vendredi 9 novembre 2012

A l'école des bisounours, les couleurs de la vie !

Dites-moi, qu'est-ce que vous faites quand le même jour, un vendredi: le manche de la poêle avec laquelle vous aimez faire des crêpes casse, la chaudière tombe en panne, l’ordinateur émet des signaux bizarres annonçant vraisemblablement un AVC de la carte mère, un abruti d'enc... de sa race vous laisse une putain d'éraflure d'un bon mètre sur l'avant gauche de la voiture, la tondeuse refuse de tondre et que pour couronner le tout une vieille tante chiante s'annonce à dîner; hein,  vous faites quoi ? Moi, je pompe un texte " rigolo " ( humour ! ) sur le net et n'attend plus qu'une chose: aller me coucher et espérer que demain sera meilleur.

 

" Il était une fois, à Rodez, l'école Paul-Ramadier qui rassemblait dans ses murs toutes les couleurs de la vie pour éviter de mourir d'ennui. Algérie, Brésil, Espagne, France, Guinée, Italie, Kosovo, Maroc, Mayotte, Portugal,Sierra-Leone, Tchétchénie, Togo, toutes ces nationalités sont représentées dans la seule classe de Nadège Ruby, le CE1-CE2, qui compte 20 élèves.

Un vrai melting-pot d'une richesse extraordinaire qui fait que les enseignants sont totalement séduits et ne veulent plus en repartir. « C'est une ambiance particulière, très attachante. Il n'y a pas de retenue, le contact est facile et ils sont toujours contents de faire quelque chose », confie Nadège Ruby, maître formateur. Et comme les quatre enseignants de l'école sont rompus à la pédagogie auprès de ces enfants d'horizons divers, soutenus par un éducateur pour primos arrivants quelques heures par semaine, c'est en priorité dans cette école qu'ils sont envoyés. 

« les mêmes chances qu'aux autres »

Ce sont les fils et les filles d'étrangers sans travail, des enfants de familles en situation de précarité qui vivent dans les HLM proches, ou encore des Africains envoyés en France par leurs parents pour s'en sortir. « Il n'y a pas de jugement, nous essayons d'accueillir véritablement chaque enfant. Il ne s'agit pas simplement d'être gentil avec eux mais de leur donner les mêmes chances qu'aux autres élèves. Nous sommes là pour leur apprendre, les intégrer dans la communauté scolaire, les faire passer du statut d'enfant à celui d'élève afin de construire avec eux des apprentissages », poursuit Jean-Manuel Rénier, directeur de l'école Ramadier. Exemple avec Gonzalo, arrivé du Portugal il y a 3 mois sans connaître u n mot de français et qui parle maintenant couramment notre langue. « Si j'étais bleu, j'aimerai qu'on me dise je t'aime, ça me rendrait heureux », voilà la déclaration de tous ces enfants qui apprennent les différences, la tolérance. Des enfants qui auront la chance d'intégrer une CHAM (classe à horaire aménagée musique) à la rentrée prochaine et bénéficier ainsi d'un enseignement gratuit grâce à l'investissement de l'école de musique et de la mairie. "

C'est beau, c'est mignon, c'est l'éloge d'une diversité enrichissante: Les couleurs de la vie, quoi !

Folie passagère 1432.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

17 commentaires:

  1. A cet âge-là, ils sont encore mignons, c'est après que ça se gâte...Et puis, il y a quand même 2 drapeaux français dont un à l'envers !
    Elle est pas belle la "France" de 2012 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nana, vous n'avez qu'à regarder la photo dans un miroir : cela ne changera rien, mais les rôles seront inversés.

      Crr crrr :)

      Supprimer
    2. @nana: la france de 2012 ? diverse et bariolée c'est-y pas beau ?

      Supprimer
  2. C'est super, mon cher Corto, mais si on voulait vraiment leur rendre service à ces enfants, c'est en chinois qu'on devrait leur faire la classe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ns sommes d accord: le chinois c'est l anglais de demain !

      Supprimer
  3. C'est tout simplement merveilleux ! Grâce à cela je m'endormirai avec un doux sourire au lèvres. Merci pour ce moment de bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacques etienne: mais de rien , tout a ton service. je suis content ! :)

      Supprimer
  4. C'est vrai qu'ils sont mignons. Je remarque que l'institutrice n'est pas mal non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > l'institutrice n'est pas mal non plus

      C'est la première (et seul) remarque que je me suis faite ...

      Supprimer
    2. @sen et pangloss: ah ben bravo, on parle d'enfants, d'avenir de la France de 2012, diverse et variée, et vs le seul truc qui vs intéresse c'est la prof ! pfff!!

      Supprimer
    3. D'un autre côté, si elle n'a pas parlé sous la torture, ça doit quand même être une super-connasse ! Mais comme disait Tonton Georges "pour l'amour on ne demande pas aux filles d'avoir inventé la poudre"...

      Supprimer
  5. Et même pas un vendredi 13, ça c'est la loose... :D

    Sinon elle est trop bien cette histoire mais cela se passe à Rodez, autant dire le trou du cul du monde... M'est d'avis que la diversité dans les écoles des banlieues des grandes villes de France existe bel et bien mais que le résultat n'est pas aussi idyllique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @didier: imagine le truc à garges, sarcelles ou la Courneuve ... impossible.

      Pr le reste, au moins toi tu compatis a mes malheurs ! les autres, queue dalle

      Supprimer
    2. Si ça se trouve ils n'ont jamais eu à subir les effets négatifs des lois de Murphy (lois de l'emmerdement maximum)... :)

      Supprimer
  6. Je te souhaite une bonne journée, elle sera sûrement meilleure qu'hier.
    Sinon, j'adore la deuxième image !!!

    RépondreSupprimer
  7. Stunning story there. What occurred after?
    Good luck!

    Have a look at my blog; Air Max Pas Cher

    RépondreSupprimer
  8. Pretty! This was an incredibly wonderful article. Thank you for providing these details.


    my web-site ... Nike Pas Cher

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique