jeudi 22 août 2013

Armes chimiques en Syrie: L'info, c'est qu'on est sûr de rien !


" Oui, il y a bien utilisation probable d'armes chimiques en Syrie " a déclaré Pépère. Oui ou probable, faudrait savoir tout de même. 

" Si l'emploi d'armes chimiques est avérée à Damas, la communauté internationale doit réagir avec force " a déclaré son sous-fifre aux affaires étrangères Laurent Fabius. Si, avérée... Et l'idiot même pas utile de tweeter: " si le Conseil de sécurité ne peut pas prendre de décisions, elles seront prises d'une autre façon. " Assad en rigole encore. 

Le Figaro titre: " Assad de nouveau soupçonné d'un massacre chimique ". Soupçonné, c'est être automatiquement coupable? 

RTL évoque: "Des dizaines de morts, ou peut-être... des centaines, si l'on en croit l'opposition syrienne. " Si l'on en croit l'opposition... 

Sur Itélé, un spécialiste, Frédéric Eycel, déclare: " La ligne rouge semble avoir été franchie. Si la ligne rouge est effectivement franchie, il faudra réagir ". Si...

Sur RFI, on s'interroge: " Pourquoi le régime aurait-il utilisé des armes chimiques alors que l'équipe de Ake Sellstroem est à Damas et que, par ailleurs, il enregistre d'importantes victoires militaires ? Pour braver avec violence cette communauté internationale qui, de toute façon, en a déjà fait un paria ?". 

Le Conseil de sécurité de l'ONU (France inclue), réuni à huis clos, pense qu'il faut " faire la lumière sur l'utilisation éventuelle d'armes chimiques à Damas ". Faire la lumière...

La rébellion parle de 1 300 morts mais l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme parle de 136 morts...  Cépapareil !

Paula Vanninen, directrice de Verifin, l'Institut finnois pour la vérification de la convention des armes chimiques, a déclaré "n'être pas totalement convaincue" qu'il s'agisse d'une attaque au gaz innervant. "Les personnes qui aident les victimes ne portent pas de vêtements de protection ni de masques et si c'était le cas, elles auraient été contaminées et victimes des mêmes symptômes". 

Monseigneur Tomasi, représentant du St Siège à Genève: "" Il ne faut pas avancer de jugement avant d’en avoir les preuves suffisantes. La communauté internationale, avec les observateurs des Nations-Unies, qui sont déjà présents en Syrie, pourrait faire toute la lumière sur cette nouvelle tragédie. On ne peut, selon moi, partir d’un préjugé, en déclarant que ceux-ci ou ceux-là sont responsables. Nous devons éclaircir les faits, car quel intérêt immédiat aurait le gouvernement de Damas à provoquer une telle tragédie, en sachant qu’il en sera de toute façon rendu directement coupable ? "

Etc... etc...

Ce qui est sûr c'est que personne n'est sûr de rien dans cette histoire d'attaque à l'arme chimique du côté de Damas. Il y a eu des morts, encore, beaucoup de morts, possiblement à cause d'une utilisation d'armes chimiques. Il n'y a pas de guerre " propre ". Mais la véritable info, c'est que l'on est sûr de rien quant à l'ampleur du dit-massacre et à ses véritables auteurs. Réalité d'une horreur supplémentaire ? Manipulation de l'opposition ? Assad, odieux et sanguinaire tyran prêt à " tout brûler " pour étouffer la rébellion ?

Ce qui est indubitable, par contre, c'est qu'en Syrie, différentes forces s'affrontent, des forces rebelles dont on ne nous dit pas trop de quoi elles sont composées et le pouvoir en place ... et que depuis 2 ans, ce conflit a fait environ 100 000 morts sans que la communauté internationale ne puisse faire quoique ce soit.

Folie passagère 1863.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

22 commentaires:

  1. Même réflexion. Il se pourrait, vu de derrière mon ordinateur, que l'armée syrienne ait bombardée une banlieue de Damas et par conséquent fait exploser une des usines chimiques s'y trouvant, d'où les nombreux gazés.

    C'est une éventualité que les merdia n'abordent pas: je n'ose croire que leur fibre écologiste ne les guident pas vers cette possibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Beret vert: Si seulement il y avait que cette éventualité que les médias n'abordent pas. La seule chose qui sois sure c'est qu il y a eu de nombreux morts sans doute gazés. Point barre et rien ne permet pour le moment d'accuser Assad comme le font Faabius et hollande

      Supprimer
  2. Déjà, l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme est une officine salafiste, autant dire que la vérité ce n'est pas son credo.

    Ensuite, il est de notoriété publique que le sarin peut être (ou fabriqué) par des entités non étatiques.

    De plus, on oublie par trop souvent que les rebelles mentent effrontément. On ne compte plus les massacres imputés à l'armée régulière sur la foi des relations faites par les rebelles, alors qu'à la suite d'enquêtes il a été conclu que c'était les insurgés qui les avaient commis.

    Enfin et pour finir, il va falloir que tu arrêtes de sortir des billets en même temps que moi sur un même sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: nous sommes bien d accord les rebelles dont nos gvts prennent sans arrêt la défense ne sont pas des anges, loin s en faut et ils n ont rien à envier aux sbires d'Assad.

      Et pour finir, j ai publié avant toi. Enfin, je crois. Tiens au JT de TF1, ils nous ont copier ce soir.

      Supprimer
  3. les journalistes ont la mémoire sélective..personne ne semble se souvenir de timisoara qui était une pure intox pour nuire aux serbes, les " rebelles" ne sont pas très fiables il me semble !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: si seulement il n y avait que les journaleux pour avoir la mémoire courte. mais même nos dirigeants ne semblent tirer aucune leçon du passé ! Les cons !

      Supprimer
    2. @bout fil
      Timichoara ( prononciation vérifiée) devait nuire, non aux serbes, mais au président dictateur roumain Nicolae Caucescu ( prononcer''chaucesquou'' et qui signifie''le chaucesque'' ,mais j'ignore ce qu'un chaucesque peut être...)
      Ce qui était censé nuire aux serbes, c'était le bombing du marché hadjaric à Sarajevo, le siège de Srebrenika et d'autres trucs dans lesquels ils ont marché à fond....
      Total, l'Europe, au lieu de libérer les européens de souche, les asservi en interdisant les nationalismes
      Pourtant, c'est ce qui a assuré la cohésion puis la dislocation des états-nations face aux totalitarismes du siècle passé
      Mais voilà, le problème, c'est que la commission européenne voudrait imposer le sien, de totalitarisme, celui du pognon et de la libre concurrence ( non faussée)
      Saurons nous résister ?

      Supprimer
  4. Je suis à 100% d'accord avec vous.
    Pour l'instant, on ne sait pas grand chose :
    - utilisation d'un produit neurotoxique, dont on ignore s'il s'agit du sarin..Il pourrait aussi s'agir de pesticides.
    Ceux qui s'occupent des victimes ne prennent pas de précautions particuliéres.. ors s'ils pensent eux meme au sarin, ils devraient en prendre, sous peine de finir dans le meme état.
    - nombre de victimes inconnu.

    j'ignorais que nos dirigeants eux meme auraient désigné Assad.A moins qu'ils n'aient d'autres infos, d'autres preuves, je ne vois rien qui permette de désigner le responsable.
    Il serait bon pour eux, d'attendre plus d'infos en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anne: Et bien il y a au moins un point sur lequel tous les GVT sont d'accord, y compris russe et américain, c'est qu'ils ont tous dit n'être sur de rien quant aux responsabilités et à l ampleur du massacre. Massacre, odieux certes, mais somme toute dérisoire par rapport aux 100 000 morts sur l ensemble du conflit.

      Supprimer
  5. Le but des guerres n'est-il pas de tuer des êtres humains ( et le bétail accessoirement, hélas ) ?

    RépondreSupprimer
  6. Aurions-nous, une fois de plus, mon cher Corto, perdu une occasion de nous taire ?
    C'est à peine croyable cette facilité à lancer des nouvelles non vérifiées comme on cracherait en l'air en se disant que ça retombera bien sur quelqu'un sans penser que ce quelqu'un, ce pourrait être soi-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: il semblerait que ce soit uen habitude prise par notre gouvernement. rappelez vous qu il y a a peine 6 mois Fabius et pépère annonçaient l envoi d armes aux rebelles, armes qu ils attendent toujours suite au recadrage de Pépère par l UE, la Russie et les USA

      Supprimer
  7. Comme tout à chacun j'ai vu les infos avec les gosses , les ados , les adultes en détresse mais le plus frappant ce sont les sauveteurs , pratiquement aucun n'est protégé , ce qui me laisse penser , comme @anne , que si celà avait été un gaz de combat cela aurait été l'hécatombe pour tous , les photographes compris , J'ai écouté Fafa qui avait toujours son air de brave toutou qui ne comprends rien qui ne parle que pour ne rien expliquer , ce qui ne change pas ;
    Un gvt qui parle pour ne rien dire c'est d'une grande irresponsabilité.
    On aura une réponse que par celui qui autorisera une enquête sur place par des observateurs impartiaux et des chimistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: il est donc urgent d attendre les eventuels résultats de cette éventuelle enquête avant de dire n importe quoi

      Supprimer
  8. Chez nous ce ne sont pas les gazs qui sont toxiques..... notre gouvernement et nos médias....

    info selon le figaro http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/22/01003-20130822ARTFIG00438-syrie-l-operation-anti-assad-a-commence.php

    beaucoup d'incertitudes et rien n'empêche de penser qu'il y a manipulation par les anti-Assad .. si l'on veut rester objectif pour le moment et cela devait être souligné par les médias.. Même à l'ONU on utilise des si et des il se pourrait
    en tout cas et c'est vrai les photos montrent des sauveteurs bien peu protégés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: bien trop d incertitudes en effet ^pour se prononcer sur une eventuelle responsabilité d'Assad dans cet éventuel massacre aux gaz

      Supprimer
  9. intoxication aux organophosphorés ( pesticide ) voir chapitre VI pour les symptomes ( pas difficile à suivre ) http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=7&ved=0CF4QFjAG&url=http%3A%2F%2Fmedtrav54.free.fr%2Freims_02_07%2FReims%2FOrganophosphores.doc&ei=ik0XUuXPNsLB0QX9_YDgBg&usg=AFQjCNHN-SmcdKpqDqfRge8hgSSL8EFVGQ&sig2=Ct3La_kkbAXFTSkUU5LcNg&bvm=bv.51156542,d.d2k&cad=rja

    je pose ma question idiote : comment peut on affirmer ce jour qu'il s'agit de sarin..

    mortalité par organophosphorés ( nombreux accidents " agricoles" tous les ans ) , voir " deuxieme paragraphe de l'extrait ci dessous
    http://www.sfar.org/acta/dossier/archives/mu99/html/mu99_11/99_11.htm

    La fréquence des intoxications par IOP est en progression constante. Selon l'OMS [6] son incidence dans 19 pays asiatiques était évaluée en 1972 à 500 000/an avec une mortalité estimée à 5 000 (1 %), en 1981 à 750 000, et en 1983, à 2 000 000 avec une évolution fatale dans 40 000 cas. Aux États-Unis, sur 36 541 cas d'intoxication par insecticides/pesticides déclarés au Poison Control Centers en 1986, 12 142 étaient dus à des IOP [7]. Dans ce pays, les IOP représentent 3 % de l'ensemble des intoxications déclarées aux centres antipoisons [7]. Dans les pays en voie de développement, les intoxications par IOP sont particulièrement fréquentes, souvent volontaires. Ainsi, au Sri Lanka, elles sont estimées à 10 000 par an avec une mortalité de 10 % [8].

    Les NOP ont fort heureusement été peu utilisés comme arme chimique : en Cisjordanie en 1978, en Angola en 1988 et surtout durant les 8 ans de la guerre Iran/Irak. Pendant la guerre du Golfe, bien que l'arme chimique n'ait pas été officiellement utilisée, les destructions par les bombardements alliés des sites de production et de stockage ont été à l'origine de véritables nuages toxiques dont les conséquences pour les populations civiles ne sont pas connues. Enfin les NOP ont également été utilisés à des fins de terrorisme au Japon. Après un premier attentat passé presque inaperçu eu juin 1994 à Matsumoto qui avait fait sept morts et 200 blessés un second attentant au sarin, le 20 mars 1995 dans le métro de Tokyo, devait faire 10 victimes et 5 000 blessés [9] [10] [11].

    RépondreSupprimer
  10. je n'en crois pas mes yeux : comment peut on vouloir agir, alors que l'on ne sait rien... ?

    Dans sa dernière interview à la chaîne de télévision BMFTV le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que le temps d’une « réaction de force » était venu.

    Le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch a qualifié d’étranges les propos de Laurent Fabius relatifs à la possibilité d’une « réponse de force » en contournant le Conseil de sécurité des Nations unies. D’autant plus que pour l’instant il n’y a aucune preuve de l’utilisation d’arme chimique.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2013_08_23/Syrie-armes-chimiques-comme-un-moyen-de-ternir-l-image-6962/

    RépondreSupprimer
  11. !!!
    http://french.ruvr.ru/2013_08_23/Syrie-armes-chimiques-comme-un-moyen-de-ternir-l-image-6962/

    Dans sa dernière interview à la chaîne de télévision BMFTV le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que le temps d’une « réaction de force » était venu.

    Le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch a qualifié d’étranges les propos de Laurent Fabius relatifs à la possibilité d’une « réponse de force » en contournant le Conseil de sécurité des Nations unies. D’autant plus que pour l’instant il n’y a aucune preuve de l’utilisation d’arme chimique.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2013_08_23/Syrie-armes-chimiques-comme-un-moyen-de-ternir-l-image-6962/

    RépondreSupprimer
  12. Armée régulière ou rebelles ? Tiens ! Une info : http://koltchak91120.wordpress.com/2013/08/23/12-djihadistes-rebelles-syriens-arretes-par-la-police-turque-avec-2-kg-de-gaz-sarin-videos-journaux-televises-turc-et-russe/

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP