un commentaire précédent, ce sont ces (quelques) radicaux qui pourrissent la vie de leurs concitoyens, avant même de représenter un danger pour notre civilisation, en leur imposant des comportements, des lois, qui parfois ne font même pas partie de l'islam, aussi loin qu'on aille chercher (par exemple: le voile). Donc oui, les islamistes se rapprochent de cas cliniques de folie dangereuse, mais j'insiste, les islamistes, pas les musulmans, dont la religion est usurpée par ces connards en turban. Je m'éloigne cependant, l'islamisme est donc né dans les années 60, pourtant si tu réfléchis, ça fait juste 20 ans qu'on nous bassine sur le danger que représente ce courant, et pour cause, avant le grand ennemi de l'occident c'était l'URSS, le communisme, on n'avait donc aucune raison d'aller cracher sur le monde musulman puisque le bloc communiste justifiait à lui seul le maintien des armées. Car c'est bien là que se trouve la clé pour comprendre toute l'islamophobie ambiante qui caractérise le monde occidental et que tu véhicules également: le besoin stratégique pour les puissants et les dirigeants de notre civilisation de se trouver en permanence au moins une civilisation rivale voire ennemie, et de la présenter au peuple comme telle avec le soutien des médias qui orientent leur information, afin de justifier le maintien des armées, et les actions militaires qui vont avec. Comment expliques-tu qu'avant la chute de l'URSS, l'islamisme n'ait pas été perçu comme un danger majeur, alors que le courant était déjà vieux de 30 ans, et puis paf! l'URSS tombe, et subitement c'est le choc des cultures,

      Supprimer
    2. J'en viens donc à mon ultime conclusion, car il se fait tard, et j'ai l'impression que ça fait déjà quelques lignes que la fatigue me fait perdre en cohérence, bref: ton propos était de dire avec un brin de provoc' qu'une main tendue envers les musulmans serait comme une collaboration avec l'ennemi, voilà donc le mien: ce n'est pas la civilisation musulmane qui est ennemie de la civilisation chrétienne, mais bien l'inverse, dans la mesure où c'est notre civilisation (en tout cas nos dirigeants) qui a délibérément choisie de se mettre en opposition constante avec cette civilisation, notamment par la pratique d'interventions armées comme en Afghanistan, en Irak, en Lybie, et ce dans le plus total irrespect du droit d'ingérence, au nom de prétendus idéaux de promotion de la démocratie, et qui se soldent le plus souvent par des massacres de populations, la mainmise sur les ressources, et la destruction d'une partie des infrastructures souvent fragiles de ces pays. J'ai beaucoup employé le terme de civilisation, d'une part parce que n'étant moi même pas croyant mais appartenant à l'occident chrétien par mon vécu et mon éducation, je pense que ce terme ou celui de civilisation chrétienne était un entre deux adapté à mon propos et au tien, d'autre part parce que ce que tu dépeins comme un souci religieux est en réalité fondamentalement un souci de civilisation dans la mesure où il dépasse largement le cadre du religieux.
      Matthias, un sale gauchô, mais qui a au moins le mérite de prendre le temps de lire un peu lorsqu'il atterrit sur le blog d'un mec à droite :p

      Supprimer
    3. @matthias: j'aurais du m'en douter ! Bel effort ton com et merci bien d'avoir pris tt ce temps pr l'écrire.

      Pour quelqu un comme moi qui ne connaitrait pas l'histoire de l Islam, la géopolitique et toussa, je suis ravi de voir que je n ai rien lu ds ton commentaire que je sache déjà.

      Il y a quelques temps, je discutai avec un prêtre, un érudit, polytechnicien, parlant l'arabe et l'hébreu. Lorsque nous évocâmes cette main tendue de l'Eglise vers l'islam et le désaccord que j exprimai, celui-ci comprit parfaitement mon avis. Il n'était pas loin d être d'accord lorsque je lui dis que je n 'admettrai pas cette démarche tant que les autorités musulmanes de France et d 'ailleurs ne condamneraient pas vivement les exactions commises par leur coreligionnaires au nom de ce même islam. Ce à quoi, il ne put qu approuver.
      Par ailleurs, l'histoire c'est bien beau, la connaître permet de mieux comprendre mais ce qui s'est passé " avant " ne peut pas être considéré comme une excuse. trop facile. Là dessus, mon curé était aussi d'accord.

      Il était aussi d accord lorsque je lui dis que l'Islam aujourd'hui était en phase conquérante lorsque le catholicisme était en position défensive. Dès lors, l'Islam n'a qu une idée, gagner du terrain. Et l'Europe, particulièrement la Belgique, l'angleterre et la France, sont entrain de se faire grignoter sans que les z'éliets en place, politiques ou religuieuse n y trouve rienà redire, bien souvent par électoralisme.

      Donc oui, l'Eglise n a pas a tendre la main à l'Islam qui est bien son ennemi dans la mesure où ces 2 religions ne peuvent à terme coexister sur le même territoire. Au bout du compte, l'une des deux éradique l'autre par tous moyens à sa disposition. C'est aussi une leçon de notre histoire passée.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen