vendredi 30 novembre 2012

N'est pas Raoni qui veut. Lui, on l'écoute.

Hier au JT de TF1, il y avait le grand chef Raoni. Un évènement. Quand Raoni parle, on l'écoute. Même les grands de ce monde le reçoivent et l'écoutent. C'est dire si son message est important. Je l'ai donc écouté.



Et ce qu'il dit est fort intéressant. Il nous parle de la déforestation, de la pollution et de la folie des hommes à vouloir construire des tas de choses, des routes et des barrages; autant de projets qui mettent en péril l'existence de son peuple. Il dit même, non sans nous faire sourire, lui qui n'habite ni Paris, ni Lyon ou Marseille, que dans sa forêt, avec tout ces arbres coupés, et bien, ça pue, ça sent mauvais.

Il constate, un peu triste, que " ses " enfants ont accès au progrès ( internet, facebook et toussa ) sans omettre de nous dire que " son " monde, sa culture et son histoire ne sont pas solubles dans une modernité destructrice.

Il nous parle aussi des " blancs ", pas très bien éduqués, jamais intégrés, qui sont arrivés par chez lui, il y a de nombreuses années. Il exprime, à mots couverts, sa crainte d'une immigration possiblement nuisible à son peuple. Il nous parle, Raoni, de ses traditions et de sa culture qui risquent de disparaître à force d'être submergé par un monde extérieur envahissant. Il y a danger, nous dit-il, et l'on doit coûte que coûte protéger ses traditions, son peuple, son histoire, sa culture...

J'ai écouté Raoni et je n'ai pas pu m'empêcher de faire certains parallèles avec notre monde, notre peuple et notre histoire. Mais parler de ces choses-là, quand on n'est pas Raoni, c'est suspect, c'est s'exposer à la critique voire aux insultes, c'est prendre le risque, un comble, d'être traité de réactionnaire. Et pourtant, Raoni ne serait-il pas un brin réactionnaire ? A sa façon...

N'est pas Raoni qui veut. Lui, on l'écoute.

Folie passagère 1471.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

10 commentaires:

  1. Mais ma parole, mon cher Corto, votre Raoni fait du racisme anti-blanc !
    C'est permis ça, à la télévision française ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: permis ou pas permis Raoni a tous les droits y compris a la télé française

      Supprimer
  2. Je m'aperçois que je viens de traiter du même triste personnage. A ma manière, j'arrive aux mêmes conclusions que vous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacques etienne: j' ai lu :) l important c'est qu'en concluant de la même façon, nous nous sentions moins seuls

      Supprimer
  3. A la base de tout, il y a la croissance démographique. Nous sommes trop nombreux et la concurrence entre les peuples est de plus en plus âpre. L'impérialisme est du côté de ceux pour qui le progrès technique qu'ils détiennent et vénèrent est la preuve de leur bon droit.
    Mais être réactionnaire est une attitude normale pour ceux qui veulent encore avoir une chance de survie. Politiquement, culturellement et même matériellement. Pour les autres, c'est le syndrome de Stockholm: ceux qui nous envahissent nous enrichissent. Ne dit-on pas qu'ils vont payer nos retraites? Même si c'est vrai, ce dont je doute, le voudront-ils?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: et allez, encore un qui comme Jacques etienne et moi, trouve Raoni réactionnaire ou me trompe-je ?

      Supprimer
  4. Non seulement c'est suspect de parler de ces choses mais on a de fortes chances de se retrouver au tribunal pour racisme ou islamophobie ( ce qui revient au même...).
    Nos bobos de tout bord sont sans doute très empathiques envers ce monsieur et prêts à se battre à ses côtés pour défendre sa culture ancestrale mais il ne leur viendrait pas à l'esprit de comparer son problème au nôtre. Seuls les occidentaux ne méritent pas qu'on défende leur culture...
    Je suis cohérente quand je ne veux ni la mort de sa culture ni celle de la mienne et en affirmant que les deux ne peuvent survivre sans dommage en un même lieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: j 'apprécie particulièrement la dernière phrase de ton commentaire. !

      Supprimer
  5. La différence entre ce bel ara et le vilain occidental réside dans les plumes, mettez des plumes à un blanc et de suite il devient sympathique, notre côté enfant avec les histoires d'indiens et cow-boy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: Bonne idée, ce serait drôle, et commençons par nos députés; que cela égaye un peu l assemblée

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP