dimanche 4 novembre 2012

Le mariage pour tous, le mariage gay ? Ce sera sans moi !


Voilà pourquoi mon " combat " pour le mariage gay s'arrêtera ici, ce jour.

Un tweet, un simple tweet de Bruno Masure, has been s'il en est de la télé à papa, à propos du mariage gay et de la position de l'Eglise catholique, suffit à expliquer mon renoncement: " Quelqu'un peut expliquer aux arriérés de l'Épiscopat français que le mariage homo existe dans la (très) catholique Espagne depuis 2005 ? "

Fut un temps, il me paraissait évident que la législation devait évoluer en donnant à deux personnes de même sexe les mêmes droits ( héritage, réversion, éducation si présence d'enfant...) qu'aux hétéros. Reconnaissance sociale et légale par le mariage. Terme que j'aurai souhaité différent: union civile, contrat d'union... afin qu'il soit parfaitement dénué de toute connotation religieuse. Il ne s'agissait pas pour moi d'une démarche militante, juste une question d'égalité au sens noble du terme.

Et puis les choses ont évolué. hollande, qui se fout du mariage hétéro comme de sa première poule,  a fait du mariage gay une promesse électorale démagogique. Et la Socialie toute entière d'en faire une question de principe: le mariage gay, une question de justice, d'égalité et de progrès.

Alors, on nous a vendu le truc d'une façon simpliste en occultant sciemment la foultitude de problèmes qu'il faudrait régler de facto en accordant cette " égalité ": l'adoption des enfants, l'éducation, la procréation, le lignage, le devenir de la notion de famille, etc... Bref diluer par la loi et dans le temps ce qui faisait le ciment de notre société: la famille. Cette même famille dont on ne peut plus parler sans lui accoler quelques adjectifs: famille classique, famille traditionnelle. Par opposition à ce qui est ou serait le nec plus ultra du progressisme: famille recomposée, homoparentale, moderne... C'est ainsi qu'au fur et à mesure que l'échéance se rapproche et que la concrétisation semble inévitable, le débat a pris forme, les questions se posent, la réflexion s'affûte et force est de constater que la chose n'est pas aussi simple que cela. Même Tartuffe 1er et Ayrault renoncent par exemple à la PMA. Les problèmes administratifs et moraux s'avèrent bien plus aigus: Parent 1, Parent 2, Parent 3... Et l'on s'aperçoit des dérives et évolutions éventuelles auxquelles on n'avait pas pensé. C'est vrai quoi, si on l'accorde aux homos, pourquoi ne pas l'accorder à d'autres minorités " folkloriques " au nom de l'égalitarisme: le mariage polygame, le mariage pour trois, le mariage mixte ( 2 personnes homos et 1 hétéro ) etc...  D'ailleurs, les gauchisses ne préparent-ils pas le terrain en transformant insidieusement le mariage gay en mariage pour Tous, ce Tous qui m'apparait bien plus nivélateur qu’égalitaire.

Alors, on réfléchit, on évolue et on se dit: au nom de quoi, pour satisfaire l'exigence ( manipulée ? ) d'une minorité devrait-on modifier la généralité ? Sans même se poser la question de savoir si l'on ne pourrait pas agir, présentement, au cas par cas compte tenu du peu de gens concernés.

Par delà toutes ces questions morales, éthiques et philosophiques qui peuvent être discutées, la tournure qu'a pris ce débat ne me plaît pas. Le tweet sectaire de Masure a été ce matin une espèce de révélateur. Le Camp du Bien et des Progressistes détiennent la Vérité: Être pour le mariage pour tous, c'est être moderne, c'est aller de l'avant, faire fi des conventions et envoyer paître la tradition. Tout opposant à ce projet est forcément et en vrac: arriéré, catho, réactionnaire, néo-con, sectaire ( un comble ), nul et conservateur... Le top du top étant " homophobe " ! Tu es contre le mariage homo parce que t'es homophobe !  Et on en arrive à des aberrations: le croirez-vous, j'ai lu des gays se faire traiter d'homophobes parce qu'ils n'envisagent pas le mariage pour tous comme LA solution. ! 

Ainsi, d'un débat qui aurait pu être intéressant, on a fait pour des raisons douteuses un combat du Bien ( la gauche, les modernoeuds et les minorités agissantes ) contre le Mal: les cathos ou tous ceux qui, par conviction, par foi ou par respect des traditions n'approuvent pas cette évolution.

Sauf qu'en l’occurrence et pour peu que l'on prenne le temps de bien expliquer les choses et de mesurer à leur juste valeur les impacts à venir sur la société, l'on s'aperçoit que le tendance n'est pas forcément le mieux; j'en veux pour preuve la baisse dans les sondages du nombre de Français favorables au mariage pour tous. Et plus cette baisse de s'accentuer, plus je constate la montée en puissance d'une certaine agressivité et des propos homophobes de plus en plus présents. La tension et les invectives s'accroissent et pourrissent le débat.

En résumé que peut-on dire ?

Que le mariage " gay " ne peut pas se limiter uniquement à l'union de deux personnes de même sexe, le sujet est bien plus vaste et plus risqué dans ses conséquences pour notre société et notre devenir.

Que ce débat révèle in fine de quelle manière les forces gauchisantes ont manipulé le débat: d'une idée qui tenait la route, elles ont fait un débat politique clivant. Il ne doit y avoir que les pour et que les contre. Les Pour ayant forcément raison et les Contre étant obligatoirement des arriérés.

Que pour des raisons électoralistes et stupidement idéologiques, sous la pression de quelques lobbies et autres associations militantes, on voudrait imposer l'exigence d'une minorité au plus grand nombre.

Que pour faire triompher le " Bien ", on est en train de diviser la population, un peu comme on le fit avec le débat sur l'identité nationale.

Qu'en commençant cependant à exposer les tenants et les aboutissants du zinzin, on s'aperçoit que l'adhésion au projet s'émousse.

Pire à mes yeux, ce débat a permis de révéler au grand jour, chez certains, de plus en plus nombreux, une homophobie latente qui n'attendait que l'occasion pour s'exprimer ouvertement; l'exact contraire de ce que l'on pouvait espérer attendre. De la même manière qu'il a mis sous les projecteurs le sectarisme affligeant de ceux, tels Bruno Masure, qui se sont toujours présentés comme le must question " ouverture d'esprit ".

Pour toutes ces raisons, j'ai décidé, hélas, de ne plus prendre part à ce débat. Le mariage pour tous se fera ou ne se fera pas, mais ce sera sans moi.

Folie passagère 1422.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

87 commentaires:

  1. Mais moi qui suis un "simple d'esprit", marier ça veut dire "unir", je ne vois pas ce que la religion vient foutre là dedans! A mon avis comme elle n'arrive pas à faire parler d'elle autrement, elle se saisit du sujet!
    Même Monseigneur Lacrampe va s'en plaindre au pape comme si on lui avait volé son pain au chocolat à Tierce!
    Ils feraient mieux d'ouvrir les églises la nuit, le froid va arriver et Dieu,Jésus,Marie et tous les saints seraient contents de voir enfin de vrais vivants!:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nigloo: faut arreter le lait de poule ! Ce n'est pas tant la religion que l eglise et les cathos qui ont quelque chose a voir là dedans. Tous les cathos, évèques, curés ou laïcs sont des citoyens à part entière. Par delà les principes qu ils défendent, ils ont parfaitement le droit de s'exprimer sur le sujet justement parce qu ils sont aussi citoyens membre de la société française, ils ont donc toute légitimité, comme toi, à s'exprimer sur le sujet.

      Supprimer
    2. De plus, Nigloo, c'est un peu facile de tirer sur les cathos. Après tout, et à vous lire ("[...] voir enfin de vrais vivants!"), ils ne seraient plus qu'une paléo-humanité, vouée à disparaître si ce n'est déjà fait. Cette minorité serait-elle moins méritante, moins diverse que celles que vous êtes si prompt à défendre par ailleurs ? Auriez-vous l'indignation sélective ?

      Ce que propose ce projet de loi, le mariage pour tous (laissez-moi rire !), c'est pour les catholiques ni plus, ni moins que ce qu'ont fait les sbires de Génération Identitaire sur le toit de la mosquée de Poitiers : il s'assied lourdement sur un symbole. Alors vos préjugés vite faits, hein, vos bons sentiments largement distribués sur ce blog...

      (Corto, désolé. Y m'a attigé (©J. E.), là, ton pote)

      Supprimer
    3. Je suis tout à fait d'accord avec toi, et je partage un peu ton analyse dans le post

      Mariage gay: l'Église "pas dans son rôle" ? - Le Parisien Libéral


      Supprimer
  2. Bof, de toute façon, n'importe quel débat finit par virer en eau de boudin aujourd'hui...

    Je soutiens le mariage gay (ou pourquoi-pas pour tous) car je pense que le moment est venu de donner un nouveau souffle à cette institution avant qu'elle ne finisse par disparaître complètement. Je ne suis pas pro-mariage tout court, j'aurais d'ailleurs préféré que l'on réforme cette institution plutôt que de l'ouvrir dans l'état à "tous" mais, il me semble que ce cadre légal est économiquement plus intéressant autant pour la France en général que pour les heureux mariés eux-mêmes.

    Les curés vont se retrouver sur la touche, soit, ils le sont déjà et cela ne peut qu'empirer de toute façon. Je ne sais pas s'il y a des stats quelque-part mais quand je vois le peu de couples qui se marient devant l'église catholique aujourd'hui (entre ceux qui préfèrent une autre obédience, ceux qui sont mis sur la touche par l'église pour une raison ou une autre et d'autres que ne veulent pas pas de mariage religieux du tout), je pressens que leur acharnement à ne pas vouloir faire évoluer le zinzin conduira celui-ci à l'état d'exception avant quelques dizaines d'années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @didier: justement, vu l importance que l on donne à leur parole en ce moment, je ne suis pas sur qu ils se retrouvent sur la touche. Bien au contraire. Ils saisissent l occasion de montrer qu ils sont prêts a monter au créneau pour défendre leurs valeurs et leurs dogmes.

      Très intéressant d ailleurs de voir que ces jours ci le débat se déplace : du mariage gay, on ne parle que de la position de l eglise sur le sujet. C'est cette position qui fait débat. drôle.

      Supprimer
  3. Marianne, Mariaaaaaanne !

    RépondreSupprimer
  4. Plus sérieusement, Corto, je salue la finesse de ton analyse. Tout y est. Je regrette simplement que tu ne soulignes pas davantage l'absence de débat, qui semble plié et l'acquis du mariage "pour tous", par la légitimité de celui-à-qui-mandat-a-été-donné. Ou les belles heures de la pensée unique vont voir fleurir les roses à Noël...

    Je note au passage que les deux commentaires ci-dessus sont ceux de personnes qui, manifestement, n'en ont pas grand chose à foutre, du mariage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: pas tout a fait d accord. je trouve qu avec l entrée massive de l église ds le débat, celui-ci rebondit. Et tout ne me semble pas si plié que cela. 63% de Français favorables, l an passé, plus que 58% avant l intervention de Mgr 23 à Lourdes. Je suis prêt à te parier que dans 15 jours ou un mois on ne sera plus qu a 50/50

      Supprimer
    2. Bien sûr, Corto. Maintenant seulement. Le projet de loi, quand passe-t-il au parlement ?

      Supprimer
  5. Que de chemin parcouru, mon cher Corto, depuis que vous m'aviez enjoint d'écrire un billet pour expliquer pourquoi j'étais opposée au mariage homosexuel !

    http://corto74.unblog.fr/2011/01/25/gay-gay-ne-nous-marions-pas/

    Mais à l'époque j'étais loin d'imaginer TOUTES les implications du mariage homosexuel, et d'après les commentaires que je viens de lire, je vois que c'est encore le cas pour beaucoup.
    Une petite question vulgaire continue à me tarauder : pourquoi les socialistes toujours prêts à toute occasion à dénoncer la ringardise du mariage qualifié de "bourgeois", veulent-ils l'étendre aux homosexuels ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Marianne, (bien que votre commentaire s'adresse au taulier), je crains que nous soyons loin d'imaginer TOUTES les implications du mariage -non pas homo mais- "pour tous". Et vu la montée en puissance de l'absence d'adhésion à ce projet, que peut-il en sortir de bon ? NI le mariage, NI les homos n'en sortiront gagnants.

      Cela rejoint ma réponse à votre question finale : le socialisme, aujourd'hui en France, étant arrivé au paroxysme de ses possibilités, n'a plus de cesse que de "casser", pour exister (depuis Tonton, en fait). D'ou ce sentiment (personnel) que décidément, les socialistes ne respectaient plus rien, depuis Nicolas Sarkozy.

      Cela commence à se voir, que les socialistes ne font que réparer un barrage qui s'écroule en construisant un chateau de sable par dessus, et cela ne sert à rien.

      Supprimer
    2. @marianne et Al west: assez d accord avec Al. Le socilaisme français façon hollande est consorts n est rien. Sur le plan économqiue, ls ne peuvent qu aller vers plus de rigueur, pas le choix et donc aller à contre courant du socialisme, pour faire simple. Ils ne leur restent plus que les sujets de société.

      Supprimer
    3. @Marianne A. : Le mariage? Les socialistes? Ils s'en foutent comme de leur première barboteuse. Voilà pourquoi ils voteront le mariage homo de toute façon et quoi qu'en pense l'opinion.

      Il faut comprendre que pour les gens de gauche en général, un peu moins les socialos je vous l'accorde, les "affaires" religieuses n'existent pas.

      @Corto, Al West : C'est marrant mais je vois exactement les même critiques de fond que l'on appliquait à Sarkosy venant de l'autre côté il y a peu. Je me dis que ce ne sont que des sortes de mécanismes privilégiant les idées courtes pour laisser le champ libre à d'autres bien plus nébuleuses. En clair, nous avons changé de président mais rien ne change. Tout le monde peut attendre chacun au même endroit sur les mêmes sujets et paf, c'est reparti pour un tour.

      Supprimer
    4. @ Didier, avez-vous lu ma réponse à Nigloo de 11h47 ("...ni plus, ni moins que...") ?

      Supprimer
  6. eh bien, eh bien ! que de choses bien dites mon cher Corto, tu sais ce que j'en penses, un peu moins opposée que Marianne, mais dès le début de cette histoire, je t'ai dit quelles étaient les dérives prévisibles ! et on y est, et toi le premier! et ce n'est pas en crachant sur l'église et en bouffant du curé que ça fera avancer le débat, il est certain que si les gens sont de plus en plus contre, c'est parce que le bon peuple réfléchit, lui, et vois bien les tenants et les aboutissants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention, Boutfil, tu tombes un peu dans l'excès dénoncé par Corto : non, les "contre" ne sont pas seuls à réfléchir et à mesurer les impacts. J'ai été confrontée à des pro mariage gay qui avaient de très bons arguments. Je n'étais pas d'accord, mais ça n'enlève en rien la qualité de leur réflexion.

      Supprimer
    2. c'est vrai que moi aussi, j'ai des amis qui sont pour,et qui ont des arguments que j'entends, mais j'ai bien peur que les sentiments anti religieux de certains couvrent les paroles sensées des autres parce que le débat commence seulement car on est passé d'un mariage homo à des mariages " pour tous" ce qui n'est pas du tout la même chose, j'étais assez réservée au départ justement par les arguments de mes amis homo mais là, on passe à autre chose, donc, je suis résolument contre

      Supprimer
    3. @Boutfil et Blandine:

      Boutfil n a pas tout a fait tort qd elle dit: "j'ai bien peur que les sentiments anti religieux de certains couvrent les paroles sensées des autres".
      Vs incite à lire le billet étonnant de A Perdre la Raison ds la blogroll à droite.
      Voila un gars qui se dit catho et qui dénonce le fait que l église intervienne dans le débat. Comme si curés, évêques, laïcs croyants pratiquants ou pas n'avaient pas à se mêler d'un tel sujet de societé !
      On en arrive à 1 nouvelle aberration: au nom de sentiments anti-religieux, les croyants n auraient pas le droit de débattre ! stupide !

      Supprimer
    4. @blandine: je v aller coller le commentaire que tu m a envoyé par email. Il est bien et il n y a pas de mal à se faire du bien de temps en temps !:)

      Supprimer
    5. Au temps pour ma presque pudeur '^^

      Supprimer
    6. @BOUTFIL : Dire que le fait religieux (quel qu'il soit, pas forcément catholique) n'a pas le droit de cité au sein des affaires de l'état français est-il anti-religieux?

      Supprimer
    7. @ DIDIER la réponse que fait Marianne plus bas pour Blandine, réponds à votre question

      Supprimer
  7. Il faut combattre cette déraison qui voudrait que pour la nouvelle société, "l'homme c'est la femme" et la "femme c'est l'homme".
    Il faut se souvenir ainsi que l'a souligné Hannah Arendt, qui la première a parlé de la folie qui guette les dirigeants politiques et même les classes dirigeantes dans leur ensemble, que les régimes totalitaires ont été des régimes absurdes avant de devenir des régimes criminels.
    Pour en apprendre plus rendez-vous sur le blog de Roland Hureaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: avez vous vu le dernier catalogue " jouets de No¨l " de Système U ? On y voit des garçons jouer à la poupée et faire la dinette, des jeunes filles, jouer au camion de pompier et aux petites voitures !

      Vous disiez: " Il faut combattre cette déraison qui voudrait que pour la nouvelle société, "l'homme c'est la femme" et la "femme c'est l'homme" " ça semble mal barré ! :)

      v aller faire un tour chez Hureaux

      Supprimer
    2. Il paraît qu'en Suède, mon cher Corto, les petits garçons n'ont plus le droit de faire pipi debout parce que cela discriminerait les filles.

      Supprimer
    3. Il y a des absurdités en grand nombre. Mais, Marianne, sait-on aujourd'hui penser hors utopie ? Les gens semblent se voir comme purs esprits... tout en restant atachés au plaisir matériel immédiat !

      Supprimer
    4. @ Blandine
      Vous mettez le doigt sur le noeud du problème.
      Tout est à l'oeuvre pour casser la famille, dernier bastion de cette société où prennent racine les solidarités et les résistances.
      Il faut à toute force faire de chacun un électron libre, sans attaches, occupé uniquement à la satisfaction des plaisirs que le marché pourra lui fournir.

      Supprimer
  8. Commentaire de Blandine envoyé par email:

    " Eh beh, mon cher Corto, je vais finir par me lasser d'avoir sans cesse envie de te dire meri à chacun de tes billets, ou presque !

    Ton dernier billet sur le mariage gay m'a un peu pincé le coeur et pourtant, sa justesse m'a énormément touchée. On en parle partout en ce moment, du mariage, on se demande ce que c'est vraiment au final, on assène des définitions comme des vérités absolues... Pour certains, ce n'est que l'union de deux amants, pour d'autres la ase de la famille saine. Pour moi, j'avoue que c'est un peu particulier : j'ai demandé mon cher et tendre en mariage (bah quoi, hein, soyons modernes !) pour le protéger, ainsi que notre fille, financièrement et juridiquement, quand mon cerveau et mon corps auront déclaré forfait pour de bon.

    Alors, j'avoue que quand je vois les deux camps autour de ce sujet passer du mépris tranquille à l'agressivité imbécile, j'ai juste envie de mordre. Non, on n'est pas arriéré parce qu'on a peur d'un changement majeur, non, on est pas inconscient quand, gay, on veut protéger les siens en droit. Je vais cesser là ce message un brin larmoyant, mes doigts sont en grève, mais je tenais cette fois à te le dire vraiment, ce merci. Merci d'avoir eu ce sursaut de colère contre M Masure. On ne sera pas d'accord sur tout toi et moi, mais tes billets sont très souvent une lecture stimulante.

    Blandine "


    merci a toi Blandine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ? De râler ? A ton service ! Mais gare, si tu me fais sortir des petites piques sur ton blog, on va croire que je sais réfléchir !

      Supprimer
  9. L'enjeu est-il le mariage homosexuel ou la poursuite du relativisme des valeurs ou de la négation de la différence que portent les modernes? Ne disons-nous pas, à nos enfants, avec le mariage homosexuel, qu'un homme et une femme, c'est pareil? Je me demande si cette gauche-là ne nous enjoint pas de nous comporter comme des hommes-femmes-enfants? Jamais l'UMP ne s'oppose intelligemment et fermement à cette tendance.
    Jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le but n'est-il pas de faire perdre leurs derniers repères aux gens, afin qu'ils soient soumis à la seule loi qui vaille : celle du marché ?

      Supprimer
    2. Non, je doute ! Les gens aspirent juste à mon avis à un amour global et indifférencié, un genre d'amitié câline générale, jusqu'à former un égocentrisme géant.

      Supprimer
    3. @ Blandine
      Si vous dites vrai, notre monde est devenu encore plus absurde que je ne croyais !
      Mais je crois que vous faites fausse route : le gens aspirent surtout à vivre ce qu'on leur montre à la télévision.
      J'ai connu un couple de très jeunes gens de la campagne, qui s'ennuyaient et qui avaient mis sur pied une relation échangiste, avec deux autres couples, parce qu'ils en avaient entendu parler à la télévision.
      Si le télé film s'était sûrement bien terminé, l'histoire vraie s'était terminée par un meurtre sordide.

      Supprimer
    4. Hum, le débat est intéressant, Corto va-t-il prendre une tasse de thé et nous lire ou nous pousser gentiment dehors ?

      Je vis dans un milieu ou la télé n'existe que très peu. Elle est remplacée par Internet. La plupart des gens vulnérables que je côtoie ne rêvent pas de produits de luxe, mais d'un genre de sentiment nouveau. A détruire la famille, la société, les carcans, ils veulent remplacer ces données par d'autres, choisies librement.

      Lisez les pro mariage gay qui ne sont pas directement atteints et qui restent primaires (donc beaucoup de gens, mais pas tous, loin de là, dans ce "camp"). Ils nous disent "laissez-les s'aimer, laissez-les faire comme ils veulent !". Moi je vois ça comme le gamin qui trépigne sur l'air de "c'est pas juuuusteuh".

      Supprimer
    5. Il n'y a pas de liberté sans limites à la liberté.
      "Détruire la famille, la société, les carcan", c'est être prêt pour devenir l'esclave de n'importe quelle idéologie pour peu qu'elle soit dirigée par un chef à poigne.
      C'est ce qui est arrivé aux Russes, aux Allemands, aux Chinois avec Staline, Hitler, Mao au XXème siècle.
      De qui deviendrons-nous les esclaves au XXIème siècle ?

      Supprimer
    6. De nous-mêmes ? Des émotions ? C'est bien ça qui me terrifie.

      Supprimer
    7. @blandine: je crois surtout que nous ne savons plus garder notre libre arbitre, ni prendre du recul. Nous nous soumettons à la doxa en vogue: aujourd'hui la socialista !

      Nous donnons à la majorité sortie des urnes raison comme si celle-ci avait ...obligatoirement, parce qu elle est majoritaire, raison. Et oublions le B.A BA à savoir le Bon Sens

      Supprimer
    8. Tout le monde s'en saisit, du fameux bon sens, le voyant de son côté... Alors qu'en fait il nn'est que du mien !

      Supprimer
  10. Vous avez parfaitement raison. Puis-je vous féliciter de la pertinence de vos arguments, de la clarté de votre exposé et de la modération non exempte de fermeté de la manière dont vous exprimez votre position?
    Cette question du mariage gay a été mal posée dès le départ et récupérée par les politiques et les religieux. Elle est devenue un inextricable sac de noeuds où il est préférable de ne pas mettre le doigt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mal posée ? Qu'aurait-il fallu demander selon vous, Panglloss, et comment ?

      Supprimer
    2. tout a fait d'accord Pangloss, les discutions deviennent fatigantes parce que personne ne " s'écoute" et que les atguments deviennent vains !

      Supprimer
    3. @ Pangloss (Boutfil s'abstenir)

      Vous avez parfaitement raison.
      Cela étant dit, le débat n'a pas été mal posé, il n'a pas été posé du tout.
      Tout le boulot aujourd'hui consiste à expliquer aux gens que personne ne veut empêcher les homosexuels d'être heureux, mais empêcher des politiques de s'immiscer dans la vie sexuelle des gens afin de détruire les fondements sur lesquels sont bâtis notre société depuis toujours, et cela juste au moment où notre société est fragilisée par une grave crise économique dont personne ne peut encore voir la fin.

      Supprimer
    4. @Blandine et Pangloss: Pangloss n a pas tort dans la mesure ou depuis des années tout le monde s'est projeté ds ce débat sans voir plus loin que le bout de son nez. Moi,gay, le premier, je l avoue. A la question, voulez vous que les gays aient les mêmes droits que les hétéros: on ne peut répondre que oui. D'où sans doute les 63% de Français favorables, il y a un an. Et puis, le débat a lieu, avec tous ces abus, ce côté pénible et fatigant mais vient la prise de conscience et la réflexion. Et l on s'aperçoit qu a une question simple, il y a foultitude de conséquences difficiles a accepter mais bien réelles. Et paf, les 63 deviennt 58 aujourd hui. Demain ?

      Supprimer
    5. Je comprends mieux le "mal posé" dans ce cas. Merci !

      Supprimer
    6. m'abstenir ? serais-je indésirable chère Marianne ? bon......

      Supprimer
  11. @Blandine: je ne mettrai personne dehors, mais j ai des obligations: j ai du monde et l'apéro à servir !
    a plus tard :)
    bon appétit a tous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il ne nous en réserve pas, de l'apéro, le bougre...

      Supprimer
    2. @blandine: oups !y a plus !

      Supprimer
  12. Beau billet!... Je comprend ton point de vue.....

    Quel sujet vaste pour la polémique... Et que de commentaires !!!!
    J'aimerai juste ajouter un petit "détail".... Dans tous ça.... on a oublié quelque chose.... ou plutôt quelqu'un.... C'est l'enfant..... Je met au défi n'importe lequel d'entre nous de trouver des enfants sans père ou sans mère qui sont "heureux" de cette situation... à qui il ne manque pas quelque chose d'important dans la construction de leur personne.... (Ca ne veut pas dire qu'ils sont malheureux, mais il leur manque quelque chose.... alors infliger cela volontairement à des enfants, est ce que c'est "JUSTE"???)

    C'est bien de penser aux couples qui s'aiment, qui veulent crier au grand jour leur amour.... mais quand on veut devenir parent... la première chose qu'on doit apprendre à faire c'est apprendre à donner à son enfant.... sans condition et sans limite....

    Je connais des enfants dont les parents sont gays. J'en connais plusieurs (oui là ou je vis il y a en a pas mal).... Et je peux dire une chose, c'est que même s'ils vont "bien", ils portent en eux un lourd bagage... Et on vécu des moments très difficiles.... Mais ces enfants là ont un papa et une maman quand même....

    J'ajouterai que je trouve tout autant ridicule le fait d'avoir laissé exister la loi qui permet à une personne célibataire d'adopter un enfant....

    Bref, vouloir à tout prix casser les réalités et forcer la nature ne donne jamais de bons résultats...

    Alors, oui ca fait super moderne de dire qu'on est pour le mariage pour tous, qu'on est contre l'église, contre les valeurs, contre les limites.... Mais on sait tous aujourd'hui que les enfants qui ont grandi sans avoir de repères et de limites sont ceux qui vont le plus mal.... Alors, quoi? on veut que puisqu'il y en a qui vont mal, on devrait obliger tous les autres à aller mal aussi...??? Le nivellement par le bas????

    Bref, tout ça pour dire, que si on réfléchissait un peu en adultes au lieu de réfléchir comme des enfants gâtés, genre "pourquoi lui il a le droit de jouer et pas moi"... on ferait peut être un pas en avant.... Mais je crois plutôt qu'on se dirige vers une société ou nous seront tous infantilisés... ou il n'y aura plus de "familles" mais ou la seule famille sera l'état.... ou un dictateur qui décidera de ce qui est bon ou pas pour ses "enfants"....

    Et dernier détail.... certains ici parlent de l'église.... mais les musulmans et les juifs sont tout autant contre le mariage gay que les cathos.... alors s'il vous plait, arrêtez de taper sur l'église.... Elle n'est certes, pas parfaite, mais elle ne vous a rien fait, ne vous empêche pas de vivre comme vous le voulez et ne vous fera pas sauter la cervelle parce que vous vivez comme vous l'entendez..... L'inquisition c'était au Moyen Age....

    Bon dimanche!
    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @titi: merci pr ton com que j approuve globalement. En ce qui me concerne, je n oublie pas l enfant puisqu a vrai dire ma " conversion " est partie de ma reflexion perso sur justement le devenir de l enfant ds les coupes homos.

      Supprimer
    2. Je comprend aussi ces couples qui ont besoin de reconnaissance... mais dans l'absolu pas besoin de mariage pour s'aimer... les "bobo modernes" nous la rabâchent assez en longueur de temps.... :-)
      Et pour le reste on peut toujours faire un testament....

      Titi

      Supprimer
  13. Bonjour Corto,
    Bonjour à tous,

    Voilà un revirement aussi surprenant qu'inattendu. Chic alors, sur ce sujet aussi, nous sommes désormais sur la même longueur d'onde.

    Ce n'est pas le mariage civil par lui-même qui me dérange, parce qu'après tout ce n'est jamais qu'un Contrat signé entre 2 adultes consentants, mais c'est tout ce qui en découle dans le projet de Normal 1er : la fusion des genres, l'adoption, la PMA, .... que je ne parviens pas à accepter, et pourtant, croyez moi, j'ai les idées larges.

    A vous lire on devine que le changement de discours n'a pas été chose facile, mais j'ai le sentiment que l'écriture de ce papier vous a bien aidé. On réfléchit souvent mieux avec un stylo ou un clavier à la main.

    Bravo pour votre capacité à vous remettre en question, ce que beaucoup ne savent pas faire...

    Comme d'habitude, j'ai apprécié la qualité des commentaires.

    Bonne fin de week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @cyrielle: non, pas facile c'est vrai. Et sans doute , je le reconnais aussi, n'aurait-il pas eu lieu si je n avais pas eu ras le bol des commentaires lus un peu partout de nos bons gauchistes qui se plaisent à dénigrer ceux qui sont opposés au mariage gay.

      Ceci dit, et a condition d'avoir un minimum d'ouverture d esprit, si on se met a tout poser sur la table, on ne peut absolument pas dire que cet accession au mariage pour tous est dénué de risques importants pour le devenir de notre société. Dès lors et ce faisant nos gauchistes devraient aussi pouvoir mettre de l eau ds leur vin, accepter la contradiction et brandir tout haut un truc qui leur tient à coeur: le principe de précaution !

      Supprimer
  14. @Blandine. C'est le mot de mariage qui sème la confusion. Pour certains il s'agit de faire reconnaître par la puissance publique sans que soient prises en compte leurs pratiques sexuelles qui sont du domaine de la vie privée, un statut de cohabitation (d'association, de concubinage?) de deux personnes (pourquoi pas des frères ou des seurs ou des frères et soeurs sans qu'il y ait soupçon d'inceste?) de telle manière que ce statut leur offre les mêmes avantages (fiscaux, héritage, séparation etc) que le mariage. Pour d'autres, il s'agit de faire reconnaître en plus que ces deux personnes ont des relations amoureuses homosexuelles. Certains enfin réclament une cérémonie avec grains de riz, garçons d'honneur, marche nuptiale, discours de Monsieur le Maire et robes ou costumes blancs. D'autres enfin veulent jouer au papa et à la maman (je suis cruel, je sais mais demande-t-on à l'enfant s'il veut participer à ce jeu où il manquera un papa ou une maman?).
    Mélanger ces trois manières de voir les choses entraîne la confusion.
    Il y a trois questions. Il devrait y avoir trois débats.
    Et pour les religieux? Que les religieux se mêlent de leurs affaires et nous lâchent la grappe! C'est déjà assez compliqué comme ça.
    Quant au mariage, qu'il reste un mariage tel qu'il existe jusqu'à présent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que vous ne m'en voudrez pas trop de m'immiscer dans votre échange avec Blandine, mais lorsque vous écrivez : "Que les religieux se mêlent de leurs affaires et nous lâchent la grappe", voulez-vous dire que les évêques et les prêtres qui sont des citoyens et des responsables de familles catholiques, n'auraient pas le droit de s'exprimer sur ce sujet, comme n'importe quel autre citoyen, comme vous et moi ?

      Supprimer
    2. En tant que citoyens, ils en ont bien sûr le droit.
      En tant que religieux, ce qu'ils disent ne concernent que ceux qui leur reconnaissent une autorité.
      C'est le mélange des genres qui perturbe le débat en confondant (sciemment ou non, ou en laissant confondre) position religieuse et position citoyenne par des références aux racines chrétiennes de la société française.

      Supprimer
    3. @pangloss: tu ne peux pas en vouloir aux religieux ( quelqu ils soient ) d'exprimer leur vision du pb. Ils sont et citoyens et " directeurs " de conscience pour des centaines de milliers de gens qui attendent de ces mêmes religieux un avis.

      Supprimer
  15. Alors après avoir laissé la pression redescendre me voici pour te répondre.

    Je constate que tu n'as pas donné réellement ton avis sur le fond, juste que tu te retirais de la "course". Je constate que tu mélanges joyeusement tous les "pour" dans un vaste gloubi-boulga, en les affublant du nom de progressistes de gôche. Or je me permets de te rappeler que l'histoire en question est bien trans-courant puisqu'à droite nous trouvons Jouannot ou Bachelot pour militer à nos côtés.

    Je constate que tu feins de croire qu'un autre débat aurait été possible, plus serein, sans invectives, je te renvoie en cela à la manière dont il a été traité dans les autres pays au moment de ce même débat. Le principe à toujours été le même; les crevards sont des crevards partout dans le monde. Et partout dans le monde ils ont tenté de nous faire croire que nous étions les gardiens du temple (pédophilie, inceste, libéralisme social pour faire avaler la pilule du libéralisme économique). Or je constate que depuis que le dit mariage gay a été institué dans ces différents pays, ceux-ci ne sont pas à feu et à sang.

    Je constate que les crevards de France ont tenté de se faire passer pour victime (syndrome Finkelkraut) alors même que j'ai pu avoir des débats portant sur le fond et non sur la forme.

    Je constate que tu te caches dérrière le terme d'égalitarisme pour valider ces mêmes thèses Nietzschéennes, celle du "mon dieu mais jusqu'où irons nous ?" qui n'a pas sa place. Car enfin est-ce à moi de dire où on doit s'arrêter ? ESt-ce à moi de prendre position immédiatement pour le pluri amour alors même qu'on parle du droit que je réclame à pouvoir avoir la MEME protection que les autres ? Que je réclame que cesse la tartuferie qui consiste à ce que j'adopte en célibataire pour ensuite élever en couple? Qui est le tartufe ici finalement ?

    Le débat qui opposerait progressistes / réactionnaires n'a pas sa place car il évite encore une fois de rentrer dans le fond du sujet. Et force et de constater que depuis que je discute sur ce sujet, je n'ai trouvé aucun argumentaire sérieux capable de remettre en cause mes revendications. Il s'agit donc de deux visions du monde qui se combattent l'une et l'autre. Progressisme n'a pas de sens puisque les unions homosexuelles civiles et religieuses existaient bien sur notre territoire.

    Mais sois rassuré, la droite a déjà annoncé qu'ils reviendraient sur la législation votée par la gauche. De plus, certains d'entre eux refuseront d'effectuer ces mariages en mairie. Tu peux donc dormir sur tes deux oreilles.

    RépondreSupprimer
  16. Réponses
    1. @yannick:
      Je n ai donc pas été assez clair; je me surprend à m opposer au mariage pour tous tel que nous l'ont présenté jusqu ici les gauchistes du gouvernement et autres affidés. L'idée d'un contrat civil entre deux homos permettant à chacun d'obtenir des droits protecteurs ( succession, heritage, reversion...) m'interessait. Point barre.


      Le progressisme n 'est pas l apanage exclusif des gauchistes, les bisounours aiment aussi. Pour moi Bachelot n a plus toute sa tête depuis longtemps et Jouanno va dans le sens du vent. Aucun interêt

      Pour le reste de ton com, revisite le en évitant de traiter les gens ( quelqu ils soient ) de crevards et je retournerai le lire.

      Quant a la déclaration du seul Jacob annonçant qu en cas de retour de la droite, celle-ci abrogerait la loi, elle est stupide pour 2 raisons: la loi est loin d être votée, très loin. Et deuxio, que fera-t-il si tel était le cas des homos qui auront été mariés entre temps ? Il les divorcer de force et les spoliera des droits ainsi acquis.

      Y a des cons aussi a droite.

      Supprimer
    2. Merci pour ta réponse, pour ma part je conserve le terme de crevard. En voici un exemple > https://twitter.com/Yvan_Benedetti/status/264820449140174850

      Supprimer
    3. @yannick:je n avais pas vu ta prose sur twitter: " m'étonne pas tiens, les tatas égoïstes se repaissent de leurs vies et ne se battent pas pr ceux qui veulent vivre simplement "

      C'est avec ce genre de tweets idiots, méprisants que j en arrive à ne plus pouvoir supporter les gauchistes.

      Supprimer
    4. Les gauchistes se battent activement eux, et ne se recluent pas. Moi aussi je t'aime bien :-)

      Supprimer
    5. @corto : Bah, vous n'aviez qu'à le faire votre pacte civil à part et bien de droite quand vous y étiez. De plus, vous saviez très bien que ce projet reviendrait sur le tapis avec une gauche quelle qu'elle soit et qu'elle s'attaquerait directement à l'institution du mariage plutôt que de chercher une quelconque alternative à celle-ci. :)

      Supprimer
    6. @didier: ah mais moi je n étais pas aux affaires :) et effectivement ns savions que la gauche ne se gênerait pas...

      Supprimer
  17. AVIS ! à lire :

    " Erwann Binet, rapporteur PS du projet de loi sur le mariage homosexuel, répond au discours de l'Eglise catholique dans une interview au "Journal du dimanche" du 4 novembre.

    A propos du discours de l'Eglise, opposée au mariage homosexuel, Erwann Binet souhaite "que les chrétiens, comme tous les Français, ne cherchent pas à imposer leur vision de la famille à la société"

    J'adore ce " comme tous les Français ". Les Français n auraient-ils plus en socialie le droit de défendre leurs opinions ? Les socialistes auraient eux le droit et pas les autres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A lire aussi la lettre-type concoctée par le groupe socialiste en réponse aux maires et élus opposants à cette future loi.
      Je vous soumets la dernière phrase : "Les Français ont tranché en mai et en juin derniers. Cet engagement sera tenu."
      Fermer le ban !
      Qui donc disait que nous étions en démocratie ?
      Une chose me paraît paradoxale et même comique : le gouvernement socialiste qui sous couvert de parité, s'est obligé à nommer des ministres femmes complètement incompétentes, refuse la parité au sein du mariage.
      Chercher l'erreur.

      Supprimer
    2. L'erreur, c'est celle qu'ont fait les français le 6 mai dernier :-))
      et je suis tout à fait d'accord avec vous!!!

      Titi

      Supprimer
  18. Moi, je suis une vieille peau de 50 ans et plus, mère de famille, fidèle, croyante et je me fous de la sexualité des personnes qui m'entourent. C'est privé, personnel. Je ne parle pas de ma sexualité. Je n'attends pas des autres qu'ils me parlent de leur vie sexuelle. Qu'on foute la paix aux gens, aux familles, aux jeunes... de Grâce

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @dame ginette: tu as raison sauf que lorsque le gouvernement vient a se mêler de trop près de notre vie, de nos affaires et comme ds le cas présent de notre devenir, on ne peut pas rester sans rien dire.

      Supprimer
  19. Le mariage pour tous, nous disent les socialistes, donc une foi la loi passée, un père aura le droit d'épouser sa fille, un frère, sa soeur pourtant j'ai comme un doute, je sens que nos socialistes vont devenir d'un seul coup moralistes, le coeur sur la main.

    Enfin, les avocats se frottent les mains, bientôt des divorces, des droits de garde bien compliqués, les cours de justice vont s'encombrer de plus belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, les avocats ne se frotteront pas les mains, ils en ont, pour les bons, marre de boir les tribunaux squattés pour nawak !

      Supprimer
  20. Bonjour Corto
    personnellement je suis contre le "mariage" gay pour un grand nombre de raisons que tu évoques également dans ton article. Je pense qu'une union civile (bien plus avancée que le pax) qui réglerait les rapports entre les deux "conjoints" devrait faire le bonheur du peuple gay. Mais non on veut singer absolument les hétéros!
    Bien entendu tous les bons sont au PS et tous les méchants à droite, c'est la dialectique classique et insupportable que je trouve bien plus fascisante que le propos de Marine.
    L'autre chose qui m'énerve est le fait de faire toujours référence à la position de l'église catholique en oubliant que de nos jours l'islam de France a peut-être plus de pratiquant que l'église romaine mais on ne parle jamais de sa position (le peuple gay ferait bien de l'interroger). Et les autres religions bien sur.
    Et summum de la bétise comme tu l'a souligné, en arriver a traiter des homos de homophobes me parait être vraiment le comble.

    Amicalement
    Antonio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu tous les bons sont au PS et tous les méchants à droite, c'est la dialectique classique et insupportable que je trouve bien plus fascisante que le propos de Marine.

      Antonio, vous écrivez d'or.

      Supprimer
    2. @antonio "de nos jours l'islam de France a peut-être plus de pratiquant que l'église romaine"
      Petite précision :
      En 2011 en France , 65% se déclaraient chrétien contre 7% musulman et 1%juif
      Les musulmans représentent entre 7 et 8 % de la population française. Seulement 3% se déclarent pratiquants (Oui je sais... ils sont bruyants :-)) Ces chiffres sont approuvés par les ficèles concernés...
      Perso je suis catholique mais non pratiquante, tiède vis à vis du dogme mais... je prie souvent (et sans tapis ni chichi ;-) ) Je le dis parce que je pense qu'on est nombreux dans ce cas d'où notre "invisibilité"
      le catholicisme comme le judaïsme sont des religions à part entière. l'Islam est un courant politico-religieux qui revendique plus le culturel que le cultuel (la pratique) et encore moins le spirituel (la religion) malheureusement !

      Supprimer
    3. Si vous voulez un chiffre éclairant sur le poids de l'Eglise de France :
      Chaque dimanche, 800.000 hosties sont consommées...

      Supprimer
  21. @antonio: le grand rabbin de France et quelques autorités musulmanes de France ont condamné ce projet de mariage pour tous. Certes timidement mais condamné tout de même.
    Pour e reste ns sommes d accord
    cordialement

    nb: j aime bien " vers un soleil, une galaxie , une lune "

    RépondreSupprimer
  22. Tiens, j'ai trouvé cela en magasin (veuillez cependant éloigner de l'écran les enfants et les personnes sensibles) :

    http://www.youtube.com/watch?v=1iVKO_YplZQ

    Un peu hors-sujet, mais comme il faut s'ouvrir à la diversité (oui, toi aussi, vil réac. Et toi aussi, et toi aussi), autant s'habituer tout de suite à avoir les idées larges (et tu peux supprimer ce message s'il jure sur ton canapé). Je sais, c'est une honte de stigmatiser ainsi un pauvre petit singe qui, si ça se trouve, est mineur et sans papiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al: mon dieu mais c'est une horreur et tout ces gens qui rigolent au lieu de compatir avec le crapeau

      Supprimer
    2. Je ne suis pas d'accord : on entend très bien une Anglophone dire "pauvre Français".

      Supprimer
  23. moi ce qui me chagrine là dedans , en plus de la nécessité de se retenir d'éclater de rire en voyant , une fois de plus noël mamère écraser une larmiche en mariant les deux de bègles ( un grand moment de rigolade pour qui s'en souviens) , c'est la dénomination "parent1" et "parent2"

    en effet , le "parent2" pourrait en vouloir au "parent1" de lui passer devant sur le plan arithmétique

    faudrait inventer un truc genre "parent pipouf" et "parent poupaf"

    perso , quelqu'un me passe devant à l'état civil en excipiant de son numéro d'ordre sur le livret de famille , ça se passe mal

    imaginez , bon sang !

    vous allez déclarer le petit haïtien à l'état civil , arrivé tôt le matin à roissy....et là, son co-parent inscrit son nom avant le vôtre !

    mais de quel droit , merde , de quel droit , hein ?

    vous pouvez me le dire ?

    RépondreSupprimer
  24. Pardon s'il y a doublon avec ce qui a déjà été dit, je n'ai malheureusement pas le loisir d'analyser toutes ces passionnantes interventions des uns et des autres...
    Je plante brièvement le tableau : Mariée, mère de 3 enfants, je suis "arriéré, catho, réactionnaire, néo-con," mais surement pas sectaire ni homophobe.

    @Corto74
    Toujours un régal de te lire! Finesse et justesse de ton... Bravo !
    Le chapitre sur la famille ...c'est du grand Corto !
    Merci de souligner qu’une infime minorité est concernée au moment où les médias me font croire qu'ils n'y a plus d'hétéros sur terre sauf moi!

    > "héritage, réversion, éducation si présence d'enfant..." sont je trouve, LES sujets essentiels. C'est le vrai débat il me semble...

    > "La reconnaissance sociale et légale d’une union aujourd’hui" ne se fait plus uniquement par le mariage: Hollande et Trierweiler ne sont même pas pacsés ! Ils sont « Concubins notoires » ce qui permet à cette femme de profiter des largesse de la république! A noter qu’en contre-partie, ils auraient dû faire une déclaration fiscale commune, ce qu’ils n’ont pas fait et que par conséquent ils pourraient être poursuivis par le fisc...

    > Le christianisme est la plus tolérante des 3 principales religions. Je crois que le judaïsme est aussi dans un esprit de bienveillance Dans une république islamique il serait inconcevable d’aborder le sujet même de l’homosexualité. Les homos y sont persécutés, tués. Il faut cesser de taper sur l’Eglise que j’ai vue bénir le Pacs d’un couple d’amies. Je l'ai raconté sur mon site

    >La propagande haineuse et sectaire des gauchistes pendant le quinquennat de Sarko a culminé aux primaires socialistes. Leur méchanceté atteint tout le monde Une vraie épidémie On en devient tous le riche, le profiteur, l’exploiteur, le bourgeois, l’homo, le blanc, le noir, le bourgeois, le catho, le musulman, le juif, le vieux, le laid, le raciste … de quelqu’un (je ne me sens pas épargnée: Si je ne fais pas gaffe je suis aigrie, désabusée, impatiente, trop percutante, parfois intolérante, bref conne! Je me fais peur ...)
    J'en viens au fait :
    « Et plus cette baisse de s'accentuer, plus je constate la montée en puissance d'une certaine agressivité et des propos homophobes de plus en plus présents. »
    As-tu subi toi même, cette agressivité IRL (Hors le net) Corto?
    Peux-tu dire comment et dans quelle circonstances ?

    Je lisais l'article de Dame Audrey de la twingo à la lunette arrière en écaille de tortue à 15 000€ Le blabla tradi boboïsant Cependant elle posait une question précise:
    "Aujourd’hui, moi qui me regarde dans ce miroir, je considère l’homosexualité comme normale ou déviante ?"
    J'ai joué le jeu Ça donne : Tous les goûts sont dans la nature...
    Le seul problème pour moi sont les enfants ... Non pas que des homos ne soient pas cap d'aimer autant, d'élever aussi bien des enfants, mais plutôt que ceux-ci n'aient pas de mère ou pas de père... Même pas en rêve !
    Et puis les gestes tendres... Vont-ils les reproduire eux qui font du mimétisme au risque de se perdre dans un comportement qui ne leur est pas "naturel" mais plutôt "environnementale"?
    Au risque de rentrer dans ce cycle de brimade, d'exclusion ou de "culpabilité" que certains homos ont dû supporter ?

    C'est idiot sans doute, je le sais mais c'est plus fort que moi.
    J'ai eu la chance d'avoir des enfants, et je crois que de ne pas en avoir est probablement la pire souffrance endurée par des homos.. J'espère me tromper :-)

    Amicalement


    RépondreSupprimer
  25. L'auteur(e) de ce blog est bien idiot d'avoir cru que l'ouverture du mariage allait régler l'homophobie, d'ailleurs c'est pas la but, mais bon...

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique