samedi 27 octobre 2012

François Hollande et l'Afrique ? A coups de canons !

On se plait à nous faire croire que Hollande et la Socialie sont en odeur de sainteté en Afrique et plus particulièrement en Algérie. Et si tel n'était pas tout à fait le cas...


On se souviendra que hollande a déclaré vouloir aider le Mali " libre " à lutter contre les islamistes d' Aqmi et autres poisons du même type qui contrôlent à la schlague le nord du pays. Non directement par l'envoi de troupes ( du moins officiellement ) mais en appportant toute l'aide logistique nécessaire. On se souviendra aussi comment hollande a affirmé lors de ses discours de Dakar ou de Kinshasa que le temps de la Françafrique, c'était fini. Bref, Tartuffe 1er, c'est fait le chantre d'une Afrique indépendante avec une France à ses côtés, en cas de besoin, blablabla...

Visiblement le message est bien ( mal ) passé si j'en crois cet article du journal Le Soir d'Algérie écrit par leur journaliste vedette. L'article est titré: " Toujours prête à dégainer "

" L'arrivée au pouvoir de la gauche n'a pas modifié la politique interventionniste et belliqueuse de la France. La recette est connue : une touche d'alignement sur les Etats-Unis et une pointe de mission civilisatrice propre aux socialistes.

D'aucuns pensaient, un peu naïvement, que le départ de Nicolas Sarkozy et le retour de la gauche socialiste aux affaires signifieraient la fin de l'alignement de la France sur les Etats-Unis en matière de politique étrangère – ou, du moins, la fin de cette politique belliqueuse dont nous avons été témoins en Côte d'Ivoire, puis en Libye, et dont nous sommes témoins aujourd'hui en Syrie

Mais, voilà, une fois au pouvoir, les socialistes ont vite renoué avec les démons interventionnistes, au nom de la France des droits de l'homme – d'une France devant tenir son rang au Proche-Orient et en Afrique, particulièrement au Sahel, et ce au nom d'une conception de l'humanisme puisant ses fondements dans les théories des saint-simoniens, revisitées et réactualisées.

En résumé, ces derniers croyaient dur comme fer que les populations non européennes (arabes, africaines et asiatiques) ne pouvaient accéder aux bienfaits de la “civilisation” – développement de l'instruction, routes, industrialisation – que si les Européens venaient à bout des résistances locales. Plus d'un siècle plus tard, cette vision semble encore à l'œuvre dans la politique étrangère de la France socialiste : apporter la démocratie et le développement à coups de canon ! La menace que font peser les islamistes sur les pays du Sahel depuis qu'ils ont transformé le nord du Mali en sanctuaire – une sorte de “Malistan” – est la raison avancée par la France pour intervenir au Mali par procuration, via la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao)... "

Cet article date du 10 octobre. Il montre clairement comment l'Algérie, par la voie des journalistes autorisés, reste toujours méfiante lorsque la France parle d'Afrique, y compris en 2012.  Malgré les amitiés particulières d'hollande avec certains ex-dirigeants de l'Algérie, on comprend aussi que le voyage que celui-ci fera d'ici la fin de l'année se fera dans un climat de méfiance, voire de défiance.

On comprendra aussi, et peut-être mieux, pourquoi le 17 octobre, hollande s'est fendu d'une telle déclaration de repentance en reconnaissant le massacre de dizaines d'Algériens à Paris, le 17 octobre 1961, en pleine guerre d'indépendance.

Le geste d'apaisement d'une France humaniste et civilisatrice ?

" La Françafrique, c'est fini. Il y a la France et il y a l'Afrique. On n'aura plus besoin de mêler ces deux mots " a déclaré l'hollande. Visiblement, il n'y a que lui pour y croire.

Folie passagère 1410.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

7 commentaires:

  1. Waoww...
    D'ou vient l'image?
    Elle est parfaite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @realist: comme toutes les images et photos, ou presque, de Google Images

      Supprimer
  2. Si vous me le permettez, mon cher Corto, voici une autre vision de la Françafrique

    http://roland.hureaux.over-blog.com/article-vive-la-francafrique-111291006.html

    Personnellement n'y connaissant rien à l'Afrique, je n'ai aucune idée préconçue sur la question. Mais peut-être est-il temps de commencer à s'y intéresser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: mais Hureaux a parfaitement raison sur toute la ligne. Et hollande fera comme tous ses prédécesseurs , c'est a dire, et contrairement à ce qu il dit, entretenir au mieux les relations avec ce continent qui est entrain de nous échapper complètement au profit 1) de l'Islam et 2) de la Chine. Alors que logiquement, nous avions tout pour au moins sur ce continent avoir une place de choix

      C'est bien ce que le journaliste dénonce justement: derrière les beaux discours du hollande, la Françafrique restera la Françafrique.

      Supprimer
  3. Ce qui m'amuse, c'est que vous mettez une majuscule initiale à Tartuffe, mais pas à hollande…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben?
      Un nom de fromage générique ne prend pas de majuscule, ce n'est pas du Maroilles du Chambertin ou du Roquefort, même pas du Gouda...

      Supprimer
    2. @Réalist: ns sommes d accord.

      @Didier Goux: Par chez moi, la majuscule est quelque chose qui se mérite !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique