jeudi 1 novembre 2012

Oui au travail le dimanche ! Trois fois oui !


Ulcéré par la lecture du jugement contraignant l'enseigne Bricorama à une amende de 18 millions d'euros pour avoir ouvert quelques uns de ces magasins le dimanche sans dérogation, je voulais me fendre d'un billet rageur.

Je suis refait quelqu'un l'a déjà fait et parfaitement bien fait:

" Oui il faut mourir le dimanche. 

Mourir d’ennui, mourir d’inactivité, mourir du dimanche, mourir du non-travail. Voilà pourquoi Bricorama va peut-être payer 18 millions d’euros d’amendes à l’Etat pour avoir embauché des salariés – plutôt volontaires – le jour du seigneur
Au pays de la marinière qui s’achète français, au pays du volontarisme économique pour sortir de la crise, au pays du débat impossible sur le temps de travail (même le Premier Ministre n’a pas le droit d’en parler et comme dans Z, il doit dire qu’il l’a pas dit sinon il est enfermé), le syndicat ouvrier FO traque les erreurs juridiques des entreprises qui veulent ouvrir le dimanche pour obtenir leur fermeture. C’est son truc. En cela F.O. pense exactement comme le pape et Dieu qui veulent qu’on se repose le dimanche  – encore que le pape et ses collègues bossent, eux, le dimanche.

3 millions de chômeurs.... "

La suite est à lire chez David Abiker,ici:  " La France qui bricorame

Ne pas travailler le dimanche, est-ce un luxe que l'on peut encore se payer dans un pays qui compte plus de 4, 5 millions de chômeurs, toutes catégories confondues ? 

Oui, au travail le dimanche, trois fois oui ! La possibilité doit être offerte à tous ceux qui le veulent sous réserve d'entente préalable au niveau de l'entreprise. L'Etat n'a pas à légiférer sur ce point.

Dixit !



Folie passagère 1418.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

55 commentaires:

  1. Vous avez raison! Mais pourquoi s'arrêter à l'ouverture le dimanche? Il faut aussi ouvrir les magasins la nuit pour que tout un chacun puisse faire ses courses entre 3 et 4 heures du matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @François: et bien pourquoi pas. Il faut ne jamais etre sorti de France pour savoir qu il y a des pays où les magasins sont ouverts 7/7 et 24/24 sans que cela ne pose de problème à quiconque.

      Supprimer
    2. Bernard (Thailande)2 nov. 2012 à 03:58:00

      Et oui Corto, ici nous avons les Seven Eleven ouverts 24/24 7j/7 et c'est vraiment très pratique!J'ai le souvenir de l'époque ou je vivais dans la région PACA entre Nice et Monaco, véritable galère pour trouver après minuit cigarettes ou de quoi organiser une petite fête entre amis au pied levé.

      Supprimer
    3. @bernard: t'inquiètes, c'est toujours aussi difficile de s'approvisionner et ce dès 21h !

      Supprimer
  2. C'est d'autant plus injuste pour Bricorama, mon cher Corto, qu'il y a plein de magasins qui ont l'autorisation d'ouvrir le dimanche.
    Vive l'égalité de tous dans notre chère République.
    Tiens, il paraît que Tulle vient de récupérer son Tribunal !
    On va bien voir combien d'autres villes auront cette chance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: en effet, les jardinneries et les magasins d ameublement, considérés comme " de loisirs " ont le droit d ouvrir sans dérogations. le bricolage non. Allez comprendre !

      Supprimer
  3. Ce qu'il faut c'est surtout faire travailler "les autres", pendant ce temps, on peut aller à la messe, aux vêpres et à confesse surtout! Enfin dans ce domaine, un jour par semaine suffirait vu le nombre de fidèles!
    Si on n'a que tf1 et les courses en supermarché à montrer aux enfants le dimanche, c'est sur qu'ils deviendront adeptes!
    Et puis ,entre nous, ce qu'on achète le dimanche, on ne l'achète pas le reste de la semaine et c'est pas avec ce que les grands patrons veulent donner à leurs esclaves que les "vrais gens" ceux qui bossent vraiment, pas ceux qui viennent nous dire à la télé qu'on va droit dans le mur après nous avoir annoncé il y a quelques années qu'on était parti pour 30 ans de forte croissance.....allez sieste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un message codé ou un message pas fini? je dois être un peu simple d'esprit mais j'avoue que je n'ai pas tout compris...
      Titi

      Supprimer
    2. c'est la sieste qui m'est tombée dessus et c'était l'heure donc je fermais!:)

      Supprimer
    3. @nigloo: blague a part l argument de la messe ne peut plus être retenu en république socialiste pour empecher l ouverture le dimanche.

      Et puis tu as raisons ces affreux patrons esclavagistes qui martyrisent les pauvres salariés ! c'est pas un monde ça !

      bisounouors !

      Supprimer
  4. on parle des supermarchés , mais il y a des tas d'autres professions qui travaillent le dimanche, sans que les syndicats montent au créneau ! par exemple, j'ai travaillé 30 ans dans la construction immobilière, pas un jour férié, même pas le 1 er mai et tous les dimanches ! jamais personne n'a rien dit, il doit y avoir 2 poids 2 mesures, et c'était pas du volontariat, c'était obligatoire, je pense que si c'est du volontariat, il n'y a rien à redire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @boutfil: ah oui tu as raison mais les grandes surfaces ce sont que des méchants pour des gens comme nigloo, de sales exploiteurs ! Le cheminot, le flic, l agent EDF, ls station service, le boulanger, le docteur, les jardinneries, etc... y peuvent eux travailler mais comme par hasard les grandes surfaces , non ! etonnant ! même qd les employés sont d accord pour !

      Ah ce cher Nigloo ! :)

      Supprimer
  5. Je ne comprend pas que cela pose un problème à qui que ce soit que des gens travaillent le dimanche... payé TRIPLE.... Non parce que, franchement, pour faire exactement la même chose que les autres jours, ben on gagne 3 fois la même chose.... Si ça c'est de l'exploitation... ben je veux bien me faire exploiter....
    Il me semble que dans l'hôtellerie les dimanche ne sont pas payés triple....

    Bref, c'est tout le dilemme français... on veut du boulot mais on ne veut pas travailler.... On veut le beurre, l'argent du beurre. la crémière et pourquoi pas le crémier aussi tant qu'on y est...

    J'en ai travaillé des dimanches... Mon dieu... je ne les compte plus... et je dois dire que j'aimais bien bosser le dimanche parce que l'ambiance était différente.... Et puis, j'en suis pas morte... non non je vous jure c'était pas pire que de bosser un lundi ou un mercredi....

    Et je suis certaine que des milliers d'étudiants qui galèrent à boucler leurs mois seraient trèèèèès heureux de pouvoir bosser le dimanche.... (j'ai aussi fait ça pendant mes études, et c'est cool d'avoir un peu de sous quand on est étudiant....)

    Enfin, bon, quand les français auront compris que tout n'est pas tout noir ou tout blanc et que de temps en temps faut savoir un peu tenter les dégradés.... peut être qu'un grand pas en avant sera fait pour le pays....

    Titi

    ps: et si les gens veulent travailler la nuit, pourquoi pas!! Après tout, y'a des tas de gens qui ne dorment pas la nuit :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Titit: mais tu le vois bien cette interdiction est à géométrie variable. Les infirmiers ou les hopitaux, ils peuvent mais pas les grandes surfaces. parce que c'est bien de cela qu il s agit ici et encore certaines peuvent ( Truffaut ) mais pas d autres . C'est stupide qd on a 4,5 millions de chomeurs.

      Et si il y en a qui veulent , ce qui est le cas des ces bricoramas, pourquoi leur empecher. le droit de travailler uniquement qd des connards comme F. O. le décident !

      Supprimer
    2. dans la construction immobilière, on a JAMAIS été payé plus qu'un jour normal le dimanche !

      Supprimer
  6. L'état se mêle de tout et on s'étonne que notre pays et notre économie soient dans un état de sclérose avancée...
    Tout comme vous, je pense que si un magasin ouvre le dimanche et ceci sur la base du volontariat et avec un salaire motivant, l'état n'a pas à intervenir.
    D'autant que le bricolage et le jardinage se pratiquent le WE, les autres jours en principe on bosse.
    Quant à FO et autres syndicats, on sait depuis longtemps que leur but n'est pas de voir les entreprises gagner de l'argent, seule façon de maintenir et de créer des emplois, leurs connaissances en économie étant trop limitées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: c'est bien ce que je dis : du moment qu il y a accord ds l entreprise au nom de quoi les syndicats ou l eta doivent-ils s'en mêler. Et après on s 'etonne !

      Supprimer
  7. j'ai toujours bossé le dimanche , encore maintenant et c'est un plaisir, les clients ne sont pas stressés c'est relativement cool , un certain temps de nuit et les jours férié et j'adore toujours . Les syndicats veulent justifiés auprès des salariés leurs cotisations et les avoir sous la main pour manifester le dimanche . Le droit au travail quelques soit le jour , la nuit de nos jours n'est pas un luxe si cela relève du volontariat .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. claude henri: volontariat, c'est bien ce que je dis. cela doit se dcéider au niveau de entreprise, quelqu'elle soit, sans intervention ni de l etat ni des syndicats

      Supprimer
  8. Le repos dominical a été institué en référence à la religion chrétienne. Les juifs religieux et les musulmans pratiquants se fichent du dimanche. Eux préfèreraient sans doute le vendredi ou le samedi.
    Et puis, il y a sans doute des chômeurs qui aimeraient bien travailler même si ce n'est que le dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: mais que les syndicats et les socialos ne nous gonflent pas avec la religion. Ils veulent la laïcité a tous crins, alosr qu ils n aillent pas évoquer la religion sur ce sujet.

      Et effectivement combien de chomeur ou d étudiant ou de temps partiels aimeraient travailler le dimanche ...

      Supprimer
  9. Payés trois fois plus?????? mais qui paie ses esclaves à ce tarif? je veux des noms! La "philosophie" n'est pas ma science!:)
    Mais au fait, Bricomachin a enfreint la loi, donc la justice doit passer! On ne va pas la trouver juste quand une mère de famille sans le sou vole trois steak hachés pour nourrir ses bambins ou qu'un jeune "emprunte" un scoot!
    De plus, on ne commente pas les décisions de justice!:)
    Allez trois oeufs sur le plat!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nigloo: l argument de pid: on ne commente pas les décisons de justice ! mouarf !

      Supprimer
    2. Nigloo, pris la main dans le sac !

      Votre assertion qui veut que l'on ne commente pas une décision de justice c'est de la légende urbaine, allègrement reprise d'ailleurs par bon nombre de journalistes, incultes notoires en matière juridique. Je cite le Code Pénal :
      Article 434-25
      Le fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter atteinte à l'autorité de la justice ou à son indépendance est puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende.

      Il y a même une jurisprudence consacrée à la liberté d'expression dans le droit français qui pose le principe que les décisions des juges ne pouvaient pas et ne devaient pas échapper à la critique normale.

      Donc, tant qu'on ne cherche pas à discréditer l'autorité de la Justice, on peut discuter à loisir le bien fondé de certains jugements.

      Enfin pour l'instant. Connaissant le goût immodéré de la gauche pour la censure soft, cela pourrait changer.

      Supprimer
    3. la censure soft, insidieuse, sournoise qui s'étend même au langage et au vocabulaire. Pouah !

      Supprimer
  10. D'accord. À condition que les consommateurs du dimanche aillent faire leurs courses à pied ou en vélo. Déjà limite de ne pouvoir profiter du silence qu'un jour sur six, si en plus ça roule autant le dimanche, je tire à vue !

    RépondreSupprimer
  11. Le problème du travail du dimanche, à mon avis, est le suivant.

    La "possibilité" évoluera lentement en "obligation", en "nécessité". Quelquechose comme une nécessité financière, conjuguée à une une obligation morale, une contrainte sociale.

    Remplacez "travail le dimache" par "travail des femmes" (Je parle bien sûr des 30 dernières années, pas du travail dans les mines de sel), et voyez ces femmes qui ne peuvent simplement pas arrêter de travailler pour élever leurs enfants, regardez ces couples de travailleurs pauvres... nécessité financière, obligation morale, contrainte sociale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @dufourquet: mais ça me parait évident, ça évoluera et ds 30 ans on travaiollera le dimanche sans que cela ne gêne plus personne.
      En attendant que seuls qui le veulent puissent le faire .

      Supprimer
  12. pardon pour l'anonymat de 01:40

    Disons que mon pseudo serait Dufourquet A.

    RépondreSupprimer
  13. C'est bien beau de prôner le travail du dimanche, mais il faut en mesurer les conséquences sociales.
    La plus importante serait de réduire encore un peu plus les occasions de sociabilité familiale et autres. Il faut bien un jour "banalisé" pour que parents et enfants se retrouvent, alors qu'ils ont des métiers différents, vivent en des lieux différents.
    De plus, l'argument du travail du dimanche sur la base du volontariat est une escroquerie morale : si on banalise le travail du dimanche, il est bien évident que l'on rend impossible le refus de travailler le dimanche ! Imaginez Paulette refuser de travailler à la caisse d'Auchan le dimanche, parce qu'il y a messe et qu'elle reçoit les cousins à manger, alors que sa collègue Rachida, elle, n'y trouve bizarrement rien à redire... Qui va passer pour l'empêcheur de bosser, le mauvais employé qui ne veut pas faire gagner d'argent à son patron, l'anti-social, l'anti-liberté ?

    Quant aux petites fêtes improvisées qu'il est si difficile d'organiser le dimanche ou à deux heures du mat', alors que ce serait si simple si tous les magasins étaient ouverts en permanence, je crois n'avoir jamais entendu un discours bobo aussi décomplexé. Ce n'est pas parce que certains ont une vie de patachon qu'il faut que tous les travailleurs se mettent en quatre pour les satisfaire.

    En France, le dimanche est jour chômé. Cela date de loin, mais les libéraux, comme d'habitude, ne supportent pas ce petit reste de nos traditions et voudraient bien l'éradiquer, au nom de la liberté bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marco polo: je suis très loin d être un bobo, encore moins un libéral acharné néanmoins ne pas avoir le droit de travailler le dimanche est une aberration aujourd hui. Et je ne parle pas uniquement de l'activité de vente.

      Supprimer
    2. Je ne vous mettais pas en cause personnellement, je réagissais par rapport à l'ensemble des commentaires.
      Mais mes arguments sont toujours là :
      - nécessité d'un jour de sociabilité;
      - respect d'une tradition millénaire;
      - empêcher que ceux qui n'en ont rien à faire imposent le travail du dimanche aux autres (ce qui arriverait forcément si on le banalisait).
      Il ne sert à rien de me répéter que l'interdiction est une aberration aujourd'hui, comme si, "aujourd'hui", on n'avait plus besoin de sociabilité et de traditions.

      Je pense que vous confondez ici ce qui vous conviendrait, à vous et peut-être vos amis, avec ce qui est souhaitable.

      Supprimer
    3. Ca les arrange de se ranger derrière la laïcité quand ils en ont besoin, et de se référer au jour du Seigneur quand ça les chante. Aujourd'hui nous devons créer des richesses, et le travail le dimanche ne peut que nous faire du bien. Arrêtons de faire croire que le travail est aliénant. Et puis les traditions, face à un cruel manque de rentrée d'argent, n'a pas sa place dans le débat.
      35 heures
      retraite à 60 ans
      non-ouverture le dimanche
      ...
      Comment imaginer que la France s'en sortira avec une telle mentalité? Le monde tourne avec des sous, pas avec des coquillages et des bisous. Ceux-là doivent être relégués au second plan, pas au premier.

      Supprimer
    4. Tout à fait d'accord avec Marco. On voit suffisamment comme cela les effets que peuvent avoir la société de consommation sur notre société, sans avoir à en rajouter une couche supplémentaire.

      Qu'il y ait des professions qui ne puissent faire autrement que de travailler tous les jours, en raison de leur mission de service, c'est une chose. Je ne pense pas qu'on comprendrait que hôpitaux et police respectent le repos dominical. De même, pour d'évidente raisons de service, les boulangeries doivent être ouvertes, enfin, 50% de ces commerces, en fonction de la rotation des jours de fermeture imposée par les préfectures.

      Je me souviens, gamin, que le repos dominical était respecté et il ne serait pas venu à l'esprit de qui que ce soit de travailler le dimanche. A trop vouloir imiter ce qui se fait ailleurs, on finit par oublier le principal, à savoir que nous ne sommes pas des anglais, des allemands ou je ne sais quoi, mais des français avec notre identité, nos traditions.

      Le fric c'est bien, je ne vais pas cracher dans la soupe, mais ça ne doit pas être ce qui doit guider nos choix de société, il y a d'autres choses autrement supérieures aux considérations mercantiles. Pour ma part, j'esquive autant que possible le travail le dimanche. Et pourtant je n'ai pas un salaire mirobolant, surtout en regard des heures travaillées et de l'investissement personnel.

      Supprimer
  14. "Et puis les traditions, face à un cruel manque de rentrée d'argent, n'a pas sa place dans le débat." (Pierre)

    ça c'est de l'argumentation puissante. C'est à peu près le raisonnement du père proxénète qui prostitue sa fille. C'est vrai que dans la famille on ne le faisait pas, mais face à un cruel manque d'argent, hein, ma pauv' dame, tout devient légitime... Surtout si c'est les autres qui doivent bosser.

    On pourrait obliger les gens à travailler à Noël, aussi, puisque les traditions n'ont pas leur place dans le débat.

    Je ne doute pas qu'une bonne partie des retraités, des chômeurs professionnels et des parasites stipendiés soient d'accord avec Pierre pour que les travailleurs bossent aussi le dimanche. Rien à foutre qu'ils ne puissent plus voir leurs gosses, d'ailleurs ils n'ont qu'à pas en faire et ils travailleront mieux (les gosses, il suffit d'aller les chercher en Algérie et au Sénégal).
    Rien à foutre des traditions françaises. Tout ce que veulent des Pierre, c'est du fric, du pognon, du flouze. Le monde de Pierre, c'est un monde où tout le monde essaie de gagner du fric dans son coin, sans former une société reliée par des traditions séculaires. C'est le monde d'Attali. Pas d'obstacles rétrogrades à l'enrichissement ! Pas de coutumes, pas de lien social, pas de vie familiale, ces obscurantistes empêcheurs de créer de la richesse !

    La comparaison entre les 35 h, la retraite à 60 ans et le repos dominical est particulièrement perverse (les 35 h sont en effet une nouveauté, pas le repos dominical). Elle est aussi débile. J'imagine qu'il faudrait que tout le monde travaille 50 h par semaine, 7 jours sur 7, jusqu'à 85 ans ? Un jour de repos normalisé par semaine, c'est trop ? Même le moins humain des patrons ne réclamerait pas une chose pareille.

    "Le monde tourne avec des sous". (Pierre)
    Evidemment, face à ce niveau d'idiotie, on est démuni. Pierre semble croire que les gens dépenseront plus l'argent qu'ils n'ont pas en achetant des choses le dimanche qu'ils refusent, par principe, d'acheter le samedi.

    Il n'a pas pensé non plus que le dimanche chômé familial et social rapporte des sous, eh oui, par exemple aux fleuristes et aux patissiers. Peut-être voudrait-il également supprimer les vacances, tant il est vrai que depuis les congés payés la France s'est arrêté de créer des richesses...

    Heureusement qu'il y a aussi des Koltchak, car s'il n'y avait que des Pierre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parlais pas d'obliger Marco, mais que les gens aient le choix. Avec la socialie, tout est perçu sous forme d'obligation. Et bien oui, il y a des gens qui ne veulent pas travailler le dimanche, et d'autres qui veulent. Mon opinion est que les gens doivent avoir le choix. Quand on voit les recettes du dimanche, ce serait vraiment dommage de s'en passer. Moi aussi je suis pour le repos dominical, mais la réalité est bien plus cruelle que nos considérations et croyances. On a besoin de thunes, c'est pas avec les fonctionnaires qu'on va en faire.
      Marco, ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit. Je suis partisan de la liberté et du bon sens, et oui, il y a des gens qui sont obligés d'arrêter de travailler à 60 ans alors qu'ils ont envie de continuer. Très bien, si certains veulent prendre leur retraite, ils la prennent, et ceux qui veulent continuer le font. Pourquoi fixer une limite obligatoire pour tous?
      Je n'aime pas l'idée qu'il faut uniformiser pour avoir une société efficace. Une société efficace est une société qui travaille et dans laquelle chacun peut s'épanouir selon son vécu, ses aspirations.
      Vous êtes marrant à prendre les gens de haut: "idiotie".. Si vous croyez que je suis un égoïste qui ne pense qu'à ma gueule, alors c'est que vous poussez l'interprétation de mes propos un peu trop loin.
      Les traditions je les respecte, mais qui veut travailler doit pouvoir le faire. C'est mon postulat, et face à votre grande culture, votre noble intelligence, votre perspicacité, je maintiens qu'on ne peut se permettre le luxe d'obliger les entreprises à fermer le dimanche. Je n'aime pas les obligations quant au travail, et je n'aime pas la trop grande liberté dans les questions de société. Bref, je n'aime pas le progressisme, je suis pour les traditions et le travail. Ce n'est pas incompatible.
      Et relisez votre message, vous êtes vachement hautain, et je vous imagine vous sentir briller dans votre commentaire. Et oui, je ne suis pas un intellectuel, je n'ai pas votre culture, mais mon avis n'est pas plus idiot que le votre.
      Je maintiens que Brico et cie doivent rester ouverts le dimanche. Il y a beaucoup de laïcs dans notre pays, alors ne nous faîtes pas le coup du repos dominical. Ce n'est pas une offense à nos traditions que de laisser ouvertes des sociétés.
      L'insulte est facile, sachez que je ne vous en veux pas, c'est quelque chose de très fréquent.

      Je n'ai jamais dit que tout le monde doit travailler jusqu'à 85 ans. Ce n'était pas mon propos, mon commentaire est prétexte à soulager votre colère. Vous avez mal interprété mon propos. Ce n'est pas grave.

      Supprimer
    2. Pourquoi le travail dominical serait une offense à nos traditions? Si jamais vous avez un argument convaincant pour me faire changer d'avis, je suis preneur.
      Je considère que tous les signaux favorables à une diminution du temps de travail amènent à considérer le travail comme aliénant. Et dans notre société qui se veut solidaire, comment pourrions-nous le rester (solidaires), avec trop peu de recettes? Je pense, me trompe peut-être, que c'est une erreur de le penser.
      Ca ne l'était pas autrefois, je suis d'accord, mais en 2012, est-ce raisonnable?

      Supprimer
    3. En revanche, je perçois et peux comprendre que mon propos soit perçu comme une offense au Christianisme, marqué par le repos dominical. Pour le coup, si c'est vraiment une offense, je ne peux que revoir mon avis. Car je me suis offusqué, je suppose que vous aussi, des 2 jours fériés chrétiens convertis en jours fériés musulmans.
      En y pensant, si le travail dominical participe à étouffer le Christianisme en France, sachez que je reviendrai sur mon opinion.
      J'avoue être fortement tiraillé entre ma foi et un certain pragmatisme.
      J'espère que vous ne m'en voudrez pas.

      Supprimer
    4. Pierre, le dimanche pour les chrétiens est le jour du Seigneur, c'est le jour de la résurrection du Christ, le premier jour de la semaine. « Ce jour est le premier, celui où Dieu fit le monde en transformant la ténèbre et la matière, et celui où Jésus-Christ, notre Sauveur est ressuscité des morts » (Saint Justin, 1ère apologie).

      Jusqu'à preuve du contraire, la France est terre chrétienne, malgré la sortie imbécile de Chirac sur ses autres racines, musulmanes pour le coup. Comme quoi, les gens ne savent jamais pour qui ils votent en portant de tels crétins à la magistrature suprême. Il est donc normal que le dimanche soit un jour chômé. Et les laïcs me direz-vous, et bien au lieu d'aller à la messe, ils pourront en profiter pour passer du temps avec leur conjoint, leurs enfants, en profiter pour visiter les grands parents souvent oubliés, visiter les oncles et tantes oubliés eux aussi.

      Au passage, je trouve plutôt cocasse de trouver parmi les soutiens du travail dominical ceux qui se plaignent de l'affaiblissement du lien social et de la quasi-inexistence de la solidarité inter-générationnelle. Ils cherchent la quadrature du cercle ou la pierre philosophale. On ne peut jamais avoir le beurre, l'argent du beurre et le c.. de la crémière.

      A un moment donné, il faut être un minimum cohérent, encore que la recherche forcenée de la cohérence soit la cause de pas mal de saloperies. Soit vous vous placez dans le camp des conservateurs qui considèrent qu'il y a des choses qui dépassent les contingences matérielles et qu'elles doivent être respectées car elles font sens. Soit vous vous placez sous la bannière de ceux qui considèrent que l'économique, le progrès doivent primer.

      Considérez un instant l'état de notre société : la consommation de calmants, de somnifères, d'anti-dépresseurs, l'angoisse au travail qui débouche de plus en plus fréquemment sur des burn-out, des suicides. Voulons-nous amplifier cela au nom de considérations purement mercantiles et de la satisfaction d'un désir consumériste qui de toute manière ne peut avoir de fin dans la société que nous sommes en train de bâtir ? Ou voulons-nous plutôt qu'il puisse exister un temps de pause durant lequel nous pouvons oublier tout ou partie de nos soucis quotidiens pour nous tourner vers les nôtres ?

      Supprimer
    5. Merci beaucoup pour cet éclairage.
      En effet, le dimanche chômé est bien plus qu'un simple de jour de repos. Mon ignorance ne m'avait pas permis de relever la forte symbolique de cette journée. Du coup, imaginer qu'il ne soit plus un jour de repos reviendrait à nier, encore une fois, notre histoire. Je l'avoue, je suis énormément tiraillé entre ma foi, mes racines, auxquelles je me raccroche, et l'évolution de la société.
      Je comprends complètement que ça puisse paraître incohérent. Les salariés de Casto étaient favorables à 96% au maintien de l'ouverture des magasins, et à côté, c'est notre histoire qui en prend un sacré coup.
      Comme je le disais, je suis toujours prêt à remettre en cause mes opinions, mais pas ma foi. Quand je parlais de laisser ouverts les commerces le dimanche, ce n'était pas purement pour l'argent, mais plus dans le sens d'un développement économique qui permettrait de maintenir l'état de nos finances à peu près à flots. Jamais je ne considérais qu'il fallait forcer les gens à travailler le dimanche. Seuls ceux qui le voulaient iraient travailler.
      Puis à long terme, si ça rajoute du malheur, alors non, ce n'est pas la peine.
      Pour conclure, vous me direz c'est un peu facile, mais n'y a-t-il pas moyen de combiner les 2? Travailler tout en restant un jour chômé pour ceux qui le veulent? De plus, je me disais que c'était bien, dans mon 1er commentaire, car j'avais lu que les protestants considéraient le travail comme salutaire, et ça s'opposait pas mal aux feignasses de notre pays qui veulent un max d'argent sans trop se fatiguer. C'est pour ces raisons, naïves, que je défendais l'ouverture des magasins le week-end.

      Supprimer
    6. Comme quoi, ce n'est pas de président ou de société qu'il faut changer, mais bien de mentalité !! Et pourtant quelqu'un l'a fait, et de très belle manière, et pourtant vous vous y référez, et pourtant il semble bien que vous n'avez pas bien compris.

      Vous invoquez le Christianisme pour justifier un jour de repos. Relisez ce qu'a dit Jésus à propos de Shabbat, il y a maintenant 2000 ans :

      Nous n’avons plus besoin d’un jour particulier pour entendre la voix de Dieu ou être enseignés, car le Saint-Esprit, l’Esprit de vérité habite en nous et nous enseigne toutes choses, et en tout temps, et en tout lieu, il nous parle, il nous conduit, il nous éclaire, et nous demeurons dans une lumière parfaite si nous Lui obéissons et marchons selon l’Esprit.
      La liberté en Christ est si belle ! Nous n’avons plus besoin de nous retrouver dans des murs ou bâtiments spécifiques, en des jours spécifiques pour honorer et bénir notre Dieu, puisque nous sommes appelés et nous pouvons le faire en tout temps.

      Il a dit aussi :

      « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat. Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

      Rien est figé, ni dans l'atome qui constitue l'infiniment petit dans dans ce qui constitue l'infiniment grand, tout est en mouvement constant. Vouloir à ce point figer l'esprit à des principes immuables est une erreur, et même Jesus à qui vous vous référez en a fait un de ses enseignements.

      Alors oui, c'est bien de mentalité qu'il faut changer et pas de président ou de société.

      Supprimer
    7. @henri toto: bienvenue ici !

      changer de mentalité, oulala, quel programme, la socité française est tellement perclue de rhumatismes que lui demander d'évoluer sur certains sujets est impossible. hélas ! Et quand les Français évoluent, c'est à coup de progressisme débile.

      Supprimer
  15. Au fait, Corto, quel est votre argument? il y a du chômage et travail le dimanche = travail = pas chômage?

    Cela veut-il dire que les grandes surfaces vont embaucher? ou juste répartir les salariés sur la semaine (si j'achète le dimanche, j'achète pas le vendredi : c'est juste un transfert d'achat donc d'emploi)?

    A mon avis, ce projet, c'est casser un acquis historique, faire évoluer une norme juste (vous le dites vous même, dans 30 ans ce ne sera plus un choix), supprimer une des dernières traces du fait que nous étions un pays chrétien, pour... rien.

    Soit vous prouvez que ce projet créera beaucoup d'emploi (raison pragmatique mais probablement fausse), soit c'est des raisons idéologiques (libéralisme), soit c'est sans raison "je ne vois pas pourquoi alors que tout va pas bien"

    Bien à vous

    Simon

    PS : pour le reste, très bon blog

    RépondreSupprimer
  16. @simon: ce que je dis c'est que d une part quiconque voulant travailler le dimanche doit pouvoir le faire.
    deuxio, vu comment les églises sont vides ( seulement 6% des catholiques vont a la messe TOUS les dimanche ), l excuse de la messe ne me parait pas trop valable.
    tertio, si l ouverture le dimanche ( et pas uniquement ds les grandes surfaces ) peut donner du travail, pourquoi s'en priver. q
    quatro: ce n'est pas au syndicats de faire la loi ni a l état sur ce sujet, des accords propres a chaque entreprise devrait pouvoir suffire.
    Cinquo: question tradition, je crois qu il y a bien plus inportant a préserver que cet acquis traditionnel là.

    sixio: pkoi faire 2 poids deux mesures, les jardineries ont le droit d ouvrir et pas les magasins de bricolage ! etrange , non.

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Corto,
    Bonjour à tous,

    J'arrive un peu tard, mais tant pis !

    Tout comme vous, je suis scandalisée par l'interdiction d'ouverture et l'amende infligées à Bricorama.

    Et pourquoi le shopping ne serait-il pas un loisir en soi ? au même titre qu'une promenade en forêt ou qu'une séance de cinéma ou de télévision ?

    Lorsqu'on travaille on fait tout à toute vitesse sans prendre le temps de découvrir les nouveautés, l'outil qui peut vous simplifier la vie, le petit meuble qui irait si bien dans votre salon,.... Seul le week-end peut permettre de flâner sans stress dans les rayons.

    Parallèlement, de nombreux étudiants, chômeurs, ou autres personnes dans le besoin sont sûrement très satisfaits d'occuper ces emplois du Dimanche qui leur permettent de mettre du beurre dans les épinards. Avec un peu de bonne volonté, les entreprises doivent pouvoir tourner le Dimanche sans que la vie familiale de leurs salariés n'en pâtisse.

    Quoiqu'il en soit, mon crédo ultime, c'est la liberté de choisir, dans le domaine des ouvertures de magasin comme dans bien d'autres : temps de travail de chacun - horaires journaliers - âge de départ à la retraite - etc...En cela, je rejoins le commentaire de Pierre.

    Ceux qui défendent les intérêts des salariés devraient proposer des mesures à la carte plutôt que d'imposer un même choix de vie pour l'ensemble. Les systèmes informatiques permettent désormais de traiter beaucoup plus facilement qu'il y a 20 ans, les différences de comportement ou de traitement.

    Les priorités sont différentes d'un individu à l'autre : carrière, finances, structure familiale, temps libre, ...Celui qui préfère vivre libre et chichement, comme celui qui préfère faire carrière et remplir son compte en banque, devraient pouvoir chacun trouver leur bonheur au sein des entreprises.

    Des salariés heureux feraient des patrons satisfaits et des entreprises performantes.

    Une rêveuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui et encore oui. Je veux bien rêver avec vous, vous avez tout dit et bien dit.

      Supprimer
    2. @cyrielle: tout le problème réside dans le " avec un peu de bonne volonté " ! Impossible chez nous. En Allemagne, on se concerte, on echange, on discute; en France , on s'affronte.

      Supprimer
  18. Cher Corto,

    pour classifier vos arguments selon la grille suggérée :
    -libéralisme : 1, 4
    -pragmatisme : 3, mais sans objet (si cela crée de l'emploi, très différent du cela crée de l'emploi)

    Contre arguments : 2 : j'ai dit que nous étions chrétien, pas que la France l'était encore aujourd'hui, donc sans objet
    5 : ce n'est pas l'essentiel n'implique pas c'est nuisible, donc sans objet

    En bref, vous adoptez un point de vue libéral, ce qui est la seule motivation ici, ce que je ne fais pas. Au moins le point de désaccord est identifié, et des commentaires d'article ne se prêtent pas à un débat là dessus (une bonne bière y est plus favorable)

    Sur ce, je vous souhaite une bonne journée

    Simon

    RépondreSupprimer
  19. Arf, je ne l'avais pas vu.

    Si c'est une question d'égalité qui vous turlupine, la solution est assez simple : on interdit aux deux!

    Simon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @simon; il me semblait que depuis 1968, il était interdit d interdire

      Supprimer
  20. Il y a un "petit" Brico près de chez moi, ouvert seulement le dimanche matin... et ce matin des employés manifestaient pour son ouverture.... Moi le seul truc qui me gêne c'est le "volontariat" qui n'est pas toujours respecté....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @francis: il est possible que le volontariat ne soit pas toujours respecté. n en demeure pas moins que ds le cas de Bricorama, ils étaient d accord et que la liberté de gagner sa vie, surtout en ce moment, ne devrait pas être bridé par la loi

      Supprimer
  21. Bonjour je suis totalement navré !
    la droite disparait idéologiquement derrière le libéralisme ....
    qui pourtant détruit tout soigneusement depuis 30 ans !!!
    "Ouvrir le dimanche fait des emplois " est une vision millimétrique du bout du nez
    Croyez vous que les gens vont acheter 10 rouleaux de tapisserie en semaine et 12 le dimanche ?
    Ne vont-ils pas tout simplement ...mesurer leur pièce à retapisser ?
    Croyez vous qu'un sprinter pourrait courir le 100 mètres en moins de 5sec s'il s'entrainait le dimanche ?
    Il y a trente ans tous les magasins d'un centre ville étaient fermés dimanche ET LUNDI
    et il y avait beaucoup moins de grande surfaces ,
    oseriez vous dire qu'il y avait alors plus de chômage que maintenant ?

    cordialement à tous

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP