vendredi 9 novembre 2012

19 mars 1962 - 19 mars 2012 , l’allégeance d'hollande au triomphalisme algérien

Toujours à l'affut de tout ce qui pourrait caresser dans le sens du poil ses électeurs " divers ", la gauche sénatoriale, y compris les cocos sur ce coup-là, a décidé d’entériner le choix du 19 mars pour commémorer " toutes les victimes civiles et militaires " de la guerre d'Algérie. Cette date correspondant à la mise en place du cessez-le-feu entre les belligérants. Cessez-le-feu qui ne sera pas respecté puisque plus de 80 000 Harkis et près de 10 000 Français seront zigouillés après cette date.

Ces deux chiffres se suffisent à eux-mêmes pour comprendre l'hostilité que soulève le choix et de cette commémoration et de cette date. On célèbrera les morts d'avant le 19 mars en occultant de facto " toutes les victimes civiles d'après ". Nous aurons donc, sans surprise,  le 19 mars prochain une belle cérémonie pompeuse pendant laquelle Collabo 1er fera encore preuve de repentance; pour son compte ( électoral ) et pour le notre,  enfin pas le mien, faut pas déconner, non plus.

On résume. Côté Français, on fera repentance nationale et battage de coulpe pour une partie de ceux qui sont morts, quelque soit leur camp, pendant le conflit. Côté algérien, on fêtera le 19 mars: la victoire !

 
Comment ça, vous ne me croyez pas. Lisez ce qui est écrit, ici , sur le site officiel de La Poste algérienne ( texte que je n'ai pas réussi à scanner ) qui pour l'occasion a émis le timbre ci-dessus: 

"... ainsi la lutte armée du peuple algérien pour reprendre son indépendance prenait fin ( oups, on passe sous silence les 90 000 morts d'après ) après 132 années de colonisation. Aujourd'hui, il nous incombe de  remémorer toutes ces pages d'héroïsme et de gloire et de bannir toutes les images de souffrance et de désespoir. Il nous incombe également de transcender l'évènement en lui-même, en faisant de la victoire une référence qui doit inspirer toutes les actions qui (sic) nous entreprenons pour consacrer les attentes croissantes des enfants de la nation... "

L’allégeance d'hollande au triomphalisme algérien...

Folie passagère 1431.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


20 commentaires:

  1. HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE : HOCINE LE COMBAT D'UNE VIE .

    RépondreSupprimer
  2. Sur la commémoration du 19 mars : http://koltchak91120.wordpress.com/2010/03/18/lignoble-commemoration/

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Corto,
    Bonjour à tous,

    Je viens de lire chez Authueil (http://authueil.org/), que l'adoption de la proposition de Loi objet de votre billet, serait le nouveau COUAC en suspension et qu'elle risquait d'être censurée pour vice de procédure pour 2 raisons :

    - ..." le vote par l'Assemblée nationale a eu lieu le 22 janvier 2002, et celui du Sénat le 8 novembre 2012. Plus de 10 ans d'écart, et surtout, trois élections législatives entre temps. Techniquement, un texte déposé au Sénat ne se "périme" pas, alors qu'à l'Assemblée nationale, à la fin de chaque législature, tous les textes restant en stock deviennent caduques. Politiquement par contre, ça pose problème. Peut-on considérer comme toujours valide, un vote d'une assemblée qui a été renouvelée plusieurs fois depuis ce vote ? ...."

    - "...à moins que le conseil constitutionnel choisisse de censurer, mais sur un autre argument, celui de la loi non normative. En effet, cette loi est purement déclarative, et la fixation des commémorations nationales quand elles n'ouvrent aucun droit à congé ne relève pas de la loi mais du pouvoir règlementaire. C'est par décret que Jacques Chirac avait fixé, en 2003, la date du 5 décembre pour la commémoration de la guerre d'Algérie.

    Il y a encore de la reculade et de la rigolade dans l'air....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @cyrielle: la presse en parle déjà, on en rigolera sans doute en cas de retoquage mais la loi repassera sans problème. Hélas !

      Supprimer
  4. « La valise ou le cercueil »… Face à l’obstination des médias dans leur refus de diffuser cette œuvre cinématographique d’une qualité exceptionnelle, c’est désormais, par ce sous-titre : « Le film qui fait peur aux télévisions »… que Charly et Marie CASSAN ont décidé de s’opposer à l’omerta imposée par les chaînes télévisées en reprenant ce cri de Charles Péguy : « Celui qui sait la vérité et qui ne gueule pas la vérité, se fait le complice des escrocs et des faussaires ! »

    Bien que plébiscité par une communauté meurtrie et par l’ensemble des associations patriotiques, projeté à l’Assemblée Nationale, soutenu par de nombreux parlementaires, traduit en trois langues, ce film qui a permis à son réalisateur d’être nominé Chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques, relate deux heures durant, dans une charge émotionnelle intense, la véritable histoire des Français d’Algérie. Alors, pourquoi les chaînes télévisées s’obstinent-elles à occulter cette œuvre pédagogique d’une incommensurable portée historique ? La réponse est simple : « Politiquement incorrect ! »

    Pour le commun des médias, ce film ne correspond en rien à l’archétype du « pauvre petit fellagha martyrisé » qu’ils idéalisent depuis un demi-siècle ; il ne met pas en exergue la « souffrance d’un peuple colonisé et opprimé » telle qu’ils le conçoivent et, comble d’inconvenance, il renonce à évoquer toute « repentance ». Voilà un acte criminel qu’il faut réprimer par la loi du silence !... Mais, au fait ; se repentir de quoi ? Quelle faute a bien pu commettre la France en Algérie pour qu’elle ait à se repentir ? A demander pardon ? Et à qui ?

    Or voilà que ce film vient briser tous les tabous, toutes les idées préconçues… Et c’est, précisément, parce qu’il n’entre pas dans cette « logique » du « repentir » -oh, sacrilège !- qu’il s’attire l’unanimité des censeurs.

    « La valise ou le cercueil » démontre, documents officiels à l’appui, qu’au départ des Européens en 1962, les terres arables et fertiles ont été gagnées sur le désert et sur les marais au prix de tant de tombes qui jalonnent l’Afrique du Nord que le terme même de « colonisation » est aujourd’hui dépassé. Les images qui défilent dans un silence de cathédrale, rompu seulement par des sanglots mal contenus, dévoilent ces premiers Européens (les pères de ces enfants qui ont été chassés) asséchant les marais, ensemençant les maquis, transformant les douars, les casbahs, les repaires de pirates en paisibles villages, en cités prospères, en ports dignes de ce nom, bâtissant les écoles, les universités et les hôpitaux, traçant les routes et édifiant les ponts, chassant la maladie, la famine, faisant jaillir des pierres la vigne généreuse et les orangers… Comment oublier que c’est la France, et elle seule, qui a fait gicler du sable du désert le pétrole et le gaz ? Et c’est pour toutes ces réalisations qu’il faudrait demander pardon ? A cela, qu’ont opposé les révolutionnaires ?... Les images le démontrent parfaitement : La révolte, le terrorisme, l’abomination et pour finir, la dilapidation de l’héritage « colonial ». A cet effet, il serait bon de rappeler cette déclaration d’Hocine Aït Ahmed, l’ancien leader du FLN, parue en juin 2005 dans la revue « Ensemble » éditée par l’Association Culturelle d’Education Populaire : « Avec les Pieds-noirs et leur dynamisme, l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine, méditerranéenne ».

    José CASTANO



    " Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques » (Jean Jaurès)

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Pour commandez votre coffret DVD : "La Valise ou Le Cercueil"

      par courrier, cliquez > ICI
      par internet (Amazon), cliquez > ICI
      voir tous nos reportages sur la chaîne de télé de Reportage34, cliquez > ICI
      pour nous écrire par mail : reportage34@hotmail.fr
      ou téléphonez au : 04.67.27.87.26













      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord avec Marianne Arnaud et merci merci pour le partage de ce texte et ces références.

      Supprimer
    3. @marianne: je vais essayer de trouver ça. pour voir.

      Supprimer
    4. Merci Marianne , je pense à mon oncle qui est mort " sur le coup " et qu'on ne demande pas d'agréer à la repentance d'une bande de sauvage

      Supprimer
  5. Je note avec un certain agacement que personne ne semble vouloir rappeler que, le 19 mars 1962, Didier Goux soufflait sa sixième bougie…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tandis que moi, bien au chaud dans le giron maternel j'attendais novembre pour hurler mon existence à la face du monde.

      Supprimer
    2. Si cette sinistre commémoration passe, je comprends que vous l'ayez en travers de la gorge, cher Didier. Les socialos n'auront donc de cesse de vous spolier, vous dépouiller jusqu'à votre date anniversaire ?

      Supprimer
    3. @didier goux: je ne saurai mieux dire que Al West. Vous êtes marron. Votre anniversaire remisé derrière la repentance. pas cool !

      Supprimer
    4. Oui enfin bon : j'étais là avant l'indépendance, tout de même !

      Supprimer
  6. Allons jusqu'au bout du raisonnement et donnons à nos places, nos rues et nos monuments des noms de défaiters. Demandons pardon pour avoir perdu des guerres (à propos, rien pour la guerre d'Indochine?) et déclarons fériés les dates anniversaires de ces déculottades, jours où nos armées défileront à genoux pour demander pardon aux chefs d'états invités afin qu'ils nous donnent l'absolution (jusqu'à l'année prochaine).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est de fêter des défaites, c'est déjà fait. La France n'a pas daigné envoyer un seul soldat pour la reconstitution grandeur nature de la bataille d'Austerlitz, alors que toutes les nations qui s'y étaient illustrées participèrent à l'évènement. En revanche, elle a envoyé le Charles de Gaulle participer aux manoeuvres commémorant la bataille de Trafalgar.

      Il faut arrêter de voter, prendre les assemblées, les ministères, le palais présidentiel et pendre toutes les ordures censées nous diriger aux réverbères.

      Supprimer
    2. @koltchal: comme tu y vas, pendre tout ce beau linge. Et avec quoi ferions nous nos billets de blogs si on expurge de la bêtise politicienne tous ses détenteurs ?

      Supprimer
  7. Voilà ce que ce qui arrive quand on est énervé: on fait des fautes de frappe, on ne se relit pas et ... désolé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: pour l indochine , il y a un mémorial national à Fréjus et une journée commémorative , discrète, mais je ne sais plus à quelle date

      Supprimer
    2. il y a aussi un mémorial, superbe d'ailleurs, en Bretagne, pour la Corée et l'indochine, un très beau jardin avec des pagodes et des panneaux avec photos, c'est à BERIC, Morbihan

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP