mardi 20 novembre 2012

Merci Moody's, trois fois merci !


C'est terrible, me voici, ce matin, heureux de pouvoir remercier Moody's.

L'agence de notation a dégradé la France la passant de Aaa  à Aa1, le tout assorti d'une perspective négative. La nouvelle pourrait paraître dramatique sauf que, comme disait l'autre, d'un gamin qui passe de 20/20 à 19/20, on pourrait se dire, c'est la cata, non juste un trou d'air. Mais bon, en terme d'image, ce n'est pas génial.

Alors pourquoi remercier Moody's ?

D'abord parce qu'en faisant cette annonce, Moody's nous apporte un véritable bol d'air frais après ces 36 heures d’effervescence, ou de débauche, c'est selon, médiatique due àux résultats de l'élection à la présidence de l'UMP. On va pouvoir passer rapidement à autre chose et parler des vrais sujets: la crise, le chômage, la dette et toussa...

La deuxième raison, c'est que cette annonce humiliante de dégradation nous a donné l'occasion de voir, encore une fois, Moscovici se vautrer. Pour lui, cette dégradation, c'est " la sanction de la gestion passée ". Ce benêt n'a-t-il pas entendu, comme tout le monde, notre bon François hollande dire lors de sa conférence de presse qu'il prenait, depuis son élection, toutes les responsabilités à son compte ? Et puis, si cette dégradation était intervenue en mai, en juin ou en juillet, on aurait pu se dire, okay, peut-être bien que la gestion passée y est pour quelque chose... Mais non, c'était hier, lundi 19 novembre. 6 mois après la prise de pouvoir.

La troisième raison de remercier Moody's est évidente. Cette dégradation et sa perspective négative prouvent si besoin était le peu de confiance qu'a pu inspirer toute la série d'annonces faites par le gouvernement et les mesures adoptées pour juguler la crise, en France, " inverser les courbes ", regagner de la compétitivité etc... La " trajectoire ", le " pacte " n'ont pas convaincu, encore moins rassuré. Ici, tout le monde l'avait bien compris, sauf, peut-être Mosco, hollande et tutti. Moody's confirme et amènera, peut-être, l'hollande à revoir sa copie. Peut-être...

Donc, oui, merci Moody's. Trois fois merci !

Folie passagère 1452.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

14 commentaires:

  1. C'est pas bien de se moquer des malheurs de Normal 1er, lui qui fait tout pour nous faire ressembler aux pays des gens qui ont voté à une large majorité pour lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: je ne me moque pas, je dis ce qui est. Nuance !

      Supprimer
  2. Mosco nous bourre le mou. Ce n'est pas le passé que Moody's a noté mais le présent et le futur. Et si le pouvoir actuel ne voyait pas d'autre solution que de continuer d'emprunter pour retarder la remise à plat du système, on se ficherait de cette note.
    D'un autre côté, Moody's note selon les critères de son libéralisme financier mondialisé qui implique une fuite en avant de l'économie fondée sur une dette renouvelée en permanence pour assurer un niveau de vie déconnecté des capacités réelles de son financement et qui donc -selon la formule- fait porter le coût de ce niveau de vie sur les "générations futures".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pangloss: Mosco didsant que cette dégradation ne remettait pas en cause les fondamentaux ! On s'marre ! et effectivement c'est bien le manque d'ambitions, de reformes structurelles rapides et de gros doutes sur les 0,8% de croissance annoncé qui ont fait réagir Moody's. Mosco encore 1 fois aurait meiux fait de se taire.

      Supprimer
  3. Je pense qu'ils sont bons pour les jeux du cirque.
    Ils arrivent à chaque fois à faire des pirouettes-retour-en-arrière dès qu'on les met en face de leurs lacunes..
    Un parti composé de publicitaires trouve ses limites dans une réalité souvent plus dure qu'ils ne l'imaginent.
    La France, on s'en fout, ce qui compte, c'est la cohérence du parti..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: Des guignols qui essaient de dédramatiser cette dégradation alors qu'ils la dramatisaient quand Sarko s'en est pris une en pleine camapgne électorale. Des pignoufs !

      heureusement, les Français ne sont pas aussi cons qu on le dit et réalisent que le discours d un mosco ne tient pas la route.

      Mauvais publicitaires et mauvais communicants !

      Supprimer
  4. Ce qui me frappe, chez Mosco, ces jours-ci, mon cher Corto, ce sont ses traits tirés et les poches marquées qui lui sont venues sous les yeux.
    Le pauvre ! Ce ne doit pas être facile d'assurer contre toute logique que l'économie française dispose d'un "potentiel de rebond" qui "vient démentir les craintes de récession".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais non Marianne, c'est pas les soucis du sinistre ! c'est la petite minette de 23 ans, jolie blonde avec les formes qu'il faut, là où il faut, un peu comme un budget en équilibre, vous voyez ? et bien, ces petites bêtes là, pour un homme de son âge, c'est usant ! il manque de " potentiel de rebond " justement et il a des craintes de recession....

      Supprimer
    2. @marianne: Ben quoi, il s'aperçoit qu'être ministre ça use ? qu on est obligé de dire n importe quoi y compris pour défendre l indéfendable ?
      Pauv' bichon. Qu il ne compte pas sur moi pour le plaindre.

      Quand je l entend dire ds la meme phrase que la dégradation c'est la faute à la gestion passée mais que néanmoins les fondamentaux sont bons, je me marre !

      Supprimer
  5. Tiens, je viens de réaliser un truc Corto.
    Le ps mène une politique macabre, et au lieu d'obtenir des informations sérieuses, on apprend que le ministre censé nous redresser, s'est fait larguer par sa compagne, un des meilleurs outils de la propagande gauchiste.
    C'est une honte d'être tombé aussi ras des pâquerettes. J'ai de la peine pour tous les électeurs qui leur ont accordé leur confiance, et qui pleurent maintenant, avec le sentiment d'être pris pour des lecteurs de tabloïd. En fait je m'en fiche un peu qu'ils soient tristes, mais ça vole vraiment très bas.
    Ils sont forts dans tout ce qui est sentimental, mais nuls dans les domaines qui font avancer la société.

    Une crise? Quelle crise?
    Bein si, Arnaud Montebourg s'est fait largué par Pulsar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: moi ce qui ma fait rire c'est la façon dont nous avons appris cette rupture: la Pulvar qui envoie elle même un sms a AFP pour l'annoncer, genre faire savoir au monde entier, y compris aux TV et radios qui l ont viré ( Fce 2, Fce Inter ): JE SUIS LIBRE !

      Supprimer
    2. Ouiiii, exact, bien vu.
      J'ai tiqué quand j'ai appris de quelle manière elle a communiqué sa rupture. En effet, tu as bien fait de le rappeler. En même temps ce sont ses collègues, et elle communique de manière personnelle l'info destinée à l'ensemble des français. Elle aurait envoyé: "Ooooh, je me suis bien vidée ce matin". Et l'AFP qui diffuserait à tous les médias.
      En revanche, et je t'en remercie, je ne savais pas le contenu du texto. "Je suis libre". Je rêve...
      Le savoureux mélange des genres shobizz/politique/journalisme est l'apanage de ce gouvernement on dirait.
      Nous aurions tant de choses à raconter sous cet angle, qu'on dépasserait les 200 lignes.

      JE SUIS LIBRE!
      Friendly

      Supprimer
  6. J'ai eu la même réaction que toi hier soir.
    Quand j'ai vu l'alerte sur la dégradation de Moody's, j'ai sauté de joie !
    Non pas que je souhaite la chute de la France, mais que j'attendais un signe extérieur de la preuve que ce gouvernement mène droit dans le mur et une réponse aux critiques de ces mêmes vis-à-vis de la première dégradation de Janvier dernier.
    A cette époque-là, ils se sont bien lachés sur Sarko, maintenant ils essaient tant bien que mal de se justifier.

    RépondreSupprimer
  7. ce qui devait arriver est en train d'arriver.... Ils essaieront toujours d'accuser la droite de leurs déboire... au rythme ou ils vont dans 4 ans ils accuseront toujours la droite... Mais pourtant c'est eux qui ont perdu le tripe A qui sanctionne les mauvaises perspectives d'avenir de la France....
    La mauvaise foi n'a pas de limite....

    Titi

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique