lundi 8 septembre 2014

Merci pour ce moment ou le cri d'une femme par Pierre-Marie Elstir


Il ne faudrait pas que les curieuses disputailles entre Libération et le ministre Cazenase à propos de Nemmouche et de son pseudo-attentat "Merah puissance 5", le bazar ukrainien, le futur royal baby, le bracelet de Kerviel ou bien encore cette extrême-droite supposée aux portes du pouvoir nous distraient des vrais sujets. Et le vrai sujet du moment que par tous les moyens on tente de nous escamoter, c'est Merci pour ce moment, le livre confession d'une femme bafouée par son ex-compagnon, devenu Président. Et qui mieux que Pierre-Marie Elstir pour nous en parler et nous faire économiser quelques euros? 

C’est un  témoignage dévastateur sur une passion minée par le pouvoir, la jalousie et les mensonges. Le cri d’une femme, sa réponse en 320 pages à un communiqué de rupture dicté à l’AFP “en 18 mots glacés”... 

La nouvelle risque de faire l’effet d’une bombe, dans notre paysage politique. Elle tient pourtant en peu de mots : le président Hollande est de nouveau amoureux ! Mais de qui ? De Julie Gayet ? Attention, nous venons d’écrire qu’il était de nouveau amoureux. Il s’agirait donc d’une autre femme ? Oui ! Et, pour la conquérir, pour faire tomber les défenses que la dame lui oppose, François ne ménage ni son temps ni sa peine.Ce sont des messages enflammés, jusqu’à une trentaine de tweets par jour dans lesquels le président parle d’amour, écrit à la dame qui occupe apparemment toutes ses pensées qu’elle est toute sa vie, qu’il ne peut même pas envisager de vivre sans elle. Un message lui parvient, le 12 août, dans lequel il lui propose de fêter avec lui l’anniversaire ses 60 ans, alors que la rumeur lui prêtait l’intention d’officialiser ce jour-là sa liaison avec Julie Gayet. 

« C’est à toi de me dire oui », lui écrit-il. « Il me dit qu’il a besoin de moi, assure cette mystérieuse femme, qui semble avoir ravi le cœur du président. Chaque soir, il me demande de dîner avec lui. Qu’il veut me retrouver, quel que soit le prix à payer. » Retrouver ? Nous avons bien employé ce verbe, qui semble signifier que le président et celle qu’il courtise si ardemment se sont déjà « trouvés » une première fois ? Non, ce n’est pas une erreur de notre part. Car la femme que François Hollande poursuit de ses assiduités avec une telle ardeur, n’est autre que… Valérie Trierweiler elle-même ! 

C’est l’une des incroyables révélations que l’ex-première dame fait dans le livre qu’elle publie. Il s’agit d’un récit bouleversant, dans lequel apparaît l’image d’un François Hollande bien différent de celui auquel on s’attendrait. (...)


Mufle:

Débordé, investi d’une charge écrasante, celui qu’elle a connu si souriant, si proche, si attentif, cet homme-là s’éloigne, devient dur, cassant… quand ce n’est pas carrément mufle ! Ainsi, le soir où, juste avant un dîner officiel, voyant apparaître sa compagne, le président lui demande : « Ça te prend beaucoup de temps pour être aussi belle ? » Jusque-là, c’est plutôt gentil, comme remarque… Sans se douter de ce qui l’attend, Valérie lui répond qu’en effet, cela demande une assez longue préparation. C’est alors qu’elle se prend un baquet d’eau glacée en plein visage lorsqu’il ajoute : « En même temps, on ne te demande rien d’autre. » Peut-on se montrer plus grossier, plus méprisant, avec la femme que l’on est censé aimer ? Difficile ! Et ce n’est même pas dit sur le ton de la plaisanterie, ainsi que le souligne la malheureuse dans son livre : « Il est froid. Ne sourit pas. Je suis son faire-valoir, mais je ne dois rien valoir. » (...)

Retour de flamme

Nous sommes le 9 janvier 2014, trois heures de l’après-midi, dans la chambre du couple. Valérie, anéantie, vient de recevoir par François la confirmation de sa liaison avec l’actrice, que révéleront dès le lendemain les fameuses photos du président à scooter, publiées par le magazine Closer.


Là, on frôle la tragédie : « Je craque, je ne peux pas entendre ça, je me précipite vers la salle de bains. Je saisis le petit sac en plastique qui contient des somnifères. […] François m’a suivie. Il tente de m’arracher le sac. Je cours dans la chambre. Il attrape le sac qui se déchire. Des pilules s’éparpillent sur le lit et le sol. Je parviens à en récupérer. J’avale ce que je peux. Je veux dormir, je ne veux pas vivre les heures qui vont arriver. Je sens la bourrasque qui va s’abattre sur moi et je n’ai pas la force d’y résister. Je veux fuir. Je perds connaissance. »

La suite est connue. Une question reste cependant posée : à quoi peut bien correspondre ce brusque « retour de flamme » du président, ces dernières semaines, dont parle Valérie Trierweiller, et qui s’est produit tandis qu’elle mettait la dernière main à son livre ? Eh bien, justement, il n’est pas interdit de penser que la perspective de cette confession ait pu faire peur à François Hollande et qu’il ait voulu tenter d’« amadouer » son auteur, craignant une vengeance de la part de la délaissée ! 

Est-ce une vengeance, ce livre ? On ne peut pas dire ça, non. C’est un cri de souffrance, et aussi, en même temps, une sorte de thérapie personnelle. Il n’en demeure pas moins que l’image de François Hollande en ressort assez sévèrement écornée et jaunie. Par exemple lorsque Valérie, issue, on le sait, d’un milieu modeste, souligne l’ironie, pour ne pas dire le mépris affiché par ce président socialiste envers les gens modestes… y compris sa propre famille à elle !

Elle raconte ainsi un repas de Noël, à Angers, chez sa mère et en présence de toute une ribambelle de frères, sœurs, neveux et nièces. À un moment, son compagnon se tourne vers elle, goguenard, et lui murmure : « Elle n’est quand même pas jojo, la famille Massonneau ! » Élégant… Mais pas inattendu, de la part d’un homme dont Valérie Trierweiler affirme que, dans le privé, il appelle les pauvres les « sans-dents ».

Au-delà de cela, Merci pour ce moment est surtout une lettre. Une longue et fiévreuse lettre, adressée par une femme blessée à l’homme qu’elle a profondément aimé. Et qu’elle aime peut-être encore…"

Le livre est actuellement disponible dans toutes les bonnes librairies sauf celles qui ne mangent pas de ce pain-là ainsi que chez Amazon ou la Fnac. La critique de Pierre-Marie Elstir est disponible ICI dans son intégralité.
.

Folie passagère 2447.
D'accord, pas d'accord: atoillhonneur@voila.fr

36 commentaires:

  1. Allez mon cher Corto, pas besoin de se presenter chez les libraires qui font de la resistance.
    http://issuu.com/valochemetlesdents/docs/merci_pour_ce_moment/19?e=13461254%2F9213335
    Amicalement,

    Bernard de Thailande

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @bernard: ah mais pas d accord, c'est un scandale que de pirater les livres, et dune c'est mauvais pour les libraires qui osent le vendre et de deux, c'est pas bon pour les royalties de Valérie et de trois, ça minimise son succès. :)

      Supprimer
  2. Un autre lien
    https://vk.com/doc233778451_324772766
    , désolé pour les libraires mais c'est pour ceux qui n'ont pas 20 euros à mettre dans le livre et c'est pour info pour ceux qui croient encore à Gros-Mufle ou Pervers-Pépère ou Tortue Piquet ou l'Indécis-Permanent ou ou ou ...........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: crois-tu que les "sans-dents" sachent lire ? Bon, okay, je sors ! :)

      Supprimer
  3. Personnellement je considère que son bouquin elle peut se le carrer quelque part.
    Ces gens là ne m'intéressent pas et leurs turpitudes concubinales encore moins.
    Je ne participerai pas à l'enrichissement de la mère Valoche.
    Il est temps, je crois, de parler d'autre chose.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: envoies moi un email à atoilhonneur@voila.fr, je répondrais exceptionnellement à ton com par ce biais

      Supprimer
  4. En tout cas, merci. Suite au billet du polygraphe tous terrains mercredi dernier, j'ai vainement cherché FD ce we parmi les magazines peoples dans mon supermarché de campagne (pourtant ils ont 8 ex de Valeurs Actuelles tous les vendredi^^) J'étais curieux de voir ce que Elstir ou Balbec pouvait sortir de cette histoire sur huit pages A4, dans la "ligne éditoriale" et en une heure 1/2... Trop vieux schnock pour penser au site du canard, tu m'a fait économiser le prix du torchon. Encore merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie-Pierre Elstir n'a pas trop démérité, en effet. Bravo à elle (!), ainsi qu'au taulier pour la trouvaille -)

      Supprimer
    2. @Le Plouc: Bien, il y en a au moins un qui a vu le clin d'oeil à l'écrivain en bâtiment.
      "encore merci" ? mais de rien, tout le plaisir est pour moi :)

      Supprimer
    3. Ah, ménon ménon, pas du tout, j'ai même bondi en lisant le billet, et rebondi sur ce commentaire mais ma réponse a fait pshhhht (comme les frais de bouche de président Chirac quand il n'était que maire de Paris.)

      Supprimer
  5. Beaucoup veulent enterrer ce livre car il permet de découvrir que derrière la posture d'homme idéologique socialiste défenseur des égalités et de la justice se cache une très vilaine manipulation. Rien de pire que des ambitieux saligots manipulant une couverture idéologique pour parvenir au pouvoir.

    Et ça marche très bien, les défenseurs sont très nombreux et la prise de conscience semble limitée, l'idée que les socialistes sont des hommes de vertu, œuvrant pour le bien et l'intérêt général tout en étant irréprochable au niveau de la morale et de l'intégrité à malheureusement encore de l'avenir devant elle.

    Un petit indice pour peut-être provoquer le déclic chez ceux qui y croient encore : comment se fait-il que le Parti Socialiste ne recrute pas chez les bons samaritains, parmi les œuvres caritatives, de bonnes volontés pour gouverner de bon cœur et de manière altruiste? Eh bien le président paie l'impôt sur la fortune et ses troupes proviennent de grandes écoles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Judex: Compte -tenu de tout ce qu s'est passé depuis que Hollande est au pouvoir jusqu'à la parution de ce bouquin, la gauche "morale " est définitivement morte, seules les manipulations mediatiques et la mémoire souvent défaillante des Français pourront lui re-donner éventuellement une quelconque virginité.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. @Mat:absolument ! bouleversant !, je crois que c'est didier Goux qui en parlait assez bien, ici:

      http://didiergouxbis.blogspot.fr/2014/09/le-polygraphe-tous-terrains.html

      Supprimer
  7. Ce PME et cette Valérie méritent une réponse. Wouaff !

    http://www.ina.fr/video/I05299164

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Coach: Sacré Tonton, l'homme était pourri jusqu à la moelle mais au moins avait-il la classe !

      Supprimer
  8. Qui inscrit Hollande à " l'Amour est dans le pré " ? pour la Saison prochaine ... il a le droit au bonheur ce pépère là ! Il faut l'aider à se remettre des vilénies de Valérie ! Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: si cela peut le renvoyer en Corrèze auprès d en douce bergère, je me porte volontaire

      Supprimer
    2. c'est vache pour les corréziens

      Supprimer
    3. @Boutfil: ho, hé, hein, retour à l envoyeur pour cause de vice de formes

      Supprimer
  9. Réponses
    1. @Didier Goux: ah ben j'allais pas me priver tout de même ! j ai même poussé l'horreur jusqu au bout: j'ai acheté le FD en question ! :)

      Supprimer
  10. 11% dans un sondage que j'ai vu hier à la suite de la parution de ce livre.
    Que se passera-t-il s'il passe sous la barre des 10% ? Manu va-t-il le mettre à la porte et faire un coup d'Etat ?
    Ce livre est intéressant, avec tous les extraits qui ont circulé sur Twitter (il en reste bcp bcp), il révèle en effet un personne ... instable et indigne d'une fonction Présidentielle.
    De plus en plus de français surtout dans les rangs de gauche le comprenne.
    Mais ce que je ne comprends pas, c'est ce politiquement correct de la classe politique et surtout à droite qui se refuse de commenter un livre qui est soi-disant une affaire personnelle : cela prouve surtout que ces gens nous prennent pour des crétins car on est quand même capable de comprendre ne serait-ce qu'un peu la psychologie ... c'est en effet très simple de cibler le personnage principal de ce roman à l'eau de rose. A mois qu'ils ne passent pour des voyeurs et des opportunistes ???
    Hier chez Bourdin, à ma surprise (!), Benoît Apparu à révélé avoir lu le livre et a fait la seule bonne analyse qu'il fallait faire : celle dont le livre révèle un homme avec des capacités et des compétences inquiétantes ... enfin UN qui le dit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sen: je crois que certains scandales, quand on est dans le camp d en face, se passent de commentaires. dans ce cas précis, est-ce vraiment la peine d en rajouter quand on s appelle Juppé, Le maire, Raffarin, ou qui que tu veuilles, l 'affaire est si sordide pour un président démonétisé qu elle se suffit a elle-même.

      Supprimer
  11. Sorry : hors sujet.
    Quelqu'un a-t-il lu l'article suivant ?
    http://www.leparisien.fr/politique/sarkozy-candidat-09-09-2014-4120981.php
    C'est le dernier chapitre qui m'a fait frémir : dans lequel on redécouvrir le dynamisme de cet Homme !
    Ce que j'espère c'est que les débats soient relancés avec un parti refondé à la base.
    Mais attention à la gôche ! Ils ont les pleins pouvoir sutout tous les médias à leur botte qui ne lui feront pas de cadeau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Farpaitement, et j'ai lu que la rue de Solferino avait implanté une puce dans le crane de Catherine Ney pour qu'elle devienne de gauche et soit pilotée depuis le QG souterrain du komintern contrôlé par les nord-coréens francs maçonniques et islamistes.

      Supprimer
    2. @ Paranoid : Tout est possible avec la gôche, l'immoralité est leur terreau.

      Supprimer
    3. Bien sur Sen, Lavrilleux vous passe le bonjour au fait.

      Supprimer
    4. Je ne savais pas que vous étiez amis.
      Peut-être conseillez-vous aussi Thevenoud ?
      Continuez ainsi : on a besoin de rire avec le PS.

      Supprimer
  12. @corto , je ne pensais pas que FD et les autres torchons à 2 balles existaient encore et encore moins que pour manger des écrivains se fourvoyaient à en écrire les articles .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: moi non plus je ne savais pas il y a encore 3 ou 4 ans que FD existait encore et pi, j ai fait la connaissance d un écrivain en bâtiment qui comme tout un chacun avait besoin de faire bouillir la marmite :)

      Supprimer
  13. Corto,
    je voudrais,moi aussi,modérer ton enthousiasme pour Valérie:Valérie Trierweiler est indignée, furieuse, meurtrie autant par l’infidélité de son amant que par ses mensonges. Mais elle ? N’était-elle pas mariée, il y a neuf ans, quand elle a succombé au... charme (?) de François Hollande ? N’a-t-elle pas trompé son mari et lui a menti, comme à la même époque Hollande le faisait avec Ségolène Royal ? L’un et l’autre abandonnant conjoint et enfants : elle en avait trois, lui quatre. Un couple bien assorti en quelque sorte, François et Valérie… Que dirait cette dernière si son « ex », Denis Trierweiler, racontait comment elle l’a trompé, comment elle lui a menti pendant trois ans puisque sa liaison clandestine avec Hollande a commencé en 2004 et qu’elle n’a demandé le divorce d’avec Denis qu’en 2007 ? On se demande aussi pourquoi il lui a fallu neuf ans pour qu’elle se rende compte du caractère odieux de son François, son cynisme et sa froideur… C’était alors, comme de nombreux mal-faisants emprisonnés, qu’il était jugé par ses voisins et amis, comme un homme bien sous tous… rapports
    Beaucoup, dans le monde politique et les media, jugent que l’ancienne compagne s’est mal conduite en rédigeant ce li-vre et en réglant ses comptes sur la place publique. La classe politico-médiatique ne voit pas plus loin que le bout de son nez, en condamnant les conséquences alors qu’elle chérit les causes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean Marc : ah mais que nenni, je n ai aucun enthousiasme pour VT, encore moins pour son livre si ce n'est l aperçu qu il nous donne de Hollande. La Pompadour, la Maintenon pour d('autres, je n ai jamais pu encaisser sa morgue. Elle pue la jalousie et l hypocrisie à plein nez ( et parce que je suis informé de ce qui se passait à 1 km de chez moi, plutot négligente avec ses enfants). Elle ne vaut guère plus que Hollande mais au moins a-t-elle dégainé la première avec ce livre

      Supprimer
  14. Alors,mon cher Corto,rendons grâce à Grosmou de l'avoir dégagée:elle n'aurait jamais dégainé(comme tu dis) sans cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean marc : et bien oui, pour une fois rendons grace à flanby !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP