lundi 1 septembre 2014

Genre, théorie du Genre, ABCD, c'est pas fini...

Non, non et non, on vous l'a dit et répété la théorie du genre n'existe pas,  tout juste peut-on parler d'études du genre (gender studies). Oui, oui et oui, on vous l'a dit et répété, les ABCD de l'égalité, c'est fini, leur promotrice-égérie, Belkacem, nommée ministre de l'Education Nationale, nous l'a certifié, promis, juré, craché. Tout juste devrons-nous nous contenter d'une sensibilisation poussée aux problèmes de l'égalité entre les petits garçons et les petites filles, de quoi leur permettre de s'interroger sur les stéréotypes. Bref, tout cela ne fut que feux de paille bien évidemment allumés par les fachos-intégristo-cathos habituels.

Ah oui, et ça, c'est quoi ?:


Voilà t-y pas que l'on découvre, au détour d'un tweet, que se tiendra du 3 au 5 septembre, à Lyon le premier congrès organisé par l'Institut du Genre, congrès dont le thème sera: Etudes de Genre en France. Nous découvrons par la même occasion, qu'avec vos thunes, a été créé, en 2012, un Institut du Genre, institut principalement sponsorisé et animé par le CNRS, la quasi totalité des universités françaises, le CNAM, l'Ined, l'Inserm et une kyrielle de fonctionnaires et de scientifiques du dit CNRS. "S’appuyant sur des UMR et des équipes explicitement engagées dans la recherche sur le genre, l'Institut du Genre constitue un lieu de coordination, de référence et d’accueil scientifique des recherches françaises sur le genre et les sexualités".

Lors de ce congrès auquel participeront essentiellement des gens du CNRS, des universitaires, des enseignants et autres spécialistes de la pédagogie, une bonne vingtaine d'ateliers de travail seront proposés, ateliers au nom aussi évocateurs que parfois surprenant:

- Introduire le genre en éducation: "Le genre étant un structurant identitaire précoce, de nombreuses résistances sont susceptibles de survenir lors d’enseignements le remettant en question. La question de la pédagogie d’un enseignement sur le genre est donc au cœur de la problématique de la prise de conscience des inégalités en vue d’un changement vers des attitudes et pratiques égalitaires entre les filles et les garçons,et qui soit également non homophobe ni transphobe".

-  Des usages de la lutte contre la violence "de genre" dans le contexte de la mondialisation néolibérale (sic). 

- "Serrer les dents" et "être beau". Tensions et pluralité des modèles masculins à l'armée.

- Hétéréogénéité, Hétéronormativité, quelle place pour les filles et les garçons au sein d'une classe.

- Quand le genre permet une relecture des nationalismes israéliens et palestiniens. 

- Le corps enfantin entre socialisation de genre et socialisation de classe. Le cas des familles de classes moyennes. 


Bref, toute une série d'ateliers qui - il suffit de lire les descriptifs pour s'en convaincre - visent à imprimer partout où cela est possible de l'école à l'armée en passant par la politique, la culture et l'économie, du plus jeune âge jusqu'aux adultes les éléments de la théorie du genre communément rebaptisée Gender Studies, études de genres. L'objectif étant, je cite: "de comprendre les modes de façonnement de l’ordre sexuel par l’ordre ou les ordres culturels androcentrés." afin de déstructurer un ordre établi donnant la préséance au sexe fort au détriment de l'épanouissement du sexe faible. 

Ce qui est frappant pour toute personne qui aura été se promener sur le site de cet Institut, c'est que sans jamais l'écrire formellement, on s’aperçoit que cet institut, ses chercheur-e-s et enseignant-e-s ( tout mot masculin sur leur site se voit accoler son extension féminine) n'ont qu'un objectif: la fameuse déconstruction des stéréotypes, en clair, ce que Belkacem se proposait d'inculquer dès le plus jeune âge aux enfants avec ses ABCD. 

La sauce n'ayant pas pris à la base, dans les écoles, le couvert est remis par le haut, par des chercheurs et des universitaires appointés par le contribuable. Il suffit juste d'attendre maintenant que le truc s'imprime progressivement dans les esprits par un mouvement descendant: chercheurs-scientifiques-universitaires-pédagogue-formateur pédagogue-enseignant-maîtres des écoles... 

Mais à part cela, on vous l'a dit, la théorie du genre, les études de genre, tout cela, c'est du flan qui jamais, ô Grand Jamais, n'atteindra votre progéniture... 

Folie passagère 2435.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

29 commentaires:

  1. "Les pays scandinaves ont été les pays les plus progressistes en matière d'égalité entre hommes et femmes. Ce sont eux qui sont les premiers à constater son échec. Ce documentaire montre comment les réseaux LGBT ont noyauté l'université pour lui donner un niveau des plus médiocres..."
    Léon Durandal

    https://www.youtube.com/watch?v=PfsJ5pyScPs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le billet de ce matin sur mon blog est une réponse...

      Supprimer
    2. @marianne: j avais déjà vu ce documentaire. Il faut croire qu encore une fois en France nous avons 10 ans de retard sur ce qui se passe ailleurs. Les norvégiens commencent à faire marche arrière sur gender et multiculturalisme, nous on est dedans.

      Supprimer
    3. @Jeanmi: en quoi votre billet est-il la réponse ?

      Supprimer
    4. @Jeanmi: Les réactions très exagérées au demeurant que vous dénoncez sont tout de même du fait d'un gouvernement qui fait du clivage sa pratique de gouvernance. Pour l'éducation ou la justice, le choix de ministres consensuels, choisis pour leurs compétences réelles aurait été préférable.

      Amike

      Supprimer
  2. Ces apprentis sorciers devraient lire ceci:

    "Il est plus facile de construire des enfants solides que de réparer des hommes brisés." - Frederick Douglass

    Après l'application de leurs idées fumeuses combien d'enfants ne seront que des pantins désarticulés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: combien, ? aucun puisqu ils ne se rendront même pas compte, leur parents non plus, qu ils sont désarticulés

      Supprimer
  3. De Vallaud rien ne m'étonne. En revanche, chez les Belkacem ça doit renauder sec, Mahomet a toujours dit que la femme était un être inférieur à réduire autant que possible en esclavage. On peut en penser ce qu'on veut mais pour eux c'est parole d'évangile...enfin, en quelque sorte.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: oui, il serait intéressant qu un journaliste, un vrai, aille voir chez les Belkacem ce qu ils pensent des délires de leur progéniture

      Supprimer
  4. C'est pas croyable, je sais c'est lâche mais je me suis contenté des extraits. A un tel niveau l'arrière pensée devient compliquée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Djebernier: pas croyable mais vrai et quand tu penses au nombre de gens qui sont impliqués dans ce machin, ça fait peur... sans parler du coût

      Supprimer
  5. Billet bien trouvé, et bien troussé. Décidément, cet été te réussit. Mais à l'instar de Nouratin, j'aimerais bien que Belkacem aille servir la soupe de ses ABCD et autres gender studies auprès de ses autres compatriotes, un peu. Ça complèterait le tableau, et peut-être cela la décillerait un peu. Du moins, cela permettrait de remettre les cloches à l'heure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al Weest: pas folle la guêpe, jamais elle n ira se frotter a ses compatriotes, elle se ferait bâcher de suite. (au propre comme au figuré)

      Supprimer
  6. NVB est une nana super obstinée. Je l'ai encore constaté ce matin lorsqu'elle s'exprimait sur les ondes à propos des rythmes scolaires. Le sourire en plus, c'est un véritable petit kapo et peu lui importe si 60 % des français désapprouvent ce changement.

    Ce qui doit inquiéter les gens de bons sens, surtout ceux qui ont des enfant en bas âge, c'est qu'elle a été placée au poste rêvé pour mettre en oeuvre ses délires de manipulation en vue d'aboutir à l'uniformisation du genre humain. Si cela n'est pas fait de manière franche pour éviter un blocage du projet par ces pèquenots de français qui n'y comprennent décidément rien, ce sera fait de façon plus subtile/sournoise, mais ces gens là ont la ferme intention d'aboutir.

    Je serais curieuse, dans quelques années, de voir à quoi vont être utilisées les fameuses heures de TP dont la mise en place fait couler tellement d'encre.

    Tous pareils ! Quelle abberration ! Quelle utopie ! Quel ennui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: ravie de te relire.

      quel talent caché peut avoir Najat, à part son sectarisme et son "socialisme", pour être parvenue là où elle est ? Voilà un mystère à éclaircir.

      Supprimer
    2. "quel talent caché peut avoir Najat" Pour Najat j'ai ma petite idée,mais pour Taubira,la franchement je cale

      Supprimer
    3. @zen aztec: Taubira aurait-elle des dossiers prouvant que dans l affaire Cahuzac, Président et Ayrault savaient ?

      Supprimer
  7. Le fil conducteur chez nos gauchistes de compétition, c'est la théorie.

    Le réel ils n'aiment pas du tout on dirait, et là la théorie du genre c'est une belle illustration :
    - La réalité les emmerde, que l'on puisse naître avec un sexe déterminé ça les dépasse. Ca les dépasse de faire la différence entre genre (Homme/Femme) et la préférence sexuelle.

    En fait ils sont cons comme des voiles ces gens là, cons et arrogants, avec leur mentalité de merde à vouloir imposer à tout prix leurs idées faillies sur tous les plans.

    Mais en fait ils se disent être de gauche mais là ils sont complètement cintrés, cela n'a rien à voir avec la gauche leurs idées absconses et leurs façons de faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Namor: "que l'on puisse naître avec un sexe déterminé ça les dépasse. Ca les dépasse de faire la différence entre genre (Homme/Femme) et la préférence sexuelle" tout cela est à rapprocher de la quête de l homme nouveau, uniformisé, gommant toutes différences: l'égalitarisme poussé à l extrême.

      La réalité, ils l'ignorent, elle leur fait peur, elle leur rpuve par a + b que l'égalité entant que telle n existe pas et n existera jamais

      Supprimer
  8. tonton flingueur1 sept. 2014 à 18:19:00

    c'est drole , cette gauche passe décidément son temps a utiliser les "phobes" , xénophobes, islamophobes, homophobes, transphobes, christianophobes ,euuh ah non ,la ca va pas etre possible .. ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton: Pointer sans arrêt les phobes permet de se prétendre "phile" de tout et de tous.

      Supprimer
  9. Bonsoir Corto,
    Encore du lourd, du très très lourd ! Je suis allée voir de plus près les titres des différents ateliers, et même leur descriptif, c'est absolument hallucinant : je ne peux m'empêcher de vous mettre comme exemple la totalité du descriptif de l'atelier intitulé : "Le prêtre catholique, une masculinité subversive ?"
    "Cette communication s’inscrit dans une recherche plus large visant à affiner la perception
    d’une Eglise catholique symbole, voire parangon, de la domination masculine. Le sujet
    semble tellement entendu qu’il n’a jamais donné lieu à une enquête sociologique approfondie
    au-delà du constat du monopole masculin du pouvoir clérical. Pourtant, si domination
    masculine il y a au sein de l’Eglise, celle-ci n’est ni simple ni directe. En effet, il n’y a pas une
    mais deux masculinités catholiques normées: la première, celle du laïc – marié– dont il n’y a
    eu au sein de l’Eglise, jusque là, rien à dire tellement elle apparaissait naturelle ; la seconde,
    quant à elle explicitement “sur-naturelle”, celle du clerc, appelé à la continence sexuelle, et
    chez qui on attend un certains nombre de vertus – dites “passives” dans les manuels de
    séminaires du XIX° siècle - traditionnellement réservées au féminin.
    Or, dans la modernité le paradoxe de cette masculinité catholique double – qui forme comme
    un bougé sur une photographie floue – est d’avoir permis à des hommes, les clercs, ne
    performant pas la masculinité hégémonique – identifiable à l’hétérosexualité active, à
    l’hétéronormativité plus généralement, et à la virilité –, d’avoir un pouvoir non seulement sur
    les femmes mais aussi et surtout sur les autres hommes catholiques. La masculinité catholique
    est donc, non seulement biface, mais présente surtout une hiérarchisation interne, inverse de
    celle des masculinités dans la société.
    Une des questions qui se pose est, dès lors, le statut du masculin clérical au sein du masculin
    catholique et plus globalement de la société : cette masculinité particulière constitue-t-elle
    structurellement une contre-hégémonie face à la masculinité hégémonique, ou bien, n’est-elle
    qu’une masculinité « complice » de cette hégémonie pour reprendre les concepts de Raewyn
    Connell (1995) ? La libéralisation de masculinités « alternatives » dans la modernité tardive et
    les métamorphoses du catholicisme contemporain en son sein viennent-elles modifier les
    pratiques et les représentations de la masculinité cléricale ?"
    Lecteurs Lyonnais de Corto, s'il vous plaît, soyez sympa, allez faire un tour devant l'entrée des différents sites de ce congrès, pour nous raconter QUI vous avez vu entrer là-dedans ?....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beatrice: mazette, je l avais loupé celle-là, merci de l avoir repéré. Ce billet ou pas, on commence a entendre parler, pas en bien, de ce congrès de fadas, congrès qui dement formellement une journaleuse ( une blonde à la voix rauque dont je n ai pas retenu le nom ) qui sur itélé ce soir disait que la théorie du genre, les gender studies, ça n existe pas, c'était une fumisterie montée de toute pièce par l UMP ! (sic)

      Supprimer
    2. tonton flingueur2 sept. 2014 à 00:22:00

      je me demandes si ils ont prévus un atelier " l'imam musulman une masculinité oppressive.. " ah non , c'est vrai ce serait ISLAMOPHOBEUUU ... :-))

      Supprimer
  10. L'Egalité des sexes je suis entièrement d'accord mais auparavant faire un sondage auprès des hommes mariés pour savoir qui porte la culotte à la maison et à 99% la réponse sera ma femme .
    La théorie du genre ????????? théorie de bobo qui se masturbe la tête en faisant croire qu'il réfléchit , qu'il aille en parler à la campagne ou à la limite au Maroc .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: l égalité des sexes est une bêtise sans nom toute socialiste, que l on me parle de complémentarité , là je veux bien mais d égalité, my ass !

      Supprimer
  11. Quelle idée géniale!
    Demander aux individus d'une société, d'articuler leur vie autour de leur orientation sexuelle. Et tout ce qui en découle, ça va de soi. Avec en prime, attention, un bonus societal si vous sortez du rang.

    Et kicekonvafaire jouer à ce super jeu? Bah les enfants. Car les enfants c'est très joueur. Et si on les éveillait à des jeux d'adultes afin qu'ils comprennent plus vite ce que veut dire le mot progrès?

    Ces dirigeants ont le cerveau po' net! Ils n'ont plus aucun repère, moral, et voudraient que nous aussi.

    RépondreSupprimer
  12. Entendrons-nous la PEEP à ce propos?

    RépondreSupprimer
  13. Moi, j'habite Puteaux et je suis très content que ma fille reçoive un cartable rose de la municipalité et qu'on lui donne un kit pour faire des bijoux.
    http://www.20minutes.fr/insolite/1435247-20140901-puteaux-mairie-offre-cartables-bleus-garcons-roses-filles

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen