samedi 10 novembre 2012

Cérémonies du 11 novembre: un prof d'histoire à la dérive !


Demain auront lieu les traditionnelles cérémonies du 11 novembre. Pour la première fois, je crois, celles-ci ne rendront pas hommage uniquement aux morts de la Grande Guerre mais à  " tous les morts pour la France ". hollande ira nous jouer du violon sous l'arc de triomphe*, prononcera un discours que nous ne manquerons d'écouter soigneusement, histoire de voir et d'entendre ce qu'il appelle " tous les morts pour la France ", histoire de s'assurer qu' il n'oublie personne...

A ces cérémonies, et puisque les témoins d'époque se font naturellement de plus en plus rares, il est de coutume de convier les enfants des écoles de la ville ou du village afin qu'ils puissent au moins une fois l'an comprendre, réfléchir et accessoirement se souvenir du sacrifice des " anciens ". Rien de bien crapuleux là-dedans, il me semble; une façon comme une autre de leur faire " toucher du doigt " l'histoire. Ne pas oublier.

Et bien, non, pas pour tout le monde.

Voici ce que pense un prof d'histoire de cette perverse habitude:

"  11 Novembre : on rend hommage à la guerre, pas aux morts.

La presse locale en raffole : chaque année, les photos d’écoliers rassemblés à l’occasion du 11 Novembre devant le monument aux morts de la commune illustrent complaisamment les pages intérieures des quotidiens. Souvent peu nombreux, souvent tout petits, leur présence est comme une sorte de caution apportée par leur maître zélé, soucieux de ne pas déplaire aux autorités locales, à la perpétuation d’une mémoire officielle de commande.
Spectateurs plus ou moins obligés d’un rituel à la fois religieux et militaire – hymne national, drapeaux, présence d’anciens combattants dont on se garde bien de dire que les faits d’armes remontent le plus souvent à la guerre d’Algérie –, les enfants font l’objet d’un conditionnement guère en rapport avec la réalité historique ou la formation morale du citoyen : ce n’est pas un hommage aux morts qu’on rend, mais un hommage à la guerre. "

( à lire en intégralité ici )

Dérive mémorielle qu'il dit le prof ! Oui, professeur d'histoire qu'il est le monsieur,  qui, au fronton de son blog, affiche la couleur: " Entre injonctions politiques, nostalgie d’un passé fantasmé et routines professionnelles, l'enseignement de l'histoire peine à se renouveler et surtout à faire sens auprès des élèves. Au point que l'on peut se poser la question : l'histoire à l'école, pour quoi faire ? " 

C'est vrai, pourquoi enseigner l'histoire à l'école, franchement. 

Je ne sais pas qui est le plus à plaindre: Ce professeur qui visiblement ne sait plus où il habite ou bien ses élèves qui subissent, hélas et sans même le savoir, un prof en pleine dérive.

( * Pour mémoire, hollande était opposé à la transformation de la journée du 11 novembre en journée d' hommage à " Tous les morts pour la France " )

Folie passagère 1434.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

33 commentaires:

  1. Vous n'avez rien de plus rigolo? Vous me fusillez mon week-end avec les élucubrations de ce pauvre type.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: ici, c'est un blog sérieux qui ne saurait, sous prétexte de vacances de fin de semaine, céder un pouce de terrain à modernoeud. capice ?

      Supprimer
  2. Ben l'histoire à l'école, elle sert toujours à éviter la rue à ce brave homme qui s'interroge tant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacques etienne: certes, certes, cependant ce monsieur enseigne à nos enfants ! Enfin qd je dis a nos enfants, vous m avez compris .

      Supprimer
  3. D'un côté, on nous bassine à tout propos avec le "devoir de mémoire" et puis, on a "ça"...Pauvre France...
    J'imagine parfaitement comment il doit transmettre l'histoire ce type, traficotage des faits et repentance à tous les étages. Dans ces conditions-là, il vaut mieux effectivement que l'histoire ne soit pas enseignée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: j imagine sans mal la vision de l histoire que doit avoir ce monsieur. De la à ne plus enseigner l histoire, ce serait céder du terrain à ceux que cela arrangerait, les mêmes qui pratiquent la repentance à sens unique .

      Supprimer
  4. et bien pour contredire ce c..de prof qui mérite pas son titre, je lui signale aimablement au cas où, par pur hasard, il passerait par ici, que dans l'étblissement scolaire St Joseph, certes privé de la ville de Questembert, Morbihan , les enfants de l'école primaire et du collège sont VOLONTAIRES, pour cette commémoration, ils sont volontaires pour servir la messe ce jour là,et on doit tirer au sort pour savoir qui va servir car ils sont nombreux, ils accompagnent chacun un " ancien, près de qui ils sont à la messe et au momument au morts, ils sont également volontaires pour chanter la Marseillaise, leur tenue est irréprochable, mais bien sûr cela se passe au fin fond de la Bretagne réactionnaire, catholique et mal pensante....pauvres gosses manipulés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @bouotfil: inutile de dire qu à la lecture de son texte ce prof est de gauche, je le soupçonne même front de gauche. Donc forcément, toutes les valeurs propres à la " droite " sont condamnables et sujettes a caution. J'imagine que ce type est né d'une banane parce que vu le manque de respect qu il a pour ceux qui ont donné leur vie, je peux supposer qu il n a pas de parents ou de grands parents morts pour la patrie.

      Supprimer
  5. Il faut vous calmer, mon cher Corto !
    Je suis en train de lire "Mais aimons-nous ceux que nous aimons ?" de Henry de Montherlant, paru en 1973, un an après sa mort, et je vais de surprises en surprises.

    "En 1966, pour le cinquantième anniversaire de la bataille de Verdun, un grand quotidien parisien titrait avec satisfaction en haut de page : "L'anniversaire de Verdun a été un bide." En 1924, du point de vue "succès", Verdun était déjà un bide. Ce qu'on nomme dans le langage d'aujourd'hui "le folklore belliciste" n'était déjà plus à la mode six ans après la signature de l'armistice."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: je note votre commentaire mais m en voudrez vous si je vous dit que j étais persuadé que Montherlant était du siècle d'avant ? shame on me !

      Supprimer
    2. Normal, mon cher Corto, il fait partie des intellectuels ostracisés par la gauche.

      Supprimer
  6. L'archétype même du prof gauchiste jusqu'au trognon.

    On croit rêver lorsqu'on lit : "sur l’obligation faite à des millions d’hommes de sacrifier leur vie pour défendre des frontières qui ne sont jamais qu’un pointillé sur une carte". Pauvre connard, ta porte palière n'est jamais que le reliquat d'une convention bourgeoise destinée à signaler au commun des mortels qu'au delà se trouve ton espace de vie privé. Si tu étais raccord avec ton idéologie d'abruti tu ferais comme au bon vieux temps des soviets, adieu les portes, bonjour les rideaux, afin de partager les mètres carrés que tu te réserves égoïstement.

    Quant à cette sortie : "sur l’identification factice et arbitraire à une nation, qui voudrait faire croire qu'on meurt « pour son pays » alors que l’on meurt en réalité à cause de son pays". Ça, c'est pas près d'arriver puisque chez nous, c'est chez tout le monde. En l'état actuel de la France, les vrais français, en cas de guerre, gagneraient à laisser entrer l'envahisseur teuton sans tirer une seule cartouche. Ils feraient le ménage, eux. Encore un connard qui se dit citoyen du monde, pacifiste et qui comme en 40 fera, avec ses potes doctrinaires, la queue pour collaborer.

    A inscrire sur la liste de ceux qu'il faudra tondre quand la guerre civile aura éclaté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchack: je vois que tu as lu monsieur dans le texte. Grave, n'est-il pas ? et dire qu il enseigne en collège ! Et dire que des parents lui font confiance pour instruire leurs gosses ! Et dire que des gamins, parce qu'il est prof, ingurgitent sans problème "son" enseignement!
      Et dire que l administration ne se pose sans doute aucune question à son égard , ça fait peur, non ?

      Supprimer
    2. Comment disait-on quand j'étais môme? Ah oui : "tous les cahiers au feu, la maîtresse au milieu".
      La vérité sort de la bouche des enfants n'est-ce pas?

      Supprimer
  7. Salut Corto,

    Triste fait qui résume à lui seul l’œuvre de destruction de la bien-pensante gauche depuis 30 ans.

    Il suffit de voir ce qu'est devenu le contenu des livres d'histoire de nos gamins. Je jette un œil de temps en temps à celui de mes enfants. Ça fait peur! On y trouve des "études" sur d'obscures civilisations d'Afrique au 16e siècle... mais plus vraiment grand chose sur les rois de France comme Henri IV ou François Ier par exemple!

    Je crois que l'objectif de cette bien-pensante gauche est en fait de ne plus enseigner la vraie Histoire, celle qui permet de comprendre les origines de la France, la façon dont elle s'est construite, le roman national, le roman républicain surtout.
    Elle le fait sciemment je pense, enveloppée dans une sorte de dogme post-soixante-huitard et d'une volonté mal placée d'ouverture sur le monde afin de ne pas "choquer" les "communautés". Par exemple, le simple fait de dire la vérité sur les origines chrétiennes de la France, ce qui n'est qu'une réalité historique, est devenu un signe ostentatoire de nationalisme dangereux ou de je ne sais quelle supposée "droitisation" du discours.

    Dans ces conditions, comment avoir une vision de l'avenir, alors même que le passé est le plus souvent occulté et donc déformé avec le temps.

    Comment alors donner le moyen aux enfants de France de comprendre le pays dans lequel ils grandissent et donc de l'aimer, de s'y sentir bien?

    A force de cela, le communautarisme ne peut que se développer, ce qui contraire au principe même de la république.

    En voulant faire évoluer ce qu'on apprenait aux enfants, nous en tuons son objectif. Rassembler toute personne, quelle que soit son origine, sur un socle commun, celui d'une histoire nationale et républicaine la plus riche au monde. C'est l'héritage de l'Histoire de cette nation qui a permis à des générations d'étrangers d'être accueilli et d'être intégré. Cela est possible par le fait de s'approprier cet héritage.
    Mais encore faut-il en connaitre l'essence...

    Il n'y a qu'une communauté, c'est la communauté nationale provenant de cet héritage.
    C'est la force de ce grand pays qu'est la France.

    Quel drame de ne plus,ou presque, inculqué ça aux enfants de France!

    Pour revenir au prof perdu, il est lui aussi victime du bon travail se sape de cette bien-pensance et de son "révisionnisme".

    Les journées de commémoration comme celle de demain n'existent que pour souder une nation autours de la mémoire de ceux qui sont morts pour elle, dans le déroulement de son Histoire si riche. C'est aussi rendre hommage à ceux qui, à leur manière, ont contribué à écrire le roman républicain français... Dont ils sont, enfant de France de 2012, les héritiers.

    Pourquoi ne pas tout simplement dire cela aux enfants?

    Etienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @etienne: ben au moins tu ne t es pas dérangé pour rien :) Rien à ajouter à ton commentaire. Si ce n'est une certitude c'est que ce genre de prof n est pas un cas isolé. Encore un qui comme tu l a écrit est finalement victime, lui aussi, de la bienpensance gauchiste. Le paugvre, il ne le sait même pas.

      Ceci dit, ce qui m étonne , sans véritablement m étonner, c'est qu il enseigne encore. J ai lu par curiosité quelques uns de ces autres billets, c'est "space " de chez " space ".

      Supprimer
  8. La “formation morale du citoyen”, mais c'est hénaurme, ça ! Ça vous a un irrésistible parfum de maoïsme de haute époque…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @didier goux: mézavi qu il est victime de cet endoctrinement maoïste de la plus belle heure. Et dire que quelques collégiens l'écoutent quasi " religieusement "

      Supprimer
    2. Ah non Didier ! C'est républicain pur sucre :

      « La Patrie a le droit d’élever ses enfants, elle ne peut confier ce dépôt à l’orgueil des familles, ni aux préjugés des particuliers »
      Robespierre
      « Les enfants appartiennent à la République avant d’appartenir à leurs parents. Qui me répondra que ces enfants, travaillés par l’égoïsme des pères, ne deviendront pas dangereux pour la République ? »
      Danton
      « Tous les enfants, sans distinction et sans exception, sont élevés en commun aux dépens de la République ; tous selon la sainte loi de l’égalité, recevront mêmes vêtements, même nourriture, même éducation, mêmes soins »
      Le Peletier de Saint-Fargeau

      Les gauchistes étant leurs héritiers, il n'y a rien d'étonnant à retrouver les mêmes préoccupations dans leurs élucubrations. Il faudra un jour que les gens comprennent qu'il faut tous les éliminer physiquement pour que l'humanité respire.

      Supprimer
    3. @kotchack: il ne manque pus que St Just dans ce florilège, non ?
      Marrant, ces 2 citations de Danton et de Robespierre me rappelle étrangement le genre de discours que tenaient les dirigeants Khmers Rouges dans les années 70/75

      Supprimer
  9. "Il faudra un jour que les gens comprennent qu'il faut tous les éliminer physiquement pour que l'humanité respire."
    Bon ben au moins ça c'est dit ! "Mein Kampf" n'est pas mort !
    L'histoire est une science exacte qui s'appuie sur des sources indiscutables (les archives)
    L'enseignement c'est autre chose en effet...Je ne connais pas le prof en question, mais comme tous les profs de l'éducation nationale (et privée sous contrat), il est tenu à une oligation de neutralité comme tous les fonctionnaires... Si sa hiérarchie estime qu'il a dépassé "les bornes", il appartient à sa hiérarchie de le sanctionner...Mais il appartient aussi aux parents d'élèves en tant que citoyens, d'intervenir dans les instances où ils sont représentés (Conseils d'administration des collèges et lycées), mais où malheureusement on ne peut que constater un démission collective.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si je ne suis pas d'accord avec la dernière phrase de koltchak, je n'en pense pas moins que vous vous faites de douces illusions sur "les bornes" que la hiérarchie de l'EN empêcherait les enseignants de dépasser.
      Si les profs de tendance droitière sont rapidement repérés il n'en va pas de même des gauchistes.
      Je n'en veux pour preuve que l'exemple de ma fille de 11 ans en quatrième qui a été endoctrinée par sa prof d'histoire maoïste, sans que le hiérarchie n'y trouve rien à redire.
      Pire, cette fillette de 11 ans a fini par planter un souk pas possible dans le lycée, incitant ses camarades à jeter tous les matelas du dortoir par la fenêtre. Et quand j'ai demandé à la directrice pourquoi, au vu de tous ses faits d'armes, elle ne la renvoyait pas. Il m'a été répondu que ce n'était pas possible parce qu'on dirait qu'elle a été renvoyée pour des raisons politiques.
      Il est vrai qu'on était en 1968 !

      Supprimer
    2. @kalandour: Aller demander aux parents d'intervenir ! Grosse marade au regard effectivement de la démission collective de ceux-ci vis à vis de l 'EN

      Supprimer
  10. En ce 11-Novembre ayons une pensée toute particulière à l'intention de Jean Bastien-Thiry, Honneur de l'Armée française, Honneur de la France, assassiné le 11 mars 1963 sur ordre de l'infâme traître et criminel compulsif DeGaulle, le plus sanguinaire qu'ait connu la France depuis la Révolution et sa Terreur…

    - Hommage à Jean Bastien-Thiry sur sa tombe :

    Ce dimanche 11 novembre à 15 heures, hommage sera rendu au colonel Jean Bastien-Thiry, 25 rue de Bièvres, cimetière de Bourg La Reine (92340)… 

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aie, aie, aie ! Ça craint !

      Supprimer
    2. @didace: non mais ça va pas la tête ?

      Supprimer
  11. Une seule réponse à ce personnage:

    Potius mori quam foedari
    Plutôt la mort que la souillure
    Kentoc'h mervel eget bezañ saotret

    Mais pour un gauchiste, cela est difficile à comprendre surtout si en plus c'est instituteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: encore mieux,il est prof de collège !

      Supprimer
  12. Et moi, je trouve votre manière de nommer et d'orthographier le nom du Président de la République tout à fait irrespectueuse de sa fonction et de la tradition républicaine.
    Pour le donneur de leçon que vous faites, cela est assez inconvenant et méprisable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @dsl: inconvenant, j en conviens parfaitement. Le respect, ça se mérite, la majuscule aussi . Méprisable, n exagérons rien.
      Et pour conclure: ici, je suis chez moi alors l 'hollande, je l'orthographie comme je veux. Capice ?

      Supprimer
  13. Je me demande s'il n'y a pas une sorte de sélection qui est faite pour pouvoir devenir prof d'histoire.... Je me souviens d'un de mes profs qui était assez similaire à cet énergumène dont tu parles....

    Et puis, celui là il fait un peu de zèle probablement en faisant une sorte de morale laïque avant l'heure??? Si c'est ça qui va être inculqué à nos enfants (façon endoctrinement) faut pas s'étonner que tout parte en vrille et que plus personne ne respecte rien .... Cet abruti a un peu tendance à oublier que c'est grâce à ces soldats et à ces batailles qu'il peut librement circuler dans le pays, ou parler le français.... (bon, ok, ça risque de plus durer très longtemps au rythme ou on va, mais là c'est un autre sujet....quoique.... )

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @titi: un peu de zèle ? je te trouve bien gentil ! Tout le pb est là: ce mec enseigne a des enfants, tous les jours. Son blog n a rien de confidentiel et il écrit sous son vrai nom mais apparemment, ça ne gêne personne

      Supprimer
    2. Oui bon... il fait beaucoup de zèle.... Il doit se dire que si un prof d'allemand peut être premier ministre il a toutes ses chances pour l'avenir :-)
      TIti

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique