vendredi 26 octobre 2012

Pourquoi soutenir Fillon ?

Ce débat Copé / Fillon n'avait pas de raison d'être. Du moins dans sa version télévisée grand public. C'est un duel entre 2 bonhommes pour la prise de contrôle du premier parti d'opposition. Un challenge interne soumis uniquement au vote des militants. Le jour où il s'agira de désigner le futur candidat à la présidence, via un processus genre primaires socialistes, là, oui. A peine 2,3 millions de téléspectateurs hier soir, c'est dire si le truc passionne moyennement.

Ceci dit, ayant d'autres chats à fouetter, je n'ai vu que la dernière demi-heure. Bien suffisant.

Partons du principe que l'objectif de ce duel est de désigner celui qui amènera la droite à reconquérir le pays. Aux municipales, puis aux élections suivantes, puis en 2017.

Si j'étais adhérent UMP, soucieux non des querelles de chapelle et de personnes mais de la reconquête par la droite du pays, mon choix serait vite fait: Ce serait François Fillon. Pour exactement les mêmes raisons qui me faisaient redouter la victoire du hollande aux primaires socialistes. Fillon est le seul qui peut rassembler un maximum d'électeurs au delà des suffrages acquis naturellement. Le potentiel d'adhésion à Fillon va de la gauche molle, social-traitre et hollandaise en passant par le centre et jusqu'à une partie de l’extrême-droite, la soft. Fillon peut réussir là où Sarkozy a échoué en faisant fuir à gauche Bayrou et une bonne partie des centristes et en n'ayant pas suffisamment su convaincre ceux qui ont voté pour le FN.

Copé est un excellent débatteur, un bon orateur et un homme expérimenté mais il cumule deux défauts: Clone de Sarkozy, il n'en cependant pas le charisme et il cristallisera le même type d'aversions ( bien entretenues par les médias ) que celles qu'avaient trop de gens pour Sarkozy. Jamais un socialiste tendre et mou ou un centriste ne votera pour un Copé trop marqué à droite.

Dommage pour Copé, je suis pourtant en accord parfait avec son idée de droite décomplexée.Mais en l'état actuel des choses, il n'a aucune chance de gagner en 2017. Parce que finalement c'est bien de cela dont il s'agit: battre cette gauche qui nous mène droit dans le mur.

En les regardant tous les 2, je me suis pris à les imaginer un lendemain de mai 2017. Fillon endosserait le costume de Président, Copé celui de premier ministre. Mais d'ici là...

Et puis, ne l'oublions pas, l'avenir de ces deux-là, ils nous l'ont suffisamment rappelé, dépend entièrement de ce que fera ... Sarkozy.

Folie passagère 1408.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

41 commentaires:

  1. Contrairement à vous, mon cher Corto, j'ai regardé ce "débat", de bout en bout, et j'arrive à des conclusions bien différentes des vôtres.
    Car si je faisais partie de l'UMP, celui qui me paraîtrait le plus à même de diriger le parti c'est incontestablement Copé : il est plus jeune, plus énergique et il faudra tenir les troupes pendant quatre ans, ce qui ne sera pas une mince affaire !
    Or c'est bien le chef du parti qu'il s'agit d"élire et non le candidat à la présidentielle de 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais dans votre sens. Ne serait-ce que pour une chose, c'est qu'il s'en fout de la bien pensance, et ça fait du bien.
      Puis, de même que Chirac, Fillon est l'homme préféré de la gauche. Pour ça, la droite devrait s'inquiéter de la popularité de Fifi.

      Supprimer
    2. @marianne: a vrai dire je suis d accord avec vous, pour diriger le parti, Copé est, pour les raisons que vous évoquez, sans doute le plus apte. Sauf que les choses sont claires pour tout le monde: il ne s'agit pas tant de choisir un chef de parti que de choisir le bonhomme qui entrainera la droite à la reconquête lors des élections à venir, étapes préalables avant la présidentielle. Et dans cette stratégie de reconqête, Fillon me semble plus adapté.

      Je suis même prêt a parier que l'entreprise de démolition anti-fillonn ne devrait pas tarder à commencer de la part de la gauche qui pour l instant s'est essentiellement concentrée sur Copé

      Supprimer
    3. @pierre: C'est aussi ça qui me plait chez Copé, il n hésite pas a dire. le pb, en France, c'est qu'on ne peut pas tout dire si l on veut gagner les élections. Sarko s'en mord encore les doigts.

      La gauche " préfère " Fillon parce qu il est soft de la même manière que l a été hollande. Fillon peut donc rassembler au delà de son camp, ce qu a fait hollande pour gagner.

      Et comme dit a Marianne, je pense que la gauche ne va pas tarder à déclencher le Fillon' bashing.

      Supprimer
    4. Si la gauche et les medias fustigent JF Copé et épargnent F Fillon c'est bien parce qu'il représente bien le véritable danger pour 2017 .
      Il a ce qui manque à F Filon : la détermination et le courage de brusquer et de répondre à la critiqué .
      Avec un F Fillon qui ne fera que s'opposer mollement aux dérives de ce gouvernement , je crains bien que nous en ayons pour 10 ans .
      Ne sous estimez pas le ras le bol et la crainte des français pour ce communautarisme que la gauche chouchoute ; beaucoup d'entre eux ne votent pas FN .

      Supprimer
  2. Fffffff, désolé cher hôte, j'ai zappé ton billet dès la première ligne.

    L'utilité de ce débat, au moins pour les gratte-papier que l'on ose plus appeler journalistes, éditorialistes, c'est d'espérer détourner un peu le regard de tous les on de se qui se passe, ne se passe pas, ne passe pas chez eux.

    Je me demande si le "Tant que ça débarrasse et que ça fait plaisir" est de circonstance, mais cela m'y fait bien penser.

    Joyeux Noël, Félix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: mon billet commence par " ce débat n avait pas lieu d'être " ce qui montre que je ne suis pas loin d être d accord avec toi. néanmoins il a eu lieu donc pkoi ne pas le commenter?

      Supprimer
  3. Gagner les élections pour gagner les élections n'a aucun intérêt. Je pense que M. Copé est plus apte à réunir l'ensemble de la droite que ne l'est le pâle Fillon. Je ne voterai pas pour un candidat qui plaît à la gauche et qui mènera une politique proche de celle-ci afin de conserver une illusoire popularité. La DROITE, TOUTE LA DROITE, gagnera si elle est unie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacque etienne: je serais d'accord avec toi si j avais l assurance que:

      1) qu il est possible de réunir toute la droite. J'en doute.

      2) qu'en réunissant toute la droite cela suffise pour etre débarrassé de la gauche

      il y a aux frontières de la gauche et du centre, et au centre, des gens dont les voix sont nécessaires pour virer les gauchistes que jamais Copé ne convaincra.

      Supprimer
    2. @jacques etienne: et je suppose que quand tu dis TOUTE la droite, tu inclus le FN ?

      Supprimer
    3. Je plussoie Jacques sur ce coup. Copé a intérêt à affûter ses arguments s'il veut les faire valoir en temps et en heure -ce qui n'est pas immédiat, j'en conviens. Je pense en outre que suffisamment de gens -pour ne pas stigmatiser les on bien-pensant- sont écœurés de voir la politique socialisse s'appliquer aux divers, et avoir l'impression bizarre que cela se fait aux détriments du peuple "de souche".

      Le banditisme et la fait-diversité ne les convaincront pas du contraire, au rythme ou vont les choses depuis de nombreuses années d'une manière insidieuse, de façon très flagrante depuis quelques mois.

      Supprimer
    4. @al west: que la politique de ces gauchos vis a vis de la diversité énerve de plus en plus de monde, c'est possible mais je demande à voir, hélas.

      Et pour contrer cette " main tendue " va y avoir du boulot tant les dégats et ravages sont grands

      Supprimer
    5. Si si Corto, c'était le sujet de Brunet sur Rmc, et beaucoup d'électeurs de gauche se disaient déçus par Hollande, notamment car ils ne pensaient pas se faire gratter. Et là Brunet de leur dire, en rouspètant: "mais c'était dans le programme, et vous auriez pu vous en douter du fait que ce sont des socialistes au pouvoir."
      Très agréable à écouter cette émission.
      Je pense que les électeurs de Hollande ne se penchent pas assez sur la politique pour se rendre compte que le ps n'est fait que d'embrouilles et de copinages.

      Supprimer
    6. @pierre: ils le regrettent ? et bien tant pis pour eux, z avaient qu a refléchir avant, lire les programmes et ne pas tomber ds le panneau de l antisarkozysme primaire avec lequel ils se sont laissés saouler.

      Supprimer
    7. "@jacques etienne: et je suppose que quand tu dis TOUTE la droite, tu inclus le FN ?"

      Le problème, c'est qu'économiquement et partiellement sur le plan sociétal, j'ai l'impression de me retrouver devant un clone du PCF de la fin des années 70, plutôt que face à un parti de droite.

      Supprimer
    8. D'autant qu'à l'arrogance de la diversité qui n' eu de cesse de croître depuis 20 ans, les politiques "respectables" ont répondu par la mansuétude,et le FN n'a guère de programme économique si j'en juge ce que je lis. Si le "remplacement de civilisation" -que j'évoque sur ton billet suivant, Corto- est bien en cours, c'est bien aujourd'hui qu'il convient d'adopter une position claire. J'espère que les Français s'en rendent compte.

      Supprimer
  4. Je pense qu'à la fin, Fillon rejoindra l'Udi, et l'Ump n'aura de plus de mous. Pour ça, il a raison le jeune, l'Udi est une bonne chose, sera un meilleur centre que celui de Bayrou. J'avais du mal avec Bayrou, mais avec Borloo je préfère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: bayrou est et restera un âne !

      Supprimer
  5. Fillon est plus rassembleur, d'accord. Mais dans l'état où l'on est a-t-on vraiment besoin "d'eau tiède" ? Ce n'est pas en faisant une politique de gauche légèrement teintée de droite que l'on pourra envisager la sortie du tunnel, autant y aller carrément. On n'a pas besoin d'un Chirac bis. De plus il reste 4 ans avant 2017, la situation à tous points de vue ne pouvant que s'aggraver, les idées fortes ne peuvent que progresses et si l'UMP ne les porte pas, c'est le FN seul qui ramassera la mise...
    4 ans pour convaincre, c'est bien, à condition d'en avoir la conviction et la volonté et là, Copé me semble plus apte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: Comme tu dis, il reste 4 ans. Fillon a donc le temps de progresser et mézavi qu il va se révéler s'il devient patron de l ump. Il sait très bien " qu en l'état actuel " la droite ne peut pas reconquérir sans bouffer ds la gamelle du Fn et du centre.

      Supprimer
  6. @ Corto et Jacques Etienne

    Je me souviens que dans les années 1980, une de mes amies m'avait invitée à un déjeuner de gens du RPR, présidé par Lucien Neuwirth.
    Le Front National, par la grâce de Mitterrand, venait d'entrer au Parlement.
    Chacun des politiques présents, y allait de son petit discours sur l'interdiction de s'allier au FN, de voter pour des candidats du FN au second tour etc.
    Certains convives avaient même fini par s'endormir !
    Au bout d'un moment, n'y tenant plus, j'ai pris la parole : "Plutôt que de vous pincer le nez chaque fois que vous entendez prononcer les mots Front National, vous feriez mieux de vous demander pourquoi les électeurs votent FN plutôt que RPR."
    Cette simple phrase a fait l'effet d'un coup de tonnerre. Tout le monde s'est réveillé. Il y a eu ceux qui voulaient que j'aille leur expliquer ça à Paris.
    Ceux qui voulaient me payer ma cotisation, parce que je leur avais dit, que quant à moi, qui m'étais inscrite au RPR en 1981, je n'avais pas renouvelé cette inscription, tellement j'étais dégoutée du peu de cas qu'on faisait des militants, qui n'étaient sortis du placard qu'au moment des élections.
    Et cerise sur le gâteau, après le déjeuner, la femme de Neuwirth m'a entrainée jusque devant son mari, lui demandant : "Tu ne trouves pas qu'elle a raison, cette petite ?"
    Il me regardait avec gentillesse, mais bien sûr, il ne trouvait pas !
    Et 25 ans plus tard on en est au même point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: combine de fois ais je écrit que la droite classique s'était complètement planté en laissant le Fn progresser faute d avoir le bon langage en matière d 'immigration, je ne les compte plus.

      Supprimer
  7. 2017 me paraît tellement loin. Aurons-nous six millions de chômeurs ou seulement cinq millions neuf-cent mille, le niveau de vie aura-t-il baissé de dix ou de vingt pour cent? Les pays du sud auront-ils coulé, l'Euro existera-t-il encore? C'est plutôt en fonction de cela qu'il faut préparer l'avenir. Et bien sûr, à mes yeux, les dirigeant de l'UMP sont dans un autre monde.
    Jard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jard: 2017 c'est effectivement très loin mais pas si tant en politique. Et c'est bien de cela dont on parle ici. hollande aurait commencé sa campagne présidentielle en 2009 dit-on...

      Le pragmatisme, la réactivité, la prise de décision rapide, c'est quand on est aux affaires qu il faut en avoir. Et quand on en a pas, on voit ce que ça donne: Du hollande

      Supprimer
  8. Pourquoi soutenir Fillon? Pour que la droite l'emporte en 2017, dites-vous. Vos arguments se retournent comme des chaussettes. Si Fillon persiste dans son humano-centrisme de droite, il ouvrira un boulevard au FN qui (tranquillisez-vous!) ne l'emportera pas. Tant mieux d'ailleurs car il cristalliserait tant d'oppositions diverses (dans toutes les acceptions du terme) qu'il lui serait impossible de gouverner. Et la gauche restera au pouvoir. Bon courage quand même pour votre poulain qui me fait l'effet d'un nouveau Bayroudoudou. Et Copé? Aucune chance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2022, alors ? Et que (pré)disent les mayas ?

      Supprimer
  9. Perso, je penche pour Copé même si je ne suis pas totalement convaincue. Fillon est très bien, très classe, parle bien etc... mais ce qui me dérange c'est le fait qu'il soit le candidat préféré de la gauche... Ca veut bien dire quelque chose.... Si c'est leur candidat préféré c'est certainement pas par hasard. Alors, bon, je ne suis pas militante donc je ne voterai pas et je me dis que c'est tant mieux car ça aurait été quand même difficile pour moi de trancher...

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @titi: tu verras qu il ne va pas le rester longtemps le préféré de la gauche. Car ils commencent a comprendre que Fillon peut réussir la même prouesse qu 'hollande: piquer les voix du centre et celles de la gauche molle.

      Supprimer
  10. Totalement d'accord ! En vu d'un quelconque scrutin public, Fillon me semble effectivement plus apte à ramener des voix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @didier: c'est bon d être d accord, non ? :)

      Supprimer
    2. Didier,

      Je ne comprends pas que l'on puisse écrire cela et ne pas avoir envie de hurler de rage. Toute la perversité de la démocratie républicaine se trouve résumée dans vos deux lignes : être obligé de se trahir, de mentir, voire de se parjurer dans certains cas (si, ça s'est vu), afin de pouvoir ramener des voix. Comment peut-on trouver sain un tel régime ?

      Dèjà que l'UMP n'est pas un parti de droite, au sens classique du terme, si en plus il faut choisir une sorte de caramel mou qui donne dans les bons sentiments lénifiants pour avoir la moindre chance de l'emporter, il n'y a plus qu'à tirer les chaises.

      Supprimer
    3. @koltchak,

      disons qu'avant de pouvoir gouverner chez nous, il faut déjà accéder au pouvoir. Et pour y accéder, il faut se plier aux volontés du plus grand nombre. Si les Français plébiscitent Fillon, il vaut mieux lui donner l'avantage pour espérer revenir au sommet de l'état. C'est complètement idiot mais c'est comme ça.

      C'est ainsi que la droite a remporté plus d'élections que la gauche ces cinquante dernières années. Il est fort à parier que si Sarkozy avait cédé sa place à un Fillon ou un Juppé aux dernières présidentielles, l'état serait toujours plus à droite qu'il ne l'est aujourd'hui.

      Supprimer
  11. Sorti du vernis et du marketing politique, voyez vous une réelle différence, en termes de politique d'immigration entre ce que vous appelez la "gauche" et la "droite", le ps et l'ump (et je ne parle même pas du clivage Copé/Fillon)?
    Vous semblez particulièrement sensible à la question de l'immigration musulmane (et la réponse à cette question ne trouvera pas cadre dans un concours d'élégances); je crains que vous soyez réellement déçu, à court comme à moyen terme, par les chapelles que vous évoquez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anton: ah que oui je vois une différence. La gauche mise a fond sur l immigration ( Terra Nova, droit de vote des étrangers, vote musulman... ) et la droite classique commence à avoir un discours qu'elle n aurait jamais du abandonner au FN.

      Supprimer
    2. Corto,
      Si l'on se remémorre les paroles tenues par G.Marchais et le PCF il y une trentaine d'années (http://www.youtube.com/watch?v=nsCaoc-FuiA)concernant l'immigration, on s'accordera pour dire que c'est l'ensemble des partis politiques français qui ont abandonné ces questions au FN.
      Que la droite "classique" réalise ajd que les musulmans ne votent pas pour elle et qu'elle cherche à se repositionner sur un autre segment, cela ne reste que du marketing.
      C'est bien d'ailleurs parce que les gens continuent de croire aux discours et aux promesses électorales (sarko a t-il nettoyé les banlieues au karcher? bon...) que la politique n'est plus qu'un exercice d'administration et de communication.

      Supprimer
    3. @anton: admettons. néanmoins la politique existe,et c'est en fonction des partis en présence, puis élus, que le pays avance ( ou recule ). Il faut donc faire avec, et faire le bon choix lors des élections.
      Avoir élu hollande, c'était voter pour des choix sociétaux et économiques particuliers, idem si Sarko avait été réélu. On est donc bien obligé de faire avec en faisant ce qui semble etre le bon choix pour chacun.

      Supprimer
  12. Copé trop marqué à droite !

    Fallait l'oser celle-là. Quand on observe ce qui se passe à l'étranger, aux USA par exemple, on s'aperçoit bien vite que l'UMP se situe à la gauche d'Obama, ça donne une idée de la droititude de ce clone sans saveur du RPR (qui était déjà une trahison du gaullisme).

    Le problème de la France, c'est qu'elle n'a plus de véritable parti de droite.

    RépondreSupprimer
  13. @koltchack: la France n a plus de véritable parti de droite. Je lis ou entend cela souvent. Pourrais-tu ici ou ailleurs, chez toi, nous expliquer ce que serait un véritable parti de droite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement un billet qui est programmé. Ca risque de prendre un peu de temps, les billets sérieux sont difficiles à accoucher.

      Ceci dit, quand on constate qu'UMP et PS votent, au parlement européen, de manière identique dans 97% des occurrences, on peut commencer, il me semble, à subodorer qu'il y a anguille sous roche. Un vrai parti de droite se rangerait, par exemple, sous la bannière de Nigel Farage au lieu de bêler avec les adorateurs du consensus mou, de la déculturation de l'Occident chrétien, du relativisme, sans oublier toutes les lubies post-modernes

      Supprimer
    2. @corto, koltchak : À mon avis, ce qui donne (laisse?) cette impression est l'avortement du projet Sarkozyste. Je reste persuadé que si NS avait été reconduit chacun aurait peu à peu retrouvé ses marques. Il a fait un pari risqué sur l'avenir, entendre jouer un va-tout pour une France de droite globalisée ressemblant à ce que sont politiquement les USA mais apparemment, ni les françai(se)s ni les instances politiques de droite n'étaient prêt(e)s.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen