samedi 6 octobre 2012

La république des pigeons

La révolte des pigeons est donc à l'origine un mouvement créé par des entrepreneurs du web pour protester contre les mesures fiscales en préparation; mesures propres à les décourager d'investir. L'idée était bonne puisque l'agitation des volatiles a fait reculer le gouvernement. Pour l'instant. Il faudra être vigilant et ne pas baisser les ailes.



L'idée pourrait-elle faire florès ? Le mouvement pourrait-il s'étendre à d'autres catégories de la population ?

C'est à craindre en effet parce que si par pigeon, on entend: personne entrain de se faire avoir, individu - ou groupes d'individus - qui s'est fait avoir, floué, roulé dans la farine, cocufié, embobiné, couillonné, dupé, escroqué, possédé, berné, bref, pigeonné par les promesses démagogiques du candidat hollande, par le gouvernement et par les premières réalisations de ces derniers, alors force est de constater que nous ne sommes plus sous le régime de la Vème république mais bien dans une république colombophile, la république des pigeons !

Folie passagère 1373.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

6 commentaires:

  1. fait avoir, floué, roulé dans la farine, cocufié, embobiné, couillonné, dupé, escroqué, possédé, berné, bref, pigeonné par et cætera.

    Plumé, moij'dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: oups, l'avais oublié celui là, la faute aux nuits blanches par anticipation

      Supprimer
  2. Tapez "Être gouverné, c'est" sur Google, vous verrez que ça ne date pas d'hier.

    RépondreSupprimer
  3. @pangloss:
    Être gouverné, c'est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé. Par des êtres qui n'ont ni titre, ni la science, ni la vertu.

    Être gouverné, c'est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé.

    Être gouverné, c'est, sous prétexte d'utilité publique, et au nom de l'intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concusionné, pressuré, mystifié, volé.

    certes mais en même temps, c'est du Proudhon...



    Être gouverné, c'est à la moindre révolte, au premier mot de plainte, être réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, fusillé, mitraillé et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sent l'homme du bassin parisien. Par contre, être écrasé par la commission de Bruxelles ne te pose aucun problème?
      Jard

      Supprimer
    2. @Jard a 1km près j'étais dans l Oise, fichu coup de crayon administratif !

      Pour le reste, si tout a fait

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP