vendredi 12 septembre 2014

L'Alyah, un nouvel exode pour les juifs de France


J'avais entendu parler du phénomène mais il m'a fallu tomber hier et avant-hier sur différents articles pour me rendre compte de l'ampleur du phénomène: Les juifs de France quittent en masse l'hexagone pour aller s'installer en Israël. Motivé par des raisons religieuses, ce départ est appelé faire son Alyah, la "montée" vers Israël. Le phénomène ne serait pas nouveau, chaque année, des Français quittent le territoire pour aller s'installer là-bas; c'est son ampleur depuis deux ou trois ans qui surprend. Sur les huit premiers mois de l'année, 4 566 personnes sont parties, pas moins de 400 (dont 195 mineurs et 18 bébés ) rien que pour la seule journée du 16 juillet 2014 venant pour la plupart de la région parisienne.

Le ministère israélien de l'Alyah et de l'Immigration prévoit pour 2014 un minimum de 5 000 Olims (nouveaux immigrants) venant de France; à ramener aux 3 288 de 2013 et aux 1 907 de 2012. Sur les six premiers mois de 2014, ils furent 2 600 à partir pour à peine 800 sur la même période de 2013. Du jamais vu depuis la création d'Israël en 1948 ! Et rien ne semble pouvoir endiguer le mouvement, pas même les tirs de roquette en provenance de Gaza, ni même l'opération Bordure Protectrice.

Qu'est-ce qui peut bien pousser des gens nés en France, de nationalité française à tout quitter de leur terre natale pour aller s'installer dans un pays dont ils ne connaissent rien bien souvent, dans un pays où pour la plupart ils n'ont pas d'attaches familiales ?

D'après ce qui se dit et les témoignages, les raisons sont multiples: recherche d'une identité et d'un mode de vie qui soient conformes avec leur religion, le besoin de vivre paisiblement en "communauté", les difficultés économiques et le chômage qui sévissent en France ou bien encore une incertitude "étouffante" quant à l'avenir. Les violences des manifestations pro-Palestine dernièrement à Paris ou à Sarcelles ont accéléré le mouvement, de même que l'augmentation, selon le Crif, de 91% des actes antisémites cette année. + 91% ! Un antisémitisme qui aurait muté ces dernières années pour devenir aujourd'hui un antisémitisme essentiellement islamiste.  Un antisémitisme si pesant, si présent qu'il fait de la France le pays où il y a le plus de départ vers Israël, loin devant les USA qui ont pourtant une communauté juive dix fois supérieure en nombre.

Autant de raisons qui font dire au Président de l'Agence Juive pour Israël: "De plus en plus de gens se demandent si les Juifs ont un avenir en France, mais nul ne doute que les Juifs français aient un avenir en Israël." Tout est dit dans cette simple phrase... Pour tous ces Olims, l'avenir est ailleurs...


Et voilà comment un pays, la France, voit 1% d'une de ses communautés partir pour la seule année 2014. Voilà comment un pays, la France, faute d'assurer ou de garantir un avenir à une partie de sa population, voit 5 000 de ces concitoyens, 10 000 en trois ans, quitter la mère patrie pour un pays qui les attend "à bras ouverts" afin qu' ils puissent " construire une nouvelle vie en Israël". Faut-il que notre pays, la France, ait su installer un climat détestable pour qu'autant de gens choisissent de partir prouvant ainsi l'échec du Vivre Ensemble que l'on nous vante tant. Faut-il que notre pays soit si peu apaisé pour assister à ce nouvel exode, exode des temps modernes qui n'est pas sans nous rappeler des heures bien plus tristes et sombres comme le souligne Joël Mergui, président du Consistoire de France: "Soixante-dix ans après la Shoah, la France et l'Europe doivent se poser la question des moyens à mettre en oeuvre pour que la communauté juive, qui est là depuis 2.000 ans, ne s'interroge pas sur son avenir. Là, elle s'interroge."


Curieusement, c'est dans cette seule communauté, de souche dans sa grande majorité, que l'on constate ce phénomène d'émigration, phénomène qu'aucune autorité publique ne semble vouloir ou pouvoir enrayer.

Il semblerait qu'à Barbès, à Sarcelles ou à Toulouse, certains se satisferaient de ces départs massifs...

Folie passagère 2453.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

30 commentaires:

  1. Avant la seconde guerre mondiale, les juifs d'Europe centrale fuyant les pogroms et autres joyeusetés avaient l'habitude de dire (en yiddish) à propos de notre pays : wie Gott in Frankreich leben ("heureux comme Dieu en France"). Après la guerre, elle fut reprise par pas mal de pieds-noirs. Mais à cette époque la France ne se maghrebinisait pas encore sous l'effet d'une classe politique traître au pays qu'elle est censée servir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: c'est ça qui est intéressant de constater: le changement de nature de l antisémitisme, apanage pendant longtemps de l extrême droite et devenu depuis le fait de l islamisme et de la place qu'ont donné à l Islam et aux musulmans nos z'élites, celles de gauche en particulier.

      Supprimer
  2. cette phrase, mon grand père la disait souvent, il nous a toujours dit " un jour ça recommencera " il avait raison, c'est dramatique car ceux qui partent sont jeunes, instruits, éduqués et bien souvent pleins de talents qu'ils vont donc porter ailleurs, il va nous rester les joyeux et fiers combattants des révolutions arabes qui traînent la savate à Barbès et font la queue pour la soupe du soir sous le pont de Stalingrad

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: Imagine, 5 000 départs c'est comme si la population entière de ma petite ville de banlieue quittait en un an le pays ! On sait ce qui reste et on ne soupçonne qu a peine ce que l on perd avec ces départs...

      Supprimer
  3. Ils ont bien de la chance d'avoir un pays qui les accueillent à bras ouvert, nous on doit espérer qu'un pays veuillent bien de nous!Les élites s'en vont et les 'trou du cul" rentrent par millions , nous sommes bien dans la chienlit.

    Dans la langue communautaire des juifs ashkénazescela s'ecrit ainsi: " Men ist azoy wie Gott in Frankreich ! "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: les trous du cul rentrent par millions ! c'est pas très élégant, sans doute un brin exagéré, mais j aime bien :)

      Supprimer
  4. Israël est en plein boom économique. Bibi a fait des réformes, les Israeliens sont dynamiques et d'un niveau d'éducation élevé.
    Ca me semble être des raisons suffisantes sans qu'il ne soit nécessaire d'en rajouter.
    Parce que aller en Israêl pour fuir les Arabes de banlieue si c'est pour se retrouver à deux encablures de Gaza...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @beret vert: tu as en partie raison mais tous ceux qui sont interrogés, y compris les autorités religieuses juives de France, s'accordent pour dire qu une des principales raisons de ces départs est bien le climat délétère et la montée de l antisémitisme.

      Supprimer
  5. bonsoir corto

    il y a un peu de tout dans ce phénomène:

    1- le nomadisme = irresponsabilité = fuite plutôt que de défendre son avenir et sa terre.
    1-bis les soit-disant "intégrés" ne le sont absolument pas (juif, arabe, immigrés intra-européens ) tous ceux qui ont la possibilité de partir "ailleurs" pensent déjà dans leur tête à LEUR pays.
    2- la décadence républicaine, qui comme toute civilisation s’appauvrissant, ne fait plus "aimant" et permet le délitement
    3- la laïcité est un problème et pas une solution à quoi que ce soit car:
    4- le fondement d'une civilisation ... est UNE religion occupant son territoire

    Tous cela , hélas, fait rudement penser à la mer qui se retire avant un tsunami ... en parfaite inconscience

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jemspe: pas sur d'etre d accord avec ton 1bis en ce qui concerne les juifs de France qui ne sont pas des immigrés mais bien " de souche" pour la plupart, ou disons présents en France depuis déjà quelques générations

      Supprimer
    2. @jlmespe: un blogueur de gouvernement, le même qui se dit subjugué par Hollande (sic), juge ton commentaire comme étant du racisme à l état pur !

      Supprimer
    3. Certes, le terme "immigré" ne leur est pas approprié, mais j'ai utilisé le terme: " soi-disant "intégré" " ou "nomade"

      J'ajouterai qu'il semble y avoir avec israel un problème démographique qu'ils essaient de résoudre avec de l'immigration... face à la guerre du ventre d'en face.
      Ils essaient d'importer des immigrés (les francais arrivant chez eux sont pour le coup des immigrés) de LEUR religion afin de conserver un homogénéité.

      Supprimer
    4. rassurez moi : il n'a posé aucun argument à aucun (des 4 )point
      et surtout pas à la conclusion

      non ?

      Supprimer
    5. Non, c'est l ensemble de ton commentaire qu il juge comme étant du pur racisme. mais il ne faut pas lui en vouloir, il est un peu limité.

      Supprimer
    6. Mais de quel nomadisme parle-t-il ? Des millénaires de présence pour les tribus Berbères judaïsées avant qu'elles ne soient converties de force, exterminées ou chassées de l'Afrique du Nord par l'islam. Des siècles et des siècles de présence continue en Russie avant que les pogroms ne les poussent à l'immigration vers l'Ouest (la France, certes, mais pour ceux qui le pouvaient plus à l'Ouest encore). Et des familles juives établies en France depuis des siècles ça se trouve facilement aussi. Les Juifs qui partent vers Israël y vont pour être sédentaires dans un pays qui ne se pose pas la question de leur appartenance à la nation. Comment y voir une propension au nomadisme ?
      Les Juifs ne sont pas les seuls français à quitter leur patrie. Avez-vous entendu parlé de l'exode des diplômés ?
      Les Juifs n'ont la bougeotte que lorsqu'on leur tape dessus, et d'autant plus facilement depuis que l'Etat de Droit est apparu sur Terre. Ce n'est pas le patriotisme des Juifs qui fait défaut. C'est la volonté générale de les considérer comme faisant de plein droit partie de la nation et de défendre cette appartenance au lieu de persister à leur coller cette réputation fallacieuse d'Errants depuis des siècles.
      Qu'est-ce qui permet de dire que les juifs n'ont pas défendus les pays qui les ont reconnus comme leurs ? Les Français juifs ont défendus haut les couleurs de la France lors des conflits au moins aussi bien que n'importe quel autre Français.
      Quant au dernier point, nous donnera-t-on quelques exemples d'"une civilisation où UNE religion occupe son territoire" (Dieu ! c'est tellement mal écrit que ça ne veut presque rien dire). Parce que la France sans une population juive ça n'a jamais existé, par exemple. Des tribus gauloises judaïsées préexistaient à la conquête romaine.
      Le Japon ? Plusieurs religions, La Chine aussi. Les Grecs Anciens, les Romains, Les Égyptiens ? Toujours pas.
      De quelle civilisation parle-t-il ? Une civilisation odiniste largement fantasmée ?

      Ah ! et le soit disant problème démographique des juifs en Israël. Hum, comment vous dire à quel point vous vous trompez. Le taux de fécondité des femmes juives en Israël est encore plus fort que celui des chrétiennes traditionnalistes françaises, loin devant celui des femmes arabes israéliennes. Et curieusement, depuis plusieurs années que ce fait commence à être connu, je n'entends plus trop les avocats d'un État binational pour les juifs et les Palestiniens. Comme c'est étrange.

      Une dernière remarque : Les Français juifs depuis la Révolution ne sont pas intégrés. Ils sont assimilés et sans que cela posât problème.

      Bref ! tout faux, jmespe. Rien que des idées préconçues et rabâchées qui traînent depuis trop longtemps et qui expliquent pourquoi les Français juifs ont de moins en moins possibilité de se sentir français. Ce pays va mal et vous faites partie du problème.

      Supprimer
    7. Jégoun se fait traiter de raciste (ce qu'il doit être, à peu près comme tout le monde) depuis des mois par son copain noir et par l'autre spartakiste demi-folle. Alors le gros Jégoun allume des contrefeux et pourchasse le vilain racisme sur la toile (quitte à l'inventer) pour donner des gages et conserver la carte de membre du club.
      Ce type est vraiment un couillon de compétition, sans humour, sans recul.

      Supprimer
    8. Thionville: demie-folle ? j aurai dit folle tout court. Quant à l'autre spécimen, égal à lui-même, de plus en plus pathétique.

      Supprimer
    9. bonjour,
      vous me citez avec raison la sédentarité de beaucoup de juifs
      (ce dont corto me parlait dans sa première réponse)
      Mais le billet dudit corto parle bien d'un nomadisme d'une partie d'entre eux

      est-ce le mot "nomade" ou le mot "fuite" qui vous fait réagir ?

      Vous dites : "Comment y voir une propension au nomadisme ?"
      mais votre phrase précédente est : ""Les Juifs qui partent vers Israël"
      le nomadisme touche tous le monde y compris les diplomés, oui, mais
      qui y gagne sur le long terme ??
      la France a voir ses diplômés partir ou le(s) pays accueillant(s)
      qui verront une communauté de plus ?
      Le nomadisme est pourtant un mouvement de fond de notre société ...


      Quand vous dites "l'état de droit", " "faisant de plein droit partie de la nation"
      à quelle nation font référence ces 2 articles définis ?

      Sur le code de civilisation , vous jouez un peu au grand relativisme
      Le mot civilisation implique un code culturel dominant même avec quelques "satellites"
      sur wiki, on peut lire "l'ensemble des traits qui caractérisent l'état d'évolution d'une société donnée"

      Au moins , nous sommes d'accord sur la conclusion "ce pays va mal"
      quand à dire que les autochtones ou les sédentaires font partie du problème
      vous pouvez rajouter "très" mal

      cordialement


      Supprimer
  6. AVIS !: selon certains gauchistes bas du front, ce billet serait une "chiasse pleine de sous entendus et raciste".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    2. @Burlot: je ne censure pas, je jette à la poubelle les ordures et/ou les commentaires inutiles. cépapareil

      Supprimer
    3. Ça devient lassant cette confusion constante entre race et religion. Malala est la bienvenue chez moi, alors que, pour Ribery, c'est moins évident...
      Cata

      Supprimer
    4. @Cata: c'est une figure imposée chez les gauchistes bas du front: il leur faut voir du racisme partout même là où il n y en pas. C'est dans leur ADN.

      Supprimer
  7. Les chiffres sont cruels. Il suffit de regarder les données d'immigration d'israël pour se rendre compte que ce pays fait face à un problème contraire puisque l'immigration est négative depuis plusieurs années. Le phénomène que vous relatez doit être le fruit d'une campagne très active d'israël pour attirer les juifs français. L'enjeu n'est pas de partir mais d'y rester, et compte tenu des conditions de vie d'emploi de retraite de sécurité sociale etc....cela n'est pas gagné. Mais je n'ai pas de stat la dessus. Et puis, au final, ce qu'on peut souhaiter, c'est simplement le bonheur des gens.
    Quant à l'aintisemitisme, je le vomis qu'il vienne d'extrême droite ou des islamistes. Les deux existent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pouvez avoir toutes les campagnes d'incitation que vous voulez, si les juifs sont bien quelque part ils ne partent pas. On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif.
      Mais :
      - Insécurité physique : pour les juifs religieux qui osent encore s'afficher d'une part et, d'autre part, pour les enfants, même les non pratiquants, qui fréquentent encore les établissements de l'enseignement public. Les juifs s'épanouissaient à l'école publique tout en ayant parfaitement respecté les règles de la laïcité, mais aujourd'hui même les familles non religieuses envoient de plus en plus leurs enfants dans les écoles communautaires. Ils sont chassés de l'école publique par la violence dont ils sont l'objet de la part des enfants d'origine musulmane. Et par la réticence de l'institution scolaire et des organisations antiracistes à condamner cette violence au nom des préjugés idéologiques de gauche.
      - Insécurité morale : hostilité des milieux de gauche, que vous oubliez de mentionner, prédominants dans les médias, l'enseignement, la magistrature et, de là, infusant dans toute la société, qui assimilent faussement Israël et le sionisme au colonialisme et somment les juifs de rejeter radicalement Israël s'ils ne veulent pas être considérés comme les nouveaux ennemis du genre humain contre lesquels tous les excès seront désormais permis.
      Je vois là de très bonnes incitations à partir. Ajoutez-y la perspective d'avenir d'une France toujours plus islamisée, donc hostile, et la perspective passée d'un pays qui n'a pas su les protéger lorsqu'ils étaient le plus en péril et la décision d'émigrer se comprend encore plus aisément.

      Enfin, en ce qui concerne le solde migratoire en Israël : du point de vue du dynamisme démographique, la fécondité élevée des femmes juives israéliennes fait qu'Israël n'a plus un besoin essentiel d'immigration juive. Les Juifs qui quittent Israël n'obèrent donc en aucun cas la pérennité de l'État juif. Au contraire en partant s'installer dans des lieux favorables à leur épanouissement les émigrants contribuent à tisser des liens économiques et culturels entre l'État d'Israël et leur nouveau pays d'accueil.

      Supprimer
  8. C'est simple, moralement et financièrement la France va mal ...

    Tout comme nos diplômés, (pas ceux de l'ENA), les juifs, ayant de bonnes formations et capacités vont ou ils savent trouver un bon accueil et un bon boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @alain giraud: encore une fois les témoignages sont là pour nous montrer que les motivations économiques sont loin d etre les seules à motiver ces départs. A Sarcelles, le CCAS de la ville est stupéfait du nombre de "petites gens" qui partent ne supportant plus l ambiance pourrie qui y règne depuis 2 ou 3 ans.

      Supprimer
  9. jmespe,
    Non, Corto n'emploie ni le mot nomade ni ses dérivés. Et il ne parle pas de mode de vie ou d'état d'esprit ayant trait au nomadisme. Le sens que vous semblez donner au mot nomade est clairement différent du sens communément accepté. (http://www.cnrtl.fr/definition/nomade). Quelqu'un qui émigre dans l'optique de s'installer définitivement ne saurait être qualifié de nomade.

    L'épithète nomade accolé au peuple juif colporte un mensonge hérité du mythe du Juif Errant, figure centrale de l'antijudaïsme traditionnel.

    L'Etat de droit et la Nation dont je parle sont des notions de philosophie politique. Et, par extension, désignent tout État se conformant à ses notions. Les Juifs dont la sécurité n'était plus assurée dans leur pays ont émigrés préférentiellement vers Les États qui respectaient la notion d'État de droit. En premier lieu vers les États-Unis.

    Je jouerais au grand relativisme ! Elle est bien bonne ! Je vous redemande donc des exemples de civilisations correspondant à votre point n°4 qui m'apparaît comme un pur fantasme :
    "4- le fondement d'une civilisation ... est UNE religion occupant son territoire"
    et "Le mot civilisation implique un code culturel dominant même avec quelques "satellites". (Franchement, pareil discours, c'est digne d'un apologue de l'Islam…)

    Conclusion : entre vocabulaire très mal maîtrisé, notions de philosophie politique incroyablement caricaturales et fantasmatiques et vision du monde bricolée à base de mythes colportés, que vous reste-t-il pour penser ?

    RépondreSupprimer
  10. bonjour,

    aaah le sens des mots !
    "nomade" ne veut donc pas dire la même chose pour vous et pour moi...
    "Quelqu'un qui émigre dans l'optique de s'installer définitivement ne saurait être qualifié de nomade. "
    Comme je ne sais pas lire les esprits , "l'optique de s'installer définitivement" est insondable ...

    Dans une de vos réponses plus haut, vous répondez
    " Ils sont chassés de l'école publique par la violence dont ils sont l'objet de la part des enfants d'origine musulmane"
    Ces musulmans sont pourtant venus ici au profit du grand relativisme :
    il n'y a pas de code culturel dominant; le multiculturalisme ne pose pas de problème , etc...

    cordialement

    RépondreSupprimer
  11. Vous moquez du monde ! Vous dites tout et son contraire. Vous osez vous prévaloir du fait que vous n'avez aucun moyen de connaître les intentions des émigrants juifs pour, justement, leur prêter les intentions qui servent les fantasmes vous tenant lieu de vision du monde. Vous êtes d'un culoté !
    Si je vous traite de con et que vous vous en sentiez gratifié c'est sans doute, en effet que nous ne partageons pas le même sens des mots vous et moi. Ou plutôt vous et le reste du monde. Employez donc les mots à contresens si ça vous plaît. Pour ma part je n'y voit que matière à trollage.

    "Ces musulmans sont pourtant venus ici au profit du grand relativisme" ??? À la faveur, je comprendrais, mais "au profit"… Et au profit d'une notion qui plus est…
    N'essayez pas, en tout cas, de me faire passer pour un multiculturaliste ou pour un relativiste. Tout ne se vaut pas. Tout n'est pas dans tout. Un pays n'est pas un hall de gare et n'a pas vocation à accueillir n'importe qui.
    Mais si vous traitez en nomades des populations des populations dont la présence est consubstantielle au pays (présence multiséculaire, voire millénaire) alors votre discours ne se différencie pas du suprémacisme.
    L'islam est un suprémacisme. Le nazisme fut un suprémacisme. Les suprémacismes rendent stériles et conduisent au désastre. Toujours.

    Fin de la conversation pour ma part. Poursuivre serait abuser de la patience de notre hôte et de toute façon le jeu n'en vaut pas la chandelle. Sans savoir lire dans les esprits il est clair que vous ne discutez pas en honnête homme.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP