samedi 13 septembre 2014

La promesse des 3% non tenue... On va morfler !



Elle est sympa cette vidéo, non ? C'est vrai, c'est ce qu'il promettait Président pendant sa campagne: ramener le déficit à 3% dès 2013, respecter les engagements de la France, engagements qu'il avait approuvé lorsqu'il était encore dans l'opposition. Il avait même été encore plus fanfaron que cela puisqu'il avait promis aux gogos qui y ont cru une croissance de +1,7% en 2013, de + 2% en 2014 puis +2 à +2,5% sur le reste de son règne. C'était dans ses 60 engagements, les engagements pris par un démago que rien, ni les promesses bidons, ni les prévisions irréalistes, n'effrayait.

On sait aujourd'hui que et d'une il a nous a pipauté dans les grandes largeurs en 2012 et de deux, que la politique économique du monsieur s'est révélée totalement inefficace et que de mois en mois, de semestre en semestre, lui et son conifère de ministre repoussent la réalisation des objectifs et demandent à Bruxelles des délais pour enfin y parvenir. Le dernier délai accordé par Bruxelles était: 3% fin 2015. Et voila t'y pas que Président, par la voix de Michel Sapin, annonce qu'il faudra attendre, au mieux, fin 2017 pour que notre déficit public soit ramené à 3% du PIB et que pour 2014, il fallait miser sur un 4,4% ! Et les voilà les deux compères expliquer à qui veut l'entendre que des circonstances exceptionnelles, comme une croissance qui ne revient pas, autorisent les Etats à plus de souplesse pour réaliser les objectifs. Le tout en oubliant de nous dire que si cela est exact, cette souplesse ne peut être accordée par Bruxelles qu'à la condition expresse que des réformes structurelles d'ampleur soient entreprises. Or, de l'avis général, à la Commission et à la BCE, avis partagé par l'ensemble des Etats baltes et du sud de l'Europe, la France n'a pas entrepris les réformes nécessaires, réformes pourtant imposées à d'autres.

Le problème, c'est que grâce ou à cause du pacte européen que Hollande n'a pas renégocié, contrairement à un autre de ses engagements, Bruxelles est en droit dès l'année prochaine de mettre à l'amende la France à hauteur de 0,5% de son PIB (0,5% de environ 2 000 milliards d'euros), tout dépendra de la qualité du budget prévisionnel 2015 que la France a obligation de lui remettre au plus tard le 15 octobre. Mario Draghi et son acolyte Djisselblomen ont prévenu, tous les pays seront traités de la même manière: "Le traitement sera juste et équilibré pour tous les pays, petit ou grand, du nord ou du Sud. Les mêmes principes s'appliqueront à tous. Deux choses qui sont prises en considération : l'évolution de la situation économique et la mise en place effective ou pas des réformes structurelles. La France sera jugée en novembre sur les réformes structurelles."

Hollande et Valls sont donc attendus au tournant. Et nous avec. Quelles seront les mesures structurelles qu'ils proposeront de mettre en place ? Quelles vraies réformes vont-ils être obligés de mettre en route pour satisfaire à leurs obligations (qui sont aussi les nôtres). Ce qui est sûr et certain c'est que Bruxelles ne saura se contenter de réforminouchettes ou de vagues promesses. Et ce n'est pas le pacte de responsabilité toujours pas finalisé et prévu pour entrer en vigueur en 2015 qui pourra contenter la Commission. Autant dire que nous allons morfler, d'une manière ou d'une autre.

Président le sait, il n'a pas le choix: soit des réformes qui vont faire mal, soit une amende dont le montant n'aura d'égal que le symbole: la France sanctionnée pour son laxisme budgétaire. Dans les deux cas, les dégâts sur le plan politique vont être terribles pour Président. Comme s'il avait besoin de cela. Le con, il n'avait qu'à pas passer les deux premières années de son quinquennat à tergiverser, à mentir, à augmenter les impôts, à faire du sociétal et à détricoter les réformes précédentes.

Président est au pied du mur... comme jamais il ne l'a été.

Folie passagère 2455.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

16 commentaires:

  1. Si il est au pied du mur , question : on le fusille quand ?
    Bon week-end @corto

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Claude-Henri
      On peut souhaiter le plus tôt possible ? ;-)

      Supprimer
    2. @Claude henri: et gaspiller quelques cartouches pour en faire un martyr... ah que non ! aux oubliettes de l histoire ou un cul de basse fosse sera bien suffisant.

      Supprimer
  2. Bonsoir Corto,

    Il ne fallait pas être grand clerc pour savoir que Normal 1er et sa bande allaient dans le mur. N'oublions pas que les socialistes aiment tellement les sans-dents que la seule chose qu'ils savent faire, c'est les multiplier. C'est bien là leur seul titre de gloire. Si Normal 1er, qui a fait HEC ne l'oublions pas (la chaîne de valeur, il connaît), croyais un tant soi-peu à ses promesses imbéciles, c'est soit qu'il en est le roi ou qu'il est d'un doté cynisme à toute épreuve. J'opte pour un 50/50.
    Seulement maintenant, il est au pied du mur avec, paradoxe suprême, son plus fidèle reître dans le rôle du méchant commissaire. Notre pays va morfler grave et encore, on n'a rien vu pour le moment mais le pays n'a plus le choix (http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/09/11/pas-d-autre-solution-que-la-reduction-des-depenses-pour-la-banque-de-france_4485520_3234.html) sauf à sombrer encore un peu plus. Et la Défense ne peut plus jouer la variable d'ajustement pour ces cons. De toute manière, quelque soit le clown qui héritera du bébé, on est très mal barré (http://chevallier.biz/2014/09/hypertrophie-monetaire-inflation-et-croissance-deflation-et-croissance-zero-durables/).

    Bonne soirée (même en Socialie).

    PS: JP Chevallier n'a qu'un tort, c'est que ses analyses sont le plus souvent justes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H. : tout bon ! Là où cela devient comique c'est que Moscovici, promu a Bruxelles par Président va être obligé d'être intraitable avec son bienfaiteur.
      Globalement, je trouve que l on sous estime totalement dans les médias ce qui risque de se passer à Bruxelles dans les semaines à venir. L'arbitre et le censeur, c'est là-bas qu ils sont maintenant. Alors déjà que Président ne vaut plus un clou dans l opinion française, mais si il se prend une mandale bruxelloise, jusqu à 1 milliard d amende ou pis la mise sous tutelle de la France, il sera définitivement cuit. Voila qui ne serait pas pour me déplaire s il ne s 'agissait pas de nous in fine.

      Supprimer
    2. Euh ! Il me semble que 0,5 % de 2000 (PIB), ça fait 10 milliards d'Euros, pas 1 milliard.
      Ce serait alors vraiment archi cuit, totalement cramé même.
      Penthièvre

      Supprimer
    3. @Penthièvre: je me disais aussi, même ma calculatrice refusait de me donner le résultat tant il faisait peur. Mais ces 0,5% sont bien inscrits dans les régles du jeu !

      Supprimer
  3. J'aime bien le "conifère"...
    Pour le reste, même si ça ne sert à rien de jouer à l'autruche, ça évite au moins de désespérer !

    Bon samedimanche à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: te voila reviendu ! c'est bien :)
      bon dimanche a toi aussi

      Supprimer
  4. On va morfler, c'est peu de le dire !
    Hollande et sa clique de rapaces, sont coupables : aucun doute.

    Mais les 40 dernières années de 'gouvernance', gauche et droite confondues, contiennent elles aussi les coupables.
    Il ne faut pas oublier les électeurs, coupables aussi de s'être laisser bercés avec des promesses, qui n'ont carburées que grâce à un endettement massif (colossal même) : coupables d'avoir abandonné leur responsabilité personnelle contre le nid douillet d'un gouvernement omnipotent qui s'occupe de tout ; "Ne vous inquiétez de rien braves gens, plus jamais de pauvreté, personne laissé derrière grâce à la redistribution. Car il faut que vous ayez une confiance aveugle en nous, donnez nous tout. Votre argent, votre consentement on s'occupe de tout"

    Il est là le problème, et maintenant, qui sera l'homme (ou la femme) politique, qui aura le courage de dire les choses comme elles sont, quitte à ne faire qu'un mandat, mais qui deviendra une personnalité historique ?

    Qui aura le cran de détricoter tout ce beau bordel, qui a été finement ciselé par les charlatans qui ont dirigé avec leurs équipes de soiffards, toujours à l’affût d'un mandat, d'une subvention?

    Aucun changement durable et sain, ne pourra être effectué sans un retour à la dure réalité : la vie n'est pas un long fleuve tranquille, avoir un toît n'est pas un droit, avoir un enfant non plus, vivre au crochet de la société via des ponctions fiscales est une aberration, la liste des foutaises est longue.

    La vie est une injustice permanente et c'est un combat de tous les instant, elle est là la vérité. Et ce n'est pas en payant grassement une bande de charlot bardés de diplomes ridicules, que l'on aura des lendemains qui chantent.

    Je sais Corto, que nous avons un désaccord profond sur les élus, mais je persiste à le dire : tous pourris jusqu'au trognon, car il ne voient que leur intêret financier. Quelle personalité politique s'est insurgée contre ce gaspillage permanent et cette arnaque monumentale que l'on nous fait vivre depuis 40 ans ? (il y en a peut être mais ils n'ont pas été les plus vocaux, pour le moins).

    Nous allons être Chypriotisés, mais comme l'organisation de voleurs qu'est devenu l'appareil gouvernemental (encore une fois gauche et droite confondue) ne changera pas, notre condition ne s'améliorera pas non plus.

    On me traitera de ce qu'on voudra, je n'en ai cure. Je ne suis ni de droite, ni de gauche : je n'ai pas le droit de voter.

    Tout au long de ma vie j'ai subit la dégradation de notre société, et n'ai jamais fait parti d'ayant droit à quelque que chose : j'ai eu une existence heureuse, je n'ai manqué de rien, c'est vrai que je ne sais pas ce qu'est le repos de l'esprit quant à l'emploi (pas d'emploi garanti ni de chomage), mais à aucun moment cela ne m'a rendu malheureux ou acrimonieux.
    J'ai toujours considéré qu'on ne me devait rien.

    Toutes mes excuses pour le texte un peu maladroit : ça fait un peu tache de gras. Toi qui tiens un blog où tu soignes le fond et la forme, je ne t'en voudrais pas de me censurer. En tous les cas merci pour ton blog.

    Namor

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nampor: Pourquoi censurer ? La quasi totalité de ce que tu dis est vrai. Y compris pour les 40 ans de gabegie. Y compris pour les électeurs qui n ont que les élus qu ils méritent.
      Ceci dit, Hollande est impardonnable: il avait tous les pouvoirs en arrivant et avait toute la légitimité pour entreprendre de vraies réformes comme rarement un président a eu et il n a rien fait, absolument rien si ce n est le mariage zinzin dont on avait pas besoin et augmenter les impots ce qui ne servait a rien si ce n était pas accompagné de réformes structurelles. Il lui a fallu deux ans pour comprendre mais c'est trop tard.

      Supprimer
    2. C'est vrai, Hollande, étant de gauche, il avait un boulevard devant lui pour accomplir les réformes indispensables. Pour la droite, cela aurait été beaucoup plus difficile, "tout le monde" serait descendu dans la rue soutenu par les politiques de gauche....
      Ils ont préféré faire les changements de société. Dommage !...Mais nous en paierons tous les pots cassés...

      Supprimer
    3. @Michelle: et mezavi qu il ne va pas falloir longtemps avant qu on nous présente la douloureuse. bruxelles ne peut pas continuer à regarder la France reporter sans arrêts ses obligations, il en va aussi de sa crédibilité

      Supprimer
  5. Dès le retour de Sarkozy aux affaires, je sens que l'on va lui mettre sur le dos les 3% impossible à obtenir car rien n'arrête les socialistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: sans aucun doute. Un truc qu on entend de plus en plus c'est que Hollande et les socialos ne savaient pas ce qui les attendait quand ils sont arrivés au pouvoir... comme si quoique ce soit leur avait été caché . pffff !

      Supprimer
  6. Cher Corto, exceptionnellement, je m'inscris en faux sur vos dires. Comment peut-on écrire "politique inefficace" lors qu'il s'agit de la politique et du discours les plus NEFASTES qu'on ait jamais pu envisager dans les pires cauchemars économiques? CCLM

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP