vendredi 19 septembre 2014

C'est pas facile, c'est dur... C'est désespérant !


Président a parlé, hier. Pour nous dire quoi ? Rien que l'on ne sache déjà. Mais j'ai quand même regardé et écouté en totalité son quatrième one man show. Je sais, je suis courageux et endurant. Que retenir de sa prestation ? 

Que la France avait été victorieuse au Mali, que la France était à la pointe du combat contre le terrorisme dans le monde, Le Daech qu'il s'apprêtait à bombarder en Irak mais pas en Syrie, l'hôpital de campagne anti-Ebola qu'il allait faire ouvrir en Guinée Forestière (sic),  qu'il aura fallu attendre trente deux minutes pour qu'il commence à parler de la France et des Français, qu'il pleuvait sur Sein ce jour-là mais qu'il n'a pas voulu de parapluie pour faire comme tout le monde, qu'il n'était pas insensible à la souffrance des Français (on eut été surpris qu'il dise le contraire), que malgré ses promesses, il n'envisageait pas de revenir au 3% avant 2017 et tant pis pour Bruxelles et le respect de la parole donnée, que c'était pas facile, que c’était pas facile, que c'était pas facile... d'être président, même que parfois, c'était dur... ben oui ma caille, c'est dur, dur d'être Président, Jordy sort de ce corps !

Et à part ça, what'else ? Ben pas grand chose. On l'aura compris, à son cher Manuel Valls de mener la gestion des affaires intérieures, à lui Président de prendre de la hauteur, de gérer les affaires du monde et la politique extérieure de la France tout en étant à l'écoute des Français qui galèrent. On a compris aussi qu'il était Président et qu'il en assumait le rôle et les responsabilités, qu'il serait Président jusqu'au bout de son mandat etc... Il l'a tellement répété, motto ou mantra, qu'on ne savait plus trop qui il cherchait à rassurer sur ce point: lui, ses amis ou les Français...

Et puis vint ce grand moment de foutage de gueule (même Sarkozy n'aurait pas osé). Lorsqu'un journaliste osa lui rappeler une phrase de son bouquin Devoirs de Vérité: "Je préconise un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature. Si d'aventure, à l'occasion de cette vérification une crise profonde se manifestait (...), nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence." Le voilà nous dire que cet exercice de vérification a eu lieu l'avant-veille avec la confiance accordée par les députés à Manuel Valls. Fallait oser, tout de même: Faire passer un vote de confiance qui ne concerne que le chef de la majorité, chose qu'il nous a assuré ne pas être puisqu'il était Président de tous les Français, pour un exercice de vérification démocratique ...  Et autre foutage de gueule lorsqu'il osa déclarer qu'il était fidèle à ses promesses de campagne, les frondeurs apprécieront... Cet homme nous prend vraiment pour des quiches !

Mais par delà les petites phrases, j'ai entendu un président pessimiste, anxiogène, et désespérant. On ne demande pas à un Président de nous cacher la vérité, bien au contraire, on lui demande de nous montrer que parce qu'il est confiant dans l'avenir, nous aurions nous aussi des raisons d'être confiants. Et ce n'est pas ce qu'il a fait. Pour un peu, avec lui, nous aurions pleuré sur notre sort et sur celui de la France, Un devoir de vérité n'exonère pas du devoir qu'il a de redonner confiance et espoir. Quel chômeur, quel français en galère, quel entrepreneur, hier, après l'avoir entendu, pourra se dire: " On va y arriver". Aucun.

Ce n'est pas un Président que j'ai écouté hier, tout juste un Droopy qui, pour couvre-chef, aurait revêtu la coquille de Caliméro. Triste et affligeant.

Folie passagère 2462
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

36 commentaires:

  1. AVIS ! Le président ne fait plus recette: moitié moins de téléspectateurs que lors de la précédente conférence de presse, soit 1,4 million au lieu de 2, 8 millions en janvier dernier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @atoilhonneur corto

      Il faut beaucoup de courage pour écouter et regarder cet ectoplasme, surtout par une belle après-midi d'automne.
      Pour ce qui est de de se foutre de nous, il excelle !
      Il parait qu'il pleuvait dans la salle où se tenait la conférence.

      http://www.bfmtv.com/politique/conference-de-presse-de-hollande-une-fuite-d-eau-a-l-elysee-835028.html

      JPB

      Supprimer
    2. "Un bel après-midi" est plus correct.
      Bref, le soleil brillait sur le pays des "illettrés".

      JPB

      Supprimer
    3. @JPB: Il pleuvait un peu dedans, beaucoup dehors

      Supprimer
    4. @ JPB
      Après-midi est désormais du genre mixte (bien avant que ce ne soit devenu la mode !!!)
      Le genre original (et recommandé par les puristes) est féminin.

      Ça va comme ça les gars : faut pas tout vous accaparer ! ;o))

      @ Corto
      Le résumé est parfait.
      Il manque juste de citer le brouillard épais régant sur ce qui lui sert de cerveau (celui du haut !). :-)

      Supprimer
    5. Vous vous êtes imposé de le regarder ?
      Ho mon pauvret !
      Mais vous êtes masochiste !

      Supprimer
  2. Il n'est pas si méchant que ça (un peu quand même!): il croit certainement un peu en ce qu'il dit.
    Hélas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: j espère bien qu il croit tout de même un petit peu en ce qu il dit, déjà que je me fais du souci pour sa santé mentale ....

      Supprimer
    2. @ Corto
      Ah ? Vous aussi ? !!!
      Le problème, c'est qu'il semble bien être le seul à ne pas en avoir conscience. Pauvres de nous !...

      Supprimer
  3. Il parle Français comme une vache sunnite.

    Voilà pour la forme, pour le reste mais neurones se refusent à suivre ses raisonnements fumeux.

    Nina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nina: Pourquoi sunnite et pas chiite ?
      Ses raisonnements fumeux... eh, ho, un peu de respect, c'est ton président

      Supprimer
  4. Je vous recommande l'article paru sur le blog "Je pense donc j'écris" (mal à mon avis)

    C'est à pleurer de rire !

    RépondreSupprimer
  5. Je transmet le lien vers l'article : http://www.jepense-jecris.fr/2014/09/un-president-international.html

    C'est bon de rire parfois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Marc: Vu et bien ri, c'est pas pour rien qu il est dans ma blogrioll

      Supprimer
  6. On nous avez promis, "Superman", on a même pas eu "Rainman", pitoyable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @granspas: ah que si, au moment même ou il rentrait dans la salle s'est abattu sur ma ville un orage comme jamais vu en dix ans

      Supprimer
    2. D'après Le Figaro, il y avait même une fuite dans la salle des fêtes de L'Elysée où était réuni tout ce beau monde !

      Supprimer
  7. Effectivement, du foutage de gueule dans les grandes largeurs !
    Quand je l'ai entendu dire qu'il avait fait la veille ce qu'il préconisait autrefois, c'est à dire la consultation du peuple à mi-mandat, les bras me sont tombés.
    J'ai failli sortir les mouchoirs plus d'une fois. Vous ne vous rendez pas compte, vous, comme c'est pas facile d'augmenter les impôts et de re-fiscaliser les heures supplémentaires !
    J'ai adoré son couplet sur Thévenou quand on sait que lui-même a fraudé sur sa déclaration d'ISF en se déclarant seul alors qu'il vivait en couple reconnu depuis plusieurs années.
    Il me ferait presque pitié s'il n'était pas si nocif pour la France.

    Au fait, Sapin mène l'enquête pour savoir d'où vient la fuite sur la dégradation de la note de la France.
    Il reconnaît en fait que L'Opinion n'a rien inventé sinon pourquoi chercher. Autre mensonge de Pépère qui prétend que le gouvernement ne sait pas à l'avance la décisions des agences de notation alors qu'il est toujours prévenu 24h à l'avance par mail des conclusions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: ah ça, il a fait fort président, osé se moquer de nous comme ça, fallait oser. Le mieux quand même c'est que rare sont les éditorialistes z'et chroniqueurs a avoir relevé le truc. Remarque peut etre bien qu ils en ont marre de relever ses conneries.
      Pour Moodys, attendons pour voir, pour l instant, ns sommes en guerre, président a laché les Rafale !

      Supprimer
  8. Reconnaissons tout de même qu'il aurait eu beaucoup de mal à nous communiquer de l'optimisme.
    Depuis qu'il est arrivé avec son changement de maintenant il nous a planté un tel souk et il a
    tellement fait la preuve de son incapacité qu'il pourrait danser la bourrée à poils avec une ceinture
    de bananes en chantant "après la pluie le beau temps" que les marchands de pébroques verraient
    leur chiffre d'affaire bondir aussitôt.
    La seule chose qui aurait pu nous remonter le moral c'est un "au revoir" dans le style de Giscard.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Nouratin
      Merci pour le remonte-moral :o)))
      Ça nous change des piteuses incantations du sinistre Voldemort.

      Et, pour la remontée de moral, tout comme" vous. :-)

      Supprimer
    2. @Nouratin: au moins Joséphine Baker avait-elle du charme et une certaine classe...

      Supprimer
  9. Les seules propos retenu , c'est dure , c'est pas facile , 2 - 3 fois c'est le précédent gvt qui a foutu le souk , je suis PRESIDENT ! ( ça, ce devait être pour que l'on n'oublie pas , c'est lui et pas Valls) et une petite phrase je dirige les affaires étrangères et mon premier ministre la France , sous entendu je fais la guerre MOI et Valls s'occupe des sans-dents .Bon la dernière nouvelle : Sarko veut reprendre la direction de l'UMP , encore une épine dans le pied de tartuffe .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Claude-Henri
      Et moi, je crains pour lui qu'il reste englué dans ce cloaque nauséabond.
      J'essaye de me rassurer en me disant que la "bête politique" qu'il est a certainement calculé et intégré à sa stratégie l'immensité du risque qu'il prend. Et dont je crains qu'il mette en péril son retour pour 2017 (voire avant...).
      Qui vivra verra. En attendant, je croise les doigts... :-)

      Supprimer
    2. @Franzi et Claude Henri: le retour de Sarkozy, c'est le billet suivant :)

      Supprimer
  10. C'est courageux d'avoir regardé. Sa façon de parler m'insupporte: le style, la forme, le débit, les phrases à rallonge qui ne veulent rien dire... Je me suis donc contentée du fil twitter... histoire de suivre... un peu.

    Pour la "Guinée forestière", sachez que ça existe: c'est une région de la Guinée. Pour une fois qu'il était précis, c'est encore tombé à plat !
    Pour la question sur la consultation à mi-mandat par le peuple, je regrette que la journaliste qui avait "osé" la question ne lui ait pas rétorqué: "vous êtes sérieux ?" ou bien "c'est une plaisanterie ?" (à défaut du "vous vous foutez de nous ?" que tout le monde a dû penser très fort).
    Pour le reste, je suis d'accord. Dur, dur ! c'est pas facile d'avoir un tel président...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claribelle: la Guinée forestière, c'est tombé à plat parce qu il a parlé d un truc que personne ne connait et les Français se foutent comme de l an 40 de la guinée qu elle soit forestière ou équatoriale, voila pkoi c('est tombé à plat.
      Tu regrettes ? D'un autre côté, tu vois un journaliste prendre des risques. Il y en a une qui a osé en fin de conférence et celle-là, "nous ne la reverrons plus"

      Supprimer
  11. De gros soucis m'ont tenue éloignée de ce blog durant quelques mois.
    Suis très contente de pouvoir y revenir pour communier ;-) dans un sentiment de colère, d'exaspération et même de dégoût envers ceux qui nous gouvernent aujourd'hui.
    Mais qu'avons nous fait pour mériter ces piteux ?

    FH incapable d'agir efficacement dans son propre pays pour vraiment réformer ce qui doit l'être (c'est difficile !) ne se prive pas d'intervenir ailleurs, en guerroyant sur tous les fronts, au dessus de nos moyens.





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Mireille: J espère, pour te lire aujourd'hui, que tout est rentré dans l ordre, en tous cas, je te le souhaites.

      Dégoût est un mot qui me semble avoir de plus en plus sa place en Socialie.
      Bises

      Supprimer
    2. Merci Corto
      Tout n'est pas complètement rentré dans l'ordre. C'est en bonne voie mais pas assez rapidement à mon goût.
      C'est pas facile comme dirait l'autre...

      Supprimer
  12. "Je sais, je suis courageux et endurant" : c'est le moins que l'on puisse dire. ;-)
    Moi, je n'en peux plus d'écouter ses fadaises ; que, en outre, il ne peut qu'ânonner laborieusement et parsemer de "euhhh" à tout instant. Qui plus est, avec le regard aussi expressif que celui d'une vache regardant passer un train...

    "C'est pas facile d'être présiFlan"? Il ne se foutrait pas un peu de nous, par hasard ?
    Il l'a voulu, il l'a eu. Et puisque "c'est difficile", et qu'on voit à quel point il est incapable, qu'il DÉGAGE. Tout de suite.
    Et croit-il que c'est facile pour nous de supporter un nuisible comme lui, et toute sa bande de bras cassés ?
    Non mais des fois !... Grrrr !!!

    "Et puis vint ce grand moment de foutage de gueule"...
    Alors là, c'est le bouquet !!! Pas final, hélas ! Comment ose-t-il ? Oui, je sais : c'est à "ça" qu'on les reconnait... Mais lui, il atteint des sommets. Sommets inaccessibles aux c**s de base !...

    Ah oui ! Corto. Je vous admire vraiment pour tant de volonté, de patience et d'endurance ; et le mot est loin d'être trop fort !...
    J'adore la photo du bas à gauche. :o)))
    Portrait tout craché et parfaitement réussi. Et si ressemblant ! :o)))

    Quant à la notation de la France, je ne vois pas comment elle pourrait ne pas être dégradée une nouvelle fois.
    Quelqu'un pourrait-il lui rappeler ses propos à l'encontre de Sarkozy lorsque l'un des 3 A+++ de la France est passé à A++ ?
    Et comparer avec aujourd'hui où nous n'avons que 3 A simples, de surcroît AVEC OBSERVATIONS NÉGATIVES ?
    Alors, évitons de penser à demain ; ça nous ferait du mal pour rien... N'est-il pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: un peu qu il en faut de la patience mais ce gars, Hollande, finalement me fascine: comment un gars aussi nul, aussi menteur, aussi mufle, aussi goujat, aussi incompétent peut-il se regarder dans la glace?

      Supprimer
    2. Il a réellement dit " je suis courageux et endurant "?
      Ça fait déclaration préliminaire de ganelon, genre" je suis franc et loyal "

      Supprimer
    3. @ Corto
      Selon moi, soit il ne regarde pas tant il sait à quoi s'en tenir ; soit il est aveugle.
      A moins qu'il n'ait pas compris l'emplacement auquel doit s'appliquer le slogan "sortez couverts"... ;o)))

      @ Kobus
      C'est Corto qui a dit ça de lui-même.
      Parce qu'il continue de se dévouer afin de pouvoir nous résumer les immenses et innombrables stupidités hollandiennes.
      Et, franchement, je trouve qu'il a grand mérite de persévérer ;-)

      Supprimer
  13. HOLLANDE ET LES FRANCAIS: "C'EST PAS FACILE".

    COMMENTAIRES SANS RETENUE N°4

    Après "Moi, Président de la République, je ...", voici "C'est pas facile", deux phrases qui résument parfaitement l'exercice du pouvoir entre la démagogie des campagnes électorales et la réalité des faits une fois élu. Il serait néanmoins malhonnête d'accuser exclusivement François Hollande de s'êtrre rabaissé à cette pratique alors que tous ses prédécesseurs ont fait de même.

    Diriger un pays comme la France est loin d'être une partie de plaisir, qui plus est en période de crise, et, de surcroît, quand on s'entoure de personnalités qui sont loin d'être des références en matière de compétence. Virer le titulaire en place est toujours plus facile quand on prétend faire mieux que lui et François Hollande en fait l'amère expérience.

    "C'est pas facile" d'appliquer de fausses promesses. Comme je vous comprends, Monsieur le Président, "C'est pas facile" non plus pour nous d'en subir les conséquences.
    "C'est pas facile" de réduire le déficit public. Comme je vous comprends Monsieur le Président. "C'est pas facile" non plus pour nous de voir tout ce gaspillage de l'argent public quand les plus pauvres d'entre nous n'en voient pas la couleur.
    "C'est pas facile" de redonner confiance dans la classe politique. Comme je vous comprends Monsieur le Président. "C'est pas facile" non plus pour nous quand un certain nombre de responsables politiques passe son temps à nous prendre pour des imbéciles.
    "C'est pas facile" de faire croire qu'on veut appliquer une politique de Gauche. Comme je vous comprends Monsieur le Président. "C'est pas facile" non plus pour nous quand on ne voit plus très bien la différence entre la Droite et la Gauche.

    Je conclurai cet article par cette simple réflexion. Savez-vous qu'avec des "y'a qu'à, faut qu'on", il est toujours possible de berner les électeurs? Mais de là à vouloir les appliquer quand on est élu, c'est une autre affaire. "C'est vraiment pas facile".

    PATRICK SOUILLE
    PAROLES DE CITOYEN: ET SI JE DISAIS TOUT.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Patrick Souille
      Même si on pourrait facilement allonger la litanie, je n'ajouterai qu'un mot : BRAVO !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen